philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Contes philosophiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Sam 27 Sep - 9:54

Le conte des parents ours qui avaient
tellement besoin d'avoir une
belle image d'eux-mêmes.
( A trop cultiver la belle image de nous-mêmes,
nous nous éloignons à des
années-lumière de notre centre.)


Vous ne le savez peut-être pas, mais au pays des ours, chacun se comporte à partir d'une habitude qui n'est pas toujours facile à vivre... Pour les autres. Ils ont besoin d'avoir en permanence une bonne image d'eux-mêmes. Et pour confirmer cela, ils se mêlent sans arrêt de la vie des autres. Avoir aux yeux du monde entier une image positive est très importante pour eux, et dès que quelqu'un ose mettre en cause cette image, en s'autorisant par exemple à dire à un ours qu'il ne le voit pas comme il se voit ou se perçoit lui-même, alors il déclenche un drame épouvantable qui retentit dans toute la famille et déstabilise l'entourage.

Vous savez également qu'un ours est souvent grognon, qu'il ne mâche pas ses mots, qu'il dit ce qu'il pense et même un peu au-delà, sans se soucier de la façon dont tout cela sera reçu par l'entourage. Et évidemment il se trouve toujours étonné, voire scandalisé quand quelqu'un de proche par exemple lui fait remarquer qu'il a été blessé ou heurté, choqué ou gêné par son intrusion dans son intimité ou encore par telle ou telle remarque. Vous n'imaginez pas la tempête que cela peut déclencher!

Ce fut le cas, tout dernièrement, dans une famille d'ours où la fille, pourtant une adulte, mère de la famille, qui se maquillait suivant son goût et en fonction des besoins de sa peau, de gratifier par son père, devant des amis, d'une remarque qui l'infantilisait, donnait à croire que ses produits étaient des attrape-nigauds, qu'une oursonne qui se respecte n'a pas besoin de telles cochonneries sur son visage et que d'ailleurs elle devrait s'habiller de façon moins voyante et ne pas fréquenter tel ou tel ours....


Quand elle tenta de parler à son père de son propre ressenti et lui dire qu'il lui était insupportable d'accepter de tels jugements de valeur ou telles disqualifications, celui-ci fut très étonné et dans un premier temps ne comprit rien.


Puis il se sentit blessé, choqué même ( on touchait ; à la belle image qu'il avait de lui-même!) enfin quoi, un père aimant a bien le droit de faire des remarques justifiées à sa fille.


Sa femme prit son parti. La fille ne savait plus comment se comporter, elle tenta de défendre (elle aussi défendait la belle image qu'elle avait d'elle-même).


Des amis s'en mêlèrent, l'affaire gonfla. Chacun sûr de son bon droit, de sa sincérité surtout, car tous dans cette affaire étaient persuadés d'avoir raison.

La situation semblait sans issue, et puis un dimanche, le père se rappela que souvent il ne réagissait pas en fonction de ce qui se passait mais de ce qu'il imaginait chez l'autre, de ce que les autres pouvaient penser. Il confia qu'il se faisait beaucoup souffrir en imaginant ce que les autres pouvaient eux-même imaginer qu'il imagine. Cercle vicieux infernal qui dans cette situation, par exemple, l'entraînait à disqualifier sa fille de peur qu'on puisse penser qu'il n'était pas un bon père, s'il ne disait rien...

Et le dimanche suivant, autour de la table familiale, tous se mirent à rire et l'histoire des produits de cosmétique, de la vêture, des fréquentations de la fille fut ramenée à des proportions plus oursiennes.

Mais soyez prudents cependant, si vous rencontrez un ours, rappelez-vous que l'image qu'il a de lui-même est ce qu'il met au-dessus de tout....dans un premier temps.

Conte de Jacques Salomé
Conte à aimer... conte à s"aimer..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mar 30 Sep - 10:12

Voici un conte (pas trop long Nelly Wink ) Je le trouve très juste et il nous montre comment il est facile de juger quelqu'un sur son aspect physique.

La hache volée

Lao-Tseu raconte qu'un paysan, un jour, perdit sa hache. Il la chercha dans sa maison, mais vainement. Il aperçut alors un de ses voisins, qui passait en détournant son regard, et le soupçonna aussitôt de lui avoir volé sa hache.
L'homme, en effet, avait tout du comportement d'un voleur de hache. Son visage, son air, son attitude, ses gestes, les paroles qu'il prononçait, tout révélait en lui, à n'en pas douter, un voleur de hache.
Le paysan était sur le point de le dénoncer, de l'accuser publiquement et de le traîner devant un juge, quand il retrouva sa hache, qui était tombée dans des broussailles, non loin de là.
Quand il revit son voisin, celui-ci ne présentait plus le moindre indice qui pût évoquer en lui un voleur de hache.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mar 30 Sep - 10:26

Père et fils

Parmi les plus belles histoires qu'il m'ait été donné entendre, il en est une qui m'a été racontée par un journaliste belge, à Bruxelles. II n'en connais-pas l'origine, qu'il situait «quelque part en Orient».
Dans un certain pays vivaient un homme très riche et un homme très pauvre. Ils avaient chacun un fils L'homme très riche monta avec son fils sur le sommet d'une colline, lui montra d'un geste le paysage tout autour d'eux et lui dit :
Regarde. Un jour, tout cela sera à toi.
L'homme très pauvre monta avec son fils au sommet de la même colline, lui montra le paysage tout autour et lui dit simplement : Regarde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mar 30 Sep - 14:47

renal a écrit:
Voici un conte (pas trop long Nelly Wink ) .
Mes propos ne concernaient pas les contes sauf, peut-être s'ils faisaient plusieurs pages. Je pensais davantage à des textes compliqués sur lesquels il faut réfléchir davantage. Pour l'assimiler plus facilement, il est parfois préférable de l'entrecouper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlestone
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mar 30 Sep - 15:54

Nelly a écrit:
renal a écrit:
Voici un conte (pas trop long Nelly Wink ) .
Mes propos ne concernaient pas les contes sauf, peut-être s'ils faisaient plusieurs pages. Je pensais davantage à des textes compliqués sur lesquels il faut réfléchir davantage. Pour l'assimiler plus facilement, il est parfois préférable de l'entrecouper.
Tu vois Rénal que tu as mal compris notre amie Nelly ! Y'a pas que moi qui ne comprends pas bien les nuances quand nous sommes en virtuel.... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mar 30 Sep - 16:08

Nelly c'était pour rire, tu as vus le clin d'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mar 30 Sep - 16:30

renal a écrit:
Nelly c'était pour rire, tu as vus le clin d'oeil
J'en vois à chaque fois que je regarde le chaton ! Wink Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mar 14 Oct - 20:23

Les graines magiques

Deux frères étaient paysans.
Or le fils ainé avait toujours de plus belles récoltes que son frère.
Il ramenait souvent dans sa grange, des graines étranges qu'il cachait dans un coffre qu'il fermait à clé.
Son frère jaloux, l'épiait, et se dit : "Ce doit être des graines magiques que mon frère utilise pour avoir de si bonnes récoltes. Je vais toutes les voler et les semer et on verra bien qui de nous deux aura la plus belle récolte".
Quelques temps plus tard, les graines se mirent à germer puis à pousser rapidement, tellement rapidement qu'elles envahirent tout son terrain en un rien de temps.
Mais ce n'était pas une céréale magique qui poussait mais des ronces épaisses et très épineuses et bientôt, il ne pût pénêtrer dans son champs.
Alors qu'il se morfondait sur son sort, son frère vint le trouver et lui dit : "Pauvre de toi, tu a cru en la facilité et tu récoltes la difficulté. Tu as volé les graines que je ramassais pour éviter qu'elles ne détruisent nos récoltes.
Ton avidité a été plus fort que ton courage. Il en est de même pour tout. Si tu ne sais pas l'origine d'une phrase, ne la répète pas. Tu sèmerais alors peut-être des mensonges et tu pourrais récolter de la haine. De même, si tu ne connais pas la profondeur d'un sentiment, n'en parle pas. Tu sèmerais alors des émotions d'espoir et tu pourrais récolter des flots de tristesse. En toutes choses, vérifie d'abord la qualité de ce que tu sèmes et alors tes récoltes seront belles, abondantes et te nourriront pour toujours".
Conte de Joéliah.
Semez de bonnes graines d'amour, la récolte sera le bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mar 21 Oct - 7:16

Le jeune moine s'occupait du jardin avec soin et attention. Il aurait être plus souvent au temple pour recevoir l'enseignement du vieux moine. Le jardin demande beaucoup de temps. Ce fut avec cette gêne au fond de lui qu'il reçut la visite du vieux moine....Quel cailloux gêne l'écoulement de ton esprit?...Le jeune disciple ne sut s'il devait oser.J'aimerai pouvoir écouter et entendre votre enseignement plus souvent, mais le jardin demande beaucoup de temps...Le vieux moine sourit...Au début, je t'ai montré comment jardiner, comment faire, tu m'as écouté. Puis petit à petit tu as fait ta propre expérience, tu as vu que ce que je disais pouvait être différent. Tu as remis en cause mes indications. Tu as fait ce qu'il te semblait approprié et juste. Tu as fait ton jardin. La graine qui pousse imite celles qui l'ont devancée, mais la plante qu'elle donnera sera unique...Le jeune moine comprit, l’enseignement est partout, au temple, au jardin, dans la forêt, en chemin, dans le silence, dans les petites et les grandes choses. Toutes les graines ne donnent pas d'immenses arbres mais chacune d'elles à sa raison d'être, sa place, son rôle....Le vieux moine souriait, comme s'il avait entendu les pensées du jeune homme. Tous deux gardèrent le silence, leurs regards enveloppant l'espace...Quel magnifique jardin, dit le vieux moine... (Serge)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anémone
******
avatar


MessageSujet: citation   Mar 21 Oct - 7:37

De Alphonse Allais...que je trouve belle :
Dieu n'a pas fait d'aliments bleus. Il a voulu réserver l'azur pour le firmament et les yeux de certaines femmes.

Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mar 21 Oct - 9:01

anémone a écrit:
De Alphonse Allais...que je trouve belle :
Dieu n'a pas fait d'aliments bleus. Il a voulu réserver l'azur pour le firmament et les yeux de certaines femmes.

Like a Star @ heaven

et oui! mais chez nous, c'est Albert qui a les yeux bleu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mar 21 Oct - 9:03

en effet Anémone c'est une très belle phrase !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mar 21 Oct - 13:15

Marie-jo 17 a écrit:
anémone a écrit:
De Alphonse Allais...que je trouve belle :
Dieu n'a pas fait d'aliments bleus. Il a voulu réserver l'azur pour le firmament et les yeux de certaines femmes.

Like a Star @ heaven
et oui! mais chez nous, c'est Albert qui a les yeux bleu
Laughing Laughing Laughing Toujours le mot pour rire... Alphonse Allais regardait sans doute davantage les yeux des femmes que ceux des hommes, que veux-tu ! Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Dim 9 Nov - 16:05

Joseph


Souvent Julie et son frère Thomas passaient dans cette rue. Souvent ils voyaient cet homme assis sur des cartons emmitouflés sous plusieurs couches de vêtements. Leur mère avait expliqué que parfois dans la vie il arrivait que des hommes et des femmes vivaient des moments difficiles et que fatigués ils décidaient de baisser les bras. Sans argent ces personnes vivaient dans la rue et n'avaient plus rien.

Chaque fois qu'ils passaient devant cet homme, ils lui souriaient et lui disaient "bonjour". Le visage de l'homme laissait apparaitre un léger sourire, il répondait "bon jour". Quelques mots "bons jours',il y avait longtemps qu'il ne savait plus ce qu'était des "bons jours".

On approchait de Noel et le froid était son unique préoccupation. Il récupérait des cartons, des vêtements, se préparant à un hiver qu'on annonçait très froid. Un soir alors que Julie Thomas et leur maman rentraient à leur maison ils passèrent devant cet homme...

- Tiens dit Thomas.. et il donna à l'homme une des bougies qu'ils avaient achetés en ville.. Tu pourras un peu te chauffer si tu la mets dans une boite de conserve.

Thomas avait lu dans un de ses magasines qu'on pouvait faire un mini chauffage avec une boite et une bougie.

La maman des enfants sourit, un sourire de compassion, elle lui donna un peu d'argent, elle aurait aimé faire plus mais...

Le lendemain soir, les enfants rentrant de l'école virent l'homme avec ses cartons et devant lui une boite ou brulait la bougie...

- Bonsoir monsieur...

- Bonsoir les enfants...

- Alors elle te réchauffe la bougie ?...

Avec un sourire l'homme répondit que oui..

- Comment t’appelles-tu ?...

- Je m'appelle Joseph et vous ?..

- Moi c'est Julie et moi Thomas.

- Tu n'as pas de travail ?...

- Non..

- A l'école mes copains disent que tu es clochard et que tu ne veux pas travailler...

L'homme sourit...

- ils ont un peu raison, je suis un clochard mais parfois on a le coeur triste et l'on ne peut plus travailler...

- Tu as le cœur triste ?...

- Oui..

- Le temps passe les enfants et vous devriez rentrer, votre maman va s'inquiéter...

Les enfants lui dirent au revoir et Julie ajouta en se retournant..

- Tu sais ta boite elle n'est pas très jolie...

Joseph sourit.

Le lendemain soir les enfants repassèrent devant Joseph. Thomas courut vers lui..

- Bonsoir Joseph...

- Bonsoir Thomas..

Les deux enfants regardèrent la boite ou brulait la bougie. Joseph à l'aide d'une vieille cisaille récupérée avait fait des découpes et la boite ressemblait à une jolie lanterne...

- Tu sais dit Julie tu pourrais me faire une lanterne comme la tienne ?...

Joseph acquiesça...

Le lendemain Julie et Thomas lui apportèrent deux boites de conserves et deux bougies. Joseph découpa des motifs des personnages et la bougie leur donnait vie. Ce soir là Thomas et Julie ramenèrent des camarades de classes et tous admirèrent les boites lanternes. Evidemment tous lui rapportèrent des boites pour avoir aussi leurs lanternes. Julie qui avait de la suite dans les idées demanda à son père de lui fabriquer une petite étagère en bois, celui ci lui demanda pourquoi faire elle avait suffisamment de rangement dans sa chambre...

- Ce n'est pas pour moi...

Aujourd'hui il n'y avait pas classe et les deux enfants juste après le repas se précipitèrent dans la rue pour retrouver Joseph. Julie donna l'étagère à Joseph...

- Tiens tu pourras faire d'autres lanternes et les présenter sur l'étagère et les vendre...

Joseph sourit...

- Merci Julie...

- Tu sais c'est bientôt Noel les lanternes ça fait joli...

Les enfants récupérèrent des boites de conserves et avec leur argent de poche achetèrent des bougies.

La semaine passa et Joseph avait une vingtaine de boites découpées sur l'étagère. Les autres enfants emmenèrent leurs parents voire les lanternes, ceux ci furent séduit et les achetèrent toutes.

L'un d'eux proposa à Joseph un local dans la rue, c'était une ancienne boutique, toute petite mais qui le protègerait du froid et qui s'il il voulait lui permettrait de continuer à faire ses lanternes.

Les parents de Julie et Thomas touchés par ce que leurs enfants avaient fait invitèrent Joseph pour le réveillon de Noel. Celui un peu gêné accepta en souriant. Le soir du réveillon, tous les enfants de la classe firent une surprise à leurs parents. Aidé par Joseph dans la cour de la maison de Julie et Thomas ils décidèrent de servir du vin chaud ainsi que du jus de pommes chaud à la cannelle. Grace aux lanternes vendues Joseph voulait ainsi remerciait les gens, et il paya le vin et le jus de fruit.

La cour fut décorée de boites lanternes.

Les parents accompagnés des enfants se retrouvèrent tous autour de ces boissons chaudes qui réchauffaient le corps mais aussi les cœurs.

Depuis me direz vous qu'est devenu joseph ? Il habite toujours la petite boutique, il vend des lanternes et autres petits objets de récupération transformés avec amour...Parfois il existe des gens, des clochards du cœur, qui a un moment de leur vie ont baissé les bras et il suffit d'une toute petite flamme pour que la lumière en eux rejaillisse....

Histoire pour les petits et les plus grands. Juste comme ça pour que ces petites flammes qui sont en nous puissent éclairer et réchauffer les petites boites de conserves abimées par la vie..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mar 18 Nov - 7:23

Un verre de lait !

Un jour, un pauvre garçon qui faisait du porte-à-porte pour payer ses études, se rendit compte qu'il ne lui restait qu'une petite pièce de monnaie, et qu'il avait très faim. Il décida de demander à manger à la prochaine maison qu'il rencontrerait. Quoi qu'il en soit, il perdit son sang froid quand une merveilleuse jeune fille vint lui ouvrir. Et au lieu de demander à manger, il demanda simplement un verre d'eau. La jeune fille pensa qu'il avait l'air affamé et elle lui apporta un grand verre de lait. Il le prit et le but aussi lentement que possible et demanda ensuite : "Qu'est-ce que je te dois ?". "Tu ne me dois rien" répondit la jeune fille, "Maman nous a appris à ne rien accepter en retour d'un service". Il répondit alors "Merci de tout coeur". Comme Howard Kelly quittait cette maison, il se sentit plus fort physiquement, mais sa foi en Dieu et en l'homme fut également fortifiée. Il avait été tout prêt de tout laisser tomber.

Des années plus tard, cette jeune fille devint très malade. Les médecins locaux étaient déconcertés. Finalement, ils l'envoyérent dans une grande ville pour que des spécialistes puissent étudier son cas très rare. Le Dr. Howard Kelly fut appelé pour la consultation, et quand il entendit le nom de la ville d'où elle venait, une étrange lueur remplit ses yeux. Il se leva immédiatement, descendit du hall vers sa chambre pour la voir. Dès qu'il entra, il la reconnut tout de suite et se détermina à faire le maximum pour la sauver.

Depuis ce jour, il donnait une attention toute particulière à ce cas. Après une longue bataille, la victoire fut acquise. Dr. Kelly demanda au service administratif de lui communiquer la facture pour donner son accord. Il y jeta un coup d'oeil et écrivit quelque chose dans le coin supérieur et la facture fut transmise à la jeune fille. Elle avait peur de l'ouvrir car elle était sûre que cela lui prendrait le reste de sa vie pour tout rembourser.

Finalement, elle l'ouvrit et quelque chose capta son attention vers le haut de la facture. Elle pouvait y lire ces mots : "Payée entièrement avec un grand verre de lait" signé Dr. Howard Kelly.

Des larmes de joie coulèrent le long de ses joues alors qu'elle priait : "Merci Seigneur, car ton amour se répand dans le coeur de l'homme"

Auteur inconnu


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anémone
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mar 18 Nov - 8:24

renal a écrit:
Un verre de lait !


Finalement, elle l'ouvrit et quelque chose capta son attention vers le haut de la facture. Elle pouvait y lire ces mots : "Payée entièrement avec un grand verre de lait" signé Dr. Howard Kelly.

Des larmes de joie coulèrent le long de ses joues alors qu'elle priait : "Merci Seigneur, car ton amour se répand dans le coeur de l'homme"

Auteur inconnu
Ah Nicole...ce n'est qu'un conte...malheureusement et l'on aimerait que la vie soit aussi rose...
Cela me rappelle une image triste d'un enfant qui se trouvait sur un tas de ruines, vêtements déchirés, avec autour de lui l'atrocité de la guerre..il était là tétanisé, et je n'oublierai jamais son regard embué de larmes, sans haine, sans jugement, simplement triste..et les mots du journaliste: c'est un enfant , le temps atténuera sa souffrance...
Non, moi je refuse ces mots top faciles, cette excuse d'adulte face au désaroi d'un gosse qui sera marqué toute sa vie par ce drame, qui finira son enfance , au mieux placé dans un centre, au pire..vendu comme une bête...
voilà, Nicole...là aussi j'aurais aimé que cela se transforme en conte, que ce ne soit qu'un mauvais rêve. Mais ce regard..moi je ne peux l'oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mar 18 Nov - 8:40

Anémone j’ai mis cette histoire dans conte, mais je crois que c'est une histoire vraie, mais je n'en suis pas sûre. Tu sais je connais la réalité, je comprends ce que tu ressens en voyant cet enfant, mais je me dis aussi, qu'il y a des personnes, qui donnent de leur amour, de leur temps, de leur tendresses à tous ses enfants, on ne le voit pas, on ne le dit pas, mais ils existent et ce n'est pas un conte.

Je sais que les contes ne sont que des contes, mais parfois ils apportent un peu de réconfort, dans cette vie qui n'est pas toute rose, je ne vis pas sur un nuage, mais tu vois moi, j'ai choisi, avec ce que j'ai, (pas plus qu’un autre) de chercher le positif au milieu de toute cette misère, et que avec tous ces textes et ces contes, que l'on réalise, que la vie a aussi des bon côtés. Je n'ai pas l'intention de changer le monde, ni la force, ni le pouvoir, mais je peux et on le peut tous, pas besoin d'être exceptionnel pour ça, faire de son mieux pour y mettre de la joie, du positif, et de l'espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anémone
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mar 18 Nov - 8:52

renal a écrit:

Je sais que les contes ne sont que des contes, mais parfois ils apportent un peu de réconfort, dans cette vie qui n'est pas toute rose, je ne vis pas sur un nuage, mais tu vois moi, j'ai choisi, avec ce que j'ai, (pas plus qu’un autre) de chercher le positif au milieu de toute cette misère, et que avec tous ces textes et ces contes, que l'on réalise, que la vie a aussi des bon côtés. Je n'ai pas l'intention de changer le monde, ni la force, ni le pouvoir, mais je peux et on le peut tous, pas besoin d'être exceptionnel pour ça, faire de son mieux pour y mettre de la joie, du positif, et de l'espoir.
Mais je le sais Nicole, et je te remercie d'apporter à ta façon une part de soleil dans notre vie.
Non, nous ne changerons pas le monde, nous n'empècherons pas que le profit détruise des populations. Nous faisons à notre niveau, ce qui nous semble moral et utile, mais parfois j'ai envers ce monde des remontées de haine...simplemnt parcequ'un enfant souffre.
Continue, tes écrits sont très beaux. Bises.
Mimi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mar 18 Nov - 8:54

merci mimi, je sais aussi que toi, dans ton metier, tu donnes beaucoup !!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anémone
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mar 18 Nov - 9:15

renal a écrit:
merci mimi, je sais aussi que toi, dans ton metier, tu donnes beaucoup !!!!!!
J'écoute beaucoup !!! je compatis, et ne possède pas assez de pouvoir pour réduire certaines anomalies de la vie... Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mar 18 Nov - 9:29

Tu sais, l'écoute est déjà quelque chose de très important, et une disponibilité rare de nos jours. Courage !!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mar 18 Nov - 12:27

L'arbre de l'humanité - Conte malgache !

"L'arbre trônait dans la plaine aride, non loin du village, depuis des temps immémoriaux. Les grands-mères et les grands-mères des grands-mères l'avaient toujours vu. On disait qu'il était aussi vieux que la Terre. On le savait magique. Des femmes trompées venaient le supplier de les venger, des hommes jaloux, en secret, cherchaient auprès de lui un remède à leur mal. Mais personne ne goûtait jamais à ses fruits magnifiques.
Pourquoi? Parce que la moitié d'entre eux était empoisonnée. Mais on ne savait laquelle : le tronc massif se séparait en deux grosses branches dont l'une portait la vie, l'autre la mort. On regardait mais on ne touchait pas.
Une année, un été chaud assécha la terre, un automne sec la craquela, un hiver glacial gela les graines déjà rabougries. La famine envahit bientôt le village. Miracle : seul sur la plaine, l'arbre demeura imperturbable. Aucun de ses fruits n'avait péri.
Les villageois affamés se dirent qu'il leur fallait choisir entre le risque de tomber foudroyés, s'ils goûtaient aux merveilles dorées, et la certitude de mourir de faim s'ils n'y goûtaient pas.
Un homme dont le fils ne vivait plus qu'à peine osa soudain s'avancer. Sous la branche de droite il fit halte, cueillit un fruit, ferma les yeux, le croqua et... survécut. Alors tous les villageois l'imitèrent et se ruèrent sur les fruits sains de la branche droite.
Repus, ils considérèrent la branche gauche. Avec dégoût d'abord, puis haine. Ils regrettèrent la peur qu'ils avaient eue et décidèrent de se venger en la coupant au ras du tronc.
En 2 jours, l'arbre amputé de sa moitié empoisonnée noircit, se racornit et mourut sur pied, ainsi que ses fruits."
Auteur inconnu


Que représente cet arbre, sinon le symbole de nous-mêmes ? À la fois bons et méchants, généreux et avides, emportés et sages, en quête de vérité et en proie à l'erreur, nous traversons pourtant la vie sur nos deux jambes.
Et tant que nous restons entiers, le positif se mêle en nous au négatif. C'est une preuve de bonne santé !
Y avez-vous déjà pensé ? si nous étions naturellement bons, nous n'aurions aucun mérite à le devenir...
La première étape vers le bonheur est de nous accepter tel que nous sommes, la seconde de changer ce que nous souhaitons changer en nous !
Christian Godefroy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mer 19 Nov - 14:14

anémone a écrit:
renal a écrit:
merci mimi, je sais aussi que toi, dans ton metier, tu donnes beaucoup !!!!!!
J'écoute beaucoup !!! je compatis, et ne possède pas assez de pouvoir pour réduire certaines anomalies de la vie... Sad
Que sais-tu du pouvoir que tu peux avoir ? Il me semble que la qualité d'écoute de quelqu'un qui n'est pas bien est quelque chose de grand et celui qui est écouté en retire de gros bienfaits qu'il n'est pas possible de comptabiliser. Que sait-on du simple bienfait d'un sourire que nous avons donné au bon moment ? Même si nous n'avons pas le pouvoir de corriger certaines anomalies de la vie, nous pouvons parfois y apporter une toute petite contribution. Il faut beaucoup de pierres pour construire un édifice mais, s'il en manque une, ce dernier ne pourra pas être érigé ou s'écroulera à la plus petite tempête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anémone
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mer 19 Nov - 14:29

Nelly a écrit:
Que sais-tu du pouvoir que tu peux avoir ? Il me semble que la qualité d'écoute de quelqu'un qui n'est pas bien est quelque chose de grand et celui qui est écouté en retire de gros bienfaits qu'il n'est pas possible de comptabiliser. Que sait-on du simple bienfait d'un sourire que nous avons donné au bon moment ? Même si nous n'avons pas le pouvoir de corriger certaines anomalies de la vie, nous pouvons parfois y apporter une toute petite contribution. Il faut beaucoup de pierres pour construire un édifice mais, s'il en manque une, ce dernier ne pourra pas être érigé ou s'écroulera à la plus petite tempête.
C'est ce qui est plaisant dans mon job...15 ans que j'écoute. Hier encore une dame ayant tous les problèmes réunis, les yeux rougis est venue s'asseoir dans mon bureau...45 mn d'épenchement, de demande de conseils ( ça c'est plus dur à offrir.. )des dettes de loyers, un crédit impayé . Après la perte de sa maman il y a 6 mois, un mari atteint d'un cancer à quoi vient s'ajouter une artérite...
Là tu écoutes avec toute l'impuissance du monde, car tu sais que de tous ses tracas et chagrins, tu ne pourras rien résoudre..et puis au bout du compte, la personne te sourit et te remercie d'avoir pris le temps d'écouter, et malgré ton manque de solution, tu sais que tu as apporté quelque chose...Là tu sais que le travail que tu as laissé de côté pour la recevoir pouvait attendre, car ce sourire et le bisou qu'elle t'a donné, sont le cadeau de la journée... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Contes philosophiques   Mer 19 Nov - 17:33

anémone a écrit:
et puis au bout du compte, la personne te sourit et te remercie d'avoir pris le temps d'écouter, et malgré ton manque de solution, tu sais que tu as apporté quelque chose... Là tu sais que le travail que tu as laissé de côté pour la recevoir pouvait attendre, car ce sourire et le bisou qu'elle t'a donné, sont le cadeau de la journée... Wink
Il faut déjà que la personne ait beaucoup confiance pour se raconter ainsi mais, si elle a senti l'écoute, elle se trouvait forcément mieux et plus à même de réfléchir posément. Tu as un sacré boulot... Te voilà psy, en plus. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Contes philosophiques   

Revenir en haut Aller en bas
 
Contes philosophiques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quels contes philosophiques en 1ère?
» Jean-Claude Carrière, Contes philosophiques du monde entier
» contes philosophiques chretiens
» "Trois contes philosophiques" (Diderot , St Lambert et Voltaire) en 1ère ?
» Conte philosophique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Littérature & Culture-
Sauter vers: