philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Textes ou extraits qui nous ont plu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 13 ... 25  Suivant
AuteurMessage
renal
******
avatar


MessageSujet: Textes ou extraits qui nous ont plu   Mar 8 Juil - 12:15

L’acte juste

Vous connaissez probablement l’expression "Tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de prendre la parole". On l’adresse généralement aux enfants. Mais qu’en est-il pour les adultes ?
Si je m’observe, je constate que j’ai tendance à répondre du tac au tac et ce d’autant plus rapidement que ma personne pourrait être mise en cause.
Si je m’analyse, j’en déduis que j’ai bien souvent réagi motivé par la peur ou toute autre émotion négative.
Mais je peux également observer que dans certaines situations, je n’ai pas réagi dans l’instant et que les actions qui ont suivi me satisfaisaient davantage. Ainsi, je me reconnais plus dans mes actions que dans mes réactions.

Observant cette fois-ci la société, son culte de la performance, de l’efficacité, de la nouveauté, son développement technologique qui permet de joindre chacun à tout instant... Cette société m’apparait comme réagissant de plus en plus et agissant de moins en moins.

S’il fallait un programme pour la société (donc chacun d’entre nous) pour réagir moins et agir plus, ce merveilleur texte pourrait en tenir lieu :

"Le mot que tu n’as pas dit est ton esclave. Le mot que tu as dit est ton maître." [Proverbe oriental]

On ne détruit pas les ténèbres en luttant contre elles, mais en allumant la lumière.
On ne détruit pas le mal en luttant contre lui, mais en faisant le bien.
On ne détruit pas la haine ou la peur en s’acharnant contre elles, mais en laissant monter la tendresse-amour.

C’est en allant vers l’est que l’on s’éloigne de l’ouest.
C’est en allant vers plus de vie qu’on dépasse la mort.
C’est en allant vers ce qui dure qu’on est libre de ce qui ne dure pas.

Placide Gaboury, Paroles pour le coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: bonjour tristesse   Mer 9 Juil - 10:56

when love means never having to say "I do."
Le poème de W. H. Auden : Arrêter les pendules

Arrêter les pendules, couper le téléphone,
Empêcher le chien d'aboyer pour l'os que je lui donne,
Faire taire les pianos et les roulements de tambour
Sortir le cercueil avant la fin du jour.

Que les avions qui hurlent au dehors
Dessinent ces trois mots Il Est Mort,
Nouer des voiles noirs aux colonnes des édifices
Ganter de noir les mains des agents de police

Il était mon Nord, mon Sud, mon Est, mon Ouest,
Ma semaine de travail, mon dimanche de sieste,
Mon midi, mon minuit, ma parole, ma chanson.
Je croyais que l'amour jamais ne finirait : j'avais tort.

Que les étoiles se retirent, qu'on les balaye
Démonter la lune et le soleil
Vider l'océan, arracher les forêts
Car rien de bon ne peut advenir désormais.

-- Wystan Hugh Auden (1907-1973)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: essentiel!   Mer 9 Juil - 11:11

Si

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir,
Si tu peux être amant sans être fou d’amour ;
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre
Et , te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;
Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d’un mot ;
Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les Rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frères,
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;
Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur
Rêver, sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser, sans n’être qu’un penseur ;
Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu peux être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral ni pédant ;
Si tu peux rencontrer triomphe après défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront ;
Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut bien mieux que les Rois et la Gloire,
Tu seras un Homme, mon fils.
"
Rudyard KIPLING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Mer 9 Juil - 12:04

Je connais ce texte Stip, il est super, mais tellement difficile à mettre en pratique. Tu imagines si tous arrivait à faire ce que dis ce texte, il n'y aurait plus de haine, plus de violence sur terre, ça serait merveilleux !!!! Mais redescendons sur terre, mais si chacun pouvait au moins mettre en pratique l'une de ces phrases, la vie serait plus agréable. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Jeu 17 Juil - 10:13

Mon vide
De lutter contre soi, c'est aussi ne pas accepter l'inconnu en soi et de souffrir..

Mon vide, quelle difficulté de vivre avec toi en permanence, quelques fois je t'oublie, quelques fois tu semble disparaître quand je suis avide....
Mais je sais bien que tu es encore là et moi livide, je crie mon impuissance...
J'hurle en silence !

Mon vide j'ai essayé de te remplir avec toutes de choses de gens aussi, mais lorsque ils ne sont plus là, tu es encore plus grand et moi plus petit, ma poitrine en est oppressée.


Mon vide qu'attends tu de moi répond-moi.......
Et le vide me répondit:

'Je suis une terre vierge, un espace déjà rempli d'une énergie invisible pour tes yeux endormis.'
'Je suis l'espace de tes possibles en Toi, pour Toi avec Toi'
'Je suis celui que tu veux ignorer aussi, celui qui te dérange par sa seule présence...et je souffre avec Toi de cette ignorance, de cette souffrance, de cette niance, de cette fracture, je Compatis.
Mais tu n'écoutes pas, ton regard cherche l'inexistant et il est paniqué'
' Je suis celui que tu connais sans reconnaître et malgré cela je reste ton fidèle compagnon'
'Tu cherches le plaisir et tu ne trouves que souffrance et dévastation tu voudrais jouissance et tu rencontres errance et frustration...'
'Je suis celui qui t'aime et cet amour te fais peur, ta peur te fais agir et s'incarne dans ta réalité quotidienne.
Ton amour pour moi te rendrais si heureux....si serein.....'

Merci mon vide de m'entendre, de me comprendre, de m'accepter, de me tolérer de m'aimer ...
Aujourd'hui je m'occuperai de Toi, je te donnerai mes possibles, je t'offrirai des fleurs. Tiens, aussi je t'emmènerais promener, regarder les nuages, écouter les oiseaux..
Et si encore ce soir je pleure ma tristesse je ne serais plus seul, car tu es là maintenant mon ami inconditionnel...
Mon ami intérieur je te fabriquerai un espace merveilleux en moi où nous rirons ensemble de nos peines anciennes, de nos espoirs déçus, de nos vaines attentes....
Mon vide je t'emplirai de mes possibles dès aujourd'hui....


Franck Alleron une nuit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Jeu 17 Juil - 14:45

Sur son lit de mort, le roi des Scythes réunit ses fils, et leur tendant un faisceau de nombreuses branches, leur demanda de le rompre.

Malgré leur jeunesse, malgré leur vigueur, malgré leur acharnement, nul de ses fils n'y parvint. Le vieux père défit alors le faisceau, et en brisa une à une les branches avec une facilité déconcertante.

Il dit alors à ses fils intrigués: "Tant que vous serez unis, nul ne pourra vous vaincre. Mais le jour où vous ne serez plus solidaires sera le commencement de votre chute."

Ce conseil vaut, je crois, pour toute entreprise. Mais il vaut aussi et encore plus pour chaque être.

Car c'est connu l'homme est légion.

Nous avons en nous une multitude de personnalités. Et la plupart du temps elles sont contradictoires.

Une partie de nous sait qu'il est mauvais de fumer, qu'un jour nous en contracterons peut-être le cancer (de la bouche, du pharynx, des poumons), et pourtant une autre partie de nous-même ne peut résister à la tentation d'allumer une nouvelle cigarette, même si fumer ne nous apporte pas vraiment de satisfaction...

De même nous souhaitons être mince, par coquetterie, ou par un souci tout légitime de conserver notre santé, et pourtant nous faisons des excès qui compromettent notre idéal.., et notre tour de taille !

De manière plus subtile, nous désirons ouvertement le succès, mais lorsqu'une occasion en or se présente enfin, nous faisons tout en notre pouvoir pour la saboter, comme si nous ne nous croyions pas digne de réussir, comme si le succès n'était que pour les autres...

Il faut donc tenter d'être solidaire... avec soi-même!

D'éliminer la partie obscure de nous, la haine, la peur, l'ennui, et faire triompher la lumière qui nous habite, l'amour, la joie dont nous sommes faits: la Vie en somme.

Avoir un idéal, et le garder en tête, malgré les contrariétés, malgré les déceptions, malgré les retards...

Avoir un but et le poursuivre avec volonté, avec patience, avec foi et discipline.

Comme il a été dit des centaines de fois avant moi - ce qui n'enlève rien à la sagesse de cette vérité: "Qui sème une action récolte une habitude. Qui sème une habitude récolte un caractère. Qui sème un caractère récolte un destin".

"Caractère égale destinée", a dit Héraclite.

Et me rappeler que le bonheur lui aussi est une habitude.

Parce qu'il est un état d'esprit.

Pour être heureux, je dois être solidaire avec moi-même.

(Extrait de Le bonheur et autres mystères, de Marc Fisher)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Jeu 17 Juil - 16:50

super texte Nelly Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Jeu 21 Aoû - 15:40

Faire-part

Madame Capucine, née Nuphar,
Madame Lejeune, née Ophyte,
Madame Sein, née Né,
Madame Utile, née Cessaire,
Madame Ruhl, née Gresco,
Madame Soignée, née Gligée,
Madame Mausolée, née Cropole,
Madame Ku, née Gonde,
Madame Funeste, née Faste,
Madame Non, née Gative,
Madame Site, née Olithique,
Madame Leblanc, née Gritude,
Madame Zéro, née Ant,
Madame Marchand, née Gosse,
et Madame Galaxie, née Buleuse,

ont la douleur de vous faire part du décès de
Madame Freud, née Vrose.


© Le cherche-midi - 2002
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Jeu 21 Aoû - 18:31

GENIAL!....;;;;merci Nelly ........c'est très amusant!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Dim 24 Aoû - 0:37

en voici quelques un de mon cru!

Mr neuf.......;né-ophyte
Mme Cirrus.......;née -buleuse
Mr cliché.......né-gatif
Mr lotus.......;né-lumbo
Mr leroy...........né-gus
Mme tumeur...........;née-oplasie
Mme renal.........née-phron
Mr lenoir...........;;né-scafé
Mr rampant..........;né-réide
c'est amusant essayez, vous en trouverez d'autres!
tien un dernier Mr voile...........né-stor
Mr lumière..........;né-on
allez a vous!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Lun 20 Oct - 17:07

Personne ne pourra jamais forcer notre estime, contraindre notre jugement ou violer notre cœur. Et pourtant, ce que nous sentons inaccessible en nous, il nous semble facile de l’atteindre chez les autres. Nous nous flattons de surprendre leur psychologie, grâce à un coup d'œil pénétrant, et, définissant leur caractère en deux ou trois traits, nous prétendons saisir et le secret de leur conduite et celui de leur personnalité.
Et nous en venons très vite à identifier les êtres avec leur fonction ', en leur appliquant à longueur de journée des jugements qui, retournés contre nous, nous apparaîtraient comme le comble de la folie, de l'impudeur et de l'injustice.
En les prenant par le dehors, en perdant de vue ce dedans où réside, en eux comme en nous, tout le mystère de la personne.
C'est ainsi qu'avec une tranquille inconscience, nous tuons les âmes.
(MAURICE ZUNDEL)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Mer 22 Oct - 23:18

Tu me dis que tu aimes le vent
Mais tu fermes la fenêtre.
Tu me dis que tu aimes la pluie
Mais tu ouvres ton parapluie.
Tu me dis que tu aimes le soleil
Mais tu portes une casquette.
Tu me dis que tu aimes les fleurs
Mais tu les coupes au sécateur.
Alors comprends que je pleure
Quand tu me dis: "Je t'aime"

Marguerite, petite fille du Sénégal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Mer 22 Oct - 23:24

N'attends pas…

N'attends pas un sourire … pour être gentil.
N'attends pas d'être seul … pour reconnaître la valeur d'un ami.
N'attends pas d'être aimé … pour aimer.
N'attends pas de meilleur emploi … pour commencer à travailler.
N'attends pas d'avoir beaucoup … pour partager.
N'attends pas la chute … pour te rappeler du conseil.
N'attends pas la douleur … pour croire à la prière.
N'attends pas d'avoir le temps … pour pouvoir servir.
N'attends pas la douleur de l'autre … pour demander des excuses.
N'attends pas la séparation … pour te réconcilier.
Car tu ne sais pas combien de temps…

D'après le message canadien transmis sur internet en conclusion de la semaine de l'amitié, novembre 2000.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Mer 22 Oct - 23:26

PETITES BEATITUDES

Heureux ceux qui savent rire d’eux-mêmes :
Ils n’ont pas fini de s’amuser.

Heureux ceux qui savent distinguer une montagne d’une taupinière :
Il leur sera épargné bien des tracas.

Heureux ceux qui sont capables de se reposer, et de dormir sans chercher d’excuses :
Ils deviendront sages.

Heureux ceux qui savent se taire et écouter :
Ils en apprendront des choses nouvelles !

Heureux ceux qui sont assez intelligents pour ne pas se prendre au sérieux :
Ils seront appréciés de leur entourage.

Heureux êtes-vous si vous savez regarder sérieusement les petites choses et paisiblement les choses sérieuses :
Vous irez loin dans la vie.

Heureux êtes-vous si vous savez admirer un sourire et oublier une grimace :
Votre route sera ensoleillée.


Heureux êtes-vous si vous savez vous taire et sourire même lorsqu’on vous coupe la parole, lorsqu’on vous contredit ou qu’on vous marche sur les pieds :
L’Evangile commence à pénétrer votre cœur.

Heureux surtout vous qui savez reconnaître le Seigneur en tous ceux que vous rencontrerez :
Vous avez trouvé la vraie lumière,
Vous avez trouvé la véritable sagesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Mer 22 Oct - 23:39

Un monde meilleur

Il y a des moments dans la vie
où la présence de l'autre nous manque tellement
qu'on espère sans cesse sa présence
Rêve à ce qui te fait plaisir
va où tu veux aller
sois où tu aimerais être
parce que tu as seulement une vie pour faire ce que tu veux

Que sur ton chemin tu trouves...
suffisamment de bonheur pour rester douce
suffisamment d'épreuves pour devenir force
suffisamment de peine pour rester humaine
suffisamment d'espoir pour être heureuse

Les personnes plus heureuses
n'ont pas nécessairement le meilleur de tout ;
simplement, elles exploitent au maximum
tout ce qui se trouve sur leur route

Le bonheur attend...
ceux qui pleurent, ceux qui souffrent,
ceux qui cherchent, ceux qui se dévouent,
ceux qui s'aiment...
parce que seules ces personnes peuvent apprécier l'importance de ces choses
qui laissent des traces dans la vie

Oublie le passé,
abandonne derrière toi tes erreurs et tes peines,
l'amour naît avec un sourire et grandit avec un baiser


Anonyme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Jeu 23 Oct - 9:34

Le bonheur, faut-il le rappeler, c'est également une petite lumière au plus sombre de soi. Petite veilleuse fidèle, patiente et inaltérable, patiente mais qu'il est bon de raviver sans cesse jour après jour, qu'il est bon de tenir à l'abri des vents, de protéger des tempêtes du chagrin ou de la pluie des désespoirs. Une petite lumière qu'il appartient à chacun de préserver de la malveillance, des pensées négatives, des poisons du ressentiment, de l'inattention des habitudes.
Le bonheur est une conquête permanente sur la lassitude, les découragements ou les enfermements.
Le bonheur, une toute petite flamme scintillant en plein jour, courageuse, précieuse, magique et mystérieuse au cœur de chacun.
Une lumière sertie dans les voiles bleutés de la tendresse en ses murmures tissés de bienveillance et d'acceptation.
(Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Jeu 23 Oct - 10:55

Je suis en train de lire un livre de Jacques Salomé " Pourquoi est-il si difficile d'être heureux. J'ai relevé cet extrait, que je trouve juste, on a trop souvent tendance à rendre les autres responsable de nos malheurs. Voici l'extrait :

II sera difficile de se sentir heureux si l'on fait porter la responsabilité de tout ce qui nous arrive sur les autres, car cela signifie que nous sommes dépendants des comportements ou des actes d'autrui. Sachant qu'une relation a au moins deux bouts, le fait de me sentir responsable de mon bout peut m'aider à mieux m'engager, à faire confiance à mes ressources, à moins accuser 'l’autre et/ou les autres et, surtout, à renoncer à la démission ou à la victimisation en m'appuyant sur le principe suivant : « En me reconnaissant partie prenante de tout qui m'arrive, je suis bien dans un positionnement responsable. »

Nous avons trop tendance à accuser les autres, le monde, Dieu, le gouvernement, la société, des incidents de parcours, des malentendus ou des malheurs qui nous arrivent, en faisant ainsi l'économie de notre propre implication, de notre propre mise en cause dans les multiples choix et décisions que nous avons pris en amont d'un événement. C'est en acceptant de me responsabiliser dans mes conduites et leurs effets que je deviens réellement coauteur de toutes mes relations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Jeu 23 Oct - 11:30

renal a écrit:
Alors comprends que je pleure
Quand tu me dis: "Je t'aime"

Marguerite, petite fille du Sénégal
Cette petite fille est bien mature pour faire de telles constatations, mais elle a tellement raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Jeu 23 Oct - 11:32

renal a écrit:
Heureux ceux qui savent rire d’eux-mêmes :
Ils n’ont pas fini de s’amuser.
Heureux sont-il, effectivement, car il est très difficile de ne pas se prendre trop au sérieux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Un enfant m'a dit   Ven 24 Oct - 11:45

Un enfant m’a dit:
« La pierre est une grenouille endormie. »

Un autre enfant m’a dit :
« Le ciel c’est de la soie très fragile. »

Un troisième enfant m’a dit:
« L’océan quand on lui fait peur, il crie. »

Je ne dis rien, je souris.
Le rêve de l’enfant c’est une loi.
Et puis je sais que la pierre,
vraiment est une grenouille,
mais au lieu de dormir
elle me regarde.

Alain Bosquet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
stip
******
avatar


MessageSujet: à rénal et aux autres, un texte que j'ai tant aimé!   Ven 24 Oct - 12:06

Claude Nougaro ("écoute" lien en bas)
PLUME D'ANGE
Paroles: Claude Nougaro, musique: J.C. Vannier, 1977


Vous voyez cette plume?
Eh bien, c'est une plume... d'ange
Mais rassurez-vous, je ne vous demande pas de me croire, je ne vous le demande plus.
Pourtant, écoutez encore une fois, une dernière fois, mon histoire.
Une nuit, je faisais un rêve désopilant quand je fus réveillé par un frisson de l'air.
J'ouvre les yeux, que vois-je?
Dans l'obscurité de la chambre, des myriades d'étincelles...
Elles s'en allaient rejoindre, par tourbillonnements magnétiques, un point situé devant mon lit.
Rapidement, de l'accumulation de ces flocons aimantés, phosphorescents, un corps se constituait.
Quand les derniers flocons eurent terminé leur course, un ange était là, devant moi, un ange réglementaire avec les grands ailes de lait.
Comme une flèche d'un carquois, de son épaule il tire une plume, il me la tend et il me dit:
"C'est une plume d'ange. Je te la donne. Montre-la autour de toi.
Qu'un seul humain te croie et ce monde malheureux s'ouvrira au monde de la joie.
Qu'un seul humain te croie avec ta plume d'ange.
Adieu et souviens-toi: la foi est plus belle que Dieu."

Et l'ange disparut laissant la plume entre mes doigts.
Dans le noir, je restai longtemps, illuminé, grelottant d'extase, lissant la plume, la respirant.
En ce temps-là, je vivais pour les seins somptueux d'une passion néfaste.
J'allume, je la réveille:

"Mon amour, mon amour, regarde cette plume... C'est une plume d'ange!
Oui! un ange était là... Il vient de me la donner...
Oh ma chérie, tu me sais incapable de mensonge, de plaisanterie scabreuse...
Mon amour, mon amour, il faut que tu me croies, et tu vas voir... le monde!"
La belle, le visage obscurci de cheveux, d'araignées de sommeil, me répondit:
"Fous-moi la paix... Je voudrais dormir... Et cesse de fumer ton satané Népal!"
Elle me tourne le dos et merde!

Au petit matin, parmi les nègres des poubelles et les premiers pigeons, je filai chez mon ami le plus sûr.
Je montrai ma plume à l'Afrique, aux poubelles, et bien sûr, aux pigeons qui me firent des roues, des roucoulements de considération admirative.
Je sonne.
Voici mon ami André.
Posément, avec précision, je vidais mon sac biblique, mon oreiller céleste:
"Tu m'entends bien, André, qu'on me prenne au sérieux et l'humanité tout entière s'arrache de son orbite de malédiction guerroyante et funeste.
A dégager! Finies la souffrance, la sottise. La joie, la lumière débarquent!"
André se massait pensivement la tempe, il me fit un sourire ému, m'entraîna dans la cuisine et devant un café, m'expliqua que moi, sensible, moi, enclin au mysticisme sauvage, moi devais reconsidérer cette apparition.
Le repos... L'air de la campagne... Avec les oiseaux précisément, les vrais!

Je me retrouve dans la rue grondante, tenaillant la plume dans ma poche.
Que dire? Que faire?
"Monsieur l'agent, regardez, c'est une plume d'ange."
Il me croit!
Aussitôt les tonitruants troupeaux de bagnoles déjà hargneuses s'aplatissent.
Des hommes radieux en sortent, auréolés de leurs volants et s'embrassent en sanglotant.
Soyons sérieux!
Je marchais, je marchais, dévorant les visages. Celui-ci? La petite dame?
Et soudain l'idée m'envahit, évidente, éclatante... Abandonnons les hommes!
Adressons-nous aux enfants! Eux seuls savent que la foi est plus belle que Dieu.
Les enfants... Oui, mais lequel?
Je marchais toujours, je marchais encore.
Je ne regardais plus la gueule des passants hagards, mais, en moi, des guirlandes de visages d'enfants, mes chéris, mes féeriques, mes crédules me souriaient.
Je marchais, je volais... Le vent de mes pas feuilletait Paris...
Pages de pierres, de bitume, de pavés maintenant.
Ceux de la rue Saint-Vincent... Les escaliers de Montmartre.
Je monte, je descends et me fige devant une école, rue du Mont-Cenis.
Quelques femmes attendaient la sortie des gosses.
Faussement paternel, j'attends, moi aussi.
Les voilà.
Ils débouchent de la maternelle par fraîches bouffées, par bouillonnements bariolés.
Mon regard papillonne de frimousses en minois, quêtant une révélation.
Sur le seuil de l'école, une petite fille s'est arrêtée.
Dans la vive lumière d'avril, elle cligne ses petits yeux de jais, un peu bridés, un peu chinois et se les frotte vigoureusement.
Puis elle prend son cartable orange, tout rebondi de mathématiques modernes.
Alors j'ai suivi la boule brune et bouclée, gravissant derrière elle les escaliers de la Butte.
A quelque cent mètres elle pénétra dans un immeuble.
Longtemps, je suis resté là, me caressant les dents avec le bec de ma plume.

Le lendemain je revins à la sortie de l'école et le surlendemain et les jours qui suivirent.
Elle s'appelait Fanny. Mais je ne me décidais pas à l'aborder.
Et si je lui faisais peur avec ma bouche sèche, ma sueur sacrée, ma pâleur mortelle, vitale?
Alors, qu'est-ce que je fais? Je me tue? Je l'avale, ma plume?
Je la plante dans le cul somptueux de ma passion néfaste?
Et puis un jeudi, je me suis dit: je lui dis.
Les poumons du printemps exhalaient leur première haleine de peste paradisiaque.
J'ai précipité mon pas, j'ai tendu ma main vers la tête frisée...
Au moment où j'allais l'atteindre, sur ma propre épaule, une pesante main s'est abattue.
Je me retourne, ils étaient deux, ils empestaient le barreau: "Suivez-nous."

Le commissariat.
Vous connaissez les commissariats?
Les flics qui tapent le carton dans de la gauloise, du sandwich...
Une couche de tabac, une couche de passage à tabac.
Le commissaire était bon enfant, il ne roulait pas les mécaniques, il roulait les r:
"Asseyez-vous. Il me semble déjà vous avoir vu quelque part, vous.
Alors comme ça, on suit les petites filles?
- Quitte à passer pour un détraqué, je vais vous expliquer, monsieur, la véritable raison qui m'a fait m'approcher de cette enfant.
Je sors ma plume et j'y vais de mon couplet nocturne et miraculeux.
- Fanny, j'en suis certain, m'aurait cru. Les assassins, les polices, notre séculaire tennis de coups durs, tout ça, c'était fini, envolé!
- Voyons l'objet, me dit le commissaire.
D'entre mes doigts tremblants il saisit la plume sainte et la fait techniquement rouler devant un sourcil bonhomme.
- C'est de l'oie, ça..., me dit-il, je m'y connais, je suis du Périgord.
- Monsieur, ce n'est pas de l'oie, c'est de l'ange, vous dis-je!
- Calmez-vous! Calmez-vous! Mais vous avouerez tout de même qu'une telle affirmation exige d'être appuyée par un minimum d'en quête, à défaut de preuve.
Vous allez patienter un instant. On va s'occuper de vous. Gentiment hein? gentiment."

On s'est occupé de moi, gentiment.
Entre deux électrochocs, je me balade dans le parc de la clinique psychiatrique où l'on m'héberge depuis un mois.
Parmi les divers siphonnés qui s'ébattent ou s'abattent sur les aimables gazons, il est un être qui me fascine.
C'est un vieil homme, très beau, il se tient toujours immobile dans une allée du parc devant un cèdre du Liban.
Parfois, il étend lentement les bras et semble psalmodier un texte secret, sacré.
J'ai fini par m'approcher de lui, par lui adresser la parole.
Aujourd'hui, nous sommes amis. C'est un type surprenant, un savant, un poète.
Vous dire qu'il sait tout, a tout appris, senti, perçu, percé, c'est peu dire.
De sa barbe massive, un peu verte, aux poils épais et tordus le verbe sort, calme et fruité, abreuvant un récit où toutes les mystiques, les métaphysiques, les philosophies s'unissent, se rassemblent pour se ressembler dans le puits étoilé de sa mémoire.

Dans ce puits de jouvence intellectuelle, sot, je descends, seau débordant de l'eau fraîche et limpide de l'intelligence alliée à l'amour, je remonte.
Parfois il me contemple en souriant. Des plis de sa robe de bure, ils sort des noix, de grosses noix qu'il brise d'un seul coup dans sa paume, crac! pour me les offrir.

Un jour où il me parle d'ornithologie comparée entre Olivier Messiaen et Charlie Parker, je ne l'écoute plus.
Un grand silence se fait en moi.
Mais cet homme dont l'ange t'a parlé, cet homme introuvable qui peut croire à ta plume, eh bien, oui, c'est lui, il est là, devant toi!
Sans hésiter, je sors la plume.
Les yeux mordorés lancent une étincelle.
Il examine la plume avec une acuité qui me fait frémir de la tête aux pieds.
"Quel magnifique spécimen de plume d'ange, vous avez là, mon ami.
- Alors vous me croyez? vous le savez!
- Bien sûr, je vous crois. Le tuyau légèrement cannelé, la nacrure des barbes, on ne peut s'y méprendre.
Je puis même ajouter qu'il s'agit d'une penne d'Angélus Maliciosus.
- Mais alors! Puisqu'il est dit qu'un homme me croyant, le monde est sauvé...
- Je vous arrête, ami. Je ne suis pas un homme.
- Vous n'êtes pas un homme?
- Nullement, je suis un noyer.
- Vous êtes noyé?
- Non. Je suis un noyer. L'arbre. Je suis un arbre."

Il y eut un frisson de l'air.
Se détachant de la cime du grand cèdre, un oiseau est venu se poser sur l'épaule du vieillard et je crus reconnaître, miniaturisé, l'ange malicieux qui m'avait visité.
Tous les trois, l'oiseau, le vieil homme et moi, nous avons ri, nous avons ri longtemps, longtemps...
Le fou rire, quoi!


http://www.deezer.com/track/plume-d-ange-T1580991
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Dim 26 Oct - 18:21

Nous avons tendance à penser qu'être
en désacord signifie automatiquement
être en conflit, et qu'un conflit se
termine par un vainqueur et un vaincu,
ou comme on dit, par un orgueil humilié.
Evitons de voir les choses sous cet angle.
Cherchons toujours un terrain d'entente.
L'essentiel est de s'intéresser tout
de suite à l'opinion de l'autre.
C'est sûrement quelque chose
dont nous sommes capables.
Le Dalaï Lama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Dim 26 Oct - 18:27

TOI + MOI (Grégoire)


Toi plus moi plus eux plus tous ceux qui le veulent
Plus lui plus elle et tous ceux qui sont seuls
Allez, venez et entrez dans la danse
Allez, venez, laissez faire l'insouciance

À deux, à mille, je sais qu'on est capables
Tout est possible, tout est réalisable
On peut s'enfuir bien plus haut que nos rêves
On peut partir bien plus loin que la grève

Toi plus moi plus eux plus tous ceux qui le veulent
Plus lui plus elle plus tous ceux qui sont seuls
Allez, venez et entrez dans la danse
Allez, venez, c'est notre jour de chance

Avec l'envie, la force et le courage
Le froid, la peur ne sont que des mirages
Laissez tomber les malheurs pour une fois
Allez, venez, reprenez avec moi

Je sais, c'est vrai, ma chanson est naïve
Même un peu bête mais bien inoffensive
Et même si elle ne change pas le monde
Elle vous invite à entrer dans la ronde

L'espoir, l'ardeur sont tout ce qu'il te faut
Mes bras, mon coeur, mes épaules et mon dos
Je veux te voir des étoiles dans les yeux
Je veux nous voir sourire et heureux

Toi plus moi plus tous ceux qui le veulent
Plus lui plus elle et tous ceux qui sont seuls
Allez, venez et entrez dans la danse
Allez, venez et entrez dans la danse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Lun 27 Oct - 9:15

renal a écrit:
Nous avons tendance à penser qu'être
en désacord signifie automatiquement
être en conflit, et qu'un conflit se
termine par un vainqueur et un vaincu,
Sages paroles du Dalaï-Lama. Il est bon de les rappeler de temps à autre. Effectivement, discussion, ne signifie aucunement conflit mais se peut amicale à condition que tous les participants le conçoivent ainsi. Il est bon, également, de tenir compte de la personne en face qui a son caractère, son engouement, sa maladresse, parfois... !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   Lun 27 Oct - 10:22

Laisser se déposer en nous,
Laisser germer à l'intérieur de soi
Les possibles d'un échange.
Accueillir.
Arroser.
Laisser fleurir.
Puis accepter de moissonner,
De vendanger les fruits du partage,
De l'abandon, du lâcher-prise.
(Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Textes ou extraits qui nous ont plu   

Revenir en haut Aller en bas
 
Textes ou extraits qui nous ont plu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 25Aller à la page : 1, 2, 3 ... 13 ... 25  Suivant
 Sujets similaires
-
» Collège : je suis perplexe sur la définition des groupements de textes et extraits.
» des textes autobiographiques un peu amusants...
» Et la littérature jeunesse dans tout cela!!!
» pour Noël
» Quelques extraits de textes d’auteurs :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Littérature & Culture-
Sauter vers: