philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 On en parle

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20  Suivant
AuteurMessage
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Jeu 11 Mai - 9:22

"Le recours à l'hôtel, un symptôme du mal-logement"

Cette phrase qui a été trouvée dans un autre fil provient d'un mensuel édité par le SC.

J'ai personnellement été confrontée à des personnes qui logeaient à l'hôtel : elles sont logées et chauffées par l'Etat qui leur verse environ 4€ par jour et par personne pour vivre.

Logiquement, ces familles n'ont pas le droit de cuisiner dans leur chambre d'hôtel, ce qu'elles font quand même, ce n'est pas possible, autrement. Elles sont ainsi prises en charge en attendant la décision de l'Etat de leur donner un titre de séjour ou non.

Dernièrement, du fait des élections et des différents programmes de candidats et notamment l'ampleur du vote en faveur du Front Nationale, dans nos régions, quelqu'un me disait :

"C'est normal que les gens votent pour le FN : à l'hôtel UNTEL les habitants payés par l'Etat ont pris le dessus. Ils font des barbecues géants, empêchant tout autre client de venir s'y installer. De plus, le livreur de vin de l'hôtel s'est fait démolir sa voiture par des coups de barre de fer. Il refuse désormais de s'y rendre. Et autres..."

Comment s'y prendre avec tous ces problèmes ainsi créés ? Suspect

Nous avons à la fois des gens entassés à l'hôtel et qui n'ont pas un avenir brillant devant eux, en général. De l'autre côté, nous avons des riverains excédés...

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Sam 27 Mai - 15:27

On voit à nouveau affluer les migrants en provenance de la Lybie, d'Irak, etc.

Combien de fois nous dit-on qu'on les force à embarquer dans des navires surchargés dont énormément n'arrivent jamais à destination. Les passagers se font battre par les passeurs pour embarquer.

Je ne tiens pas à discuter de la manière dont ils sont hébergés en Europe qui est à bout de souffle.

Je me demande simplement que, si le problème est connu, pourquoi ne réussit-on pas à arrêter ces passeurs qui se font de gros sous au détriment de ces pauvres gens qui vont à la mort, pour la plupart.

Je sais bien que la guerre fait rage, par endroits, mais certains s'installent dans des camps, dans la pauvreté, sans hygiène, souvent affamés... N'y a-t-il pas moyen de les aider chez eux en leur fournissant eau, nourriture et autre, même s'il leur faut quitter provisoirement leur domicile ? Il ne sont pas forcément mieux lotis chez nous !

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Mar 19 Sep - 8:41

Lors d'un récent JT, il était question de travailleurs détachés polonais venant travailler en France pour le SMIC, soit environ 1 100€ nets par mois.

Un employeur a été questionné :

Pourquoi faire appel à des travailleurs détachés alors qu'il y a autant de chômeurs français ?

- Il ne trouve personne, en France.
- Ces travailleurs sont sérieux et réguliers et, pour certains, viennent s'installer chez nous avec femme et enfants.

Ne trouvez-vous pas qu'il y a un problème, quelque part ?

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anémone
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Mar 19 Sep - 17:43

Nelly a écrit:
Lors d'un récent JT, il était question de travailleurs détachés polonais venant travailler en France pour le SMIC, soit environ 1 100€ nets par mois.

Un employeur a été questionné :

Pourquoi faire appel à des travailleurs détachés alors qu'il y a autant de chômeurs français ?

- Il ne trouve personne, en France.
- Ces travailleurs sont sérieux et réguliers et, pour certains, viennent s'installer chez nous avec femme et enfants.

Ne trouvez-vous pas qu'il y a un problème, quelque part ?
j'ai du mal à croire que tous les Français refusent l'embauche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Kane
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Mar 19 Sep - 19:14


En fait,

- les travailleurs polonais sont payés aux salaires polonais, inférieurs aux salaires français,

- les charges sociales sont els charges sociales polonaises,

- le contrat est d'une durée limitée, 6 mois maximum, ensuite on fait tourner d'autres salariés. Certaines entreprises se mettent d'accord entre elles.

- les risques d'un procès aux prud'hommes en cas de licenciement abusif sont plus que limités

Enfin, il est vrai que sur certaines spécialités, on peut manquer de main d'œuvre. Il y a un vrai problème d'orientation et de formation professionnelle.

Un certain nombre de ces métiers sont durs, sous payés, comme aide-soignante.

Il y a 40 ans, la totalité des éboueurs étaient des immigrés et on ne recrutait pas. La solution a conssité à augmenter les salaires et à améliorer els conditions de travail, notamment par la modernisation du système de collecte

_________________
Tout smouales étaient les borogoves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Mer 20 Sep - 9:17

Morgan Kane a écrit:

En fait,

- les travailleurs polonais sont payés aux salaires polonais, inférieurs aux salaires français,

J'ai toujours entendu que les salaires versés (bruts) devaient l'être selon le tarif le plus avantageux (soit le pays d'origine, soit le pays du lieu de travail). Dans mon exemple, les salariés étaient payés au SMIC français, d'après les dires de l'employeur qui n'ont pas été remis en cause par le journaliste par la suite.

Un texte provenant de France info :

Citation :
"Des travailleurs détachés payés sur la base du Smic

Des ouvriers qui doivent être payés, à minima, au niveau du revenu minimum du pays où il est envoyé. En clair, un ouvrier roumain ne peut pas être moins bien payé qu'un travailleur français au Smic. Reste la question des charges que paient les entreprises qui les envoient. En l'occurrence, l'entreprise roumaine qui fait travailler un salarié en France paie des charges sociales et patronales en Roumanie. Ces prélèvements étant plus élevés, en moyenne, en France, le coût d'un travailleur roumain détaché est donc plus faible que celui d'un travailleur français."

Morgan Kane a écrit:
- les charges sociales sont els charges sociales polonaises,

- le contrat est d'une durée limitée, 6 mois maximum, ensuite on fait tourner d'autres salariés. Certaines entreprises se mettent d'accord entre elles.  

Pour les charges sociales, il est exact qu'elles sont dues dans le pays d'origine, donc plus favorables que celles qui sont payées en France. Pour la durée, comme il s'agit de salariés non qualifiés dont il était question...

Morgan Kane a écrit:
- les risques d'un procès aux prud'hommes en cas de licenciement abusif sont plus que limités  

Sans doute, mais est-ce toujours avantageux pour autant, pour un employeur, de faire appel à des travailleurs détachés, plutôt que d'établir des CDD (Contrat à Durée Déterminée) avant d'établir un CDI, quand on apprécie le salarié et la qualité de son travail ?

Morgan Kane a écrit:
Enfin, il est vrai que sur certaines spécialités, on peut manquer de main d'œuvre. Il y a un vrai problème d'orientation et de formation professionnelle.

Là, je te suis tout à fait.

En fait, ce que je voulais surtout relever est le fait que nous disposons de main d'oeuvre en France, trop de main d'oeuvre non qualifiée, mais je ne suis pas certaine que ces sociétés faisant appel à des salariés détachés soient connues par Pôle Emploi pour les proposer aux chômeurs.

Je voulais en venir à cela...

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Mer 20 Sep - 14:45

Morgan Kane a écrit:

Enfin, il est vrai que sur certaines spécialités, on peut manquer de main d'œuvre. Il y a un vrai problème d'orientation et de formation professionnelle.

Un certain nombre de ces métiers sont durs, sous payés, comme aide-soignante.  

Mais la main d'oeuvre se forme, même si ce n'est pas, malheureusement, une spécialité française. Trop longtemps, les CFA (Centre de Formation d'Apprentis) ont été dénigrés. Pourquoi tout un chacun devrait-il passer une BAC général alors que tout le monde sait qu'il n'y a souvent aucun débouché au bout ? Il fallait remplir les lycées et 80% de la population devait être bachelière ! La belle affaire !

Quant aux métiers sous-payés, ils sont nombreux, mais il est difficile d'y remédier. Les aides-soignants font effectivement un travail pénible. Peut-être faudrait-il les augmenter, je l'ignore, ne connaissant pas leur rémunération, mais je dont je suis certaine, c'est qu'il faudrait qu'ils soient plus nombreux, tout comme les infirmiers, d'ailleurs.

Morgan Kane a écrit:
Il y a 40 ans, la totalité des éboueurs étaient des immigrés et on ne recrutait pas. La solution a conssité à augmenter les salaires et à améliorer els conditions de travail, notamment par la modernisation du système de collecte  

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Mar 12 Déc - 9:33


Le portable va être interdit dans les écoles et les collèges. J'imagine que ce ne sera pas simple pour de nombreux parents et je ne parle pas des enfants.

Qu'en pensez-vous ?

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Mar 12 Déc - 10:43

Nelly a écrit:

Le portable va être interdit dans les écoles et les collèges. J'imagine que ce ne sera pas simple pour de nombreux parents et je ne parle pas des enfants.

Qu'en pensez-vous ?

déjà ce serra un pas vers la normalisation,on ne comparera plus les appareils qui donnent le degré de richesse des enfants,ensuite ça empèchera de les distrairent de leur tâches scolaire et surtout ,ça va permettre une tranquilité pour les profs,car ce ne doit pas être facile de gérer cela,nos jeunes ,sont tellement accros!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Mar 12 Déc - 12:27

marie-josé a écrit:
Nelly a écrit:

Le portable va être interdit dans les écoles et les collèges. J'imagine que ce ne sera pas simple pour de nombreux parents et je ne parle pas des enfants.

Qu'en pensez-vous ?

déjà ce serra un pas vers la normalisation,on ne comparera plus les appareils qui donnent le degré de richesse des enfants,ensuite ça empèchera de les distrairent de leur tâches scolaire et surtout ,ça va permettre une tranquilité pour les profs,car ce ne doit pas être facile de gérer cela,nos jeunes ,sont tellement accros!

Et certains parents, tout aussi accros que leurs enfants, vont dire qu'ils ne réussissent plus à savoir où ils sont et ce qu'ils font.

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Mar 12 Déc - 15:12

Nelly a écrit:
marie-josé a écrit:
Nelly a écrit:

Le portable va être interdit dans les écoles et les collèges. J'imagine que ce ne sera pas simple pour de nombreux parents et je ne parle pas des enfants.

Qu'en pensez-vous ?

déjà ce serra un pas vers la normalisation,on ne comparera plus les appareils qui donnent le degré de richesse des enfants,ensuite ça empèchera de les distrairent de leur tâches scolaire et surtout ,ça va permettre une tranquilité pour les profs,car ce ne doit pas être facile de gérer cela,nos jeunes ,sont tellement accros!

Et certains parents, tout aussi accros que leurs enfants, vont dire qu'ils ne réussissent plus à savoir où ils sont et ce qu'ils font.

mais quand ils sont à l'école ,ils n'ont qu'à déposer leurs tel dans un panier dans chaque classe et les reprendrent en sortant ,ainsi sur le chemin de la maison ils pourront à nouveau communiquer


c'est pas plus sorcier que cela
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Kane
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Mar 12 Déc - 18:20

Citation :
mais quand ils sont à l'école ,ils n'ont qu'à déposer leurs tel dans un panier dans chaque classe et les reprendrent en sortant ,ainsi sur le chemin de la maison ils pourront à nouveau communiquer

Ce sera le chaos avec les vols et accusations de vol qui se produiront, sauf si les téléphones sont étiquetés, si le panier est hors d'atteinte des élèves et si un préposé est chargé de restituer els téléphones.

Dans un collège de plus de 600 élèves, imaginez ....

_________________
Tout smouales étaient les borogoves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anémone
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Mer 13 Déc - 8:50

Nos avons été scolarisés....sans portable... nous n'avons eu aucun problème si ce n'est que d'être attentif à autre chose qu'un écran ! tout est une question d'éducation, mais quel parent aura le cran de refuser un portable à un gamin de 10 ans ( et parfois moins ! )
Mais il sera très compliqué aux établissements scolaires de garder ces téléphones...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Mer 13 Déc - 8:55

anémone a écrit:
Nos avons été scolarisés....sans portable... nous n'avons eu aucun problème si ce n'est que d'être attentif à autre chose qu'un écran ! tout est une question d'éducation, mais quel parent aura le cran de refuser un portable à un gamin   de 10 ans ( et parfois moins ! )
Mais il sera très compliqué aux établissements scolaires de garder ces téléphones...

dans une classe de 20 élèves ,il ne doit pas être compliqué de mettre un panier sur le bureau du prof où chacun dépose son portable !en collant au départ son nom sur l'engin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Mer 13 Déc - 10:49

anémone a écrit:
Nos avons été scolarisés....sans portable... nous n'avons eu aucun problème si ce n'est que d'être attentif à autre chose qu'un écran ! tout est une question d'éducation, mais quel parent aura le cran de refuser un portable à un gamin   de 10 ans ( et parfois moins ! )

Quand nous étions jeunes, nous pouvions jouer dehors sans soucis d'agression. Je me souviens d'avoir mangé des tartines dehors, pour le goûter... J'habitais une impasse qui rassemblait beaucoup de jeunes. J'allais chez une amie après avoir prévenu ma mère. Il me fallait simplement être de retour à l'heure des repas.

Aujourd'hui, les enfants sont à l'intérieur. Quand on ne les a plus sous les yeux, on est inquiet.

anémone a écrit:
Mais il sera très compliqué aux établissements scolaires de garder ces téléphones...

Les enfants veulent être comme les autres et ça se comprend. Quand les parents fixent des limites, c'est acceptable. Une mamie me disait que sa fille ramassait les portables des ses enfants tous les soirs, avant le coucher, y compris celui de la grande de 18 ans. J'ai trouvé ça génial.

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Mer 20 Déc - 16:54

Le mari d'une amie vient de se faire opérer pour un pontage cardiaque à l'hôpital civil de Strasbourg.

Avant l'opération, il a été vu en consultation par le chirurgien.

Après avoir vu tout ce qu'il y avait à voir et à discuter et comme le couple s'apprêtait à quitter son bureau, le chirurgien les a prévenus que, si Monsieur voulait être opéré par lui, sans doute le chef de service, ils auraient un supplément à payer et qu'il allait leur envoyer un devis pour qu'ils donnent leur accord.

Surprise, mon amie a demandé :
- Et si nous ne voulons pas payer, que se passera-t-il ?
- Vous serez opéré par l'équipe de service ce jour-là.

Que fait-on dans un tel cas ? Comme on tient à sa santé et qu'il s'agit quand même du cœur, on paie... si on en a les moyens ! Shocked

Où va notre médecine ?

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kitara
***
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Mer 20 Déc - 19:48

Ca c'est clair, la question ne se pose même pas ! effectivement, il y a un problème, auquel on n'est pas habitué : une médecine à 2 vitesses, une pour les pauvres et une pour les riches.

Mais il y a pas mal de pays où c'est comme ça depuis toujours !

C'est là où on se rend compte qu'on n'a pas fini de pleurer si on continue à démolir le service public !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Jeu 21 Déc - 13:10

Kitara a écrit:
Ca c'est clair, la question ne se pose même pas ! effectivement, il y a un problème, auquel on n'est pas habitué : une médecine à 2 vitesses, une pour les pauvres et une pour les riches.

Mais il y a pas mal de pays où c'est comme ça depuis toujours !

Tous les médecins/chirurgiens ne le font pas. Que cela se passe ailleurs est une chose, mais en France, nous avons toujours eu un service santé privilégié, pour lequel nous cotisons également. Etre riche ou pauvre ne devrait pas avoir une telle incidence. De plus, que le chirurgien l'annonce après que tous les rendez-vous soient pris est bien le signe qu'il n'est pas réellement à l'aise, dans cette situation.

Kitara a écrit:
C'est là où on se rend compte qu'on n'a pas fini de pleurer si on continue à démolir le service public !

Dans le cas précité, je n'appelle plus cela du service public. Quand on choisit une clinique, on sait que cela aura un coût et on se renseigne au préalable. Il n'est en pas de même quand on va dans un service public.

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Kane
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Jeu 21 Déc - 18:02

Nous payons le choix fait en 1971 d'introduire un concours très restrictif en fin de première année de médecine et un numerus clausus.

Le résultat est que de bons étudiants ne passent pas en seconde année avec plus de 14 de moyenne.

Cette mesure a été demandée par les médecins, appuyés par un puissant lobby, pour restreindre la concurrence. Notamment, ils prétendaient craindre un déferlement de médecins anglais fuyant la médecine britannique, nationalisée.

La sécurité sociale a appuyé en pensant limiter la consommation médicale par une limitation de l'offre.

Le gouvernement pensait limiter le coût de l'enseignement de la médecine.

Le résultat est qu'il faut de 3 à 6 mois pour obtenir un rendez vous avec un spécialiste et celui-ci demande des tarifs exorbitants.

S'agissant des généralistes, ils se crèvent à la tache, et sont en nombre manifestement insuffisants dans certains secteurs.

_________________
Tout smouales étaient les borogoves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Ven 22 Déc - 10:51

Morgan Kane a écrit:
Nous payons le choix fait en 1971 d'introduire un concours très restrictif en fin de première année de médecine et un numerus clausus.

Le résultat est que de bons étudiants ne passent pas en seconde année avec plus de 14 de moyenne.

Cette mesure a été demandée par les médecins, appuyés par un puissant lobby, pour restreindre la concurrence. Notamment, ils prétendaient craindre un déferlement de médecins anglais fuyant la médecine britannique, nationalisée.
 
Quand on fait une bêtise, on peut, en principe, revenir en arrière. Ce numerus clausus demeure toujours très bas et je n'ai jamais saisi pourquoi. Il est largement connu que nous manquons de médecins, quels qu'ils soient !   

Morgan Kane a écrit:
La sécurité sociale a appuyé en pensant limiter la consommation médicale par une limitation de l'offre.

Le gouvernement pensait limiter le coût de l'enseignement de la médecine.

Bien évidemment ! Pour faire des restrictions budgétaires, on limite, on perd des têtes, les patients sont mal servis, on fait beaucoup moins de préventif et plus personne ne veut aller travailler dans des endroits qui ne lui plaisent pas. Chez nous, où ce n'est pourtant pas la campagne, les généralistes sont rares et ne parlons pas des spécialistes. Mon radiologue a 71 ans, travaille encore 3 jours par semaines, et je me demande combien de temps il tiendra encore. Il a bien cherché un repreneur, mais personne, surtout pas un spécialiste, ne veut plus s'installer chez nous, alors qu'il y a largement de quoi faire !

Morgan Kane a écrit:
Le résultat est qu'il faut de 3 à 6 mois pour obtenir un rendez vous avec un spécialiste et celui-ci demande des tarifs exorbitants.

S'agissant des généralistes, ils se crèvent à la tache, et sont en nombre manifestement insuffisants dans certains secteurs.

Un de mes neveux est généraliste. Pour lui, c'est une vocation. Mais quand je vois les heures qu'il fait : il est à son cabinet à 7 h du matin et, parfois, il rentre vers 22 h. Sa salle d'attente est toujours remplie. Quand je m'y rends, je ne suis pas à l'aise pour discuter normalement : même si lui prend son temps, c'est moi qui suis mal à l'aise en sachant tout ce monde attendant son tour.

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: La salmonelle dans le lait   Ven 12 Jan - 9:56


Nous avons été avertis que de la salmonelle avait été détectée dans du lait pour bébé. Ces produits étaient connus et devaient être retirés de la vente. Or, voici que nous apprenons qu'un certain nombre de supermarchés a remis ce lait en vente, tout en sachant qu'il serait néfaste et risquait de rendre des enfants malades.

Où vivons-nous ? Comment est-ce possible ?

On nous parle de manque de contrôle de la part des services de l'Etat. Même si je suis d'accord avec le fait qu'il faille faire des contrôles réguliers dans tout ce qui est alimentaire, je m'insurge contre le fait qu'on mette ceci sur le compte de l'Etat. Quand un tel fait est connu et reconnu, ne peut-on pas compter sur des êtres humains normaux pour que tout soit fait afin que ne pas atteindre la santé des gens ? Et là, on parle de bébés !

Je suis pour que ceux qui ont négligé de faire leur travail correctement soient punis, et pas seulement les chefs des enseignes. Si le PDG a donné l'ordre que les produits concernés sont à retirer de la vente (à vérifier), sont également coupables ceux qui ne l'ont pas fait faire. La santé n'a pas de prix. Il est déjà suffisamment grave que ce genre de choses puisse se produire alors, quand elle est connue, il faut réagir de suite.

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Kane
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Ven 12 Jan - 17:57

Je suis assez d'accord sur le principe.

Si les instructions de tout retirer de la vente ont été données et transmises, les directions et services centraux ne sont pas en cause. S'ils le sont, ils doivent être sévèrement punis.

Maintenant, si des instructions ont été données et correctement transmises, il faut voir quel pourcentage de produits dangereux ont été laissés en vente. Il y a des centaines de kilomètres de rayons avec des millions de produits à retirer. Des défaillances ponctuelles et locales peuvent se produire.    

Le problème est qu'il semble bien que la défaillance soit centrale, tant au niveau de la production que de la distribution. Les problèmes semblent concentrés sur certaines marques.

Autre hypothèse: compte tenu des tensions sur le marché du lait, il a été choisi de laisser le lait possiblement contaminé dans les circuits de distribution parce que nous sommes en situation de pénurie.

Accessoirement, l' Etat n'a pas toujours été irréprochable, cf. l'affaire du sang contaminé.


https://www.francetvinfo.fr/sante/alimentation/lait-infantile-contamine/lait-contamine-a-la-salmonelle-l-attitude-de-certains-supermarches-releve-de-la-responsabilite-penale-selon-foodwatch_2555123.html

_________________
Tout smouales étaient les borogoves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Sam 13 Jan - 10:51

Morgan Kane a écrit:
Je suis assez d'accord sur le principe.

Si les instructions de tout retirer de la vente ont été données et transmises, les directions et services centraux ne sont pas en cause. S'ils le sont, ils doivent être sévèrement punis.

Maintenant, si des instructions ont été données et correctement transmises, il faut voir quel pourcentage de produits dangereux ont été laissés en vente. Il y a des centaines de kilomètres de rayons avec des millions de produits à retirer. Des défaillances ponctuelles et locales peuvent se produire.
   

Ponctuelles et locales, peut-être, mais là on parle de nombreuses grandes surfaces concernées. En même temps, quand les consignes sont strictes, il faut que ceux qui suivent appliquent cette règle dans sa globalité. On ne peut pas laisser la responsabilité de laisser en rayon un produit élémentaire pour un bébé. Non seulement, il s'agit de sa nourriture principale, mais nous parlons de petits. Ils sont à protéger de tout laxisme.

Je pense que certains ont trouvé ces consignes anecdotiques, mais il ne faut pas jouer avec la santé, c'est pourquoi il faut trouver les vrais responsables et faire en sorte que ceux-ci comprennent à quel point ils ont joué avec le feu.

Morgan Kane a écrit:
Le problème est qu'il semble bien que la défaillance soit centrale, tant au niveau de la production que de la distribution. Les problèmes semblent concentrés sur certaines marques.

Là aussi, il faut trouver les coupables et c'est encore pire s'ils ont remis des produits contaminés dans le circuit. J'ai envie de dire que nous sommes en France, que nos produits ont des règles d'hygiène draconiennes, certains contrôles sont effectués régulièrement, tant en interne qu'en externe. Si nous achetons français, nous sommes censés être en confiance.  Crying or Very sad

Morgan Kane a écrit:
Autre hypothèse: compte tenu des tensions sur le marché du lait, il a été choisi de laisser le lait possiblement contaminé dans les circuits de distribution parce que nous sommes en situation de pénurie.  

J'espère que tu as tort.  affraid Je sais qu'il n'est pas bon de changer le lait des bébés, suivant l'âge, mais quand il le faut, on trouve des substituts ailleurs, même à l'étranger. Il suffit d'en assurer un contrôle strict en attendant que le fournisseur d'origine ait fait le nécessaire. Il s'agit d'un gros groupe aux reins solides !

Morgan Kane a écrit:
Accessoirement, l' Etat n'a pas toujours été irréprochable, cf. l'affaire du sang contaminé.

Cette histoire doit avoir servi de leçon. J'ose espérer que nous n'en sommes plus là !  Shocked

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Kane
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Sam 13 Jan - 11:50

Citation :
Je pense que certains ont trouvé ces consignes anecdotiques, mais il ne faut pas jouer avec la santé, c'est pourquoi il faut trouver les vrais responsables et faire en sorte que ceux-ci comprennent à quel point ils ont joué avec le feu.

Il faut avoir une idée des conditions dans lesquelles le personnel les grandes surfaces est traité.

http://www.liberation.fr/portrait/1998/01/28/gregoire-philonenko-36-ans-chef-de-rayon-licencie-par-carrefour-se-fait-le-sociologue-de-son-alienat_224898

Sur la pénurie de lait

Pendant des années, l'Europe a subventionné le prix du lait. Aujourd'hui, notamment du fait de la demande chinoise, les prix explosent sur le marché mondial. Les distributeurs continuent à sous-payer les producteurs et préfèrent exporter le lait plutôt que de le vendre à fort prix sur le marché français.


_________________
Tout smouales étaient les borogoves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: On en parle   Sam 13 Jan - 14:46

Morgan Kane a écrit:
Citation :
Je pense que certains ont trouvé ces consignes anecdotiques, mais il ne faut pas jouer avec la santé, c'est pourquoi il faut trouver les vrais responsables et faire en sorte que ceux-ci comprennent à quel point ils ont joué avec le feu.

Il faut avoir une idée des conditions dans lesquelles le personnel les grandes surfaces est traité.

http://www.liberation.fr/portrait/1998/01/28/gregoire-philonenko-36-ans-chef-de-rayon-licencie-par-carrefour-se-fait-le-sociologue-de-son-alienat_224898

Nous sommes d'accord avec tout ceci. J'espère toutefois qu'il n'en va pas de même partout.

Dans le cas de figure que nous évoquions, il s'agit d'une situation exceptionnelle et il est important que toute la chaîne hiérarchique se mettre en branle pour s'assurer que tout se passe comme il se doit. Il faut s'en donner les moyens.

Morgan Kane a écrit:
Sur la pénurie de lait  

Pendant des années, l'Europe a subventionné le prix du lait. Aujourd'hui, notamment du fait de la demande chinoise, les prix explosent sur le marché mondial. Les distributeurs continuent à sous-payer les producteurs et préfèrent exporter le lait plutôt que de le vendre à fort prix sur le marché français.

Il s'agit d'un autre débat, honteux, il est vrai, mais qui ne concerne pas seulement le prix du lait.

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On en parle   

Revenir en haut Aller en bas
 
On en parle
Revenir en haut 
Page 19 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Actualité & Politique-
Sauter vers: