philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 L'Espoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: qu'est ce que l'espoir?   Jeu 25 Nov - 17:31


L’espoir est à première vue un sentiment des plus positifs : il repose sur la confiance dans l'avenir
le désespoir, renvoie plutôt au pessimisme et à la passivité.

notre attention sur l’objet de l’espoir, c’est-à-dire ce qui est espéré. Nous espérons toujours, d’une manière ou d’une autre, ce qui va dans le sens de ce que nous croyons être notre intérêt individuel ou collectif, ou encore l’intérêt d’êtres qui revêtent pour nous de l’importance (ce qui peut aller jusqu’à l’humanité entière, des bêtes, etc.). Mais cela ne garantit évidemment en rien la légitimité de ce que nous espérons.


avons nous une influence sur cet espoir?...NON!

pouvons-nous nous empêcher d’éprouver de l' espoir ? mais, l’espoir incite parfois à l’action, nous sommes toujours passifs à l’égard de nos espoirs eux-mêmes, qui s’imposent à nous sans que nous puissions les provoquer, les modifier ou les supprimer.

Seulement, l'espoir nous donne t-il un sentiment de sécurité?
je ne le pense pas, mais il nous donne une raison d'avancer,et qui sait,un jour notre rêve se réaliser.

Mais parfois, ne coure t-on pas après des chimères!
on se fait parfois un cinéma, est ce bien réaliste?

Je sais une chose,
toute ma vie ,j'ai toujours eux de l'espoir dans l'avenir, cela devait aller mieux un jour?
et jusqu'a présent, je n'ai pas encore perdu ESPOIR.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Jeu 25 Nov - 18:48

L'espoir est directement lié à notre conviction que quelque chose va pouvoir

modifier un point négatif ou douloureux.

Et, ce quelque chose peut nécessiter notre implication partielle ou totale.

Oui, c'est tout d'abord une affaire de conviction dans un cadre celui de notre intime perception du monde.

Et ce dernier élément est sans doute celui sur lequel on peut le moins influer.

Je crois aux progrès de la science donc j'ai le raisonnable espoir de voir certaines maladies disparaître ou guéries.

C'est un exemple.

En revanche il y a des espoirs qui me paraissent plutôt nocifs comme celui qui consisterait à forger des projets en se disant qu'untel va changer ou encore que les humains vont changer Rolling Eyes .....

Il y a là une dérive qui consiste à prendre nos désirs pour de l'espoir.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Ven 26 Nov - 14:21



un texte du forum de femmes actuelles:

Pour moi, quoiqu'il m'arrive, quelles que soient les difficultés que je rencontre, je sais que mon lendemain sera un jour nouveau et que peut être, le soleil illuminera ma journée. L'espoir c'est la lumière qu'on attend à la sortie du tunnel. Il est notre assurance quant à l'avenir. Chacun de nous le place à la hauteur de ses sentiments. Il est une soupape à l'attente. Mais attention s'il vous entraîne plus vite que vous n'êtes en mesure d'aller, il vous faudra apprendre à l'écouter et à l'utiliser, mais tel un voilier, en l'adaptant aux conditions que la vie vous impose. Alors seulement il pourra vous tirer en avant. Pour cela, souvent, il faut y laisser quelques plumes .




Très sinceremment, je pense qu'il faut toujours garder espoir,chaque jours a sa peine,mais aussi ses joies,alors qui sait?

l'espoir c'est quand vous allez mal et que les choses sont difficiles , quelqu'un qui vous prend par la main et qui vous aide à avancer
!
croire que demain ce sera mieux et surtout, avoir confiance dans l'être humain.

2




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Ven 26 Nov - 17:19

marie-josé a écrit:
avons nous une influence sur cet espoir?...NON!
Et pourquoi pas ? Je crois qu'une réflexion bien menée peut engendrer un espoir de réussir quelque chose de bien particulier. Si nous n'avons pas de jambes, nous ne pouvons pas espérer marcher, mais si quelqu'un nous propose une prothèse, l'espoir revient.

marie-josé a écrit:
pouvons-nous nous empêcher d’éprouver de l' espoir ? mais, l’espoir incite parfois à l’action, nous sommes toujours passifs à l’égard de nos espoirs eux-mêmes, qui s’imposent à nous sans que nous puissions les provoquer, les modifier ou les supprimer.
Et pourquoi ne pourrions-nous pas les provoquer ? Je ne dis pas que ce soit toujours possible, mais il me semble que parfois, nous en avons la possibilité. Il faut parfois se bouger pour en avoir. Exemple : les hypocondriaques s'imaginent souvent avoir des maladies très graves. Il leur suffit, soit de consulter un médecin, soit de se renseigner auprès de quelqu'un de compétent pour que l'espoir renaisse. S'ils restent dans leur trou, ils risquent de sombrer...

marie-josé a écrit:
Seulement, l'espoir nous donne t-il un sentiment de sécurité?
je ne le pense pas, mais il nous donne une raison d'avancer,et qui sait,un jour notre rêve se réaliser.
Certes, l'espoir nous fait avancer, mais je pense quand même qu'il peut donner un sentiment de sécurité. Si nous n'avions pas le moindre espoir, nous n'avancerions plus.

marie-josé a écrit:
Mais parfois, ne coure t-on pas après des chimères!
on se fait parfois un cinéma, est ce bien réaliste?
Crois-tu que l'espoir soit toujours réaliste ? Evil or Very Mad

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Ven 26 Nov - 17:26

stip a écrit:
L'espoir est directement lié à notre conviction que quelque chose va pouvoir modifier un point négatif ou douloureux.
Crois-tu que ce soit notre conviction qui nous donne de l'espoir ou l'inverse ?

stip a écrit:
Et, ce quelque chose peut nécessiter notre implication partielle ou totale.

Oui, c'est tout d'abord une affaire de conviction dans un cadre celui de notre intime perception du monde.
Je pense que l'espoir du "meilleur" peut devenir une conviction, ou presque.

stip a écrit:
En revanche il y a des espoirs qui me paraissent plutôt nocifs comme celui qui consisterait à forger des projets en se disant qu'untel va changer ou encore que les humains vont changer Rolling Eyes .....
Il s'agit certes d'un manque fondamental d'objectivité, mais ce n'est pas nocif. Celui qui demeure persuadé que le monde peut encore totalement changer est probablement un naïf... mais également un heureux ! L'espoir ne fait de mal à personne !

stip a écrit:
Il y a là une dérive qui consiste à prendre nos désirs pour de l'espoir.
Mais "L'espoir fait vivre" et "Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir" ! Quand bien même serions-nous totalement au fond du trou, convaincus d'avoir tout perdu, le moindre petit semblant de changement ranimerait notre espoir : l'instinct de survie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Ven 26 Nov - 18:41

Nelly a écrit:
L'espoir ne fait de mal à personne !

Mouais.....
Va dire ça à tous ceux qui ont connu une dictature basée sur un ideal humain, débarrassé des bonnes raisons qu'on lui accorde d'être mauvais Suspect , qu'elles soient sociales, culturelles ou raciales scratch .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Ven 26 Nov - 18:51

"Qu'est-ce que l'espoir?"
Une erreur.
Dès lors qu'il extrait la personne de la réalité. L'espoir est une projection vers un avenir qui n'a aucune existence. C'est juste de l'imaginaire. Le combat, c'est dans le réel de l'instant que ça se passe. L'espoir est une menace supplémentaire étant donné que la désillusion qu'il engendre lorsqu'il n'est pas à la hauteur de ce qu'on misait renforce l'idée que la réalité est trop dure. C'est de nouveau se projeter dans un temps illusoire : celui de ce moment passé et qui n'existe plus durant lequel on a imaginé ce que l'espoir dessinait.
Je tente par conséquent de n'avoir aucun espoir. Je préfère vivre maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Ven 26 Nov - 19:27

Thierry a écrit:
"Qu'est-ce que l'espoir?"
Une erreur.
Dès lors qu'il extrait la personne de la réalité. L'espoir est une projection vers un avenir qui n'a aucune existence. C'est juste de l'imaginaire. Le combat, c'est dans le réel de l'instant que ça se passe. L'espoir est une menace supplémentaire étant donné que la désillusion qu'il engendre lorsqu'il n'est pas à la hauteur de ce qu'on misait renforce l'idée que la réalité est trop dure. C'est de nouveau se projeter dans un temps illusoire : celui de ce moment passé et qui n'existe plus durant lequel on a imaginé ce que l'espoir dessinait.
Je tente par conséquent de n'avoir aucun espoir. Je préfère vivre maintenant.

A titre hollistique, je comprends ce que tu exprimes....

Et pourtant...

Si ,pour moi, il y a des gens qui ont compris l'authentique sens du mot espoir, ce sont ceux qui travaillent auprès des enfants.
Humble espoir certes, mais parfois tellement surprenant et merveilleux quand on s'y est impliqué.
"Sauver ce qui peut l'être", "provoquer une étincelle" voilà la récompense!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Sam 27 Nov - 6:56

Pas d'accord avec toi Thierry.

Il faut savoir raison garder, certes. Faire la part des choses, être ouvert à toutes les idées et surtout réaliser que ce qui est bon pour soi, ne l'est pas forcément pour les autres.

Se défendre surtout de n'avoir qu'une idée. Qu'un seul horizon.

Avoir de l'esprit... mais pas un seul.

Les dictateurs relèvent de la psychiatrie et leur cas est à part. Comme tous les obsédés -dans toutes les matières-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Sam 27 Nov - 8:20

Je ne cros pas hélas, que l'on puisse assimiler un dictateur, un chef de bande ou de mouvement à un cas psychiatrique car le propre du malade psychiatrique est d'abord la solitude par le manque de "lisibilité" de ses délires.

La dictature rallie au contraire sur des idées très simples.

Elle exige loyauté aveugle sinon promet destruction par la force , la terreur.


Dernière édition par stip le Sam 27 Nov - 8:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Sam 27 Nov - 8:30

Oui, la psychiatrie est simpliste...

Mais toutes les déviances relèvent de la folie. De là à absoudre, il y a un pas à ne pas franchir.

Assassins en séries, illuminés de toutes sortes sont fous. Ils ne doivent pas pour autant éviter les sanctions. L'excuse st trop facile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dombom
*****
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Sam 27 Nov - 8:42

Thierry a écrit:
"Qu'est-ce que l'espoir?"
Une erreur.
Dès lors qu'il extrait la personne de la réalité. L'espoir est une projection vers un avenir qui n'a aucune existence. C'est juste de l'imaginaire. Le combat, c'est dans le réel de l'instant que ça se passe. L'espoir est une menace supplémentaire étant donné que la désillusion qu'il engendre lorsqu'il n'est pas à la hauteur de ce qu'on misait renforce l'idée que la réalité est trop dure. C'est de nouveau se projeter dans un temps illusoire : celui de ce moment passé et qui n'existe plus durant lequel on a imaginé ce que l'espoir dessinait.
Je tente par conséquent de n'avoir aucun espoir. Je préfère vivre maintenant.
<< L’espoir, au contraire de ce qu’on croit, équivaut à la résignation. Et vivre, c’est ne pas se résigner. >>
Albert CAMUS ( Noces)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Sam 27 Nov - 8:46

dombom a écrit:
Thierry a écrit:
"Qu'est-ce que l'espoir?"
Une erreur.
Dès lors qu'il extrait la personne de la réalité. L'espoir est une projection vers un avenir qui n'a aucune existence. C'est juste de l'imaginaire. Le combat, c'est dans le réel de l'instant que ça se passe. L'espoir est une menace supplémentaire étant donné que la désillusion qu'il engendre lorsqu'il n'est pas à la hauteur de ce qu'on misait renforce l'idée que la réalité est trop dure. C'est de nouveau se projeter dans un temps illusoire : celui de ce moment passé et qui n'existe plus durant lequel on a imaginé ce que l'espoir dessinait.
Je tente par conséquent de n'avoir aucun espoir. Je préfère vivre maintenant.
<< L’espoir, au contraire de ce qu’on croit, équivaut à la résignation. Et vivre, c’est ne pas se résigner. >>
Albert CAMUS ( Noces)

Ah, "Noces", Dombom, à quel point ce livre m'a marqué, transformé...
Gide écrivait " Je veux mourir désespéré." Il fallait comprendre ce que l'expression portait comme message d'espoir Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Sam 27 Nov - 8:51

dombom a écrit:
Thierry a écrit:
"Qu'est-ce que l'espoir?"
Une erreur.
Dès lors qu'il extrait la personne de la réalité. L'espoir est une projection vers un avenir qui n'a aucune existence. C'est juste de l'imaginaire. Le combat, c'est dans le réel de l'instant que ça se passe. L'espoir est une menace supplémentaire étant donné que la désillusion qu'il engendre lorsqu'il n'est pas à la hauteur de ce qu'on misait renforce l'idée que la réalité est trop dure. C'est de nouveau se projeter dans un temps illusoire : celui de ce moment passé et qui n'existe plus durant lequel on a imaginé ce que l'espoir dessinait.
Je tente par conséquent de n'avoir aucun espoir. Je préfère vivre maintenant.
<< L’espoir, au contraire de ce qu’on croit, équivaut à la résignation. Et vivre, c’est ne pas se résigner. >>
Albert CAMUS ( Noces)

Top ! Oui pour avoir besoin d'espoir, il faut être désespéré!
Nourrir des ambitions en inadéquation avec ses capacités en quelques sortes, , porter son regard là où notre action n'a aucune chance non? Dites moi, si je me trompe d'interprétation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Sam 27 Nov - 10:31

stip a écrit:
Nelly a écrit:
L'espoir ne fait de mal à personne !
Mouais.....
Va dire ça à tous ceux qui ont connu une dictature basée sur un ideal humain, débarrassé des bonnes raisons qu'on lui accorde d'être mauvais Suspect , qu'elles soient sociales, culturelles ou raciales scratch .
Il me semble que ceux qui vivent sous un tel régime sont ceux qui ont le plus d'espoir. Ils ne pourraient pas vivre sans. Je crois que c'est même leur seule raison de vivre : l'espoir de la fin de leur situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Sam 27 Nov - 10:58

« Un second mariage est le triomphe de l’espérance sur l’expérience. » [Samuel Johnson]
Le mot espérance n'a pas de sens, dans cette citation. Il est à remplacer par espoir. Par conséquent :

« Un second mariage est le triomphe de l'espoir sur l’expérience. »

Il ne faudrait donc pas avoir d'espoir ? Jamais ? Trop risqué ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Sam 27 Nov - 14:18

Thierry a écrit:
"Qu'est-ce que l'espoir?"
Une erreur.
Une erreur ? Shocked Que fait-on alors, quand tout va mal ? On se flingue de suite ? En n'ayant plus aucun espoir d'amélioration, je n'entrevois rien d'autre !

Thierry a écrit:
Dès lors qu'il extrait la personne de la réalité. L'espoir est une projection vers un avenir qui n'a aucune existence. C'est juste de l'imaginaire.
Et que fais-tu du moral ? Certains remontent une pente ardue grâce à leur moral. Or, le moral est animé par l'espoir !

Thierry a écrit:
Le combat, c'est dans le réel de l'instant que ça se passe.
Quel que soit le combat mené, n'a-t-on pas l'espoir, parfois insensé sans doute, de réussir ? Même un échec, après un espoir, ne fait pas plonger dans le désespoir. On peut repartir pour mieux combattre.

Thierry a écrit:
Je tente par conséquent de n'avoir aucun espoir. Je préfère vivre maintenant.
Parce que, d'après toi, l'espoir empêche de vivre au présent ? Tu as bien raison de le faire et d'en profiter, mais je n'arrive pas imaginer qu'aucun espoir ne puisse t'animer, fut-ce d'avoir du beau temps pour un périple, ou espérer s'en sortir "en entier" dans certaines circonstances, comme tu les as déjà narrées par ailleurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Dim 28 Nov - 9:30

Ce matin sur mon blog. Ca m'a trotté dans la tête une partie de la nuit.

L'espoir.
Un mot si exploité, tant de gens qui s'y perdent.

Je sais quel est le danger. Lorsque j'étais cloué au lit, j'espérais que ça allait s'arrêter, que ça allait finir par me lâcher, que j'allais m'en sortir, je vivais dans cette projection incessante d'un avenir meilleur, un espoir aussi puissant que la douleur qui me dévorait.

Ca ne servait à rien.

C'était un piège étant donné que ces pensées se tournaient vers une illusion temporelle et me coupait de la réalité. Bien sûr que cette réalité était une véritable torture mais en quoi cette fuite en avant pouvait-elle m'aider ? C'était absurde tout comme est absurde l'espoir lui-même.

Dans mon cas, l'espoir occupait une place immense, occasionnait une dépense d'énergie constante. Rien n'en survenait étant donné qu'il ne s'agissait que de pensées infantiles. C'est comme attendre l'arrivée du Père Noël...

Ce temps écoulé ne reviendrait plus, il avait tout bonnement été gaspillé.

L'espoir est un gaspillage monumental de temps et d'énergie. Si encore il permettait d'y trouver un certain apaisement mais c'est loin d'être le cas.

Imaginons que cet espoir fasse monter l'individu sur une pente, plus l'espoir est intense, plus la pente s'allonge, c'est un sommet inaccessible étant donné qu'il est fabriqué par la pensée. C'est Sisyphe qui pousse son rocher et qui espère atteindre le sommet perdu dans ses pensées. Il viendra immanquablement un moment où les pensées s'épuiseront, c'est un phénomène naturel, d'autres priorités prendront la place, l'espoir s'essoufflera et Sisyphe lâchera son effort sur le rocher. La masse libérée l'entraînera dans une chute proportionnelle à l'altitude que l'espoir lui aura fait atteindre...Il vaut bien mieux dès lors lâcher pied le plus rapidement possible. Il ne faut surtout pas s'entêter par orgueil dans son espoir. C'est encore une fois un problème éducatif, un formatage, un conditionnement de société : famille, école, travail, couple, enfants, les situations s'enchaînent et nous projettent dans la tentation de l'espoir.

"J'espère qu'il fera beau demain."

Un phénomène sur lequel nous n’avons strictement aucune influence.

"J'espère qu’il viendra au rendez-vous."

Ce qui importe dans la réalité, c’est que moi j’y sois étant donné que c’est une réalité qui me concerne, sur laquelle j’ai une réelle emprise.

"J'espère que j'aurai une bonne note."

Ce qui importe, c’est d’avoir fait ce qu’il fallait pour l’obtenir. Le reste dépend de la subjectivité du correcteur…

"J'espère que j'aurai une prime."

Même chose sauf que c’est un patron…

"J'espère que j'aurai les numéros gagnants du loto." Totalement absurde.



« J’espère que mes efforts seront récompensés. »

Dans ce cas là, on peut au moins reconnaître qu’il y a eu un travail, une emprise sur le réel. Mais le danger vient du fait que cette projection liée à l’espoir est encore une fois une dépense d’énergie inutile, une déviation des pensées qui ne seront pas au service du travail mais perdues dans l’irréalité. On en revient donc bien toujours à cette notion de gaspillage. L’essentiel, dans un projet, n’est pas l’espoir mais le saisissement complet de l’énergie et de l’instant. Il s’agit de rester conscient, lucide, vigilant, opiniâtre, déterminé. L’espoir n’a rien à faire là. C’est comme une aimantation qui a pour effet d’extraire de l’individu l’énergie dont il dispose, un champ magnétique qui pertube les forces disponibles. Il faut imaginer des paillettes d'énergie qui sont volées par l'espoir, qui vont se coller contre cet aimant puissant qui les attire.



Lorsque j’espérais retrouver mon intégrité physique, je me perdais dans un espace chaotique, les pensées fébriles de celui qui souffre et voudrait qu’une bonne fée passe par là et d’un coup de baguette magique règle le problème. Toutes ces pensées sont des ferments de la douleur étant donné qu’elles n’aboutissent à rien de positif et finissent par s’effacer d’un coup, accentuant encore les effets destructeurs de la souffrance. C’est comme un paravent derrière lequel s’entasseraient des marées de douleurs. Il y aura forcément une déchirure à un moment et le flot libéré emportera tout sur son passage. Ca n’est pas la douleur qui est responsable de cet effet paroxystique mais bien l’espoir qui a fabriqué artificiellement ce condensé de violence.

Dans le phénomène des pensées, l’espoir est un traître infatigable et à l'imagination débordante. Il suffit qu’une fois dans l’existence de l’individu, un projet aboutisse et qu’il ait été accompagné durant sa réalisation par un espoir flamboyant pour que le conditionnement s’installe. La lucidité a été balayée par cette « réussite » et l’individu s’imagine que cette euphorie durable qui l’a nourri au fil de ses pensées est une nécessité à reproduire systématiquement.

Si par contre, le projet n’aboutit pas, l’individu refusera d’étudier en profondeur le mécanisme des pensées et mettra cette issue défavorable sur le compte de la malchance. La déception renforcée par l’illusion détruite sera bien plus puissante mais le refus de l’analyse entretiendra le dispositif. La prochaine fois, l’espoir redeviendra l’étendard dressé.



Lorsqu’un enfant s’entend dire qu’il est assez grand pour laisser son « doudou » et qu’il voit ses parents nourrir l’espoir qu’il soit un bon élève, qu’il apprenne un métier, qu’il s’installe dans la vie sociale, qu’il fasse un beau mariage, qu’il réussisse sa carrière, il pourrait demander à ses parents de laisser tomber leur propre « doudou » mais il entre au contraire dans ce fonctionnement pervers…Il se construit sur l’espoir transmis par ses tuteurs….Vaste supercherie. Le conditionnement est installé. C’est une pression dont il se retrouve encombré, alourdi, une mission à tenir. La déception éventuelle des parents sera à la mesure de leur espoir et la rupture viendra dès lors d’une incapacité à rester dans le réel. Tout le monde en souffrira. Comme une trahison alors que rien dans la réalité n’imposait cela. C’est le phénomène insoumis des pensées qui est le seul responsable. Si pour l’aîné, l’issue correspond aux espoirs infantiles des parents, c’est le deuxième enfant qui aura à subir une pression supplémentaire.

« Regarde ton frère comme il a réussi ! Il a comblé tous nos espoirs ! Tu pourrais en faire autant tout de même… »

L’espoir qui devient une arme de destruction massive. La masse spirituelle de l’individu brisé.

Lorsque j’étais cloué dans mon lit, j’ai toujours gardé espoir. Et j’ai entretenu jusqu’au bout l’illusion d’une issue favorable. Ces pensées m’ont maintenu enfermé dans un cloaque carcéral, des sables mouvants qui m’étouffaient. Aucune analyse réelle, aucune conscience de ce qui m’avait conduit là, c’était juste une malchance effroyable et ça ne pouvait pas durer. La médecine allait me sauver, il y avait forcément quelqu’un d’extérieur à mon histoire qui pouvait comprendre…Effroyable présence du « doudou » qu’on refuse de lâcher tout au long de notre vie. Pour certains, ce « doudou » s’appelle Dieu et il est serré férocement et reçoit en alternance les prières ou les reproches.

Combien de couples qui se déchirent dès lors que l’un des partenaires ne parvient plus à nourrir le « doudou » de l’espoir…



Il a fallu que je sombre totalement dans la douleur physique, dans le délabrement moral pour que le mécanisme vole en éclat. Il a fallu que le goût de la mort devienne l’ultime espoir pour que je prenne conscience du mécanisme. C’est là qu’Hélène est apparue. Elle a fini d’ouvrir les portes, elle m’a permis de franchir le seuil.

L’énergie vitale n’a pas besoin d’espoir. Pour elle, c’est un poison. C’est comme si l’individu vénérait une illusion alors que la vie est là. On peut même imaginer que la vie en soit déçue, effroyablement déçue. Au point de se retirer puisque l’illusion a plus d’importance que la vie elle-même. Pourquoi rester là ? Il y a sûrement mieux à faire ailleurs…



L’étape la plus difficile, la plus délicate, le travail de sape le plus redoutable à effectuer est de cesser de penser. Il s’agit de vibrer intérieurement alors que la pensée est une projection extérieure. Nous avons appris à penser jusqu’à finir par nous « dé-penser. » Nous sommes sortis de nous-mêmes en nous projetant dans un flot d’abstractions et nos pensées sont devenues des "dé-pensées" énergétiques, des dispersions multipliées à l’infini.



Je dois aussi à l’effort long d’avoir découvert cet espace « dé-pensé », cette plénitude de la vie étreinte dans le creuset de l’énergie originelle. Lorsqu’il n’y a rien d‘autre que le saisissement du silence intérieur, le ronflement infime de l’univers qui s’étend.



Je mourrai totalement désespéré et je remercie la vie de ce cadeau inestimable.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Dim 28 Nov - 9:59

Nelly a écrit:
« Un second mariage est le triomphe de l’espérance sur l’expérience. » [Samuel Johnson]
Le mot espérance n'a pas de sens, dans cette citation. Il est à remplacer par espoir. Par conséquent :

« Un second mariage est le triomphe de l'espoir sur l’expérience. »

Il ne faudrait donc pas avoir d'espoir ? Jamais ? Trop risqué ? Wink

justement de part l'expérience d'un premier mauvais mariage,on devrait dans le deuxième,être plus vigilant,plus attentif aux fautes à ne pas faire,de part cette première expérience.
donc, nous avons alors ESPOIR de faire mieux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Lun 29 Nov - 17:53

Thierry a écrit:
..

L'espoir est un gaspillage monumental de temps et d'énergie. Si encore il permettait d'y trouver un certain apaisement mais c'est loin d'être le cas.

Imaginons que cet espoir fasse monter l'individu sur une pente, plus l'espoir est intense, plus la pente s'allonge, c'est un sommet inaccessible étant donné qu'il est fabriqué par la pensée. C'est Sisyphe qui pousse son rocher et qui espère atteindre le sommet perdu dans ses pensées. Il viendra immanquablement un moment où les pensées s'épuiseront, c'est un phénomène naturel, d'autres priorités prendront la place, l'espoir s'essoufflera et Sisyphe lâchera son effort sur le rocher. La masse libérée l'entraînera dans une chute proportionnelle à l'altitude que l'espoir lui aura fait atteindre...Il vaut bien mieux dès lors lâcher pied le plus rapidement possible. Il ne faut surtout pas s'entêter par orgueil dans son espoir. C'est encore une fois un problème éducatif, un formatage, un conditionnement de société : famille, école, travail, couple, enfants, les situations s'enchaînent et nous projettent dans la tentation de l'espoir.

......

Ce qui importe dans la réalité, c’est que moi j’y sois étant donné que c’est une réalité qui me concerne, sur laquelle j’ai une réelle emprise.....


.Dans le phénomène des pensées, l’espoir est un traître infatigable et à l'imagination débordante....
..... La prochaine fois, l’espoir redeviendra l’étendard dressé.



Je mourrai totalement désespéré et je remercie la vie de ce cadeau inestimable.


Excuse moi de n'avoir relevé que quelques bribes de ton texte que je ne voudrais pas trahir.
Tout du moins ce sont des points de ta réflexion auxquels j'adhère complètement.
Excepté ta dernière pensée que je garde néanmoins car plutôt jolie!
A celle-ci je répondrai que je refuse tout autant de me nourrir de désespoir que d'espoir.

L'un comme l'autre forment un écran, ce sont des projections délibérément optimistes ou pessimistes comme des refus de tenter l'aventure pour ce qu'elle est, avec ses risques de joies et de souffrances.
L'exemple des premiers ou Xièmes mariages, cette citation sur la victoire de l'espoir sur l'expérience (Shocked .....n'importe quoi!), en la matière il n'y a ni l'un ni l'autre qui vaillent...à moins de se spécialiser dans un type de relation , de personnalité et recommencer les mêmes erreurs (ce qui peut arriver semble-t-il mais alors ça relève d'un problème psy à résoudre).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Lun 29 Nov - 18:03

Je mourrai totalement désespéré et je remercie la vie de ce cadeau inestimable.


Je voulais dire par là Stip que je ne serai plus enfermé dans le moindre espoir et non pas désespéré par manque d'espoir. Etre désespéré, c'est être libéré. On ne le voit que comme l'opposé de l'espoir alors qu'il s'agit au contraire d'un bonheur immense. J'y vois un acte délibéré et non une détresse insoumise.
C'est marrant mais aujourd'hui le débat en philo est parti sur ce sujet/
Pouvoir, vouloir et espérer.
Il y a un texte de Sénèque que je trouve admirable.
"Quand tu auras désappris à espérer, je t'apprendrai à vouloir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mar 30 Nov - 6:16

est ce a dire qu'espérer est inutile?
que l'espoir est pour les imbéciles?

Je ne sais ce qui vous fait avancer, mais sans espoir que sont nos perspectives?
d'accord,il dépend de nous de réussir,mais pas toujours.
Des circonstances peuvent nous rendre la tâche difficile ,voir,impossible.
Alors ,après bien des échecs,si nous n'avions pas un peu d'espoir, quel est encore l'intérêt de vivre?

hé oui, l'expérience peu nous guider à faire mieux la prochaine fois.

Ce que nous n'avons put réaliser,peut être que partie remise,et c'est justement cet espoir qui nous rassure et nous guide a persévérer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mar 30 Nov - 9:45

Thierry a écrit:
Je mourrai totalement désespéré et je remercie la vie de ce cadeau inestimable.

Je voulais dire par là Stip que je ne serai plus enfermé dans le moindre espoir et non pas désespéré par manque d'espoir. Etre désespéré, c'est être libéré.
OK, il s'agit d'une autre façon de voir les choses. Encore faut-il réussir à le faire. J'aimerais, personnellement, ne jamais être désespérée mais ne jamais vivre sans espoir. Pour en revenir à ta première phrase, tu considères que mourir sans aucun espoir, c'est-à-dire savoir être arrivé à la fin de sa vie, est un bonheur, un cadeau ? S'il en est ainsi, et en l'analysant à froid, qu'est-ce qui te retient encore sur terre ? Ma question me semble déplacée à moi-même pour ce que je connais de toi, mais je relève uniquement tes propos et ce qu'ils m'inspirent, ainsi repris.

Thierry a écrit:
On ne le voit que comme l'opposé de l'espoir alors qu'il s'agit au contraire d'un bonheur immense. J'y vois un acte délibéré et non une détresse insoumise.
Effectivement, la détresse est insoumise, malheureusement, tout comme l'espoir, d'ailleurs. Tu sembles avoir la possibilité de vider ton esprit de pensées. Je ne l'avais jamais entendu au préalable et tant mieux pour toi. J'aimerais beaucoup de faire, de temps à autre, mais je n'y parviens pas. Il me faut, par conséquent, accepter que certains soucis nuisent à mon bien-être... et je sais que les personnes que je côtoie sont dans le même cas.

Quand je rencontre une maman désespérée d'avoir perdu son enfant, je ne sais pas lui apprendre à vider sa tête de pensées qui l'accablent... Ce serait formidable, pourtant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anémone
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mar 30 Nov - 10:01

L'espoir nous pousse en avant, qui ne possède aucun espoir pour l'avenir ou c'est un blasé, ou un déprimé....
Dans la vie de tous les jours , quand on est bien dans sa tête on regarde en avant....donc on " espère " que le futur apportera des lendemains.
J'aime justement, même en sachant que mon interlocuteur est dans une mauvaise situation, essayer de mettre du soleil dans sa morosité...et si je n'avais aucun espoir de réussite, je ne tenterai rien...
Pour les enfants, les parents, les amis il faut vivre en leur apportant dans les moments difficiles, l'espoir d'une simple et durable amélioration...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mar 30 Nov - 10:03

Thierry a écrit:
L'espoir est un gaspillage monumental de temps et d'énergie.
C'est énorme, comme commentaire. Quand on n'a plus que l'espoir auquel se raccrocher, j'estime qu'il n'y a pas de gaspillage.

Thierry a écrit:
Si encore il permettait d'y trouver un certain apaisement mais c'est loin d'être le cas.
Mais bien évidemment qu'il permet de trouver un certain apaisement, fut-il momentané. Bien sûr, il ne faut pas forcément (tout dépend des situations) rester inerte à attendre que le positif arrive tout seul, du moins celui sur lequel on a une influence. Il faut s'en donner les moyens, mais rien n'est jamais acquis. Pour la dose d'inconnu, on a envie de garder espoir et "ça ne mange pas de pain".

Thierry a écrit:
Imaginons que cet espoir fasse monter l'individu sur une pente, plus l'espoir est intense, plus la pente s'allonge, c'est un sommet inaccessible étant donné qu'il est fabriqué par la pensée. C'est Sisyphe qui pousse son rocher et qui espère atteindre le sommet perdu dans ses pensées. Il viendra immanquablement un moment où les pensées s'épuiseront, c'est un phénomène naturel, d'autres priorités prendront la place, l'espoir s'essoufflera et Sisyphe lâchera son effort sur le rocher. La masse libérée l'entraînera dans une chute proportionnelle à l'altitude que l'espoir lui aura fait atteindre...Il vaut bien mieux dès lors lâcher pied le plus rapidement possible. Il ne faut surtout pas s'entêter par orgueil dans son espoir. C'est encore une fois un problème éducatif, un formatage, un conditionnement de société : famille, école, travail, couple, enfants, les situations s'enchaînent et nous projettent dans la tentation de l'espoir.
Peut-être est-ce valable pour toi, mais je n'y souscrits pas du tout. Dans certains cas, ces efforts sont couronnés de succès et l'espoir n'aura pas été vain.

Si un gamin entrant au primaire n'a pas l'espoir de réussir à s'instruire, il ne fera aucun effort et n'y réussira pas. En fait, il se trouve devant une montagne qui lui "paraît" inaccessible et dont la notion de difficultés lui échappe. Ne sommes-nous pas bien souvent des enfants au regard de la vie ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Espoir   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Espoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vieillesse (poème d'espoir)
» La clinique de l''espoir
» Un Grand Message d'Espoir!
» Abandonner l'espoir.
» Les chirurgiens de l'espoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Littérature & Culture-
Sauter vers: