philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Poésie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 22 ... 41  Suivant
AuteurMessage
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mer 6 Aoû - 9:46

Voici une belle déclaration d'amour pour les dames romantiques !!!!!

Douce dame, que j'aime tant et désire,

De sorte que jour et nuit je ne pense ailleurs,
Je ne veux pas vous prier ni requérir
Que vous m'accordiez la grâce ni votre amour,
Ni rien qui puisse alléger ma douleur,
A part, sans plus, que vous daigniez savoir
Que je vous aime de cœur, sans décevoir.
Car je ne pourrai nullement arriver,
À mon avis, à un si grand honneur
Et je ne suis pas digne de vous servir.
Aussi, sachez, très belle que je vénère,
Que je tiendrais ma peine pour récompensée
Si vous vouliez parfois vous apercevoir
Que je vous aime de cœur, sans décevoir.
Et, très belle, que j'aime sans repentir,
J'espère tant de biens de votre douceur,
Et votre noble cœur déciderait
Grâce, pitié, noblesse et vraie amour.
Tant qu'il aurait pitié de la douleur
Qui me serre, si vous saviez de voir
Que je vous aime de cœur, sans décevoir



(Guillaume de Machaut) (1300-1377)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mer 6 Aoû - 10:12



Ô PAIX

Ô Paix ! Source de tout bien,
Viens enrichir cette terre ;
Et fais qu'il n'y reste rien
Des images de la guerre.

Accorde à nos longs désirs
De plus douces destinées ;
Ramène-nous les plaisirs,
Absents depuis tant d'années,

Étouffe tous ces travaux,
Et leurs semences mortelles :
Que les plus grands de nos maux
Soient les rigueurs de nos belles ;

Et que nous passions les jours
Étendus sur l'herbe tendre,
Prêts à conter nos amours
À qui voudra les entendre.

(JEAN DE LA FONTAINE)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mer 6 Aoû - 11:54

Toujours très beaux tes poèmes... continue Rénal à nous charmer...study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mer 6 Aoû - 13:46

renal a écrit:
Que les plus grands de nos maux
Soient les rigueurs de nos belles ;
Notre LA FONTAINE en plein romantisme : quel plaisir et quel charmeur ! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mer 6 Aoû - 13:52

Brumes a écrit:
Nelly a écrit:
Mais tu deviens poétique également : c'est contagieux ? Wink
Mais je suis poétique, romantique... J'adore qu'un homme me fasse la cour, avec délicatesse, tendresse... lol!
Oh, mais je ne doutais pas de ton ramantisme, crois-moi, mais comme tu cherchais des poètes, je voulais souligner que tu nous en faisais profiter. Et je crois que tu aimes surtout lire les poésies. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Jeu 7 Aoû - 16:14

VIS

Si tu te sens triste,
Chante-le à l’aurore.

Si tu es heureuse,
Vole avec le vent.

Si tu es sage et sereine,
J’irai te chercher très loin, âme mapuche.
Vraiment l’humanité,
C’est le ciel
Et le nom de ses yeux.

(Carlos Levi Reninao)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Jeu 7 Aoû - 17:41

Brumes a écrit:
Nelly a écrit:
Mais tu deviens poétique également : c'est contagieux ? Wink
Mais je suis poétique, romantique... J'adore qu'un homme me fasse la cour, avec délicatesse, tendresse...
Oh, mais je ne doutais pas de ton romantisme, crois-moi, mais comme tu cherchais des poètes, je voulais souligner que tu nous en faisais profiter. Et je crois que tu aimes surtout lire les poésies.


Je suis incapable d'écrire un quatrain. il y a tellement de poètes sur le site que je leur laisse la place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Jeu 7 Aoû - 17:53

Une autre forme de la Marseillaise qui me plait bien.

La Marseillaise de la Paix


De l’universelle patrie
Puisse venir le jour rêvé
De la paix, de la paix chérie
Le rameau sauveur est levé (bis)
On entendra vers les frontières,
Les peuples, se tendant les bras,
Crier : il n’est plus de soldats !
Soyons unis, nous sommes frères !

Refrain :

Plus d’armes, citoyens !
Rompez vos bataillons !
Chantez, chantons !
Et que la paix
Féconde nos sillons !

Debout ! Pacifiques cohortes !
Hommes des champs et des cités,
Avec transport, ouvrez vos portes
Aux trésors, fruits de libertés (bis)
Que le fer déchire la terre,
Et, pour ce combat tout d’amour,
En nobles outils de labour
Reforgeons les armes de guerre.

(Cette parodie catégorique de « la Marseillaise » publiée dans l’Almanach de la paix en 1892, a été reproduite récemment par Odette Thibaut dans « Non à la guerre, disent-elles »)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Ven 8 Aoû - 10:25

La nature de l'Amour

L'Amour éclaire les bons comme les méchants.

La rose peut-elle dire:
"Je vais offrir mon parfum

à toutes les bonnes personnes
qui vont me respirer
Et en priver les mauvaises?"


La lampe peut-elle dire:
"Je vais répandre ma lumière sur les bons
Et en priver les méchants?"

Un arbre peut-il dire:
"Je vais faire de l'ombre aux gentilles personnes
qui se couchent à mes pieds
Et en priver les méchantes?"

Ces images montrent bien ce qu'est l'Amour.


Anthony de Mello

;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Ven 8 Aoû - 17:05

L’accoucheuse

La nuit dans le sous-sol
D’un immeuble détruit
S’entasse une foule de blessés
Meurtris par la bombe atomique.
Pas même une bougie
L’odeur de sang se mêle
A celle des cadavres.
On étouffe, l’air est imprégné
De sueur et vibrant de gémissements.
Une voix au ton étrange, s’élève
Tout à coup : « Un bébé va naître »
Dans ce sous-sol pareil
Aux fins fonds de l’enfer.
Une jeune femme commence
A sentir les douleurs,
Que faire dans un tel noir
Sans une seule allumette.
Tout le monde s’inquiète pour elle,
Chacun oubliant sa propre souffrance.
Alors une blessée gravement atteinte
Se met à dire : « Je suis sage-femme,
J’ai l’habitude d’accoucher »
C’est ainsi que vint au monde
Une vie nouvelle dans les ténèbres de l’enfer,
Et ainsi que mourut
La sage femme, couverte de sang,
Sans atteindre l’aube.
« Je ferais naître cet enfant
Oui je ferais naître cet enfant
Même au sacrifice de ma vie »

(Sadako Kurihara mars 1946
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Sam 9 Aoû - 11:10

Eloge de la fatigue

Vous me dites, Monsieur, que j'ai mauvaise mine,
Qu'avec cette vie que je mène, je me ruine,
Que l'on ne gagne rien à trop se prodiguer,
Vous me dites enfin que je suis fatigué.
Oui je suis fatigué, Monsieur, et je m'en flatte.
J'ai tout de fatigué, la voix, le coeur, la rate,
Je m'endors épuisé, je me réveille las,
Mais grâce à Dieu, Monsieur, je ne m'en soucie pas.
Ou quand je m'en soucie, je me ridiculise.
La fatigue souvent n'est qu'une vantardise.
On n'est jamais aussi fatigué qu'on le croit !
Et quand cela serait, n'en a-t-on pas le droit ?

Je ne vous parle pas des sombres lassitudes,
Qu'on a lorsque le corps harassé d'habitude,
N'a plus pour se mouvoir que de pâles raisons...
Lorsqu'on a fait de soi son unique horizon...
Lorsqu'on a rien à perdre, à vaincre, ou à défendre...
Cette fatigue-là est mauvaise à entendre ;
Elle fait le front lourd, l'oeil morne, le dos rond.
Et vous donne l'aspect d'un vivant moribond...

Mais se sentir plier sous le poids formidable
Des vies dont un beau jour on s'est fait responsable,
Savoir qu'on a des joies ou des pleurs dans ses mains,
Savoir qu'on est l'outil, qu'on est le lendemain,
Savoir qu'on est le chef, savoir qu'on est la source,
Aider une existence à continuer sa course,
Et pour cela se battre à s'en user le coeur...
Cette fatigue-là, Monsieur, c'est du bonheur.

Et sûr qu'à chaque pas, à chaque assaut qu'on livre,
On va aider un être à vivre ou à survivre ;
Et sûr qu'on est le port et la route et le quai,
Où prendrait-on le droit d'être trop fatigué ?
Ceux qui font de leur vie une belle aventure,
Marquant chaque victoire, en creux, sur la figure,
Et quand le malheur vient y mettre un creux de plus
Parmi tant d'autres creux il passe inaperçu.

La fatigue, Monsieur, c'est un prix toujours juste,
C'est le prix d'une journée d'efforts et de luttes.
C'est le prix d'un labeur, d'un mur ou d'un exploit,
Non pas le prix qu'on paie, mais celui qu'on reçoit.
C'est le prix d'un travail, d'une journée remplie,
C'est la preuve, Monsieur, qu'on marche avec la vie.

Quand je rentre la nuit et que ma maison dort,
J'écoute mes sommeils, et là, je me sens fort ;
Je me sens tout gonflé de mon humble souffrance,
Et ma fatigue alors est une récompense.

Et vous me conseillez d'aller me reposer !
Mais si j'acceptais là, ce que vous me proposez,
Si j'abandonnais à votre douce intrigue...
Mais je mourrais, Monsieur, tristement... de fatigue.

Robert Lamoureux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Sam 9 Aoû - 13:50

On connaît mal Robert Lamoureux dans ce genre de poésie.

C'est d'autant plus percutant. Un peu comme "les boutons dorés" de

Francis Blanche. Chanson oh combien émouvante.

Je te la laisse mettre Rénal, tu iras plus vite que moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Sam 9 Aoû - 14:10

ah, les boutons doré!....;
chanson, que mon premier mari avait du mal a entendre,....il a été élevé a l'orphelina......alors!


en casquette a galons doré ,
en capotte a boutons doré
tout au long des jeudis sans fin
voyez passer les orphelins

j'suis pas bien gros j'suis pas malin
j'ai peur de ne jamais être homme
et de rester le pauvre môme
a qui personne tendra la main
et malgré qu'on soit bon pour moi
un jour ça pètera dans ma tête
et pour peu qu'j'ai des allumettes
j'foutrais le feu a l'orphelina.
la la la la la la la
la la la la la la la pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Sam 9 Aoû - 15:03

renal a écrit:
Vous me dites, Monsieur, que j'ai mauvaise mine,
Qu'avec cette vie que je mène, je me ruine,
Que l'on ne gagne rien à trop se prodiguer,
Vous me dites enfin que je suis fatigué.
Oui je suis fatigué, Monsieur, et je m'en flatte.
J'ai tout de fatigué, la voix, le coeur, la rate,
Je m'endors épuisé, je me réveille las,
Mais grâce à Dieu, Monsieur, je ne m'en soucie pas.
Ouh là, Nicole, tu nous fais faire un examen de conscience ! C'est très profond, tout ça. Heureusement que j'ai bien bossé, ce matin... Wink Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Sam 9 Aoû - 15:05

Marie-jo 17 a écrit:
ah, les boutons doré!....;
chanson, que mon premier mari avait du mal a entendre,....il a été élevé a l'orphelina......alors!

en casquette a galons doré ,
en capotte a boutons doré
tout au long des jeudis sans fin
voyez passer les orphelins
Bon sang, combien de fois ai-je fredonné ce refrain sans penser à tous ces pauvres gamins. Dur, dur ! Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
clementine
***
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Lun 11 Aoû - 18:57

Bêtise de la guerre

Ouvrière sans yeux, Pénélope imbécile,
Berceuse du chaos où le néant oscille,
Guerre, ô guerre occupée au choc des escadrons,
Toute pleine du bruit furieux des clairons,
Ô buveuse de sang, qui, farouche, flétrie,
Hideuse, entraîne l'homme en cette ivrognerie,
Nuée où le destin se déforme, où Dieu fuit,
Où flotte une clarté plus noire que la nuit,
Folle immense, de vent et de foudres armée,
A quoi sers-tu, géante, à quoi sers-tu, fumée,
Si tes écroulements reconstruisent le mal,
Si pour le bestial tu chasses l'animal,
Si tu ne sais, dans l'ombre où ton hasard se vautre,
Défaire un empereur que pour en faire un autre ?

Victor HUGO (1802-1885)

(Recueil : l'année terrible)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mar 12 Aoû - 18:00

Rire, c'est risquer de paraître fou
Pleurer, c'est risquer de paraître fragile
Aller vers quelqu'un, c'est risquer de s'engager.
Exposer ses sentiments, c'est risquer d'exposer son moi profond
Présenter ses idées, ses rêves aux autres, c'est risquer de les perdre.
Aimer, c'est risquer de ne pas être aimé en retour.
Vivre, c'est risquer de mourir
Espérer c'est risquer de désespérer
Essayer, c'est riquer d'échouer.
.....Mais il faut prendre des risques, car le plus grand danger dans la vie, c'est de ne rien risquer du tout.
Celui qui ne risque rien ne fait rien,
n'a rien,
n'est rien.
Il peut éviter la souffrance mais il n'apprend rien, ne ressent rien.
Ne peut ni changer, ni se développer
Ne peut ni aimer, ni vivre
Enchaîné par sa certitude,
Il devient esclave, il trahit sa liberté
Seuls ceux qui risquent d'aimer...sont libres

( Inconnu)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mar 12 Aoû - 18:04

renal a écrit:
Seuls ceux qui risquent d'aimer...sont libres
J'aime beaucoup. Vivons risqué afin de vivre, mais des risques calculés, quand même ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mer 3 Sep - 10:46

Le bonheur exige du loisir : est-il encore accordé au rythme de nos vies ?

Pour être heureux, il faut d'abord être : c'est-à-dire prendre conscience de son existence, approfondir les instants.
On nous oblige à aller vite : le bonheur n'a pas le temps de pénétrer ; il reste à la surface, il n'imprègne pas ; il a besoin de zones de stagnation pour se condenser doucement.
Savoir s'asseoir sur le pas de sa porte et savourer sans hâte...

Le bonheur n'est pas dans les choses : il arrive au contraire qu'il y étouffe.

Jean Onimus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mer 3 Sep - 18:36

J'ai trouvé ce poéme lors de mes vacances.

Perles égrenées


Elles ressemblent à des perles égrenées
Ou a des couleurs de cristal.
Là-bas c’est un ruisseau profond
Qui, si on le regarde de là-haut
Fait voir l’eau toute sombre,
Et l’œil se trouve bien trompé
Quand la vie lui assure
Que l’argent a moins de beauté.

Des Noïdes à tout propos
Devant le Dieu qui les gouverne
Y chantent et font mille sauts.
La pierre rie de son débit
Tout y devient allégresse.
Et vous penseriez à voir le lieu
Que celle qui est de la mer princesse
Est née en ce roc.

Aussi au cœur de sa grandeur
Et dans la grande profondeur
Que trouve la terre en son centre,
Vous diriez qu’assurément
Elles sont sorties de ce grand ventre
Nos tours, tout entièrement.

(Extrait de « Histoires des Antiquité et contes de Carcassonne)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mar 9 Sep - 17:56

LE ROI DES MOTS

Ca commence comme ça
Par un tout petit mot,
Mais ce mot, c’est le roi des mots !

Il a l’air ridicule avec ses quatre lettres.
Il a l’air de rien.
Mais sans lui rien ne pourra se passer,
Rien ne pourrait exister
Je ne pourrais pas te parler.
Tu ne pourrais pas m’écouter.

C’est lui qui crée le silence,
C’est lui qui crée l’espace.
Il est le roi des mots !
Et parce qu’il est le roi,
Il se met au service des autres.
Sans lui,
Les grands mots, les jolis mots, les mots savants
Et même les gros mots ne pourraient pas exister.

Grâce à lui et avec un peur d’entraînement,
Je peux entendre le bruit des pas
Des petites fourmis qui courent
Sur les lames de mon parquet.

Grâce à lui, au printemps,
Je peux écouter le dialogue très animé
Des coccinelles en train de discuter
De la qualité des pucerons du rosier de la voisine.

Mais je suis un peu jaloux
J’ai un ami bien plus fort que moi,
Il peut entendre les cris
Que poussent les rayons du soleil
Qui viennent se cogner sur les vitres
De la fenêtre en plein été.

Et ….
Il paraît qu’avec beaucoup d’entraînement…
On peut entendre ce qui se passe dans le cœur
De ceux que l’on aime…

Il est le roi des mots.
Ah ! J’oubliais !
Il s’appelle Chut ….

( Jean Humenry)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mar 9 Sep - 17:57

Le bonheur
Si tu ne trouves pas le bonheur,
c’est peut-être que tu le cherches ailleurs...
Ailleurs que dans tes souliers.
Ailleurs que dans ton foyer.
Selon toi, les autres sont plus heureux.
Mais, toi, tu ne vis pas chez eux.
Tu oublies que chacun a ses tracas.
Tu n’aimerais sûrement pas mieux leur cas.
Comment peux-tu aimer la vie
si ton cœur est plein d’envie,
si tu ne t’aimes pas,
si tu ne t’acceptes pas ?
Le plus grand obstacle au bonheur, sans doute,
c’est de rêver d’un bonheur trop grand.
Sache cueillir le bonheur au compte-gouttes :
ce sont de toutes petites qui font les océans.
Ne cherche pas le bonheur dans tes souvenirs.
Ne le cherche pas non plus dans l’avenir.
Cherche le bonheur dans le présent.
C’est là et là seulement qu’il t’attend.
Le bonheur, ce n’est pas un objet
que tu peux trouver quelque part hors de toi.
Le bonheur, ce n’est qu’un projet
qui part de toi et se réalise en toi.
Il n’existe pas de marchands de bonheur.
Il n’existe pas de machines à bonheur.
Il existe des gens qui croient au bonheur.
Ce sont ces gens qui font eux-mêmes leur bonheur.
Si, dans ton miroir, ta figure te déplaît,
à quoi te sert de briser ton reflet ?
Ce n’est pas ton miroir qu’il faut casser.
C’est toi qu’il faut changer !
Charles-Eugène PLOURDE, Une lumière sur mes pas, Trois-Rivières 2003
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mar 9 Sep - 17:59

Je pense que l'on peut faire fonctionner un forum avec les mots de ce poéme: Very Happy

LES MOTS INDISPENSABLES


Il est des mots dont on ne peut se passer.
Plus, il est des mots vitaux, des mots indispensables,
Des mots simples, des mots clairs,
Des mots tellement quotidiens qu’ils n’ont l’air de rien.

Des mots doux, des mots tendres,
Des mots innocents, des mots d’enfants.
Le mot enfant,
Le mot vie,
Le mot chaleur,
Le mot tendresse, gentillesse, paix…

Des noms de fleurs, d’arbres ou de fruits,
Le mot source, soleil, arc-en-ciel
Courage et curieux,
Fidèle et amour, nuit, jour,
Liberté et fraternité,
Frère, ami, camarade,
Sans oublier les mots silence et espérance…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Mar 9 Sep - 22:26

Rêve de lumière.

La fenêtre s'ouvre sur un nuage de soleil.
Le chant des oiseaux traverse le bleu du ciel.
L'herbe frémit sous la caresse du vent.
Dehors, autour du grd chêne, la ronde des enfants tourbillonne.
Les petits se tiennent par la main.
Les grds ont les yeux du bonheur.
Douce pulsation des rires.
Dans le coeur de l'ange s'élève la lumière.
sur le miroir de l'âme se forment les bulles de l'amour.
En fermant les yeux la brise du rêve,
effleure la flamme de la joie.

YANN NOIROT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: Poésie   Lun 15 Sep - 15:27

POST-SCRIPTUM

Tu n'as écrit hier que deux petites pages.
C'est donc bien gai là-bas que tu m'oublies ? Tu dois
te fatiguer, voir trop de monde. Sois donc sage !
Il faut te reposer. Ecris-moi ! Pense à moi !
Et puis ne mets pas tant cette robe nouvelle.
Elle te va si bien ! Je ne suis pas jaloux.
Mais, là-bas, tu n'as pas besoin d'être si belle,
L'air te la fanera. Garde-la donc pour nous.

Paul Géraldy


(c'est valable pour toutes les absentes... flower )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poésie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Poésie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 41Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 22 ... 41  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Littérature & Culture-
Sauter vers: