philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Un constat.

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Un constat.   Dim 11 Sep - 19:27

Quatre jours de classe, vingt-deux élèves de CM2.

Quatre jours à leur parler.

Je fais mon programme scolaire mais là n'est pas l'important, loin de là.

Des enfants déjà "fatigués" par l'école, des enfants qu'il faut déjà
tenter de ranimer. Alors qu'ils n'ont que dix ans. L'école n'est qu'un
lieu de rencontres, un endroit où il est parfois possible de jouer,
quelques instants de récréation entrecoupés de longues périodes
d'apprentissages forcés.

Terriblement désespérant.

Apprendre n'est déjà plus qu'une corvée, nullement un espace de découvertes pour soi, l'opportunité d'éprouver ses capacités.

Il faut donc déjà que je les inonde de mille histoires. Essayer de
capter leur imaginaire et leur attention, de faire briller leurs
pupilles, une dépense d'énergie colossale, qu'on n'imagine pas, un défi
constant.

Je ne mets nullement mes collègues en cause. Ils subissent la même
pression que moi. C'est le système qu'il faut revoir, c'est l'intention
qu'il faut redéfinir, le sens de tout ça.



Effrayant également de les entendre parler de l'existence.

La plupart des garçons veulent être joueur de foot professionnel, non pas pour la passion du jeu mais pour gagner des fortunes.

les filles veulent être princesse et se marier avec un prince anglais.

J'exagère à peine.

Toute discussion aboutit inévitablement à une notion d'argent.

Si je leur parle d'Alfred Wegener et de sa découverte de la théorie
des plaques tectoniques, de cette passion incommensurable pour la
connaissance, une curiosité scientifique comme un élan de vie, ils me
demandent s'il est devenu riche...

Si je leur parle de Maud Fontenoy, ils me demandent si elle a gagné beauoup d'argent en traversant l'Atlantique à la rame.

J'exagère à peine.

Si je leur parle du film "Himalaya, l'enfance d'un chef", je les entends parler de "Cowboys et envahisseurs".

Si je leur passe la musique de John Surman, je les entends parler de Mickael Jackson ou de Ryhanna.

Si je leur parle de la Mongolie, je les entends parler de Monte Carlo.

Si je leur parle de la nature et des marches en montagne, je les entends parler de shopping.



Non, non, j'exagère à peine.

J'ai entendu en quatre jours un condensé effroyable de leur image de
l'existence, la puissance des formatages, des conditonnements, des
imbrications en eux de cette société obsédée par le culte de l'argent et
l'angoisse de la pauvreté, les difficultés financières. J'imagine
aisément la situation des familles, il n'y a rien de facile pour aucune
d'entre elle certainement et ces enfants participent et entendent tout
cela, ils en ont submergé, ils finissent par se construire des schémas
de pensées extrêmement limités, des horizons terriblement étroits.



L'école n'est d'ailleurs pour eux qu'un moyen d'avoir un métier et de
"gagner sa vie". Je déteste cette expression. "Gagner sa vie. " On a
déjà gagné puisque la vie est en nous et on n'a même pas eu l'obligation
de participer à quoique ce soit, de se battre pour quoique ce soit.
C'est elle qui a décidé d'être là. Et nous, il faudrait qu'on la "gagne"
jusqu'à en perdre le goût.C'est absurde, totalement fou.



"Essaie de faire ton devoir et tu sauras ce que tu vaux. Mais qu'est-ce que ton devoir ? Ce qu'exige l'heure présente."

Goethe.



La citation du jour.

Leur apprendre à n'avoir aucune intention dans le travail. La
récompense est déjà contenue dans le travail lui-même. La possibilité
d'éprouver ses forces, sa détermination, son intelligence, son
raisonnement, sa lucidité, sa curiosité, sa persévérance...Le résultat
n'a que peu d'importance tant que tout cela a été éprouvé et qu'on en a
une image claire et durable afin de pouvoir renforcer encore la
puissance de ce don personnel la fois suivante.

Le travail n'est pas une image de ce qu'ils doivent faire mais de ce qu'ils peuvent apprendre à être.



Leur apprendre à être totalement impliqués dans leurs actes, à
filtrer les pensées intrusives, à exploiter un potentiel encore inconnu.
Sans jamais les laisser croire que ce potentiel leur ouvrira autre
chose que le bonheur simple et inépuisable de la connaissance. Sans
autre intention.



Je sais que je vais devoir dépenser une immense énergie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rime
*****
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Dim 11 Sep - 20:43

Thierry a écrit:
Quatre jours de classe, vingt-deux élèves de CM2.

Quatre jours à leur parler.

Je fais mon programme scolaire mais là n'est pas l'important, loin de là.

Des enfants déjà "fatigués" par l'école, des enfants qu'il faut déjà
tenter de ranimer. Alors qu'ils n'ont que dix ans. L'école n'est qu'un
lieu de rencontres, un endroit où il est parfois possible de jouer,
quelques instants de récréation entrecoupés de longues périodes
d'apprentissages forcés.

Terriblement désespérant.

Apprendre n'est déjà plus qu'une corvée, nullement un espace de découvertes pour soi, l'opportunité d'éprouver ses capacités.

Il faut donc déjà que je les inonde de mille histoires. Essayer de
capter leur imaginaire et leur attention, de faire briller leurs
pupilles, une dépense d'énergie colossale, qu'on n'imagine pas, un défi
constant.

Je ne mets nullement mes collègues en cause. Ils subissent la même
pression que moi. C'est le système qu'il faut revoir, c'est l'intention
qu'il faut redéfinir, le sens de tout ça.



Effrayant également de les entendre parler de l'existence.

La plupart des garçons veulent être joueur de foot professionnel, non pas pour la passion du jeu mais pour gagner des fortunes.

les filles veulent être princesse et se marier avec un prince anglais.

J'exagère à peine.

Toute discussion aboutit inévitablement à une notion d'argent.

Si je leur parle d'Alfred Wegener et de sa découverte de la théorie
des plaques tectoniques, de cette passion incommensurable pour la
connaissance, une curiosité scientifique comme un élan de vie, ils me
demandent s'il est devenu riche...

Si je leur parle de Maud Fontenoy, ils me demandent si elle a gagné beauoup d'argent en traversant l'Atlantique à la rame.

J'exagère à peine.

Si je leur parle du film "Himalaya, l'enfance d'un chef", je les entends parler de "Cowboys et envahisseurs".

Si je leur passe la musique de John Surman, je les entends parler de Mickael Jackson ou de Ryhanna.

Si je leur parle de la Mongolie, je les entends parler de Monte Carlo.

Si je leur parle de la nature et des marches en montagne, je les entends parler de shopping.



Non, non, j'exagère à peine.

J'ai entendu en quatre jours un condensé effroyable de leur image de
l'existence, la puissance des formatages, des conditonnements, des
imbrications en eux de cette société obsédée par le culte de l'argent et
l'angoisse de la pauvreté, les difficultés financières. J'imagine
aisément la situation des familles, il n'y a rien de facile pour aucune
d'entre elle certainement et ces enfants participent et entendent tout
cela, ils en ont submergé, ils finissent par se construire des schémas
de pensées extrêmement limités, des horizons terriblement étroits.



L'école n'est d'ailleurs pour eux qu'un moyen d'avoir un métier et de
"gagner sa vie". Je déteste cette expression. "Gagner sa vie. " On a
déjà gagné puisque la vie est en nous et on n'a même pas eu l'obligation
de participer à quoique ce soit, de se battre pour quoique ce soit.
C'est elle qui a décidé d'être là. Et nous, il faudrait qu'on la "gagne"
jusqu'à en perdre le goût.C'est absurde, totalement fou.



"Essaie de faire ton devoir et tu sauras ce que tu vaux. Mais qu'est-ce que ton devoir ? Ce qu'exige l'heure présente."

Goethe.



La citation du jour.

Leur apprendre à n'avoir aucune intention dans le travail. La
récompense est déjà contenue dans le travail lui-même. La possibilité
d'éprouver ses forces, sa détermination, son intelligence, son
raisonnement, sa lucidité, sa curiosité, sa persévérance...Le résultat
n'a que peu d'importance tant que tout cela a été éprouvé et qu'on en a
une image claire et durable afin de pouvoir renforcer encore la
puissance de ce don personnel la fois suivante.

Le travail n'est pas une image de ce qu'ils doivent faire mais de ce qu'ils peuvent apprendre à être.



Leur apprendre à être totalement impliqués dans leurs actes, à
filtrer les pensées intrusives, à exploiter un potentiel encore inconnu.
Sans jamais les laisser croire que ce potentiel leur ouvrira autre
chose que le bonheur simple et inépuisable de la connaissance. Sans
autre intention.



Je sais que je vais devoir dépenser une immense énergie.

On dit cela aussi d'une autre façon...l'amour du métier.Soyez fier de votre énergie cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Lun 12 Sep - 9:01

Thierry a écrit:
Quatre jours de classe, vingt-deux élèves de CM2.

Quatre jours à leur parler.

Je fais mon programme scolaire mais là n'est pas l'important, loin de là.

Des enfants déjà "fatigués" par l'école, des enfants qu'il faut déjà tenter de ranimer. Alors qu'ils n'ont que dix ans. L'école n'est qu'un lieu de rencontres, un endroit où il est parfois possible de jouer, quelques instants de récréation entrecoupés de longues périodes d'apprentissages forcés.
Tous les débuts sont difficiles, non ? Les vacances sont longues et il faut se réadapter...

Thierry a écrit:
Terriblement désespérant.

Apprendre n'est déjà plus qu'une corvée, nullement un espace de découvertes pour soi, l'opportunité d'éprouver ses capacités.
Est-ce nouveau ou est-ce une découverte, pour toi, cette année ?

Thierry a écrit:
Il faut donc déjà que je les inonde de mille histoires. Essayer de capter leur imaginaire et leur attention, de faire briller leurs pupilles, une dépense d'énergie colossale, qu'on n'imagine pas, un défi constant.
Sacré programme. Je veux dire par là que tout un chacun n'est pas en mesure de trouver le petit plus pour capter l'attention des enfants autrement que par le programme prévu. Savoir le présenter de manière plus... passionnante est déjà une gageure pour certains enseignants.

Thierry a écrit:
Je ne mets nullement mes collègues en cause. Ils subissent la même pression que moi. C'est le système qu'il faut revoir, c'est l'intention qu'il faut redéfinir, le sens de tout ça.
Ne crois-tu pas qu'il faudrait remettre en question tout notre mode de vie ? Personnellement, j'ai remarqué une différence nette après la mise en place des 35 heures de travail. On ne parlait plus que de RTT ! On ne joignait plus ses interlocuteurs le mercredi, ni le vendredi après-midi. Ca n'aurait pas été le pire si on n'avait pas eu le sentiment que les loisirs devenaient l'essentiel, le travail accessoire... Comment les enfants pourraient-ils le vivre différemment que leurs parents ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Lun 12 Sep - 9:17

Thierry a écrit:
Effrayant également de les entendre parler de l'existence.

La plupart des garçons veulent être joueur de foot professionnel, non pas pour la passion du jeu mais pour gagner des fortunes.

les filles veulent être princesse et se marier avec un prince anglais.

J'exagère à peine.

Toute discussion aboutit inévitablement à une notion d'argent.
Est-ce vraiment étonnant ? Tu le dis plus bas, mais je le reprends pour une question de "pédagogie" Wink sur le forum. Quand le texte est un peu long, je remarque que certains le lisent en travers, omettant ainsi l'essentiel pour comprendre son sens.

Oui, les enfants sont conditionnés par ce qu'ils voient chez eux, ainsi que dans les médias. Il y a encore quelques années, étaient pauvres ceux qui n'avaient pas de travail. Les travailleurs, de quelque catégorie qu'ils soient, pouvaient vivre décemment, même s'il n'était pas question de faire des folies. Aujourd'hui, dans notre société à grande consommation, tous sont attirés par cet étalage de marchandises que beaucoup n'ont pas les moyens d'acheter et devant lequel les adultes et surtout les enfants sont en extase. En classe, certains enfants sont dotés de vêtements de marque. D'autres non. Comment les enfants pourraient-ils le comprendre surtout quand les parents se plaignent également de leurs difficultés pécuniaires. Ces problèmes ne sont pas de leur âge !

Thierry a écrit:
Si je leur parle du film "Himalaya, l'enfance d'un chef", je les entends parler de "Cowboys et envahisseurs".

Si je leur passe la musique de John Surman, je les entends parler de Mickael Jackson ou de Ryhanna.

Si je leur parle de la Mongolie, je les entends parler de Monte Carlo.
Ils rêvent. Ils en ont besoin. La vie que nous autres leur offrons est beaucoup trop terre à terre.

Thierry a écrit:
Si je leur parle de la nature et des marches en montagne, je les entends parler de shopping.
Ils sont conditionnés ainsi et n'ont pas idée du bonheur et de la sérénité que peut leur apporter la nature. Ils n'ont pas appris !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Lun 12 Sep - 9:36

Thierry a écrit:
L'école n'est d'ailleurs pour eux qu'un moyen d'avoir un métier et de "gagner sa vie". Je déteste cette expression. "Gagner sa vie. " On a déjà gagné puisque la vie est en nous et on n'a même pas eu l'obligation de participer à quoique ce soit, de se battre pour quoique ce soit.
C'est elle qui a décidé d'être là. Et nous, il faudrait qu'on la "gagne" jusqu'à en perdre le goût.C'est absurde, totalement fou.
Même si leur motivation de venir à l'école n'est pas la bonne, on ne peut pas dire qu'elle soit mauvaise non plus. Venir en classe parce qu'il faut bien s'instruire pour avoir un métier et "gagner sa vie" n'est pas le pire, à mes yeux. Ce ne sont que des enfants et ils ont encore le temps de changer leur vision de la vie ainsi que leurs objectifs. Cela me paraît plus sain que ceux qui croient savoir, dès à présent, qu'ils n'auront pas leur place dans la société !

Thierry a écrit:
"Essaie de faire ton devoir et tu sauras ce que tu vaux. Mais qu'est-ce que ton devoir ? Ce qu'exige l'heure présente." Goethe.
Mais c'est également pour répondre à ce genre de question que tu es enseignant, non ? Laughing

Thierry a écrit:
Leur apprendre à n'avoir aucune intention dans le travail. La récompense est déjà contenue dans le travail lui-même. La possibilité d'éprouver ses forces, sa détermination, son intelligence, son raisonnement, sa lucidité, sa curiosité, sa persévérance...Le résultat n'a que peu d'importance tant que tout cela a été éprouvé et qu'on en a une image claire et durable afin de pouvoir renforcer encore la puissance de ce don personnel la fois suivante.

Le travail n'est pas une image de ce qu'ils doivent faire mais de ce qu'ils peuvent apprendre à être.
N'idéalises-tu pas un peu, là ? Ce serait super qu'il en soit ainsi, mais je ne pense pas que ça ne l'ait jamais été, d'une générale, bien entendu. Individuellement, l'un ou l'autre, oui.


Thierry a écrit:
Leur apprendre à être totalement impliqués dans leurs actes, à filtrer les pensées intrusives, à exploiter un potentiel encore inconnu. Sans jamais les laisser croire que ce potentiel leur ouvrira autre chose que le bonheur simple et inépuisable de la connaissance. Sans autre intention.

Je sais que je vais devoir dépenser une immense énergie.
Mais aucun challenge ne te résiste. Au contraire, ça te motive. Wink Tiens-nous au courant quand tu sentiras une évolution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Lun 12 Sep - 9:40

étant beaucoup avec mes petits enfants et leurs copains, entre 13 et 16 ans d'âge, souvent nous parlons de la vie en général.

Je suis étonnée de la maturité de certains?
il
est vrai qu'avant ,les parents évitaient de parler devant leurs enfants.
Maintenant , c'est différent, ils participent à tout, et ce n'est pas plus mal.
Car,il faut bien le dire, pour pouvoir avoir une vie plus ou moins convenable actuellement, il faut une minimum d'argent!
nous sommes dans une société de consommation,où nos enfants sont tous les jours confrontés aux pubs les plus aguichantes,où le principal message est, consommez consommez!
vous vous en porterez mieux Rolling Eyes

Maintenant, quand je leur parle de leur désir profond,de ce qui leur ferrait le plus plaisir s'ils pouvaient choisir sans s'occuper de ce que cela coûte?

la plupart me répond, être sur une îles ,en pleine nature, où des animaux nous côtoieraient sans agressivité, où on pourrait vivre sans contraintes ,profiter pleinement de nos vies quoi!.....ça ne vous rappelle rien?
ils ont un ras le bol,du système autant que les adultes ,avec la différence, qu'eux, ils n'ont rien connus d'autre.
Est-ce que nos dirigeants, écoute nos jeunes?
Savent-ils seulement ce qui les anime, ce qui les fait rêver vraiment , plutôt que les réduire a ces soit disant petites brutes sans loi ni foi?

quand on vous marque ainsi au fer rouge, pensez vous que vous avez encore l'envie d'expliquer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Lun 12 Sep - 9:51

marie-josé a écrit:
la plupart me répond, être sur une îles ,en pleine nature, où des animaux nous côtoieraient sans agressivité, où on pourrait vivre sans contraintes ,profiter pleinement de nos vies quoi!
Ils sont rares, ceux qui parlent ainsi. Tu les vois sans leur console de jeux, leur connexion internet et leur portable ?

marie-josé a écrit:
ils ont un ras le bol,du système autant que les adultes ,avec la différence, qu'eux, ils n'ont rien connus d'autre.
Est-ce que nos dirigeants, écoute nos jeunes?
Savent-ils seulement ce qui les anime, ce qui les fait rêver vraiment , plutôt que les réduire a ces soit disant petites brutes sans loi ni foi?

quand on vous marque ainsi au fer rouge, pensez vous que vous avez encore l'envie d'expliquer ?
La classe de Thierry est le CM2. Il s'agit d'enfants ayant 10 ans, si je ne m'abuse. Je ne crois pas que ces enfants soient traumatisés par une image désagréable les concernant. Au contraire, je pense qu'à cet âge, on ne doute de rien, on est confiant, sauf si la vie vous a meurtris ou qu'on perde ses repères, notamment dans certains divorces, etc. A mon avis, leur éducation leur apprend souvent qu'ils ont des droits, des droits et encore des droits. Très peu de devoirs... Combien d'entre eux se lèveraient dans un transport en commun pour permettre à une personne plus âgée de s'asseoir ? Un exemple parmi d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Lun 12 Sep - 9:55

Ce que je constate, année après année, c'est l'impact dévastateur de cette société sur les enfants. Un impact de plus en plus violent et précoce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Lun 12 Sep - 10:00

Nelly a écrit:
marie-josé a écrit:
la plupart me répond, être sur une îles ,en pleine nature, où des animaux nous côtoieraient sans agressivité, où on pourrait vivre sans contraintes ,profiter pleinement de nos vies quoi!
Ils sont rares, ceux qui parlent ainsi. Tu les vois sans leur console de jeux, leur connexion internet et leur portable ? .
justement, parlons en.........depuis quelques temps, louka cherche des jeux se rapportant à la nature, il regarde tous les sites sur le net qui parlent des îles ,il rêve de voyages NON organisés, il en a marre des clubs med etc........
marie-josé a écrit:
ils ont un ras le bol,du système autant que les adultes ,avec la différence, qu'eux, ils n'ont rien connus d'autre.
Est-ce que nos dirigeants, écoute nos jeunes?
Savent-ils seulement ce qui les anime, ce qui les fait rêver vraiment , plutôt que les réduire a ces soit disant petites brutes sans loi ni foi?

quand on vous marque ainsi au fer rouge, pensez vous que vous avez encore l'envie d'expliquer ?
Nelly a écrit:
La classe de Thierry est le CM2. Il s'agit d'enfants ayant 10 ans, si je ne m'abuse. Je ne crois pas que ces enfants soient traumatisés par une image désagréable les concernant. Au contraire, je pense qu'à cet âge, on ne doute de rien, on est confiant, sauf si la vie vous a meurtris ou qu'on perde ses repères, notamment dans certains divorces, etc. A mon avis, leur éducation leur apprend souvent qu'ils ont des droits, des droits et encore des droits. Très peu de devoirs... Combien d'entre eux se lèveraient dans un transport en commun pour permettre à une personne plus âgée de s'asseoir ? Un exemple parmi d'autres.
faudrait d'abord que leurs parents en donnent l'exemple?Moi, j'ai 67 ans et je me lève encore pour une personne plus âgée ou handicapée ou même une femme enceinte....combien le font encore?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Lun 12 Sep - 10:04

marie-josé a écrit:
faudrait d'abord que leurs parents en donnent l'exemple? Moi, j'ai 67 ans et je me lève encore pour une personne plus âgée ou handicapée ou même une femme enceinte....combien le font encore?
Mais nous sommes d'accord pour l'exemple : les enfants n'apprennent pas, c'est pourquoi ils ne le font pas. La plupart de leurs parents ne l'ont pas appris non plus !

Quant à toi, tu fais évidemment partie d'une génération qui trouvait ça normal et tu continues, ce qui ne m'étonne pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frank
******
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Lun 12 Sep - 10:06

La société (je décentre volontairement de l'école) n'est plus un vecteur de culture. L'école met l'accent sur une capacité à raisonner (m'enfin, c'est la vision positive que j'en ai quand je me force ... beaucoup) et non l'acquisition de connaissanceS pour se forger une connaissance.
Ouverture sur moult sujets certes, bien plus qu'à mon époque (qui commençait déjà à sentir le sapin) mais sans trouver ce levier difficile qui leur permettra de réellement les assimiler ou, pour te rejoindre, Thierry, les intéresser.

Quand tu cites les références actuelles dans lesquelles baignent les enfants, les valeurs dans lesquelles ils évoluent, je suis très inquiet...

La lecture Question Elle meurt...

La valeur travail Question Elle agonise...

La notion d'effort avec en point de mire une gratification autre que financière ou sociétale Question Elle disparaît...

What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Lun 12 Sep - 10:19

Nelly a écrit:
marie-josé a écrit:
faudrait d'abord que leurs parents en donnent l'exemple? Moi, j'ai 67 ans et je me lève encore pour une personne plus âgée ou handicapée ou même une femme enceinte....combien le font encore?
Mais nous sommes d'accord pour l'exemple : les enfants n'apprennent pas, c'est pourquoi ils ne le font pas. La plupart de leurs parents ne l'ont pas appris non plus !

Quant à toi, tu fais évidemment partie d'une génération qui trouvait ça normal et tu continues, ce qui ne m'étonne pas du tout.

mais mes filles font de même , le tout est de leur leur montrer quand ils sont petits et de le faire soi même et ça deviendra pour eux un automatisme!
justine,Mathieu,Louka, Sara, Shana,Gianni,Mickaël...tous mes petits enfants font de même, nous n'avons jamais dû le leur dire, ils l'on tout simplement vut!

Je ne suis pas d'accord avec la critique sur la jeunesse actuellement!
ON NE RECOLTE QUE CE QUE L'ON SÈME
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Lun 12 Sep - 11:09

Je ne critique pas la jeunesse actuelle Marie-Jo. C'est la société dans laquelle ils vivent qui me révolte. Les enfants n'en sont que les éponges et ce qu'ils absorbent est un poison infâme.
Bien entendu qu'ils existent ces enfants qui résistent mais je peux t'assurer aussi qu'ils apparaissent et sont perçus comme des "parias", des "exclus". Ne pas aimer Justin Beaber est une tare aujourd'hui.
..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dombom
*****
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Lun 12 Sep - 12:47

Wink Myriam lève la main en classe pour poser une question à l'institutrice:


- Maîtresse, à quoi servirait un "g" dans Myriam ?


- Mais, répond la maîtresse, il n'y a pas de "g" dans Myriam.


- Et pourquoi n'y aurait-il pas de "g" dans Myriam ? reprend la petite


- Mais à quoi servirait un "g" dans Myriam ?


- C'est bien ma question, Maîtresse, à quoi servirait un "g" dans Myriam ?
Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Lun 12 Sep - 14:20

dombom a écrit:
Wink Myriam lève la main en classe pour poser une question à l'institutrice:


- Maîtresse, à quoi servirait un "g" dans Myriam ?


- Mais, répond la maîtresse, il n'y a pas de "g" dans Myriam.


- Et pourquoi n'y aurait-il pas de "g" dans Myriam ? reprend la petite


- Mais à quoi servirait un "g" dans Myriam ?


- C'est bien ma question, Maîtresse, à quoi servirait un "g" dans Myriam ?
Wink

LOL excellent Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dombom
*****
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Lun 12 Sep - 18:46

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Lun 12 Sep - 19:11

Thierry a écrit:
Je ne critique pas la jeunesse actuelle Marie-Jo. C'est la société dans laquelle ils vivent qui me révolte. Les enfants n'en sont que les éponges et ce qu'ils absorbent est un poison infâme.
Bien entendu qu'ils existent ces enfants qui résistent mais je peux t'assurer aussi qu'ils apparaissent et sont perçus comme des "parias", des "exclus". Ne pas aimer Justin Beaber est une tare aujourd'hui.
..

bien entendu, je suppose que plus qu'un autre,un enseignant peut jauger l'évolution des mentalités enfantines, et bien entendu celles-ci sont de plus en plus imprégnées de la culture trash issue des médias (tv et web)
1- Les médias sont des "baby sitters" peu exigeantes et faciles, là où les parents craignent surtout de voir leurs enfants traîner dehors sans surveillance (contrairement à ce que pourrait laisser supposer l'actualité cinéma :yahoo: tographique, on n'est plus à l'époque de le guerre des boutons Rolling Eyes )
2-Depuis toujours,influençabilité, recherche de la conformité et porosité aux concepts faciles font des enfants (bien mieux encore que les adultes) des proies faciles et pérennes, de vrais buvards!(les dictatures, sous toutes leurs formes, le savent).
3-l'éducation à l'esprit critique demande du temps, non seulement aux parents voire aux enseignants (seuls que peuvent-ils ? Puisque comme le dit Frank, la transmission des connaissances leur incombe avant tout )mais aussi de la force aux enfants puisqu'ils seront les premiers exposés à l'intolérance naturelle de leurs pairs qui ont fait le choix d'une conformité de masse.



Dernière édition par stip le Lun 12 Sep - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Lun 12 Sep - 21:29

Quand j'étais môme, en ce1 de mon école de quartier, une bande de filles de ma classe m'a dit:"on ne veut pas jouer avec toi.....t'es mal habillée" ....c'est vrai ma mère me mettait des blouses, mais en dessous ce devait pas être très "fashion" non plus. Laughing
Vu la tendance "je veux être une star" ça n'a pas dû s'arranger, c'est sûr!

Imagine, au collège une gamine qui dit à un garçon:
-C'esr vrai que tu es le fils du ....maire ?(par exemple)
-oui répond le môme.
-Bah, méprise-t-elle, pourquoi tes parents ne t'achètent pas des vêtements de marque?
Au même collège, il y a quelques années, un de mes fils revient, moitié moqueur (pas le profil d'une victime) moitié exaspéré:
-Tu ne connais pas la dernière mode? Il y en a qui se mettent en bande qui te coincent et qui te demandent: OM ou PSG ?
Et si tu réponds le mauvais truc, ils te tabassent!
-qu'est-ce que tu leur as dit? Fis-je
-que j'en avais rien à battre du foot ....ils m'ont lâché Rolling Eyes ....quels nazes!
Petits exemples éternels de l'absence d'éducation au sens critique et moral et son lot de violences ordinaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Mar 13 Sep - 6:00

Oui Stip, c'est exactement comme ça que ça se passe dans les écoles. En même temps, ceux et celles qui n'entrent pas dans ce conditionnement et cette hallucination collective trouvent là l'opportunité de se former, eux-mêmes. J'en ai trois exemples à la maison avec mes ados. Léo, par exemple, est dans une "section montagne" au lycée et il est confronté à des jeunes dont les parents sont hôteliers, commerçants, professions libérales dans les stations de ski de la Tarentaise, machines à fric et mentalité pourrie. Il faut les derniers skis, les grandes marques, les fringues, la technologie dernier cri etc...Léo prend un malin plaisir à les pourrir sur les pistes et en paroi avec du matos de 14-18 comme il dit ^^C'est une motivation par esprit de rébellion. On a toujours fonctionné comme ça à la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Mar 13 Sep - 8:59

voilà ce qui confirme ce que je dit!
nos enfants sont le reflet de cette société, ils sont comme des éponges et reproduisent ce que nous leur montrons!

mais il y en à d'autres tout de même,
pourquoi les fils de thierry ,ne sont-ils pas comme ça?
pourquoi les gamins de stip, ne sont pas comme ça,?
pourquoi les fils de Nicole ,ne sont pas comme ça?
pourquoi mes enfants et petits enfants ne sont pas comme ça?
et encore des milliers d'autres!.....il y a encore des jeunes formidables
parce que nous avons pris nos responsabilités, et que nous avons éduqués nos enfants pour leur donner la possibilité de fonctionner honnêtement en bon père de famille et en respectant la nature et les autres.
en les motivant devant des tâches a accomplir, en les occupant d'une manière pédagogique plutôt que de les laisser devant la télé ou les consoles de jeux.
L'ordi est chez nous pour les enfants , 1.30h par semaine pour les jeux .....ils peuvent l'employer pour des recherche pour l'école.

nous faisons du sport avec eux ,des promenades, des jeux de société et éducatif.
Ils adorent cela, car ils y sont habitués.

encore une fois, l'école est pour s'instruire, la maison pour éduquer!
trop de parents se reportent entièrement sur les profs pour s'occuper des leur mômes, mais quand il y a une problème avec ces derniers, alors ils accourent et accuse l'école?

c'est quoi cette mentalité?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anémone
******
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Mar 13 Sep - 9:40


Que dire de cette information? Les enfants doivent -ils subir ce manque de civisme?

Des collégiens de Saint-Herblain, près de Nantes, ont été privés de manuels scolaires à la rentrée en raison d'impayés de cantine, une "maladresse" qu'a regrettée l'inspection académique, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

"Le jour de la rentrée, mon fils de 15 ans est revenu en disant: +Maman, c'est la honte de ma vie+, à l'école tout le monde a reçu les manuels mais la prof les a repris à moi et un copain, en disant +il y a des choses que vos parents n'ont pas payées+", a raconté à l'AFP une mère d'élève, Agustina Toffano, confirmant une information de Ouest-France.

"En fait nous devions un peu plus de 20 euros de l'année dernière, j'avais reçu la facture pendant les vacances mais mon mari est très malade, il a une leucémie, et c'est vrai que j'avais oublié", a-t-elle expliqué.

"Mon mari a été scandalisé et quand on a appelé l'école, l'assistante du directeur nous a dit que c'était le moyen qui avait été trouvé pour recouvrer les dettes et que plusieurs écoles faisaient cela", a-t-elle ajouté. "On a alerté l'inspection académique et on nous a dit que les livres seraient rendus, mais ce matin, mon fils n'a toujours pas eu ses livres et il y a déjà des devoirs", a-t-elle ajouté.

Le directeur du collège Ernest-Renan, Philippe Milville, interrogé mardi, a reconnu les faits mardi mais souligné que "d'habitude, on interpelle les parents par ce moyen le jour de la rentrée et le lendemain, les élèves ont leur livre. Là, la maladresse est que les livres n'ont pas été rendus".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anémone
******
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Mar 13 Sep - 11:52

deux enfants de 8 et 11 ans saccagent une école...


Les deux enfants ont été interpellés en flagrant délit par la police et interrogés dimanche soir. «Le plus jeune a fait l'objet d'un placement immédiat dans une structure éducative du département», le second, âgé de 11 ans, «déjà placé dans une famille d'accueil» et qui rendait visite à sa famille biologique à Soyaux fait l'objet d'une «demande de suspension des droits de visite», a indiqué Cyril Vidalie, vice-procureur d'Angoulême.

«Ils ne mesurent pas complètement la portée de leurs actes», selon Cédric Esson, directeur départemental de la sécurité publique, les enfants ne donnent «pas d'explications vraiment rationnelles, pas vraiment structurées pour justifier leurs agissements».

L'enquête devra maintenant déterminer si ces deux enfants, au regard de la gravité des dégradations, ont agi seuls. «Vu l'état des salles de classe, ce n'est pas possible que les responsables soient uniquement les enfants», assure François Nebout, le maire de Soyaux. «Des vitres ont été cassées très haut. On a voulu leur faire porter le chapeau», a-t-il expliqué au micro d'Europe 1.



S'ils ont agi seuls, sans majeurs, que sera leur avenir, quelles sanctions donner ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Mar 13 Sep - 15:53

anémone a écrit:
deux enfants de 8 et 11 ans saccagent une école...

S'ils ont agi seuls, sans majeurs, que sera leur avenir, quelles sanctions donner ??
Heureusement pour eux qu'ils ne demeurent pas en Amérique : ils seraient punis comme des adultes ! Sad
En tous cas, il s'agit d'une situation bien difficile ! Comment trouver le bon moyen de remettre ces jeunes dans le droit chemin ? S'ils étaient accompagnés d'adultes, j'espère que ceux-ci seront bien punis. Ils méritent une double peine : pour vandalisme, mais également pour avoir montré un tel exemple à des mineurs ! cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dombom
*****
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Mer 14 Sep - 9:48

Au fait,

Pourquoi n'enseigne-t-on pas clairement à l'école, les règles du tri sélectif ?
ça concerne absolument tout le monde et j'imagine que bien des parents se posent des questions (ou ne s'en posent pas d'ailleurs) et hésitent (ou pas) au moment de trier leurs poubelles. Si les enfants pouvaient les éclairer, ce serait bien !
Un exemple : dans les papiers je mettais tout ce qui me paraissait être du papier, mais, le papier photo par exemple (brillant) peut-il se jeter avec le papier ?
On m'a dit qu'il ne fallait pas trier les enveloppes à fenêtre, ni aucune enveloppe d'ailleurs, à cause de la colle. Vrai ? Faux ?

Voilà un sujet d'éducation civique qui ne devrait susciter aucune polémique et faire l'unanimité, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anémone
******
avatar


MessageSujet: Re: Un constat.   Mer 14 Sep - 10:06

dombom a écrit:
Au fait,

Pourquoi n'enseigne-t-on pas clairement à l'école, les règles du tri sélectif ?
ça concerne absolument tout le monde et j'imagine que bien des parents se posent des questions (ou ne s'en posent pas d'ailleurs) et hésitent (ou pas) au moment de trier leurs poubelles. Si les enfants pouvaient les éclairer, ce serait bien !
Un exemple : dans les papiers je mettais tout ce qui me paraissait être du papier, mais, le papier photo par exemple (brillant) peut-il se jeter avec le papier ?
On m'a dit qu'il ne fallait pas trier les enveloppes à fenêtre, ni aucune enveloppe d'ailleurs, à cause de la colle. Vrai ? Faux ?

Voilà un sujet d'éducation civique qui ne devrait susciter aucune polémique et faire l'unanimité, non ?
Bonne idée...mais... les adultes sont plus qu'indisciplinés...
Quand j'étais en activité , lorsque les immeubles ont été dotés de poubelles pour les différents tris, chaque foyer a eu un manuel d'utilisation avec le mode d'emploi pour chaque couleur de container..mais certains détails n'étaient pas notés ( enveloppe ou certains emballages ) mais déjà si chacun triait l'essentiel , ce serait un sacré pas en avant.
Chaque jour je devais vérifier le contenu des tris des poubelles jaunes, sinon, s'il y avait ce qu'il ne fallait pas, la poubelle était refusée et non vidée....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un constat.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un constat.
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» comment représenter graphiquement ce constat?
» CONSTAT DES RISQUES D'EXPOSITION AUX PEINTURES DE PLOMB
» Constat ou interprétation du discours
» Aide pour comprendre ce problème
» Juger ou ne pas juger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Sciences sociales & Psychologie-
Sauter vers: