philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Poésie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 21 ... 41  Suivant
AuteurMessage
renal
******
avatar


MessageSujet: Poésie   Mar 8 Juil - 9:19

Apprivoise-moi

LE RENARD:

Si tu veux jouer avec moi
il va falloir m'apprivoiser
Et créer des liens pas à pas
Pour commencer à s'attacher
Sinon tu n'es encore pour moi
Qu'un petit garçon comme les autres
Pour toi qui ne me connais pas
Je ne suis qu'un renard parmi d'autres

Apprivoise-moi je t'en prie
Si tu as besoin d'un ami
Et jusqu'à ma dernière seconde
Tu resteras unique au monde

Mais si tu sais m'apprivoiser
Ma vie sera ensoleillée
Je connaîtrai ton bruit de pas
Qui m'appellera hors du terrier
Et la blondeur des champs de blé
Me fera souvenir de toi
Enfin j'aimerai le bruit du vent
Qui viendra souffler dans ces champs

Apprivoise-moi je t'en prie
Si tu as besoin d'un ami
Et jusqu'à ma dernière seconde
Tu resteras unique au monde

On ne peut connaître vraiment
Que les choses que l'on apprivoise
Mais les hommes n'ont plus de temps
De s'attarder quand ils se croisent
Ils achetent des choses toutes faites
Mais il n'y a pas de marchands d'amis
Qui vendent de l'amitié toute prête
Alors les hommes n'ont plus d'amis

Apprivoise-moi je t'en prie
Si tu as besoin d'un ami
Et jusqu'à ma dernière seconde
Tu resteras unique au monde

Il nous faudra des rendez-vous
Pour pouvoir s'habiller le coeur
Et tous ces moments entre nous
M'apprendront le prix du bonheur

Antoine de St Exupéry Le petit Prince
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mar 8 Juil - 12:09

Comblé

J’ai demandé à Dieu la force pour atteindre le succès ;
Il m’a rendu faible afin que j’apprenne humblement à obéir.

J’ai demandé la santé pour faire de grandes choses ;
Il m’a donné l’infirmité pour que je fasse des choses meilleures.

J’ai demandé la richesse pour pouvoir être heureux ;
Il m’a donné la pauvreté pour pouvoir être sage.

J’ai demandé la puissance pour obtenir l’estime des hommes ;
Il m’a donné la faiblesse pour que j’éprouve le besoin de Dieu.

J’ai demandé un compagnon afin de ne pas vivre seul ;
Il m’a donné un cœur afin que je puisse me réjouir de toutes choses.

...

Je n’ai rien eu de ce que j’avais demandé, mais j’ai reçu tout ce que j’avais espéré.
Presque en dépit de moi-même, les prières que je n’avais pas formulées ont été exaucées.
Je suis parmi les hommes, le plus richement comblé.

Texte gravé dans un institut de réadaptation à New York

Nelly tu le connais Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlestone
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mar 8 Juil - 12:13

renal a écrit:
Apprivoise-moi

LE RENARD:

Si tu veux jouer avec moi
il va falloir m'apprivoiser
Et créer des liens pas à pas
Pour commencer à s'attacher
Sinon tu n'es encore pour moi
Qu'un petit garçon comme les autres
Pour toi qui ne me connais pas
Je ne suis qu'un renard parmi d'autres

Apprivoise-moi je t'en prie
Si tu as besoin d'un ami
Et jusqu'à ma dernière seconde
Tu resteras unique au monde

Mais si tu sais m'apprivoiser
Ma vie sera ensoleillée
Je connaîtrai ton bruit de pas
Qui m'appellera hors du terrier
Et la blondeur des champs de blé
Me fera souvenir de toi
Enfin j'aimerai le bruit du vent
Qui viendra souffler dans ces champs

Apprivoise-moi je t'en prie
Si tu as besoin d'un ami
Et jusqu'à ma dernière seconde
Tu resteras unique au monde

On ne peut connaître vraiment
Que les choses que l'on apprivoise
Mais les hommes n'ont plus de temps
De s'attarder quand ils se croisent
Ils achetent des choses toutes faites
Mais il n'y a pas de marchands d'amis
Qui vendent de l'amitié toute prête
Alors les hommes n'ont plus d'amis

Apprivoise-moi je t'en prie
Si tu as besoin d'un ami
Et jusqu'à ma dernière seconde
Tu resteras unique au monde

Il nous faudra des rendez-vous
Pour pouvoir s'habiller le coeur
Et tous ces moments entre nous
M'apprendront le prix du bonheur

Antoine de St Exupéry Le petit Prince
Je l'ai lu plusieurs fois.....Et, je me régale de ses mots. J'adore Antoine de St Exupéry, auteur qui me rappelle mes débuts dans la lecture. Le petit Prince (ou le petit prince du desert ) est un chef d'oeuvre ! Je l'ai eu meme comme Prix d'excellence a l'école...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Sois serein   Sam 12 Juil - 14:49

Sois serein au milieu du bruit et de l'agitation
et songe au calme paisible qui se dégage du silence.
Vis en bonne entente avec tout le monde sans pour cela te renier.
Expose calmement et clairement tes idées.

Ecoute les autres, même celui que tu considères moins intelligent que toi,
car lui aussi a quelque chose à t'apprendre.

Evite les personnes bruyantes et agressives,
elles sont un supplice pour l'esprit.

Si tu te compares aux autres, tu te sentiras parfois vaniteux et aigri,
car il y en en aura toujours de plus grands et de plus petits que toi.

Si modeste que soit ta profession,
elle est réellement une richesse dans un monde instable.

Anonyme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Etre et non paraître   Lun 14 Juil - 14:38

Etre et non Paraître...
savoir rester humble face à l'immensité de l'univers
que l'on est infiniment petits il faut le reconnaître
qu'il y a toujours plus grand que nous sur cette terre
Aux riches bien vêtus on fait des courbettes
Aux pauvres en haillons on fait des grimaces
peut-être que l'âme du pauvre est bien plus honnête
que celle de ce seigneur de la haute classe

L'habit ne fait pas le moine, dit l'adage
on ferait bien d'y prendre de la graine
Ce n'est pas le plus beau qui est le plus sage
la vraie grandeur est dans l'âme humaine

Marie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mar 15 Juil - 10:31

Ce poéme me touche beaucoup car il est tellement vrai !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mer 16 Juil - 9:20

CHUT !!!!!!

Marche doucement en silence,

Laisse-toi aller, aie confiance.

Laisse ton cœur te porter,

Laisse tes pas te guider.

Regarde autour de toi,

Sois attentif à ce qui est près de toi.

La fleur sur le bord du chemin,

Les oiseaux qui chantent sans fin.

Tout est calme et paisible.

Ton cœur est sensible.

Une grande paix t’envahit.

Tu ne sais pas où tu vas,

Mais tu avances serein,

Toujours plus loin

Toujours avec entrain.

Tu arrives à une source,

Tu découvres les ressources,

Qui habitent ton cœur.

Tu comprends enfin ce que tu es vraiment,

Ce que tu es simplement,

Que tu as un cœur,

Tout rempli de chaleur,

Tout rempli de douceur,

Tout rempli de promesses

Tout rempli de caresses

Prêt à donner,

Prêt à aimer,

Prêt à être aimé

Tu as trouvé la façon d’être heureux

Qui est d’écouter ton cœur

Qui te connaît par cœur.

Il est rempli d’amour,

Qui ne demande qu’une chose,

A rejaillir de toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mer 16 Juil - 9:26

Victor Hugo un grand Homme !!!!

Le mendiant

Un pauvre homme passait dans le givre et le vent.
Je cognai sur ma vitre ; il s'arrêta devant
Ma porte, que j'ouvris d'une façon civile.
Les ânes revenaient du marché de la ville,
Portant les paysans accroupis sur leurs bâts.
C'était le vieux qui vit dans une niche au bas
De la montée, et rêve, attendant, solitaire,
Un rayon du ciel triste, un liard de la terre,
Tendant les mains pour l'homme et les joignant pour Dieu.
je lui criai : « Venez vous réchauffer un peu.
Comment vous nommez-vous ? » Il me dit : « Je me nomme
Le pauvre. » Je lui pris la main : « Entrez, brave homme. »
Et je lui fis donner une jatte de lait.
Le vieillard grelottait de froid ; il me parlait,
Et je lui répondais, pensif et sans l'entendre.
« Vos habits sont mouillés », dis-je, « il faut les étendre ,
Devant la cheminée. » Il s'approcha du feu.
Son manteau, tout mangé des vers, et jadis bleu,
Étalé largement sur la chaude fournaise,
Piqué de mille trous par la lueur de braise,
Couvrait l'âtre, et semblait un ciel noir étoilé.
Et, pendant qu'il séchait ce haillon désolé
D'où ruisselait la pluie et l'eau des fondrières,
Je songeais que cet homme était plein de prières,
Et je regardais, sourd à ce que nous disions,
Sa bure où je voyais des constellations.

(Victor Hugo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mer 16 Juil - 16:59

Mes quatre saisons

Me voici parvenue au milieu de mon âge,

Mon corps a traversé la moitié des saisons ;

Quelque soit le côté, se trouve un paysage

Ou se pose mon regard sur un bel horizon.

De ce coté l'herbe est tendre, le soleil s'y est levé

Un poulain y galope dans ses verts paturâges

Ici, la terre est rouge, le soleil pourra s'y coucher

Apportant la sagesse et la paix sans orage.

Tu es là, si présent, tu me dis que tu m'aimes

Comme au tout premier jour de notre doux printemps

Il n'y a plus en nous le moindre petit dilemne

Car notre amour est lui, toujours fleurissant.

Ce voyage près de toi m'a aidée à grandir

Tu es de cette vie le plus beau des cadeaux

Et quand viendra l'hiver, qu'il me faudra partir

Tu seras en mon coeur pour y rester au chaud.

(swadisthana )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mer 16 Juil - 17:00

Trouver la Paix

Il est des jours ou nettoyer son coeur est chose facile
D'autres jours ou cela devient un travail terrifiant
Des jours ou l'on voudrait s'enterrer seul sur une ile
D'autres ou l'ont est tellement heureux d'être vivant

L'esprit humain à de bien multiples facettes
Il est impossible de les voir toutes entièrement
Parce que comme un cristal ou une allumette
Le reflet ou la flamme change selon le moment

Trouver la stabilité est un de nos plus gros défis
Car d'un moment à l'autre nous risquons de tomber
Sans parvenir à faire le moindre compromis
Vers ce qui nous semble être notre vérité

Nous avons pourtant une chance d'être heureux
En cherchant dans notre coeur l'amour bien enfoui
Sous nos tonnes de douleurs, de chagrins, de voeux
Car il n'y a bien qu'en nous que ce trouve le Paradis

Il nous faut avancer pas à pas, doucement
Sur ce chemin, à nos souffrances dire adieu
Ne pas trainer de poids, vivre légèrement
Là se trouve la paix, sur la voie du juste milieu

(swadisthana )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mer 16 Juil - 22:04

quelques poémes de Maurice Caréme

Tu es la saveur de mon pain
Tu es la saveur de mon pain,
Le dimanche de ma semaine,
Tu es la ligne du destin
Que l’on peut lire dans ma main,
Tu es ma joie, tu es ma peine,
Tu es ma chanson, ma couleur
Et, dans la douceur de mes veines,
Le sang qui fait battre mon cœur.


BONTE
Il faut plus d'une pomme
Pour emplir un panier.
Il faut plus d'un pommier
Pour que chante un verger.
Mais il ne faut qu'un homme
Pour qu'un peu de bonté
Luise comme une pomme
Que l'on va partager.

REVEIL

Bonjour, le bois !
Cria l'enfant.
Bonjour, l'enfant !
Cria le bois.

Bonjour, l'abeille !
Cria l'enfant.
Bonjour, l'enfant !
Cria l'abeille.

Alors, et moi ?
Dit le soleil,
Alors, et moi
Qui te réveille ?

Je l'ai crié,
Lui dit l'enfant.
Je l'ai crié
En m'éveillant

Je l'ai crié,
Lui dit l'enfant.
Je l'ai crié
En m'éveillant



BERCEUSE


Au fond des bois

Couleur de faine,

La feuille choit

Si doucement

Que c'est à peine

Si on l'entend.

A la fontaine,

Le merle boit

Si doucement

Que c'est à peine

Si on l'entend.

A demi voix,

Si doucement

Que c'est à peine

Si on l'entend,

Une maman

Berce la peine

De son enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Ven 18 Juil - 12:49

DON D'AIMER

Si j'avais un don à recevoir ou à donner,
Ce serait celui d'aimer...
D'aimer la vie, d'aimer le ciel bleu,
les fleurs et les oiseaux,
Si j'avais un don à recevoir ou à donner
Ce serait celui d'aimer...
De m'aimer moi, de t'aimer, toi,
De l'aimer lui, De l'aimer elle,
Si j'avais un don à recevoir ou à donner,
Ce serait celui d'aimer...
...d'aimer les petits enfants, les vieillards,
avec leurs larmes dans les yeux,
et leurs gestes incertains,
Si j'avais un don à recevoir ou à donner,
Ce serait celui d'aimer...
...d'aimer le ciel gris, sous la pluie,
l'arc-en-ciel qui la suit,
Et si j'avais un don à vous donner, Ce serait celui d'AIMER !

Eliane PFEIFFER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Ven 18 Juil - 12:50

Une larme...

Une larme, une seule,
Mais comme un océan,
Pour crier sa douleur
Et hurler à la mort.
Une larme, une seule,
Mais comme un océan,
Pour inonder son cœur
Et renaître à la vie !

Elisabeth Lafont
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Ven 18 Juil - 12:53

Ne vous plaignez pas trop …



Ne vous plaignez pas trop d’avoir un cœur de chair,
Vos yeux seront plus beaux quand vous aurez pleuré
Il naîtra de vos pleurs comme un fruit de la terre
Une fleur inconnue qu’on n’a pas respirée.

Ne vous plaignez pas trop d’avoir l’âme blessée,
La blessure est brûlante aux lèvres qui la touchent
Il neigera des pleurs comme un miel dans la bouche
Vos mots seront plus doux, votre regard lavé

Ne vous plaignez pas trop de votre sœur la mort
Vous serez cet Agneau que l’on nomme Tendresse
Et qui tremblant d’amour en face du couteau
Embrasse l’agonie comme un enfant la caresse.

André Daigneault
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Ven 18 Juil - 12:59

L'écho


Rôdant, triste et solitaire
Dans la forêt du mystère,
J’ai crié le cœur très las :
- « La vie est triste ici-bas ! »
L’Écho m’a répondu : « Bah ! »
– « Écho, la vie est méchante ! »
Et, d’une voix bien touchante,
L’Écho m’a répondu : « Chante ! »
– « Écho, Écho des grands bois,
Lourde, trop lourde est ma croix ! »
L’Écho m’a répondu : « Crois ! »
– « La haine en moi va germer,
Dois-je rire ou blasphémer ? »
Et l’Écho m’a dit : « Aimer ! »
Comme l’Écho des grands bois
M’a conseillé de le faire :
J’aime, je chante et je crois !
Et je suis heureux sur terre !
Théodore Botrel (1868-1925)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Ven 18 Juil - 17:17

Le rêve


Je marche dans le désert,
Rien que du sable à perte de vue.
Il fait chaud, le soleil trouble ma vue,
Et pourtant j’ai si froid.

J’avance doucement, poussée par le vent.
Soudain je vois d’un côté, des visages tristes :
Les chagrins, les ennuis, les soucis, la tristesse ;
De l’autre côté, des visages qui sourient :
L’espoir, l’amitié, la confiance, la joie.

Moi je suis au milieu,
Je ne sais où aller.
Ne sachant que faire,
Je me couche sur le sable,
Et doucement je m’endors.

Un rayon de soleil caresse mon visage,
J’ouvre les yeux, je suis dans mon lit.
Je comprends que ce désert traversé,
N’est en fait ! Que mon cœur,
Que dans ce cœur,
Il y a la tristesse, le chagrin
Mais aussi, l’espoir, la confiance et la joie,
Et qu’il n’y a que moi qui puisse choisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Ven 18 Juil - 17:18

Le rêve


Je marche dans le désert,
Rien que du sable à perte de vue.
Il fait chaud, le soleil trouble ma vue,
Et pourtant j’ai si froid.

J’avance doucement, poussée par le vent.
Soudain je vois d’un côté, des visages tristes :
Les chagrins, les ennuis, les soucis, la tristesse ;
De l’autre côté, des visages qui sourient :
L’espoir, l’amitié, la confiance, la joie.

Moi je suis au milieu,
Je ne sais où aller.
Ne sachant que faire,
Je me couche sur le sable,
Et doucement je m’endors.

Un rayon de soleil caresse mon visage,
J’ouvre les yeux, je suis dans mon lit.
Je comprends que ce désert traversé,
N’est en fait ! Que mon cœur,
Que dans ce cœur,
Il y a la tristesse, le chagrin
Mais aussi, l’espoir, la confiance et la joie,
Et qu’il n’y a que moi qui puisse choisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Ven 18 Juil - 21:35

renal a écrit:
Je comprends que ce désert traversé,
N’est en fait ! Que mon cœur,
Que dans ce cœur,
Il y a la tristesse, le chagrin
Mais aussi, l’espoir, la confiance et la joie,
Et qu’il n’y a que moi qui puisse choisir.
Bises. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Charlestone
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Ven 18 Juil - 21:41

renal a écrit:
Le rêve
Je marche dans le désert,
Rien que du sable à perte de vue.
Il fait chaud, le soleil trouble ma vue,
Et pourtant j’ai si froid.
.......
Que dans ce cœur,
Il y a la tristesse, le chagrin
Mais aussi, l’espoir, la confiance et la joie,
Et qu’il n’y a que moi qui puisse choisir.
Formidable poème....Très touchant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Dim 20 Juil - 23:51

Un petit poème pour vous souhaiter bonne nuit !

Une petite lumière

Qu'est-(ce) qui n(e) va pas ce soir ?
T'as l'air abandonné ?
Tu broies encore du noir,
Pourquoi te chagriner ?


Cherche dans l' Univers
Espère et tu verras :
Une toute petite lumière,
Qui vient et grandira,
De sa flamme invisible
Elle réchauffera ton coeur
Apportant dans ta vie :
Un peu de sa chaleur.

Ignore les gens avides qui vivent dans les nuages
Et regarde le soleil qui t'invite au voyage
Pour les yeux d'une biche tu changeras ton destin,
En voyant le printemps fleurir sur ton chemin...

Alors encore une fois, tu os(e)ras dire : je t'aime
Et tu trouv(e)ras la force qui résout les problèmes
Même si tu as mille raisons de pleurer sur toi-même,
N'oublie pas que les autres ont aussi de la peine

Et qu'ils cherchent comme toi :
Cette petite lumière,
Qui vient d'un Univers
Où seul l'amour est LOI !

Garde bien cette étincelle,
Au fond de ta mémoire
Il suffira d'y croire.
Pour voir la vie plus belle

Dans la nuit recouverte de brillants solitaires,
L'infini vous invite dans un monde de lumières
Garçons et petites filles, perdus sur cette Terre
Prenez toujours le temps de faire une prière.

(Jean-Claude Brinette)

Je trouve ce poéme très beau, moi il me fait du bien, et j'espère qu'il fera du bien à ce ceux qui en ont besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Lun 21 Juil - 17:30

Je voulais offrir ce poème à Marie-jo avec toute mon amitié.

Au jardin de la vie,
Au plus profond de notre âme,
Existe la plus rare des fleurs du bonheur.

Ses pétales ont les reflets de l’aube délicate
Pâle et naissante, encore saupoudrée des étoiles de la nuit.
Du crépuscule rougeoyant, flamboyant de maturité,
Brillant de mille éclats sur la mer immense et apaisée.

Son parfum a la douceur de la peau des enfants,
Les saveurs suaves de leurs inflexions si chères.

Une fois la fleur ouverte, épanouie,
Au cœur des ces pétales, émerge le centre d’une sérénité sans fin
, Au delà des sens, au delà du temps.

Refuge ancestral, nectar de la vie, prodiguant une joie libératrice,
Que rien alors ne peut plus altérer ici bas.

Si près de nous et si loin, si bien cachée dans la lumière, sous nos yeux.

Garder la certitude que si l’orage gronde, le Soleil brille toujours au dessus, plus haut

Ces nuages menaçant alors se dissolvent en une pluie fertile qui apaise les tensions.

Garder la certitude que le plus magnifique rayon de Lune même
lorsqu’elle est entière
Elle n’est que son reflet, que rien ne peut L’égaler.

Garder la certitude que ce bouton précieux est en chacun de nous,
Que nous avons reçu la graine en venant au monde et
Que sommes le jardinier, l’artisan de notre propre bonheur.

Ne la laissons pas se dessécher, prenons en grand soin.

Alors vivons pleinement, cultivons notre Vie dans son but ultime,
Et laissons fleurir au plus profond de nous la Fleur du bonheur,
Elle ne demande qu’à éclore.

Offrons lui une peu d'espace dans notre vie agitée,
Offrons lui la terre de notre cœur sincère,
L’eau de notre vie clarifiée,
Le feu de notre foi en elle,
Offrons lui l’air de notre souffle pour entretenir cette flamme,
Et enfin offrons lui notre silence pour la laisser pousser.

Pour un jour tout recevoir sans que jamais cela nous puisse être ôté.



Isabelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mar 22 Juil - 17:56

TOI

Toi qui traverse la peur !

La peur fait partie de chacun d’entres nous,
Accepte-la sans devenir son esclave,
Admets la sans lui obéir
Si tu arrives à la comprendre,
Tu diminueras son pouvoir.

Toi qui ressens la douleur !

La douleur, si tu ne peux l’éviter,
Regarde-la en face,
Et essaie d’en tirer
Une force pour avancer,
Apprivoise-la.

Toi qui ne sais pas où aller !

Quand tu ne sais plus où aller, assieds-toi et attends,
Respire profondément avec confiance,
Sans te laisser distraire,
Ecoute ton cœur, il connaît ton chemin.

Toi qui n’arrives pas à aimer !

Si tu n’arrives pas à aimer,
Laisse-toi aimer, ouvre ton cœur,
Seul l’amour que tu recevras t’aidera à aimer,
Si tu acceptes que l’on t’aime,
Alors à ton tour tu pourras aimer.

Toi qui refuses d’avancer !

Ne baisse pas les bras tant que tu as encore quelque chose à donner
Rien n’est jamais perdu, tant que tu continues à lutter

Toi qui n’arrives pas à pleurer !

Les larmes qu’on retient se déposent sur le cœur,
Avec le temps elle forme une croûte et le paralysent.
Laisse aller tes larmes,
Elles lavent ton cœur de ses douleurs.

Toi qui trouves que la vie est trop dure !

La vie n’est pas programmée, ni mécanique,
Ni décidée d’avance,
Elle est, surprise, bondissement, rire, pleurs,
Echec, réussite, et brûlure au cœur.
La vie t’est donnée gratuitement,
A toi de la vivre à fond, et quand elle te
Paraît trop dur, cherche ce qui peut la rendre plus douce,
Toi seul à le pouvoir d’améliorer ou pas la vie

Toi qui as lu toutes ses lignes,
J’espère que tu trouveras
La force de continuer,
La force d’avancer.


Nicole Novembre 2007
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mar 22 Juil - 18:01

TOI


Toi qui traverse la peur !

La peur fait partie de chacun d’entres nous,
Accepte-la sans devenir son esclave,
Admets la sans lui obéir
Si tu arrives à la comprendre,
Tu diminueras son pouvoir.


Toi qui ressens la douleur !

La douleur, si tu ne peux l’éviter,
Regarde-la en face,
Et essaie d’en tirer
Une force pour avancer,
Apprivoise-la.


Toi qui ne sais pas où aller !

Quand tu ne sais plus où aller, assieds-toi et attends,
Respire profondément avec confiance,
Sans te laisser distraire,
Ecoute ton cœur, il connaît ton chemin.


Toi qui n’arrives pas à aimer !

Si tu n’arrives pas à aimer,
Laisse-toi aimer, ouvre ton cœur,
Seul l’amour que tu recevras t’aidera à aimer,
Si tu acceptes que l’on t’aime,
Alors à ton tour tu pourras aimer.

Toi qui refuses d’avancer !

Ne baisse pas les bras tant que tu as encore quelque chose à donner
Rien n’est jamais perdu, tant que tu continues à lutter


Toi qui n’arrives pas à pleurer !

Les larmes qu’on retient se déposent sur le cœur,
Avec le temps elle forme une croûte et le paralysent.
Laisse aller tes larmes,
Elles lavent ton cœur de ses douleurs.


Toi qui trouves que la vie est trop dure !


La vie n’est pas programmée, ni mécanique,
Ni décidée d’avance,
Elle est, surprise, bondissement, rire, pleurs,
Echec, réussite, et brûlure au cœur.
La vie t’est donnée gratuitement,
A toi de la vivre à fond, et quand elle te
Paraît trop dur, cherche ce qui peut la rendre plus douce,
Toi seul à le pouvoir d’améliorer ou pas la vie

Toi qui as lu toutes ses lignes,
J’espère que tu trouveras
La force de continuer,
La force d’avancer.

Nicole Novembre 2007
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Lun 28 Juil - 17:01

Amitié
Je connais un petit ange
Lequel n'a jamais mouillé
Sa blanche robe à la fange
Dont notre monde est souillé.

C'est lui qui donne le change
Au pauvre coeur dépouillé
Que l'amour, vautour étrange,
D'un bec cruel a fouillé.

Cet ange, qui vous ressemble,
Sous son aile nous rassemble
C'est la divine Amitié.

Son regard est doux et calme ;
Il m'offre sa chaste palme...
En voulez-vous la moitié ?


Auteur:Louis-Honoré FRÉCHETTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Lun 28 Juil - 17:15

Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées

Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées.
Demain viendra l'orage, et le soir, et la nuit ;
Puis l'aube, et ses clartés de vapeurs obstruées ;
Puis les nuits, puis les jours, pas du temps qui s'enfuit !

Tous ces jours passeront; ils passeront en foule
Sur la face des mers, sur la face des monts,
Sur les fleuves d'argent, sur les forêts où roule
Comme un hymne confus des morts que nous aimons.

Et la face des eaux, et le front des montagnes,
Ridés et non vieillis, et les bois toujours verts
S'iront rajeunissant ; le fleuve des campagnes
Prendra sans cesse aux monts le flot qu'il donne aux mers.

Mais moi, sous chaque jour courbant plus bas ma tête,
Je passe, et, refroidi sous ce soleil joyeux,
Je m'en irai bientôt, au milieu de la fête,
Sans que rien manque au monde, immense et radieux !


Auteur:Victor HUGO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poésie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Poésie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 41Aller à la page : 1, 2, 3 ... 21 ... 41  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Littérature & Culture-
Sauter vers: