philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Jarwal, le lutin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: Jarwal, le lutin   Ven 11 Nov - 11:47

Je vais voir si je peux en avoir directement auprès de l'éditrice...Sinon, il en reste 2 exemplaires sur amazon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: Jarwal, le lutin   Ven 11 Nov - 17:07

Difficile d'avoir confiance dans les éditeurs.

Se méfier de "à compte d'auteur". Il y a souvent de l'arnaque à la base,

et pour être à "droit d'auteur" il faut :

être connu,
avoir parmi ses proches "un connu"
ou... coucher !!!

conseils donnés par un ami d'un ami...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Jarwal, le lutin   Ven 11 Nov - 17:30

Brumes a écrit:
ou... coucher !!!

conseils donnés par un ami d'un ami...
Voyons Brumes. Ce serait le conseil que tu donnes à Thierry ? Suspect Embarassed Le pauvre ! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: Jarwal, le lutin   Ven 11 Nov - 17:57

Le compte d'auteur est systématiquement de l'arnaque étant donné que c'est INVENDABLE.

Je suis publié à compte d'éditeur mais le problème cette fois, c'est que les petits éditeurs ne se vendent pas étant donné la concurrence avec les "Majors". J'en ai appris des sacrées entourloupes dans ce milieu. ne serait-ce par exemple le fait que les petits éditeurs sont payés à 90 jours par les distributeurs alors que les Majors le sont au mois. résultat : un capital qui reste en dehors des comptes bien trop longtemps et qui peut conduire la maison à un dépôt de bilan si le banquier décide de ne plus attendre les rentrées d'argent.
Quant à "coucher", ma femme n'est pas éditrice, donc c'est exclu. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: Jarwal, le lutin   Ven 11 Nov - 19:22

Tu es jeune, tu peux trouver une filière...

Certains ont leur propre site et vendent ainsi/ Il faut avoir le temps et... la foi !

Si tu as les moyens, peut-être qu'en payant les frais (!) d'un 1er livre, tu peux espérer être édité normalement par la suite, si ce 1er volume a du succès !!!

Tu n'as pas quelque cadavre dans un placard ? Ça marche très bien un meurtrier qui raconte ses mémoires.

Faut trouver un truc pour se faire remarquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: Jarwal, le lutin   Ven 11 Nov - 19:33

Brumes a écrit:
Tu es jeune, tu peux trouver une filière...

Certains ont leur propre site et vendent ainsi/ Il faut avoir le temps et... la foi !

Si tu as les moyens, peut-être qu'en payant les frais (!) d'un 1er livre, tu peux espérer être édité normalement par la suite, si ce 1er volume a du succès !!!

Tu n'as pas quelque cadavre dans un placard ? Ça marche très bien un meurtrier qui raconte ses mémoires.

Faut trouver un truc pour se faire remarquer.

Je ne toucherai jamais au contrat d'auteur et je ne débourserai pas un centime de l'argent de la famille pour payer mes bouquins Brumes.
Pour ce qui est des cadavres, j'ai écrit un autre roman qui en contient cinq. Un instituteur qui enlève ses élèves par amour. "Sexe, drogue, meurtre, sueur, et philosophie. Où voulez-vous que je range ça ? Et vous vous rendez compte du risque que vous prenez par rapport à votre métier ? " Une des réponses d'éditeur que j'ai reçue pour ce livre. Il faut que les écrits rentrent dans des cases précises, le mélange des genres n'est pas à la mode.
Des manuscrits achevés, j'en ai quatre. Un éditeur m'a même envoyé une fiche notée : "20 pour l'écriture, 20 pour la trame mais 9 pour le potentiel de vente. Une écriture trop exigeante."
Je sais donc écrire mais c'est trop compliqué pour des romans. Va comprendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: Jarwal, le lutin   Sam 12 Nov - 8:35

Les conseils de l'ami de mon ami... étaient donc justes...

Il faut être connu pour qu'un éditeur se lance dans l'aventure. Avoir de bons appuis, beaucoup de chance.

Certains y arrivent, pourquoi pas toi... un jour
flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: Jarwal, le lutin   Sam 12 Nov - 9:44

Thierry, essayes de passer dans des émissions télé littéraires,si ça ne marche pas en France,fais le a Bruxelles.
, Luxembourg,ne les laisses pas tranquille.
Tes écris sont trop bons que pour rester inconnus.

Notre Brume elle aussi est formidable ,
.
Ses polars son brillants, mais elle ,elle a elle même pris le risque de les imprimer pour juste ses amis, car plus ne l'intéressait pas?...Dommage, car elle aurait été un écrivain a succès.
Alors ,toi, ne te laisse pas démonter, fonces, tes écrits le vallent


Sinon, tu vas en montagne et tu préviens la presse que si personne ne veux t'éditer tu reste là haut Rolling Eyes Laughing
un peu de chantage ne fait pas de mal affraid


Impose ta chance, sers ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront. »
René CHAR



Dernière édition par marie-josé le Sam 12 Nov - 12:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Jarwal, le lutin   Sam 12 Nov - 10:35

Thierry a écrit:
Pour ce qui est des cadavres, j'ai écrit un autre roman qui en contient cinq. Un instituteur qui enlève ses élèves par amour. "Sexe, drogue, meurtre, sueur, et philosophie. Où voulez-vous que je range ça ? Et vous vous rendez compte du risque que vous prenez par rapport à votre métier ? "
Pas faux, on pourrait imaginer que tu as les idées mal placées et, avec tout ce qu'on entend, les parents deviennent de plus en plus vigilants et on les comprend. Mais en prenant un pseudo ? Tu ne serais pas le premier !

Thierry a écrit:
Une des réponses d'éditeur que j'ai reçue pour ce livre. Il faut que les écrits rentrent dans des cases précises, le mélange des genres n'est pas à la mode.
Ca ne m'étonne qu'à moitié : je peux imaginer que le lecteur qui veut lire un roman n'a pas forcément envie d'un polar et inversement. Là, c'est peut-être l'expérience qui parle et il est bon d'en tenir compte. A toi de t'adapter !

Thierry a écrit:
Des manuscrits achevés, j'en ai quatre. Un éditeur m'a même envoyé une fiche notée : "20 pour l'écriture, 20 pour la trame mais 9 pour le potentiel de vente. Une écriture trop exigeante."
Je sais donc écrire mais c'est trop compliqué pour des romans. Va comprendre...
Incroyable de lire ça ! Il faudrait vraiment trouver une astuce pour te faire remarquer, sans aller dans les extrêmes de Marie-jo ! Laughing Qui sait ? Une opportunité se présentera peut-être un jour ou l'autre. study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: Jarwal, le lutin   Sam 12 Nov - 14:20

Ah, cette citation de René Char, comme elle est belle et forte Marie Jo.

Pour les médias, le problème est simple. Elles ne s'intéressent à toi que si tu existes déjà dans le milieu et le seul moyen pour y parvenir passe par le nombre de livres vendus. Si tu vends, on s'intéresse à toi, sinon, passe ton chemin. A moins d'avoir effectivement des soutiens déjà reconnus.
Quant à adapter mes écrits aux attentes des éditeurs, il n'en est pas question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Jarwal, le lutin   Sam 12 Nov - 16:08

Thierry a écrit:
Quant à adapter mes écrits aux attentes des éditeurs, il n'en est pas question.
Je ne parlais pas du fait d'adapter tes récits, mais plutôt de conserver le même esprit de tous tes récits du même livre (espionnage, roman, etc.) puisqu'on t'a précisé que le mélange ne convenait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: Jarwal, le lutin   Sam 12 Nov - 16:34

Nelly a écrit:
Thierry a écrit:
Quant à adapter mes écrits aux attentes des éditeurs, il n'en est pas question.
Je ne parlais pas du fait d'adapter tes récits, mais plutôt de conserver le même esprit de tous tes récits du même livre (espionnage, roman, etc.) puisqu'on t'a précisé que le mélange ne convenait pas.

Oui mais Nelly, si on y regarde de près, la vie est un mélange des genres Smile Je refuse de me soumettre à cette idée que le lecteur de polar ne peut pas accéder à de la philosophie. Et puis d'ailleurs, je pense de plus en plus que c'est une fausse excuse au regard de certains romans qui s'autorisent justement ce mélange. Mais ce sont des auteurs connus...Je sais bien aujourd'hui qu'il n'y a qu'une rencontre providentielle qui puisse me permettre d'être publié. C'est même une ancienne éditrice qui me l'a dit. C'est comme ça que fonctionne le marché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: Jarwal, le lutin   Sam 26 Nov - 16:44

http://mespremiereslectures.com/Interview-de-Thierry-LEDRU.html#forum67

Une ITW pour Jarwal Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: Jarwal, le lutin   Sam 7 Juil - 21:02

En exclusivité mondiale Smile) Les dernières lignes écrites la nuit dernière. ^^






Jarwal le lutin, tome 4. Extrait.
Samedi.


Ils avaient expliqué à
leurs parents respectifs qu’ils voulaient partir de bonne heure pour monter
avant les grandes chaleurs.


« C’est très bien,
avait dit leur père. Les vrais montagnards sont des lève-tôt. »


Ils s’étaient retrouvés
à la fontaine du Chanay. Chacun muni de quelques affaires dans un petit sac à
dos. Ils avaient remonté la forêt, alternant les paroles échangées et les
moments de silence.


« Mes parents
étaient très heureux de voir que j’avais des amis. Ils m’ont laissé partir avec
bonheur, expliqua Lou.


-Mon père aussi est
très content que j’aille en montagne avec vous, enchaîna Tian. C’est pour ça qu’il
a voulu qu’on vienne s’installer ici. Il sait qu’il a eu raison. Et ma mère
était très heureuse de savoir que j’accompagnais deux jeunes filles de ma
classe, continua-t-il. Elle a toujours trouvé que j’étais trop solitaire. »


Lou savait que Tian
aurait aimé nommer directement Marine mais il était trop respectueux pour ça.
Elle pensa qu’elle devrait rapidement montrer au jeune garçon qu’il était libre
et qu’il ne devait pas s’inquiéter pour elle. Rémi était dans son cœur.


Ils arrivèrent au petit
Lac Vert en milieu de matinée. Ils se désaltéraient quand elle arriva.


« Bonjour les
enfants. »


Lou et Tian se
regardèrent, interloqués. Marine, Rémi et Léo avaient immédiatement reconnu
Léontine et ils les laissèrent s’habituer à l’idée qu’une voix leur parlait à
l’intérieur.


« C’est toi
Léontine ? demanda Lou.


-Oui, chère enfant, je
suis posée devant vous, sur la petite pierre blanche, au bord de l’eau. »


Ils la virent tous
ensemble lorsque l’insecte fit vrombir ses ailes.


« C’est
incroyable, s’enthousiasma Lou. J’avais tellement envie que tout ça soit
réel !


-C’est le cas Lou, je
suis bien réel et tout ce que vos compagnons vous ont raconté l’est aussi.
Jarwal a bien besoin de vous et je suis immensément heureuse que vous soyez
venus jusqu’ici. »


Lou et Tian ne
pouvaient s’empêcher d’observer la petite mouche bien que la voix résonne dans
leur tête. Une stupéfaction qui les ravissait.


« Comment vois-tu
la suite de l’histoire, Léontine ? J’ai besoin d’en savoir davantage.


-Et bien Tian, le
voyage de l’eau va nous conduire dans l’Autre Monde, nous y rencontrerons les
sages et vous pourrez intervenir pendant le Grand Conseil. Votre témoignage
sera crucial. Je dirais même qu’il s’agit du seul espoir pour Jarwal. Il vous
suffira de raconter ce qui s’est passé, les Sages vous écouteront.


-Est-ce qu’ils savent
que nous allons venir ?


-Non, Lou, Jarwal a
choisi l’effet de surprise. Et il ne pouvait se permettre de s’engager alors
qu’il ne pouvait présager de votre décision.


-Est-ce que nous aurons
le temps ?


-Je ne peux pas prévoir
de la suite des évènements ma chère petite. Mais vous serez rentrés ce soir dans tous les cas. Il n’est
pas question que vos parents s’inquiètent. »


Lou ne put s’empêcher
de trouver étrange de se faire appeler « petite » par une mouche.


« Oui, je conviens
que la tournure est curieuse pour toi Lou, intervint Léontine. Disons que mon
apparence ne plaide pas en ma faveur !


-C’est un peu
dérangeant de savoir que tu lis dans les pensées, Léontine. J’ai un peu
l’impression de me faire voler, avoua Lou.


-Je n’y peux rien. Vos
pensées volent comme des grains de pollen et je les reçois. Je suis ainsi.


-Tu veux dire que les
pensées sont matérielles, Léontine, intervint Tian.


-Elles ne sont pas
matérielles dans le sens de solide, visible, palpable mais elles s’étendent
comme des ondes et je les perçois. Ce
sont des énergies infimes et très difficilement contrôlables. Il faut imaginer
des particules qui s’activent, s’entretiennent, se percutent et rebondissent,
entraînant de nouvelles pensées.


-Où est la source de
cette énergie ? Est-ce que c’est uniquement le cerveau ?


-Non, Tian, le cerveau
n’est lui-même qu’un récepteur-émetteur mais il n’est pas le concepteur. Les
pensées créent un réseau gigantesque qui englobe le phénomène vital. Les
éléments vivants ne font que percevoir ces pensées et ils se les
attribuent.


-Il faut donc apprendre
à penser par soi-même pour s’extraire de ce chaos énergétique ?


-Il ne s’agit pas d’un
chaos Tian mais d’une opportunité de sagesse. C’est une proposition faite à tous
les éléments vivants. L’apprentissage de la maîtrise.


-Et d’où viennent ces
pensées alors ?


-De la Vie. La Vie se
pense et répand ses pensées comme des pollens. Nous en sommes les bénéficiaires
ou les victimes.


-Tian, tout cela est
passionnant mais il y a une urgence, coupa Marine.


-Tu as raison Marine.


-Nous reprendrons cette
discussion une autre fois les enfants. Etes-vous décidés ?


-Oui, répondit Rémi
immédiatement.


-Moi aussi, enchaîna
Léo.


-Moi de même, »
termina Marine.


Les regards se tournèrent
vers Lou et Tian.


« Il n’y a
vraiment aucun risque Léontine ?


-Non, aucun, en dehors
du fait que vous serez marqués à jamais par ce voyage. Mais nous ne vous
laisserons pas vous débrouiller avec tout ça ensuite. Que ça soit Jarwal,
Gwendoline ou moi, nous vous accompagnerons. »


Lou savait que Léontine
captait chacune de ses pensées. Inutile d’essayer de réfléchir intérieurement.
Elle essaya juste d’imaginer ce voyage et s’interdit d’entrevoir l’impensable…


Tian attendait la
décision de la jeune fille. Par respect, qu’elle ne sente aucune pression. Pour
lui, le choix était clair. Il accompagnerait Marine.


« Oui, je viens,
lança Lou en regardant Rémi un bref instant.


-Moi aussi, »
ajouta Tian immédiatement.


Les cinq enfants
sentirent crépiter en eux une joie inexplicable, comme une intrusion étrange,
quelque chose qui venait de l’extérieur.


« C’est moi les
enfants. Je suis heureuse. Je vous remercie infiniment, de toute la force de
mon âme. Préparons-nous maintenant.


-Jarwal avait raconté
qu’il fallait apprendre des incantations Léontine.


-Oui Marine, mais nous
n’en aurons pas besoin. Je me charge de tout.


-Tu veux dire que c’est
toi qui vas nous faire voyager ? C’est toi qui vas nous guider ?


-Exactement Lou, vous
n’avez juste qu’à descendre dans l’eau jusqu’aux genoux et vous donner la main.


-Bon, allons-y, décida
Léo, on a assez tergiversé comme ça. »


Marine observa son
petit frère entrer dans l’eau d’un pas décidé. Oui, il avait immensément grandi
et elle en souriait intérieurement.


« Elle n’est même
pas froide en plus ! Pour un peu, j’aurais envie de me baigner. »


Marine vint lui donner
la main. Tian se plaça à ses côtés et toucha ses doigts délicatement. Marine
ouvrit la main et la resserra sur celle du garçon. Des frissons dans son
ventre, une chaleur délicieuse. Rémi les rejoignit et prit la main de Léo. Lou
n’avait plus qu’une place. Elle entra dans le cercle et ferma la ronde. Le
bonheur de tenir la main de Rémi.


« Ne bougez plus
maintenant les enfants. Gardez les mains jointes. Je vais tourner autour de
vous, laissez-vous aller. Nous nous retrouverons dans l’autre monde. »


Les enfants entendirent
le vrombissement de Léontine, impossible de la voir, la vitesse était
stupéfiante. Elle enchaînait les tours comme un bolide à moteur. Ils virent
soudainement l’eau s’agiter dans le cercle qu’ils formaient, des bulles qui
remontaient à la surface, puis des zébrures, des rides agitées qui
s’entrechoquaient, des vaguelettes qui se mirent enfin à tournoyer sur
elles-mêmes, un siphon se dessinait au centre, ils virent dans le dos de leurs
compagnons l’élévation de l’eau, comme une aspiration verticale, le siphon se
changea en tube, passa sous leurs pieds et les encercla, ils entendaient une
rumeur, comme un souffle interminable, une inspiration maintenue, l’impression
que le ciel cherchait à aspirer l’eau, des trombes d’eau dans le sens inverse.


Marine serra de plus en
plus fort la main de Tian. Lou en fit tout autant avec celle de Rémi. Tous, ils
étaient subjugués par le spectacle. Ils n’entendaient plus le vrombissement de
Léontine. L’élévation de l’eau accéléra jusqu’à les engloutir.


Ils virent disparaître
leurs compagnons, comme évaporés dans les murs liquides qui les englobaient. Marine
pria pour qu’il n’arrive rien à ses frères et elle se sentit aspirée à une
vitesse incalculable.





Comme un éclair
traversant les cieux enflammés.





Ils étaient sortis du
bassin qui les avait accueillis. Ils séchaient au soleil sur un tapis d’herbe
bordée de fougères immenses.


Le silence en eux. Même
la cacophonie des oiseaux tropicaux qui les environnaient ne couvrait pas la
profondeur de leur immobilité intérieure.


Un tel bouleversement.


Léontine s’était posée
sur une branche, en retrait du groupe. Elle essuyait minutieusement ses ailes
et les présentait au soleil. Elle aurait bien aimé ne pas être une mouche
parfois. Les voyages de l’eau n’étaient pas recommandés pour un insecte ailé.


Léo regardait le ciel.
Une trouée dans la verdure, juste un tunnel vertical par lequel le soleil
venait les réchauffer.


Il venait de là-haut.
Il avait parcouru l’atmosphère, à une
vitesse indéfinissable, c’était plus que de la vitesse, ça n’avait pas de nom,
même un battement de paupières n’avait pas cette fulgurance, des milliers de
kilomètres, il le savait et pourtant cette certitude que ce transfert à l’autre
bout de la planète avait été d’une brièveté stupéfiante et simultanément à
cette certitude se chevauchaient des myriades de sensations, des flashs visuels
inscrits dans sa mémoire, non il n’y avait aucune image en fait, ses yeux
n’avaient rien vu, c’était des perceptions totales, des saisissements
inexplicables, il n’avait plus de corps et tout tombait en lui comme s’il
n’était plus qu’un gouffre béant, oui, c’est ça, il n’y avait plus rien de
matériel et c’est pour ça qu’il avait autant ressenti, comme si ses sens
étaient une limite constante et qu’une fois le corps effacé, l’âme pouvait
enfin exploiter son potentiel, tous les filtres avaient disparu.


Léo secoua la tête,
surpris de ne pas vraiment comprendre les idées qui fusaient.





Rémi observait la
végétation. Des arbres gigantesques, plusieurs dizaines de mètres certainement,
des fougères aussi larges que des parasols, entremêlant leurs panaches verts,
des myriades de plantes inconnues, toutes plus vastes que celles qu’il
connaissait, une impression de démesure.





« Oui, Rémi,
intervint Léontine, tout ici est gigantesque, de la végétation aux animaux.
Seuls les lutins et tous les êtres représentant le Petit Peuple sont de
dimension réduite.


-Pourquoi ?


-Pour que jamais ne
vienne dans l’esprit du Petit Peuple l’idée que la nature peut être dominée. La
Pensée de la Vie, sur ce monde, a développé un autre partage. Nous sommes très
peu au milieu d’une Nature immense et indomptée. Sur la Terre que tu connais,
les humains sont innombrables dans une Nature fragile et fortement dégradée.


-Pourquoi dis-tu que
vous êtes peu nombreux ? C’est juste le clan de Jarwal ou c’est
général ?


-C’est ainsi sur
l’ensemble de la planète, Tian. Je ne connais pas le nombre exact mais les
Sages parlent de deux millions d’individus. Nous n’avons d’ailleurs jamais
rencontré d’autres peuplades.


-Comment les Sages
peuvent-ils donner ce nombre alors ?


-Parce qu’ils n’ont pas
besoin de voyager physiquement pour aller voir ailleurs.


-Je crois que si on commence
à poser des questions, on ne sera jamais rentré chez nous avant la nuit,
intervint Marine.


-Tu as raison chère
enfant, mettons-nous en route. »





Ils se levèrent et
suivirent Léontine dans l’épais fouillis de végétaux.


Lou n’avait rien dit et
s’efforçait de ne pas penser. Elle voulait préserver l’étrangeté de ces impressions, cette sensation d’avoir
été accompagnée… Un secret que la mouche bleue ne devait pas percer.
L’impensable.


Ils aperçurent
soudainement devant eux la fuite d’un animal, ils reconnurent un herbivore, une
biche ou un chevreuil de leurs forêts. Mais deux fois plus grand.


L’animal disparut en
quelques bonds.


« Vous avez vu la
taille de ces cornes ? lança Rémi.


-Ben, dis donc, on ne
risquait pas de les manquer, on aurait dit deux sabres, ajouta Léo.


-Vous ne risquez rien
les enfants. Ces animaux sont très farouches bien que nous ne les chassions
pas. Personne ici ne mange de viande.


-Vous ne mangez jamais
de viande ?


-Non Tian. Jamais. Et
il n’y a aucun animal carnivore dans ce monde.


-Mais les herbivores
doivent pulluler alors ?


-Non, Léo. La pensée de
la Vie a donné la possibilité à tous les animaux de ne se reproduire qu’une
seule fois dans leur vie. Les végétaux ne disparaîtront jamais. Ils poussent
bien trop vite pour le nombre d’animaux.


-Et c’est pareil pour
tous les animaux ?


-Oui Rémi.


-Et pour vous aussi,
demanda Marine, qui ne pouvait s’empêcher de succomber à toutes les questions
qui surgissaient.


-Nous n’avons pas
d’enfants Marine. C’est l’arbre de la Vie qui s’en charge. Vous le verrez tout
à l’heure quand nous atteindrons le camp.


-Vous n’avez pas
d’enfants ? intervint Lou, stupéfaite.


-Non. Mais nous
connaissons tout de même les douceurs de l’amour. Juste pour la fusion des
corps et des âmes. Les enfants nous sont donnés par la Vie et nous nous en
occupons. Mais ils ne nous appartiennent pas, ils nous sont confiés. »


L’hébétude des enfants.



« Ce système
empêche l’accroissement inconsidéré des populations. Les groupes sont maintenus
mais ne croissent pas. La population n’a jamais dépassé un seuil qui est
déterminé par la Vie elle-même. Ainsi, notre situation d’humilité au regard de
la Nature est constant. Rien ne nous a jamais amené à considérer que nous
pouvions prendre le pouvoir.


-Comme ça s’est passé
dans notre monde.


-Exactement
Marine. »





Ils marchèrent une
trentaine de minutes, se frayant lentement un chemin à travers le florilège
disparate de plantes grasses, de fougères, d’arbustes, contournant des troncs
énormes qu’ils n’auraient pu enlacer en se donnant les mains. Il était
impossible d’en voir les cimes. Le ciel n’apparaissait qu’en mosaïques éparses.



Léontine les guidait en
vrombissant devant eux, alternant les allers retours. Ils entendirent
soudainement une ribambelle de cris aigus, des voix enfantines. Ils devinèrent
entre les feuillages des silhouettes menues qui s’enfuyaient en courant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: Jarwal, le lutin   Dim 8 Juil - 11:36

ah! on ne s'en lasse pas , merci Thierry pour ce partage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Jarwal, le lutin   Lun 9 Juil - 10:38

Thierry a écrit:
En exclusivité mondiale Smile) Les dernières lignes écrites la nuit dernière. ^^

Jarwal le lutin, tome 4. Extrait.
Samedi.
Siouplaît, Thierry, moins long en une fois.

Comme j'ai lu le premier tome en entier, je te suis peut-être mieux que d'autres, même si je m'aperçois de l'avancée, dans l'histoire.

Je n'aime pas lire les texte longs sur l'écran et, de plus, j'ai une connexion 'approximative' (je ne suis pas chez moi). Alors j'essaie d'être présente sur d'autres sujets, quand je suis connectée.

Ce serait tellement plus facile à lire si tu coupais en faisant plusieurs posts ! Aidez-moi !
:thanks:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jarwal, le lutin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jarwal, le lutin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Jarwal, le lutin
» Le requin "lutin"
» Lutin
» Le lutin pomme de pin...
» Cuisine, Lutin et vidéo…

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Littérature & Culture-
Sauter vers: