philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 L'Espoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mar 30 Nov - 10:15

stip a écrit:
L'exemple des premiers ou Xièmes mariages, cette citation sur la victoire de l'espoir sur l'expérience (Shocked .....n'importe quoi!), en la matière il n'y a ni l'un ni l'autre qui vaillent...à moins de se spécialiser dans un type de relation , de personnalité et recommencer les mêmes erreurs (ce qui peut arriver semble-t-il mais alors ça relève d'un problème psy à résoudre).
Il était question d'un second mariage, pas de toute une tapée. Certains se spécialisent en quelque sorte, comme tu dis, mais ce n'est pas d'eux dont nous parlions. Un premier échec, dans un mariage, peut permettre d'en tirer des conclusions, des leçons, et d'éviter de refaire la même erreur. Ce peut être le choix d'un partenaire différent, mais ce peut également être une remise en question personnelle.

Eh oui, j'en suis convaincue : la plupart des futurs mariés ont le grand espoir que leur mariage fonctionnent, en dépit du nombre de divorces...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mar 30 Nov - 11:10

"Quand tu auras désappris à espérer, je t'apprendrai à vouloir."

Sénèque.



Cette phrase m'est revenue à l'esprit la nuit dernière. J'avais fait un exposé sur la passion quand j'étais au lycée, en terminale philo et l'espoir est une notion fréquemment rencontrée dans ce domaine. Il s'agissait bien entendu pour ma part d'une réflexion sur les alpinistes et cette force qui les pousse vers les plus hauts sommets. Walter Bonatti, dans son livre "A mes montagnes", parlait de l'espoir et disait qu'il était un ennemi redoutable qui le privait de sa lucidité, de l'exploitation de son potentiel physique parce que cet espoir le projetait dans une illusion qui ne le nourrissait que de pensées et non d'actes. Il escaladait un pilier par une nouvelle voie dans Les Drus, en solo...Il revenait d'une expédition sur le K2, une expérience destructrice d'un point de vue humain, une trahison qui avait failli lui coûter la vie. Chaque jour, sur ce pilier, engagé dans une ascension extrêmement périlleuse, il avait abandonné toute forme d'espoir et avait découvert alors que ses forces morales et physiques redoublaient, que rien ne l'arrêtait parce qu'il n'avait aucune autre intention que le franchissement du passage dans lequel il se trouvait. Rien d'autre, l'exploitation pleine et entière de sa volonté, libérée de tout espoir. Cette énergie intime se retrouvait dès lors totalement accessible, sans aucune interférence.

Il avait désappris l'espoir et avait découvert la puissance de la volonté.

"Un état de grâce."

http://www.dailymotion.com/video/x7e664_walter-bonatti-au-pilier-des-drus-c_sport



On peut s'interroger également sur la finalité de l'espoir chez les individus qui s'en servent. Ou se soumettent à lui. Puisque l'espoir est à l'antipode de la volonté et non pas à son service, comme les conditonnements nous l'assènent continuellement, il est raisonnable de conclure que cet espoir est une certaine forme de résignation, un abandon dans l'illusion, le refus de la réalité et le refuge auprès du "doudou" du petit enfant. Il n'y a aucune action dans l'espoir et même si celui-ci génère finalement un acte quelconque, celui-ci sera perturbé par la pensée inhérente à cet espoir. Un filtre qui retient les énergies disponibles, un canal de dérivation. Celui qui affirme "vivre d'espoir" court le risque de ne pas vivre sitôt que l'espoir s'affaiblit, sa situation en devient dès lors désespérée alors qu'il cherchait dans l'espoir un renfort aux conditions d'existence. Espoir-désespoir, sont les deux plateaux d'une même balance.

"Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir."

Même cette expression courue contient une contradiction phénoménale. Dans la vie, il doit y avoir une volonté.

L'espoir, quant à lui, n'est pas adossé à la vie, il est projeté en dehors de la vie, dans un temps à venir qui n'a aucune existence, un futur qui n'est qu'une extrapolation cérébrale, notre malheureuse capacité à nous extraire de l'instant présent, ce cadeau empoisonné, ce don divinatoire que nous ne maîtrisons pas, qui nous illusionne quand nous voudrions qu'il soit la réalité à venir.

Tant qu'il y a de la vie, il y a une volonté. Celle de la vie qui est toujours là. S'abandonner à l'espoir revient à nier la vie, à lui jeter à la figure notre mécontentement, notre colère, notre dégoût, notre rejet. L'espoir signifie, "je vais aller voir plus loin, ça ira mieux là-bas" mais la vie, elle, est toujours là et rien de cet espoir ne la guérit de ses rudesses. La volonté peut y parvenir quand il s'agit d'une action à mener et qui est à notre mesure.



"Ils ne savaient pas que c'était impossible, c'est pour ça qu'ils l'ont fait."

Mark Twain.

Même là, il ne s'agissait pas d'espoir. Mais d'une lutte constante. Dans l'instant réel de la vie immédiate. Peut-être même qu'en étant dans l'ignorance, il a été impossible de concevoir un espoir, par manque de repères, aucune donnée, il ne restait que le saisissement de l'instant, l'action elle-même.

Le désespoir n'est que le prolongement destructeur d'un esprit qui ne vit pas mais qui a le projet de vivre. Le contre-coup de l'égarement prolongé dans les miasmes hallucinogènes de l'espoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mar 30 Nov - 15:10

Nelly a écrit:

Eh oui, j'en suis convaincue : la plupart des futurs mariés ont le grand espoir que leur mariage fonctionnent, en dépit du nombre de divorces...

No - Tu ne te maries pas en disant: "j'espère que ça va marcher"

- tu ne fais pas un enfant en disant : "j'espère qu'il sera épanoui"

non quand tu te maries tu y crois autrement non? Tu le vis cet amour tout simplement.

Quand tu as cet enfant attendu, c'est au quotidien que tu tenteras de l'accompagner dans son épanouissement avec tes moyens.
Dans les deux cas "espérer" se résumerait à ne pas endosser pleinement ses responsabilités.
Dans les deux cas, il s'agit de vivre, de se donner au maximum les moyens de réussir ce qu'on entreprend...."Réussir" autant que l'on peut , bien-sûr tout le monde le veut mais ça sous-entend une implication personnelle beaucoup plus gratifiante et constructive, active que se nourrir "d'espoir"!
le mot "espoir" admet trop de paramètres étrangers à toute volonté personnelle,
Je suis complètement Thierry dans cette perception.
Je préfère le terme de lutte contre soi-même parfois, contre une maladie, contre un fléau à celui d'espoir.
Je pense par exemple à un de mes fils qui va passer un concours....
ça servirait à quoi que je dise que "j'espère" que tout va bien se passer pour lui Rolling Eyes ?
ça serait même plutôt anxiogène, ce serait comme penser d'abord à des imprévisibles dont il pourrait pâtir plutôt que de faire confiance en sa volonté et les moyens qu'il s'est donné pour y parvenir!
Soutenir quelqu'un c'est actif, prendre sa part d'actions pour favoriser ou aider une cause, viser un objectif c'est actif....espérer? non!


Dernière édition par stip le Mar 30 Nov - 16:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mar 30 Nov - 16:42

stip a écrit:
Nelly a écrit:

Eh oui, j'en suis convaincue : la plupart des futurs mariés ont le grand espoir que leur mariage fonctionnent, en dépit du nombre de divorces...

No - Tu ne te maries pas en disant: "j'espère que ça va marcher"

- tu ne fais pas un enfant en disant : "j'espère qu'il sera épanoui"

non quand tu te maries tu y crois autrement non? Tu le vis cet amour tout simplement.

Quand tu as cet enfant attendu, c'est au quotidien que tu tenteras de l'accompagner dans son épanouissement avec tes moyens.
Dans les deux cas "espérer" se résumerait à ne pas endosser pleinement ses responsabilités.
Dans les deux cas, il s'agit de vivre, de se donner au maximum les moyens de réussir ce qu'on entreprend...."Réussir" autant que l'on peut , bien-sûr tout le monde le veut mais ça sous-entend une implication personnelle beaucoup plus gratifiante et constructive, active que se nourrir "d'espoir"!
le mot "espoir" admet trop de paramètres étrangers à toute volonté personnelle,
Je suis complètement Thierry dans cette perception.
Je préfère le terme de lutte contre soi-même parfois, contre une maladie, contre un fléau à celui d'espoir.
Je pense par exemple à un de mes fils qui va passer un concours....
ça servirait à quoi que je dise que "j'espère" que tout va bien se passer pour lui Rolling Eyes ?
ça serait même plutôt anxiogène, ce serait comme penser d'abord à des imprévisibles dont il pourrait pâtir plutôt que de faire confiance en sa volonté et les moyens qu'il s'est donné pour y parvenir!
Alors que la réussite de nos enfants dans ce qu'ils entreprennent est une des choses qui nous tient le plus à coeur....c'est évident!

Totalement en phase avec toi Stip.Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mer 1 Déc - 11:20

stip a écrit:
Nelly a écrit:
Eh oui, j'en suis convaincue : la plupart des futurs mariés ont le grand espoir que leur mariage fonctionnent, en dépit du nombre de divorces...
No - Tu ne te maries pas en disant: "j'espère que ça va marcher"

- tu ne fais pas un enfant en disant : "j'espère qu'il sera épanoui"

non quand tu te maries tu y crois autrement non? Tu le vis cet amour tout simplement.
Effectivement, quand on se marie, on y croit, du moins quand il s'agit du premier mariage et si c'est par amour. C'était mon cas. Je me demande, par contre, si j'aurais encore été aussi confiante si, pour une raison ou une autre, mon mariage n'avait pas tenu. Alors, admettons que pour le mariage, il ne s'agit pas d'espoir, mais de conviction.

stip a écrit:
Quand tu as cet enfant attendu, c'est au quotidien que tu tenteras de l'accompagner dans son épanouissement avec tes moyens.
Dans les deux cas "espérer" se résumerait à ne pas endosser pleinement ses responsabilités.
Dans les deux cas, il s'agit de vivre, de se donner au maximum les moyens de réussir ce qu'on entreprend...."Réussir" autant que l'on peut , bien-sûr tout le monde le veut mais ça sous-entend une implication personnelle beaucoup plus gratifiante et constructive, active que se nourrir "d'espoir"!
Je ne prétends pas que l'espoir signifie se laisser aller, attendre que tout se passe. Au contraire, il s'agit évidemment de faire le maximum pour que tout aille au mieux. Pourtant, nous ne maîtrisons pas tous les paramètres. Pourquoi les enfants sont-ils tellement différents, de l'un à l'autre, tout en ayant reçu une éducation identique ?
Au quotidien, qui de nous n'a pas espéré que son enfant "fasse ses nuits", histoire de récupérer, travaille bien en classe, etc. Ce sont de petits espoirs sur lesquels nous n'avons pas une incidence fondamentale. Certes, nous pouvons réunir les facteurs permettant à l'enfant de s'endormir le plus calmement possible et l'encourager à travailler pour que ses résultats soient satisfaisants. Il n'en reste pas moins que nous ne pouvons pas tout maîtriser.

stip a écrit:
le mot "espoir" admet trop de paramètres étrangers à toute volonté personnelle,
Effectivement, le mot espoir engendre beaucoup d'éléments ne dépendant pas de notre volonté.

stip a écrit:
Je préfère le terme de lutte contre soi-même parfois, contre une maladie, contre un fléau à celui d'espoir.
Je reste persuadée qu'à moins de réussir à faire un vide total dans sa tête, l'espoir apparaît automatiquement, ce qui n'empêche pas notre volonté de lutter.

Au printemps dernier, quand j'ai appris ce qui arrivait à mon mari, j'ai ressenti un coup de massue : il était en pleine forme et rien ne laisser présager... Le pire m'est passé par la tête : deux reins ! Ma force a été de réagir et... d'espérer. Et j'espère encore qu'il n'y aura pas de récidive, bien qu'il fasse ce qu'il faut pour enrayer le mal. Comment aurais-je tenu si je n'avais pas eu d'espoir ? Je ne le considère pas comme nocif et il me permet de vivre, plutôt que de survivre...

stip a écrit:
Je pense par exemple à un de mes fils qui va passer un concours....
ça servirait à quoi que je dise que "j'espère" que tout va bien se passer pour lui Rolling Eyes ?
ça serait même plutôt anxiogène, ce serait comme penser d'abord à des imprévisibles dont il pourrait pâtir plutôt que de faire confiance en sa volonté et les moyens qu'il s'est donné pour y parvenir!
Soutenir quelqu'un c'est actif, prendre sa part d'actions pour favoriser ou aider une cause, viser un objectif c'est actif....espérer? non!
Tout à fait. Sans travail personnel, l'espoir est inexistant, d'ailleurs. Par contre, tu espères peut-être qu'il aura un sujet qu'il préfère, qu'il ne tombera pas malade, même d'une grippe, le moment venu, qu'il sera en pleine possession de ses moyens, que sais-je ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mer 1 Déc - 11:30

c'est de la même façon que Nelly ,que je comprend l'ESPOIR
non comme une forme de défaitisme,mais comme un moteur pour réagir et faire le maximum affin de réussir dans ma démarche.
en plus, quand on a un proche malade,ce n'est selon moi que l'espoir qu'il aille mieux,qui nous fait tenir,tout en faisant ce qu'il faut pour enrayer le mal au moyen du possible!
il me semble que si nous n'avions pas l'ESPOIR, on se laisserait plus facilement anéantir et ne réagirait plus ,ce qui alors serait des plus néfaste.

De même ,dans le cas de thierry, je suppose que quand il s'est rendu chez Isabelle, c'est par ce que il avait l'espoir d'être aider!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mer 1 Déc - 16:49

marie-josé a écrit:
c'est de la même façon que Nelly ,que je comprend l'ESPOIR
non comme une forme de défaitisme,mais comme un moteur pour réagir et faire le maximum affin de réussir dans ma démarche.
en plus, quand on a un proche malade,ce n'est selon moi que l'espoir qu'il aille mieux,qui nous fait tenir,tout en faisant ce qu'il faut pour enrayer le mal au moyen du possible!
il me semble que si nous n'avions pas l'ESPOIR, on se laisserait plus facilement anéantir et ne réagirait plus ,ce qui alors serait des plus néfaste.

De même ,dans le cas de thierry, je suppose que quand il s'est rendu chez Isabelle, c'est par ce que il avait l'espoir d'être aider!

Non! c'est de l'évidence ça! Rolling Eyes

Tout le monde désire triompher des épreuves que la vie met sur notre route, non?

Et la meilleure façon d'y parvenir est de lutter, tenter, relever la tête tant que l'on peut, non?
A quoi bon penser à ce qui nous échappe complètement? No

Sinon on finirait par mettre de l'espoir dans le moindre de nos actes!
Je fais un gâteau dans l'espoir qu'il soit bon Rolling Eyes
Si je devais faire la liste de tout ce que je ne veux pas qu'il arrive à mes enfants et que je dise que c'est de l'espoir....ce serait à devenir zinzin! geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mer 1 Déc - 17:03

Oui Marie José, j'avais l'espoir d'être aidé par Hélène mais si j'en étais là, c'est justement parce que je fonctionnais depuis trop longtemps sur le registre de l'espoir et que celui-ci ne m'apportait rien quant à la compréhension de la situation...Hélène m'a justement montré que cette illsuion faisait partie de ce désastre. C'était il y a six ans maintenant et je ne réalise qu'à peine le chemin parcouru.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mer 1 Déc - 19:27

Nelly a écrit:
.
stip a écrit:
le mot "espoir" admet trop de paramètres étrangers à toute volonté personnelle,
Effectivement, le mot espoir engendre beaucoup d'éléments ne dépendant pas de notre volonté.


Je réfléchis à ton témoignage Nelly et à ceux analogues de mes connaissances confrontés à ce type d'épreuves que l'on ressent comme une épée de Damoclès.
Je réfléchis en quoi le besoin de "nourrir de l'espoir" me parassait alors prendre du sens.
Envisager sa vie à venir sous la menace d'une maladie potentiellement évolutive, soumis à des alléas que nul ne maitrise parfaitement, là oui, je comprends que l'espoir soit inévitable.
On accepte des traitements difficiles, un de mes amis en attente de greffe s'est lancé dans un régime anticancer (vous avez dû en entendre parler), et bien entendu on attend jusqu'au contrôle et pendant qu'on attend, on ne peut qu'espérer et rien d'autre.....jusqu'à ce que l'ombre de l'épée disparaisse et ça prend du temps.
l'espoir vient remplir nos manques de moyens dans l'attente quand on ne peut faire autrement.
Oui, l'espoir c'est de l'attente et parfois nous y sommes contraints, il fait rempart à notre anxiété, c'est ainsi que je le vois.
Mais au boût du compte ce n'est pas lui qui changera quoique ce soit dans les évènements.


Dernière édition par stip le Jeu 2 Déc - 9:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Jeu 2 Déc - 6:42

peut être que c'est le mot espoir qui vous dérange?
mais en tout cas, on parle du même sentiment.
Celui qui nous fait travailler à aller vers des lendemains meilleurs!
qu'importe comment on le nomme,du moment qu'il nous soutient et nous motive a nous battre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Jeu 2 Déc - 8:50

Stip a écrit :
Citation :
Alors que la réussite de nos enfants dans ce qu'ils entreprennent est une des choses qui nous tient le plus à coeur....c'est évident!

Cette phrase, je suis 100% d'accord avec toi, surtout en ce moment, où mon fils essaie de trouver un travail et qu’avec le manque d'expérience car étant jeune diplômé, c'est dur.

Quand il vous dit : "comment avoir de l'expérience alors qu'on ne nous donne pas notre chance, que le système français est nul !! il n'a plus d'espoir". Alors il faut que nous, on en ait un peu pour eux, même si ce n'est pas ça qui fera trouver du travail, mais au moins cela peut donner du courage pour continuer.

Pour moi l'espoir, c'est voir le côté positif, ne pas penser au négatif, que l'on ne va pas y arriver. Non on doit essayer encore. Et c'est ça je pense qu'on doit leur en donner.

Quand ils vont mal, on est mal, quand ils vont bien on est heureux pour eux. De l'espoir il faut en avoir, ça nous aide, mais, pour arriver, il faut travailler, lutter, ne pas baisser les bras, et pour en revenir aux enfants, leur donner la force de réussir.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Jeu 2 Déc - 9:51

chère Nicole,
j'espère qu'il trouvera très vite,et qu'il pourra s'épanouir dans son boulot!
bises Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Jeu 2 Déc - 10:37

Vous savez, ça me fait penser à mon enfance quand on me parlait de prières ou de voeux en regardant les étoiles filantes.
Dieu ou pas, magie ou pas, je n'ai jamais cru que formuler "ce qui nous ferait idéalement plaisir" engendre quoique ce soit de bon, j'ai toujours assimilé ça à une forme de superstition.
On nait, On aime, on vit et on meurt, tout celà est soumis au hasard du lieu et de l'époque que nous traverserons, aux hasards des êtres que nous croisons, aux hasards de ce qu'individuellement nous sommes et toute cette part d'imprévus inévitables qu'il ne sert à rien d'envisager par conséquent.
En revanche il faut s'emparer pleinement de ses responsabilités, essayer d'apprendre à devenir un bon navigateur sur l'océan de l'existence et traverser ainsi aux mieux les tempêtes....
J'arrête la métaphore Laughing , bref ne pas se laisser ballotter par les évènements c'est primordial.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Dim 5 Déc - 16:22

Le manque et le désir.
Le 05/12/2010 à 12:19

Tout homme veut être heureux. Y compris celui va se pendre, comme l'écrivait Pascal. S'il se pend, c'est pour échapper au malheur et donc rejoindre ce qu'il entrevoit comme un bonheur par la disparition de ce qui le détruit : le malheur en lui. Une auto destruction favorable à ses yeux. Aussi effroyable soit-elle pour le reste du monde.

Heureusement, toutes les situations de malheur ne conduisent pas à de telles extrémités. Il s'agit donc de rester lucide pour ne pas finir par se pendre à cette détresse de vivre.

Socrate annonce "que le désir est un manque" et que nous avançons dans l'existence les yeux fixés sur ce manque. Sur ces manques d'ailleurs. Car ls sont nombreux et ont une facilité à se reproduire absolument stupéfiante. Nous sommes des jardiniers performants et nous plantons des graines "de manque" sans relâche.

Sartre disait que "l'être est fondamentalement désir d'être et le désir est manque."

C'est ce qui nous condamne au "Néant" (Sartre) ou à la "Caverne" (Platon).

Nous ne sommes pas heureux parce que nous manquons précisément de ce que nous désirons. On peut craindre en plus qu'une bonne partie de ces désirs et donc de ces manques soient issus de l'imagination et non de la raison, ce qui rend leur aboutissement encore plus inaccessible.

Les Platoniciens commes les Existentialistes ont décrit cette course au désir comme un épuisement de l'individu. Dès qu'un désir est satisfait, il n'y a plus de manque, donc plus de désir. L'individu ne supporte plus ce vide du désir satisfait et cherchera frénétiquement un manque capable de nourrir un nouveau désir, une soif absolument délicieuse qu'il faudra assouvir... L'homme ne vit que dans la projection de son être dans l'assouvissement du désir, fabriqué, artificiellement parfois, par un manque. Ce que je n'ai pas me manque, je le désire. Ce que j'ai ne me manque plus et ne contient aucun désir. Il m'en faut par conséquent un autre pour que la vie soit remplie de ce désir.

La société de consommation et les dirigeants des multinationales sont des philosophes redoutables. Ils connaissent très bien les Classiques, c'est une erreur de les sous-estimer, ils maîtrisent parfaitement les rouages de l'humain et s'en servent avec une maestria éblouissante, aveuglante même, destructrice...Nous sommes des papillons de nuit attirés immanquablement par les manques fabriqués et les désirs entretenus. Qu'un lampion s'éteigne et inévitablement un autre s'allumera un peu plus loin. Pas question de laisser les consommateurs se retourner vers les lumières intérieures...Pas question de leur laisser le temps de se réjouir de l'instant présent. Il faut des désirs, encore plus de désirs, il faut des manques, toujours plus de manques. Noël sera passé qu'on pensera déjà aux oeufs de Pâques. L'hiver sera encore là qu'on trouvera déjà des maillots de bain dans les magasins. Les grandes vacances seront arrivées qu'il faudra déjà acheter le cartable de la prochaine rentrée. L'idéal est de créer même des désirs totalement absurdes afin qu'ils soient rapidement assouvis et que la frénésie du manque s'entretienne plus facilement. Créer des désirs fallacieux est plus rentable car l'individu qui parvient à l'assouvir ne risque pas de chercher à en jouir bien longtemps. La platitude de ce désir assouvi instaurera très rapidement la nécessité d'un nouveau manque et d'un nouveau désir. C'est le monde de l'insastifaction chronique. Quasiment le Monde entier marche dans cette voie.

Même en "amour", certains individus fonctionnent ainsi. C'est le manque qui les réjouit et pas la jouissance du désir assouvi. Amour kleenex qui fait pleurer celui ou celle qui est jeté.



Même les religions ont compris le système, sauf qu'elles l'ont poussé encore plus loin. Le bonheur sur Terre est impossible, ce désir ne sera jamais assouvi, ce manque sera toujours aussi redoutable jusqu'à la fin mais par contre, le Paradis offrira aux bons paroissiens l'assouvissement ultime de ce manque. Croyez en moi et je vous donnerai à votre mort le bonheur qui vous manque. La Foi peut devenir une espérance morbide.



L'espérance. Voilà le mot. Non pas l'espoir qui pousse parfois aux actes, un saisissement de l'instant plus puissant que le mirage temporel, mais l'espérance qui conduit à l'abandon, au fatalisme, à la décrépitude spirituelle. L'espérance est une fuite en avant, d'espérance en espérance, de manque en manque, de désir en désir. L'individu se complait dans l'espérance car le désir de ce qui lui manque lui donne le sentiment d'une vie remplie. L'espérance de l'argent, de l'amour, du confort, de la possession, du pouvoir...C'est une addiction redoutable qui mène certains individus à renier toutes les valeurs humaines les plus belles. Pas de partage, pas de compassion, pas d'attention, pas de tendresse, l'objectif est le moteur, le désir assouvi nourrira un désir encore plus fort, le milieu de la politique est le symbole majeur de ce fonctionnement. L'ambition devient le ferment de l'espérance. Même l'école insère les enfants dans cette perdition des âmes à travers la compétition. L'espérance d'être le "meilleur", d'obtenir le meilleur classement, la promotion désirée, le salaire mirobolant. Mais ça ne s'arrêtera jamais. Les imbrications sociales, les comparaisons, les jalousies, créeront inévitablement un manque supplémentaire. Un poste plus "élevé" même si pour cela il faut ramper. L'espérance de devenir un jour celui fait ramper les autres est une ambition incommensurable, inépuisable. Le conditionnement est si puissant que l'individu a perdu toutes retenues, toute lucidité. La réussite sociale de ces monstres de puissance, aussi destructrice soit-elle, devient la référence. Combien rêve d'être milliardaire ? Combien accepterait de prendre la place d'un Dassault, vendeur d'armes ? Une fortune dont on n'a pas idée...Un nombre de morts incalculables sous les bombes.



Bien, mais alors, que faire ?

Certains choisissent de s'étourdir pour ne plus souffrir de ce qui leur manque. Ne pas penser, ne pas réfléchir, foncer tête baissée dans la meute affolée et se réjouir immédiatement de la folie générale. Acheter, s'amuser, accumuler les divertissements, en abandonner un sitôt essayé, en trouver un autre. Espérer juste que le prochain week-end sera aussi déjanté que celui qui vient de se finir. Passer la semaine le moins douloureusement possible en multipliant les petites trouvailles dérisoires mais indispensables pour tenir six jours. Si en plus, il y a des soldes, alors là, ça va être génial...

C'est toujours de l'espérance mais seconde par seconde...Ceux-là sont faussement dans l'instant et se réjouissent d'une vie frénétique. Grand bien leur fasse.

Bon, laissons tomber, c'est mort.



Allons jouer au Loto alors et si on perd on se réjouira pendant quelques jours que le prochain tirage sera le bon.

Bon, laissons tomber, c'est mort là aussi.



Allons à l'Eglise alors et attendons la mort pour nous réjouir enfin.

Bon, là, c'est sûr, on sera vraiment mort.



Et si nous décidions de ne plus avoir d'espérance ?...Et si nous décidions que nos manques ne sont bien souvent que des inventions ? Et si nous décidions que le plaisir n'est pas à venir mais qu'il est déjà là ? Et si nous décidions que ce plaisir constant d'être là est la source réelle du bonheur ?

Bien sûr que d'espérer avoir un peu d'argent, ça aide...A moins d'aller vivre dans la forêt amazonienne ou chez les Inuits. Tout dépend aussi de ce que nous mettons derrière ce désir d'avoir un peu d'argent d'avance, une réserve permettant de ne plus être dans une survie quotidienne. Saurons-nous en avoir un usage "utile", constructif pour l'individu ? Est-ce que ça répondra à un projet destiné à entretenir une évolution de l'individu ou sa participation erratique à la société de consommation ?



Bien sûr que nous pouvons espérer trouver l'amour, le grand amour. Mais qu'en ferons-nous ? Un accompagnement fidèle et attentif de l'être aimé dans une voie personnelle ou une dépendance à l'autre, à moins que ça soit une soumission de l'autre...Les dérives sont nombreuses.



Bien sûr que nous pouvons espérer avoir un travail passionnant. Encore faut-il qu'il ne nous oblige pas à renier ce que nous sommes. Le travail, s'il n'est pas un tremplin vers un accomplissement intime de l'individu, n'est qu'un labeur. On est en droit d'espérer de l'existence autre chose qu'une vie de labeur.



Et c'est là justement qu'intervient le questionnement de la préparation de ces paramètres essentiels de l'existence. Si nous décidons de rester vivre dans le monde "occidental", nous ne pouvons échapper à la nécessité de la construction de l'existence. C'est vers l'enfant qu'il s'agit de se tourner. Le développement personnel en quelque sorte avant le développement du futur salarié...Ca n'est pas le chemin actuel de l'Education Nationale. La raison en est très simple : l'individu éveillé n'est pas un consommateur effréné, une horreur pour le PIB et les chefs d'entreprise. Pas le petit artisan du coin mais le patron des multinationales. Le gouvernement n'oeuvre pas pour les consciences mais pour le rendement, la croissance, les marges, les chiffres d'affaires. Les gouvernements sont dans l'espérance continuelle de croissance économique et les citoyens sont les outils de leur espérance. Les enfants quant à eux sont des proies si dociles.



Revenons à nos chers philosophes...Schopenhauer disait que "la vie oscille comme un pendule de droite à gauche, de la souffrance à l'ennui."

La souffrance chez lui est associée au désir de ce qui me manque. Une frustration qui mène au malheur. Quand le manque finit tout de même par être satisfait, c'est l'ennui qui surgit. Puisqu'il n'y a plus de manque, je n'ai plus de désir et la vie devient morne, triste, effroyablement ennuyeuse.

Je n'aurais pas aimé être à la place de ce Monsieur...Il me semble qu'il délaisse un aspect essentiel de la vie.

Le plaisir.

Je perçois chez lui une hantise chronique de la jouissance...Ce qu'il pensait des femmes en général me conforte d'ailleurs dans cette idée...



Voilà la vidéo de la sortie de ski d'hier.

Quelle jouissance fabuleuse, quel bonheur du corps et de l'esprit, quelle joie !! That's life !!!

C'est là, maintenant, sans aucune espérance, sans aucun objectif lointain, juste glisser dans la poudreuse, jouir de mon corps, de mon âme ré-jouie, de la lumière, du froid sur la peau, des cristaux qui scintillent, des rires de mon garçon, juste cette joie immense du saisissement de l'instant dans le creuset de mon être, tirer du plus profond tout ce dont je dispose, mes forces, mon endurance, ma résistance, mes réflexes, et nourrir mon corps du scintillement incandescent de mon esprit.

Quelque chose de très simple finalement.

Vivre.



http://vimeo.com/17476005



"That's life."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Martine30820
*****
avatar


MessageSujet: L'Espoir   Mer 12 Sep - 8:51

Bonjour à tout le monde,

Voici un nouveau texte écrit en 2011. Bonne lecture à tous !



L'Espoir



Grâce à toi nous restons en vie
Même si parfois tu nous fuis
Nous sommes des êtres humains
Et nous gardons l'espoir entre nos mains.

Tu es pour nous une bouée de sauvetage
Il suffit que nous soyons sages.
Espoir tu nous fais vivre de grands moments
Avec toi nous restons des enfants.

Espoir si tu t'en vas
Plus rien n'ira ici-bas !
Dans notre coeur il y aura de l'amertume
Et dans nos vies tu laisseras beaucoup de brume.

Espoir tu fais régner en nous un souffle chaud
Lorsque tu es en nous pour nous maintenir la tête hors de l'eau,
Tu dresses autour de nos corps des remparts
Nous nous y accrochons comme des barbares.

Espoir tu chamboules nos vies
Mais sans toi nous serions anéantis.
Tu nous permets d'avancer droit devant
Et tu nous rends encore plus grand.

Tu joues avec nos petites vies
Comme on joue avec nos envies.
Nous sommes tous pleins d'espoirs
Et rien ne pourra nous causer des déboires.

Espoir tu es pour nous d'un grand réconfort,
Tu nous donnes la force d'affronter nos remords.
Tu parviens à nous faire rêver
Et grâce à cela nous arrêtons de pleurer.

Espoir tu provoques la chance
Mais il nous faut garder une certaine distance.
Puisqu'en toute franchise
Nous devons voir les choses sans méprise.

Espoir tu mets dans notre existence
Toutes les valeurs acquises dans notre enfance.
Notre force et nos différences sont une chance
Qu'il nous faut préserver en toute confiance.

Espoir tu es le fruit de notre destin !


Martine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anémone
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mer 12 Sep - 9:04

Merci Martine...Espoir : mot magique qui nous pousse à vivre, à surmonter les dures épreuves de la vie. Cette petite lueur qui brille au fond de nous, qui chancelle parfois et que le sourire d'un être cher ou d'un inconnu, ravive. Pas toujours facile le chemin de la vie, il n'a pas un revêtement uniforme, parsemé de petits cailloux ou de profonds abîmes , il faut de la volonté pour ne pas chuter . Alors on s'accroche, on s'aide des mains tendues, on se dit que demain nous attend, que ce sera mieux...Et on remercie la vie de nous permettre de nous battre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Martine30820
*****
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mer 12 Sep - 9:11

Merci Anémone de t'être arrêtée quelques minutes sur mon texte pour le lire et pour le commenter. L'Espoir on l'a tous en nous encore faut il le savoir et lui permettre de s'installer en chacun de nous. Pour l'Espoir n'est pas une illusion, il est bien réel et permet parfois d'atteindre des objectifs que l'on se fixe pour avancer dans la vie.

Passe une excellent journée.

Bisous et à plus pour une autre lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mer 12 Sep - 9:13

anémone a écrit:
Alors on s'accroche, on s'aide des mains tendues,
Encore faut-il savoir les reconnaître et les accepter ! Certains s'enferment...

anémone a écrit:
on se dit que demain nous attend, que ce sera mieux...Et on remercie la vie de nous permettre de nous battre.
Dans l'épreuve, nous nous découvrons parfois plus forts que nous ne l'imaginions !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mer 12 Sep - 9:25

Espoir, quel beau mot,
Espoir perdu, espoir donné,
Parfois nous fait oublier nos maux
espoir revenu,espoir couronné;
Monnaie d'avenir,lendemain sans frémir.
Oui, bien souvent il fait tourner le monde,
Oui il atténue nos plaies les plus profondes
jamais on faillira tant que l'espoir sera là!


voilà ce que ton texte m'a inspiré ce matin Martine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand pierre
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mer 12 Sep - 9:39

Espoir ....

Des espoirs et désespoir sont très proches vous ne trouvez pas ?


Petite réflexion en mode "sombre"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Martine30820
*****
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mer 12 Sep - 9:43

merci Marie-José, et Merci mon GrandPierre d'avoir pris le temps de lire mon texte et de l'avoir commenter chacun a votre façon.

Bisous à vous deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mer 12 Sep - 9:47

grand pierre a écrit:
Espoir ....

Des espoirs et désespoir sont très proches vous ne trouvez pas ?


Petite réflexion en mode "sombre"

toi GP, sous ton humour se cache parfois un peu de dé...... mais dis, oublie vite et reprend courage, vous êtes deux a avoir cette même chance ,.... de vivre,n'est ce pas le principal!

Sache que je ne minimise pas la difficulté que vous rencontrés dans votre vie, mais vous êtes là, pour pouvoir nous raconter, d'autres hélas, n'y sont plus.
alors mon amis ,comme toujours ,tête haute, tu a montré combien tu étais fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand pierre
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mer 12 Sep - 11:41

marie-josé a écrit:
grand pierre a écrit:
Espoir ....

Des espoirs et désespoir sont très proches vous ne trouvez pas ?


Petite réflexion en mode "sombre"

toi GP, sous ton humour se cache parfois un peu de dé...... mais dis, oublie vite et reprend courage, vous êtes deux a avoir cette même chance ,.... de vivre,n'est ce pas le principal!

Sache que je ne minimise pas la difficulté que vous rencontrés dans votre vie, mais vous êtes là, pour pouvoir nous raconter, d'autres hélas, n'y sont plus.
alors mon amis ,comme toujours ,tête haute, tu a montré combien tu étais fort.

Quand être fort devient une obligation, est-ce vraiment toujours utile ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Mer 12 Sep - 12:56

grand pierre a écrit:
marie-josé a écrit:
grand pierre a écrit:
Espoir ....

Des espoirs et désespoir sont très proches vous ne trouvez pas ?


Petite réflexion en mode "sombre"

toi GP, sous ton humour se cache parfois un peu de dé...... mais dis, oublie vite et reprend courage, vous êtes deux a avoir cette même chance ,.... de vivre,n'est ce pas le principal!

[size=18]Sache que je ne minimise pas la difficulté que vous rencontrés dans votre vie, mais vous êtes là, pour pouvoir nous raconter, d'autres hélas, n'y sont plus.
alors mon amis ,comme toujours ,tête haute, tu a montré combien tu étais fort.

Quand être fort devient une obligation, est-ce vraiment toujours utile ?

ce sera toujours mieux que de te morfondre dans ton coin,tu as une compagne qui t'aime et que tu aimes, vous vous comprenez car dans la même situation, vous avez le bonheur d'avoir les déplacement à motos avec les copains.

et puis, un petit nous non? Wink

Alors malgré les difficultés dont je suis bien consciente, oui être fort est utile pour avancer.


amitiés a vous deux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: L'Espoir   Jeu 13 Sep - 7:16

grand pierre a écrit:
marie-josé a écrit:
grand pierre a écrit:
Espoir ....

Des espoirs et désespoir sont très proches vous ne trouvez pas ?


Petite réflexion en mode "sombre"
toi GP, sous ton humour se cache parfois un peu de dé...... mais dis, oublie vite et reprend courage, vous êtes deux a avoir cette même chance ,.... de vivre,n'est ce pas le principal!
Quand être fort devient une obligation, est-ce vraiment toujours utile ?
On ne peut pas toujours être fort. Il y a forcément des moments difficiles, mais l'espoir renaît toujours. Il faut lui permettre de prendre le dessus.

Je te suis quand tu dis qu'espoir et désespoir sont proches... On ne vit pas que d'espoir. Le chemin est long et heureusement qu'on peut s'accrocher à autre chose, de temps à autre, pour retrouver le positif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Espoir   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Espoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vieillesse (poème d'espoir)
» La clinique de l''espoir
» Un Grand Message d'Espoir!
» Abandonner l'espoir.
» Les chirurgiens de l'espoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Littérature & Culture-
Sauter vers: