philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Beaux textes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Mer 3 Sep - 18:21

stip a écrit:
.   Extraits de "construire l'ennemi" Umberto Ecco. 

.      Il semble qu'il soit impossible de se passer de l'ennemi. La figure de l'ennemi ne peut être abolie par les procès de civilisation. Le besoin est inné même chez l'homme doux et ami de la paix. Simplement, dans ces cas,on déplace l'image de l'ennemi, d'un objet humain à une force naturelle ou sociale qui, peu ou prou,nous menace et doit être combattue,que ce soit l'exploitation du capitalisme, la faim dans le monde ou la politique environnementale.
............
     Je dirai que l'instance éthique survient non quand on feint qu'il n'y ait pas d'ennemis, mais quand on essaie de le comprendre. .....
Essayer de comprendre l'autre,signifie détruire son propre cliché,sans nier ou effacer son altérité.
Mais soyons réaliste. Ces formes de compréhension sont le propre des poètes, des saints,ou des traîtres.
......il n'est pas nécessaire d'atteindre les délires de 1984 pour reconnaître en nous des êtres ayant besoin d'un ennemi.....
La vision la plus pessimiste à ce propos est celle de Sartre dans Huis clos. D'un côté,nous ne pouvons nous reconnaître nous-même qu'en présence d'un Autre et c'est sur cela que reposent les règles de la cohabitation et de la mansuétude. Mais plus volontiers,nous trouvons cet Autre insupportable parce qu'il n'est pas nous. En le réduisant à l'ennemi,nous nous construisons notre enfer sur terre.
..................
       

Rėflexion claire et certes étayée mais,
Voyez-vous les choses ainsi?  

pour moi, la mamie n'a pas plus raison que la caissière.

c'est 100 dernières années, l'évolution du "modernisme" a fait que toutes ces choses soit disant" inutiles" que nous employons actuellement,et qui ont été inventées pour notre "confort" a fait que bien des gens ont trouvé du travail, que les femmes qui avant restaient au foyer ont put grâce à cela s'émanciper des charges domestiques,et faire carrière elles aussi!

Demain d'autres gadjets ,encore plus avancés viendront completer la panoplie et on n'arrêtera pas cette evolution.

Ce qu'il faut, c'est que toutes génerations confondues, nous réalisons que notre planête a ses limites et qu'il faut surtout tout faire pour qu'elle puisse encore exister longtemps.
Maintenant, quand on regarde l'histoire du monde, notre terre s'est relevée de bien des plus gros problèmes et a chaque fois s'en est sortie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Mer 3 Sep - 19:29

Et as-tu besoin de te dire l'ennemie de quelquechose?
(Autre que l'imbécilité bien-sûr. En France il est vrai qu'à gros trait, on utilise le mot "con" ) il semblerait qu'une fois que le diagnostic est posé sur quelqu'un par autrui tout est dit Laughing ) .
Mais le mot "ennemi " est fort et désigne volontiers un ensemble d'individus aux critères caricaturés à loisir... Enfin.... Je trouve. pale


Dernière édition par stip le Jeu 4 Sep - 21:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Jeu 4 Sep - 10:30

marie-josé a écrit:

pour moi, la mamie n'a pas plus raison que la caissière.

A la place de cette mamie, si j'avais eu la répartie aussi facile qu'elle, j'aurais réagi de même.

Elle se prend pour qui, cette petite jeune qui n'a même plus de respect pour l'âge ? La mamie s'est dite désolée, tant que la caissière était polie.

Par contre, quand on lui assène que "c'est à cause de vieux comme elle que la nature est dénaturée", je suis désolée, mais la caissière méritait une telle réponse. J'imagine que cela lui a rabattu un peu le caquet !

Elle avait à faire son travail et à faire remarquer à la dame qu'il fallait éviter d'utiliser les sacs plastique. Elle aurait même pu se permettre de lui dire gentiment ce qu'elle faisait, elle, pour remédier au gâchis, mais de là à l'agresser en la chargeant de tous les maux, il y a une marge !

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Jeu 4 Sep - 11:06

bien entendu ,la caissière n'avait pas a répondre de cette façon,respecter la dame et faire son boulot était son devoir.
Mais je relevais simplement que tous n'est pas aussi evident dans leurs  discours, à l'une comme à l'autre


Dernière édition par marie-josé le Ven 5 Sep - 2:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Jeu 4 Sep - 21:22

Bon... Il me semble que c'est une histoire tout à fait construite confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Kane
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Jeu 4 Sep - 22:05

stip a écrit:
Bon... Il me semble que c'est une histoire tout à fait construite confused

Bien sur !

Une caissière de supermarché qui emploierait ce langage vis à vis d'une cliente risquerait un licenciement pour faute !

_________________
Tout smouales étaient les borogoves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Ven 5 Sep - 17:49

Morgan Kane a écrit:
stip a écrit:
Bon... Il me semble que c'est une histoire tout à fait construite confused

Bien sur !

Une caissière de supermarché qui emploierait ce langage vis à vis d'une cliente risquerait un licenciement pour faute !  

Probablement. Maintenant, sortons du supermarché et allons dans la rue en mettant cette personne en situation. Croyez-vous que son âge serait pris en compte par certains jeunes ou moins jeunes d'ailleurs ? Auraient-ils tous le réflexe de lui parler gentiment pour lui demander d'éviter le gâchis pour tenir compte de l'écologie ?

Je suis loin d'en être certaine.

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Sam 13 Sep - 10:15


 "Mon Dieu, des mœurs du temps mettons-nous moins en peine,
et faisons un peu grâce à la nature humaine ;
ne l' examinons point dans la grande rigueur,
et voyons ses défauts avec quelque douceur.
Il faut, parmi le monde, une vertu traitable ;
à force de sagesse, on peut être blâmable ;
la parfaite raison fuit toute extrémité,
et veut que l' on soit sage avec sobriété.
Cette grande roideur des vertus des vieux âges
heurte trop notre siècle et les communs usages ;
elle veut aux mortels trop de perfection :
il faut fléchir au temps sans obstination ;
et c' est une folie à nulle autre seconde
de vouloir se mêler de corriger le monde.
J'observe, comme vous, cent choses tous les jours,
qui pourroient mieux aller, prenant un autre cours ;
mais quoi qu' à chaque pas je puisse voir paroître,
en courroux, comme vous, on ne me voit point être ;
je prends tout doucement les hommes comme ils sont,
j' accoutume mon âme à souffrir ce qu'ils font ;
et je crois qu' à la cour, de même qu' à la ville,
mon flegme est philosophe autant que votre bile."            
         

"Le misanthrope" de Molière
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Sam 15 Nov - 9:52

Pour vous remercier de vos gentilles attentions pour mon anniversaire, je vous offre ce texte sur l'amitié



L’amitié, c’est toujours vivre un peu dans le cœur l’un de l’autre

L’amitié, c’est écouter sans
Juger l’autre, ni en bien ni en mal,
Et c’est l’aider avec douceur à remettre
De l’ordre dans ses pensées.

Quand tu ne te sens pas bien dans ta peau,
L’amitié est là pour te rappeler toutes les qualités
Que tu possèdes
Et que tu sembles avoir oubliées.

Quand tu partages une amitié,
Décider devient plus facile et les problèmes
Semblent moins graves.

L’amitié te fait le cadeau des plus précieux :
Celui du temps ; le temps de partager,
De rêver à de nouvelles idées
Et de réfléchir aux anciennes.
Peu importe le temps que nous passons ensemble,
Tu découvriras toujours de nouvelles dimensions
Au travers du miroir et des liens de l’amitié.

L’amitié c’est aimer l’autre pour ce qu’il est,
Non pour ce qu’il fait. Et en se sentant aimé,
On est capable de grandes choses, de s’accrocher
Et de réussir.


Entre amis intimes, on apprend
A donner. On s’épanouit, on devient
Moins égoïste, on ressent plus profondément et on aide
Avec plus de cœur. De voir le bonheur
Que l’on apporte à l’autre, on est pris
D’un immense bien-être,
D’une capacité d’amour infinie.

Où que tu ailles, quoi que tu fasses
L’ami qui a su pénétrer.
Ton âme sera toujours en toi,
Il te prendra par la main, tu lui prendras la sienne,
Et il marchera toujours à côté de toi.

Sandra Sturtz Hauss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Dim 14 Déc - 18:46

  Recette de la Paix

En cette fin d'année, nous vous proposons une recette "spécial Noël" pour préparer une bûche de la paix. Cette recette est très facile à réaliser, les débutants peuvent se lancer- et elle est surtout très peu coûteuse.

Prendre un saladier de générosité
Y mettre une cuillère à soupe d'accueil.
Casser dessus une demi-douzaine de bonjour, de s'il vous plaît, de merci, d'au revoir...
Mélanger le tout avec votre spatule de sourire.
Ajouter un peu de parole et beaucoup d'écoute.
A ce moment, introduire délicatement quelques grammes de levain d'amour.
Laisser reposer un bon moment.
Détendre ensuite la pâte avec un demi-litre d'aide et un demi litre de soutien.
Bien mélanger.
Rajouter ce qu'il faut de tolérance pour rendre votre pâte homogène.
Mettre à four chaud en surveillant avec attention.
Si en gonflant, le contenu déborde du plat,
Piquer avec une bonne dose de pardon.
Quand votre pâte vous paraît bien cuite
Roulez-la sur une toile de tendresse
Puis la remplir d'une crème de calme et de sérénité...
Saupoudrez d'une pincée d'humour et de compassion.

Votre bûche de Noël est maintenant prête à être partagée
Avec tous ceux qui sont autour de vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Dim 14 Déc - 19:37

ah Nicole tu es formidable, tu trouves toujours de beaux textes pour nous
Merci pour cela
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Lun 15 Déc - 9:30

Un petit conte Marie-Jo

L'ETOILE DE NOËL

C'était la nuit de Noël et Jonathan était triste. Il marchait seul dans les rues de la ville. Autour de lui, des gens pressés faisaient leurs derniers achats avant le réveillon. Ce n'étaient pas ses habits de guenilles ni sa pauvreté qui rendaient triste Jonathan. Depuis la mort de ses parents, il en avait pris l'habitude.
Mais on était le jour de Noël ! C'était la coutume de recevoir des cadeaux. Et lui n'aurait rien ! Il trouvait le Bon Dieu injuste.
Il s'assit sur un banc et se mit à pleurer.
Un homme s'approcha doucement de lui :
- Eh là, gamin, on est le jour de Noël ! C'est pas chrétien de pleurer ainsi.
Jonathan leva les yeux...
Il aperçut un drôle de bonhomme qui poussait un vieux landau rempli de ferrailles. Sa barbe était si épaisse qu'on voyait à peine son visage. Son manteau était rapiécé. Ses chaussures étaient très usées. Il avait vraiment tout du clochard... Pourtant, il portait un chapeau melon flambant neuf et ses yeux brillaient d'une étrange lumière.
- C'est bien pour ça que je pleure, maugréa Jonathan. C'est le jour de Noël et personne ne me fera de cadeaux.
Le vieil homme parut embarrassé :
- Allons, allons !
Il fureta dans sa ferraille, sans doute à la recherche de quelques vieux jouets déglingués qui se perdent parfois au milieu des poubelles, mais il ne trouva rien. Il se gratta la tête, bien embêté...
Puis il s'assit à côté de Jonathan et le prit par l'épaule :
- Approche un peu, petit homme !
Jonathan se serra contre lui.
- Ecoute, je vais te dire un secret.
Jonathan ouvrit de grands yeux ronds :
- ... Un secret ?
- Je suis un magicien, petit homme... et je vais te faire un cadeau comme personne n'en a jamais eu.

Les yeux de Jonathan s'ouvrirent encore pareils à deux pièces d'une livre, tandis que l'homme dressait le doigt vers le ciel.
- Tu vois cette étoile, tout là haut ?
- Oui ! souffla Jonathan.
- Eh bien, c'est l’étoile de Noël. Elle annonce la venue d’un sauveur. Je te le donne. Ce sera ton cadeau de Noël !
- Merci monsieur ! C'est gentil ! Mais que ferai-je d'une étoile du
ciel ?
- Allons, ne comprends-tu pas ? Ce sera ta bonne étoile. Elle te portera chance. Elle t'amènera l'amitié, l'amour, la générosité... Elle te guidera lorsque tu seras perdu...
- Mais comment saurai-je que c'est la mienne ? Et si quelqu'un veut me la prendre ?
- Alors là, répliqua le magicien en souriant, voilà un problème qui va être vite résolu.
Il sortit de sa poche un parchemin
TITRE DE PROPRIETE DE L’ETOILE DE NOËL
Moi, le magicien du ciel j'atteste qu'en ce jour du 24 décembre 2012, je fais don de cette étoile de Noël à...
- Au fait, comment t'appelles-tu, mon petit ?
- Jonathan Finn... avec deux N.
- ... fais don de cette étoile à Jonathan Finn.
Je signe et puis voilà.
Il tendit le papier à Jonathan qui le sera contre son cœur puis se perdit dans la contemplation de son étoile. Il était désormais propriétaire, et pas de n'importe quoi. De l’étoile de Noël ! Lorsqu'il sortit de sa rêverie, le bonhomme avait disparu.
Cette disparition était si étrange que Jonathan crut même un instant qu'il avait tout imaginé... Pourtant, il avait bien entre ses mains le titre de propriété.
Il se leva et sauta sur place pour se réchauffer, heureux comme il ne l'avait jamais été.
Une dame qui passait lui donna  un peu de monnaie. Un homme lui donna une baguette de pain chaud.
Jonathan tourna les yeux vers son étoile pour la remercier.
Il alla s'asseoir à coté d’un tas de chiffon et arracha un bout de croûte de son pain.
Une délicieuse odeur lui monta aux narines. C'est alors qu’il vit que le tas de chiffons bougeait.
Ce n'était pas un tas de chiffons. C'était une petite fille qui essayait de se réchauffer sous une couverture.
Jonathan lui donna un morceau de pain qu'elle engloutit en le regardant avec de pauvres yeux tristes.
Jonathan se sentit si heureux qu'il aurait voulu que tout le monde soit gai comme lui. Il partagea avec elle la grosse miche de pain, mais elle gardait toujours ses pauvres yeux plus transparents que l'eau.
Avec son argent, il alla lui acheter une sucette
Mais la fillette n'eut qu'un pâle sourire qui fendit le cœur de Jonathan.
Alors, il se tourna vers son étoile et cela lui donna une idée :
- Tu vois cette étoile là haut, eh bien, c'est mon astéroïde à moi.
La fillette ouvrit des yeux grands comme des soucoupes.
- Je ne blague pas ! ajouta Jonathan. Regarde mon titre de propriété. C'est le magicien des étoiles qui me l'a donné.
Et il lut à haute voix :
- " J'atteste qu'en ce jour de 24 décembre 2012, je fais don de l’étoile de Noël à Jonathan Finn. " Et Jonathan Finn, c'est moi !... Ca t'épate drôlement, pas vrai ?
Cette fois, la petite fille paraissait émerveillée.
- Eh bien, ajouta Jonathan, si tu me fais un vrai sourire, je t'en donne la moitié.
On peut bien la partager cette bonne étoile…
Le visage de la fillette s'illumina...
Elle lui pressa la main de ses petits doigts maigres et ils partirent tous les deux sur la route, en direction de leur bonne étoile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: L'Ecclesiaste 3    Lun 16 Fév - 20:04

1. Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux :
2. un temps pour naître, et un temps pour mourir; un temps pour planter, et un temps pour arracher ce qui a été planté;
3. un temps pour tuer, et un temps pour guérir; un temps pour abattre, et un temps pour bâtir;
4. un temps pour pleurer, et un temps pour rire; un temps pour se lamenter, et un temps pour danser;
5. un temps pour lancer des pierres, et un temps pour ramasser des pierres; un temps pour embrasser, Et un temps pour s'éloigner des embrassements;
6. un temps pour chercher, et un temps pour perdre; un temps pour garder, et un temps pour jeter;
7. un temps pour déchirer, et un temps pour coudre; un temps pour se taire, et un temps pour parler;
8. un temps pour aimer, et un temps pour haïr; un temps pour la guerre, et un temps pour la paix.
9. Quel avantage celui qui travaille retire-t-il de sa peine ?
10. J'ai vu à quelle occupation Dieu soumet les fils de l'homme.
11. Il fait toute chose bonne en son temps; même il a mis dans leur coeur la pensée de l'éternité, bien que l'homme ne puisse pas saisir l'oeuvre que Dieu fait, du commencement jusqu'à la fin.
12. J'ai reconnu qu'il n'y a de bonheur pour eux qu'à se réjouir et à se donner du bien-être pendant leur vie;
13. mais que, si un homme mange et boit et jouit du bien-être au milieu de tout son travail, c'est là un don de Dieu.
14. J'ai reconnu que tout ce que Dieu fait durera toujours, qu'il n'y a rien à y ajouter et rien à en retrancher, et que Dieu agit ainsi afin qu'on le craigne.
15. Ce qui est a déjà été, et ce qui sera a déjà été, et Dieu ramène ce qui est passé.
16. J'ai encore vu sous le soleil qu'au lieu établi pour juger il y a de la méchanceté, et qu'au lieu établi pour la justice il y a de la méchanceté.
17. J'ai dit en mon coeur : Dieu jugera le juste et le méchant; car il y a là un temps pour toute chose et pour toute oeuvre.
18. J'ai dit en mon coeur, au sujet des fils de l'homme, que Dieu les éprouverait, et qu'eux-mêmes verraient qu'ils ne sont que des bêtes.
19. Car le sort des fils de l'homme et celui de la bête sont pour eux un même sort; comme meurt l'un, ainsi meurt l'autre, ils ont tous un même souffle, et la supériorité de l'homme sur la bête est nulle; car tout est vanité.
20. Tout va dans un même lieu; tout a été fait de la poussière, Et tout retourne à la poussière.
21. Qui sait si le souffle des fils de l'homme monte en haut, et si le souffle de la bête descend en bas dans la terre ?
22. Et j'ai vu qu'il n'y a rien de mieux pour l'homme que de se réjouir de ses oeuvres : c'est là sa part. Car qui le fera jouir de ce qui sera après lui?


Dernière édition par stip le Lun 16 Fév - 20:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Lun 16 Fév - 20:10

Vous connaissez mon côté profondément allergique aux religions telles qu'elles existent.... À moins que ce ne soit ce qu'en font les hommes... Systématiquement....
Au point où je les considère comme des maladies infantiles de l'humanité.
Cependant ce texte me touche... Au plus haut point.
Allez comprendre!

Certes, je décroche un peu, ou plutôt n'adhère plus, de la ligne 13 à la 17.
Disons que je ne prends pas pour acquis ce passage qui relève de la croyance à mes yeux (incroyable basculement du principe de réalité à la supputation "consolatrice" certes..... Mais justement.... )

sorry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Sam 14 Mar - 11:13

Talisman - son pouvoir dépend de l’attention de celui qui l’a reçu

Un ami vous a donné un objet. Même si ce n’est qu’un caillou, il peut devenir pour vous un talisman. En vous le donnant, cet ami l’a imprégné des bonnes vibrations de son cœur, de son âme, et vous en ressentez les effets. Mais maintenant qu’il est en votre possession, c’est vous qui avez le pouvoir de conserver ce qu’il y a mis. En le touchant avec la conviction qu’il contient des forces qui vous sont bénéfiques, puisque c’est un ami qui les lui a communiquées, vous entretenez les mouvements des électrons qui animent la matière. Les objets comme les êtres ont besoin d’être nourris et vous les nourrissez de votre attention, de vos pensées, de vos sentiments. Si vous les oubliez, si vous les laissez quelque part se couvrir de poussière, ils perdent leur pouvoir. Et d’ailleurs il est facile de vous en rendre compte. Tel objet qui représentait quelque chose d’important pour vous, un jour ne vous dit plus rien. Pendant un certain temps quand vous passiez à côté de lui vous aviez l’impression qu’il rayonnait, qu’il vous faisait des signes, et maintenant il est terne et muet. La puissance d’un talisman dépend toujours de l’attention et de la foi de celui qui le possède. Même si c’est un grand mage qui vous le donne, c’est à vous de le conserver en vie.

Omraam Mikhaël Aïvanhov

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Lun 13 Avr - 9:19

La gratitude

Au sommet d'un nuage se tenait un palais dont jamais être humain n'avait franchi le seuil : le palais de l'Absolu. Un jour, une fête y fut donnée. Les invités n'étaient pas des êtres incarnés mais des qualités que, sur terre, on appelle les Vertus. Dans le hall de l'intelligence, les Vertus avaient grand plaisir à se retrouver, elles qui d'ordinaire sont dispersées à travers le monde. La Sincérité présidait la fête, tenant à la main un verre de cristal. À sa droite se tenaient l'Humilité, pauvrement vêtue qui tenait la main de la Simplicité. À sa gauche, le Courage aux traits fermes et au regard décidé était accompagné d'une femme voilée : la Prudence. Allant de l'une à l'autre, la Charité, à la fois vigilante et discrète, laissait sur son passage un sillon de lumière blanche et douce. L'œil exercé aurait pu percevoir que cette lumière éclairait sa sœur, la Justice, qui l'accompagnait dans les moindres de ses mouvements, tandis que la Bonté, la Patience, la Douceur, la Bienveillance l'entouraient en permanence.
Toutes étaient là, du moins le pensaient-elles, quand au seuil du hall, apparut une inconnue. Frêle, toute légère, elle semblait presque pauvre tant elle était vêtue de peu. Timide, elle entra à pas menus. De son visage semblait irradier une telle joie que les autres invités se sentirent aussitôt ravis de sa présence. La Prudence, tenant le Courage par la main se détacha du groupe et s'avança vers elle :
Nous qui nous connaissons toutes, il nous semble que nous ne vous avions jamais vue. Auriez-vous la bonté de nous dire qui vous êtes ?
Comme je vous remercie de me prêter attention ! répondit la jeune fille avec grâce. Oh ! je ne suis pas étonnée de vous paraître étrangère. Je suis rarement invité quelque part. Mais je suis heureuse de me trouver parmi vous : je m’appelle la Gratitude. »

(extrait du livre "Les 3 émotions qui guérissent, Amour, Gratitude, Foi. »  D’Emmanuel Pascal


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Jeu 30 Juil - 13:01

Rime, je pense que ce texte te plaira, ainsi qu'aux poètes du forum. Moi il m'a touché !!

Citadelle imprenable, la poésie, ou ville ouverte

Les deux et aucune à la fois. Il Suffit de pousser la porte des mots qui n'est jamais verrouillée et d'entrer dans le poème qui n'attendait que ça pour se mettre à chanter, à danser, à rire à mots déployés. Comme un accordéon ou comme le soufflet du forgeron. Mais que dites-vous là ? Ces choses-là n'existent plus. Justement, c'est le secret: il suffit de les nommer pour que les choses se mettent à exister, à danser, à chanter, à rire. La poésie, c'est un peu cela: faire exister ce qui n'existe pas. Le ciel par exemple qui n'est qu'un gaz, et pas bleu du tout; le cœur qui pleure ou qui rit alors que le muscle du même nom se contente de battre le sang flic floc flic ffoc. Ne parlons pas de l'âme que nul n'a jamais vue quand tout le monde sait qu'il faut la rendre pour mourir. Je vous le disais: poussez la porte des mots et vous entendrez sonner les cloches du réel, du possible, de l'impossible qui n'est pas français comme chacun sait. Car chaque mot a un son qui diffère selon la compagnie que le poète lui a choisie. Enfin : que le poème a choisie à la place du poète. Car le poète est une oreille d'abord puis un porte-voix. Il transmet ce qui lui est dicté par les mots qui lui viennent, les images qu'il voit, la musique qui le conduit. Le poème est la maison qu'il bâtit avec ces mots-là. Elle n'attend que vous pour faire la fête.

Guy Goffette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rime
*****
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Ven 31 Juil - 7:19


Je suis en total accord avec ce texte évidemment et il exprime exactement les sentiments, les contradictions également d'un poête. Je pense l'avoir déjà exprimé, avec mes mots, dans un texte.Merci Nicole.Bises





renal a écrit:
Rime, je pense que ce texte te plaira, ainsi qu'aux poètes du forum. Moi il m'a touché !!

Citadelle imprenable, la poésie, ou ville ouverte

Les deux et aucune à la fois. Il Suffit de pousser la porte des mots qui n'est jamais verrouillée et d'entrer dans le poème qui n'attendait que ça pour se mettre à chanter, à danser, à rire à mots déployés. Comme un accordéon ou comme le soufflet du forgeron. Mais que dites-vous là ? Ces choses-là n'existent plus. Justement, c'est le secret: il suffit de les nommer pour que les choses se mettent à exister, à danser, à chanter, à rire. La poésie, c'est un peu cela: faire exister ce qui n'existe pas. Le ciel par exemple qui n'est qu'un gaz, et pas bleu du tout; le cœur qui pleure ou qui rit alors que le muscle du même nom se contente de battre le sang flic floc flic ffoc. Ne parlons pas de l'âme que nul n'a jamais vue quand tout le monde sait qu'il faut la rendre pour mourir. Je vous le disais: poussez la porte des mots et vous entendrez sonner les cloches du réel, du possible, de l'impossible qui n'est pas français comme chacun sait. Car chaque mot a un son qui diffère selon la compagnie que le poète lui a choisie. Enfin : que le poème a choisie à la place du poète. Car le poète est une oreille d'abord puis un porte-voix. Il transmet ce qui lui est dicté par les mots qui lui viennent, les images qu'il voit, la musique qui le conduit. Le poème est la maison qu'il bâtit avec ces mots-là. Elle n'attend que vous pour faire la fête.

Guy Goffette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Ven 22 Jan - 17:00

Ces parents, ces amis, ces femmes qu'on affectionne
Avec lesquels on dort, on dîne, on parle au téléphone
Souvent quand nos regards se croisent
Y'a comme une chaleur
Mais de là à en faire des phrases
Trop de pudeur, trop de pudeur.

On ne dit jamais assez aux gens qu'on aime
Par peur de les gêner, qu'on les aime
On ne leur dit jamais assez
Que sans eux, sans elles
On ne serait même pas la moitié de nous-mêmes.

Avant de nous dire au revoir, marcher à l'ombre
Avant que sur notre histoire, le rideau tombe
J'veux déclarer à tout c' petit monde qui m'entoure :
La vie, la vie serait d'un sombre sans vous autour
Vous tous autour.

On ne dit jamais assez aux gens qu'on aime
Par peur de les gêner, qu'on les aime
On ne leur dit jamais assez
Que sans eux, sans elles
On ne serait même pas la moitié de nous-mêmes.

Qu'y a-t-il de plus important ?
La raison ou les sentiments ?

On ne dit jamais assez aux gens qu'on aime
On ne leur dit jamais assez
Qu'on les aime.

Louis Chedid

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Sam 23 Jan - 9:25

Très beau. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Sam 30 Jan - 14:06

Le train de la vie

A la naissance, on monte dans le train et on rencontre nos parents.
Et on croit qu'ils voyageront toujours avec nous.
Pourtant, à une station, nos parents descendront du train,
nous laissant seuls continuer le voyage…  

Au fur et à mesure que le temps passe,
d'autres personnes montent dans le train.
Et ils seront importants : notre fratrie, amis, enfants,
même l'amour de notre vie.  

Beaucoup démissionneront (même l'amour de notre vie)
et laisseront un vide plus ou moins grand.
D'autres seront si discrets  
qu'on ne réalisera pas qu'ils ont quitté leurs sièges.  

Ce voyage en train sera plein de joies, de peines, d'attentes,
de bonjours, d'au-revoirs et d'adieux.
Le succès est d'avoir de bonnes relations avec tous les passagers
pourvu qu'on donne le meilleur de nous-mêmes.  

On ne sait pas à quelle station nous descendrons.
Donc vivons heureux, aimons et pardonnons !
Il est important de le faire, car lorsque nous descendrons du train,
nous devrions ne laisser que des beaux souvenirs a ceux qui continuent leur voyage…  

Soyons heureux avec ce que nous avons et remercions le ciel  de ce voyage fantastique.
Aussi, merci d'être un des passagers de mon train.
Et si je dois descendre à la prochaine station,
je suis content d'avoir fait un bout de chemin avec toi !

(Auteur inconnu)

En ce moment, nous faisons un petit bout de chemin ensemble... Merci d'être là.

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Sam 30 Jan - 19:13

Une belle histoire. Merci Nelly. Philo Zamis, c'est notre train !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Jeu 26 Mai - 10:52

Le travail le plus important du monde

Mère Teresa ne mentionnait jamais les choses formidables qu'elle avait accomplies. Elle se contentait souvent de répondre qu'elle n'était "qu'une experte en nettoyage des toilettes". Cette réponse était tout à la fois drôle et sérieuse. Elle s'occupait des autres et lorsque les toilettes devaient être nettoyées, elle le faisait volontiers. Elle ne s'épargnait aucune tâche. Son travail était d'aider ceux qui avaient besoin d'elle et rien pour elle n'était plus important au monde.

Un jour, un homme très bien habillé est venu à Calcutta pour la voir. Les sœurs qui lui ouvrirent la porte l'informèrent alors qu'il pouvait la trouver derrière la maison en train de nettoyer des toilettes. Et c'est en effet la qu'il la trouva.

Elle lui dit bonjour et, pensant qu'il s'agissait d'un bénévole venu l'aider, elle commence à lui expliquer comment nettoyer les sanitaires en ne gaspillant pas l'eau. Elle  lui tend alors sa brosse à récurer et s'en va, laissant tout seul cet homme dans son beau costume.

Un peu plus tard, l'homme vient trouver Mère Teresa et lui dit : "j'ai fini, puis-je vous parler maintenant ?". "Certainement", lui répond-elle. A ce moment-là l'homme sort une enveloppe de sa poche et lui dit : "je suis le directeur d'une compagnie aérienne et je voulais vous remettre personnellement ces billets d'avion".

Ce directeur de compagnie aérienne n'a jamais cessé de raconter cette histoire tout au long de sa vie, affirmant que ces 20 minutes passées à nettoyer des toilettes l'avaient rempli d'une joie immense. En se mettant à la place de Mère Teresa, il était en effet devenu partie intégrante de son travail.

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Mar 14 Juin - 10:06

Le manifeste de la gentillesse

Face à l'indifférence, au manque de respect et au cynisme, nous possédons sans le savoir l'arme la plus efficace qui soit : notre cœur.
La gentillesse n'est pas un renoncement, une démission ou une soumission, c'est un choix traduit par des petits gestes qui rendent la vie plus agréable.
La gentillesse est une intelligence et elle est contagieuse. Agissons ensemble chaque jour pour un monde plus humain.


POUR

En finir avec le chacun pour soi
Refuser le cynisme ambiant
Déjouer l'agressivité quotidienne
Dire non à l'indifférence
Choisir d'être plus attentif aux autres
Mettre de l'harmonie dans mes relations
Etre altruiste et bienveillant


JE CHOISIS DE CONSTRUIRE CHAQUE JOUR,
AVEC DES MILLIERS D'AUTRES,
UN MONDE PLUS HUMAIN

Psychologies, http://journee-de-la-gentillesse.psychologies.com/manifeste
source: http://www.bonheurpourtous.com



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Mar 14 Juin - 10:57

Qu'est-ce que la vraie gentillesse ?

Méfions-nous des idées reçues : être gentil, ce n’est pas dire oui à tout, mais, au contraire, savoir s’affirmer face à l’autre dans une bienveillance assumée. Un état d’esprit bénéfique pour la santé physique et psychique qui se révèle souvent contagieux.

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Beaux textes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Beaux textes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les chemins spirituels petite anthologie des plus beaux textes tibétains - Matthieu Ricard
» Beaux textes
» LES PLUS BEAUX TEXTES POUR PRIER
» recherche beaux textes de dictée...
» Je cherche des textes sur les arbres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Littérature & Culture-
Sauter vers: