philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 "le chat noir"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: "le chat noir"   Jeu 30 Oct - 16:54

Il est impossible de ne pas parler de cet endroit tant apprécier a Paris, des poètes ,humoristes,écrivains peintres etc......
a l'époque il se situait rue victor-massé, et certains jours les passant pouvaient voir une bande de jeunes hommes courir derrière une voiture en criant
-au voleur ,au voleur ,il a volé ma montre,
certains passants effrayés,mais les garçons de café savaient que c'était la voiture du mont de piété et les jeunes , les artistes habitués du "chat noir"
on ne vivait pas de son art!

lorsqu'on s'ennuyais au "chat noir" Georges Auriol, sortait sur le trottoir et attrapait un passant avec une serviette de garçon de café,l'attirait a l'intérieur en disant:
-vous savez surement que les arènes de la rue pergoles viennent d'ouvrir, ....je vous ait pris pour un taureau!

mais la plaisanterie n'était pas méchante, et les jeunes étaient tous si gentils et intéressants qu'en général le passant payait a boire!

les premiers habitués de l'établissement, étaient
François coppé,Coquelin cadet, charles gros,Alphonse allais, Steinlen peintre du ruisseau et des "filles",Guy de Maupassant,Caran d'Ache le caricaturiste .
Ils y avaient engager un suisse habillé d'or, aussi beau que celui de la Madeleine ou de St Supplice!
Cabaret pour les Hydropathes!(ceux que l'eau rend malade)......;;le chat noir attirait toutes sortes de clientèles
des princes ,des artistes des diplomates,pour le plaisir d'y être insultés par ces messieurs les artistes!
oh! ils n'allaient jamais trop loin, jusqu'où jour ou Edouard VII lui-même voulut connaître le chat noir
Salis lui cria: entrez,entrez, tiens regardez ce gros, c'est le prince de la galles tout pissé!

suite une autre fois! si vous le désirez
a vous de dire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: "le chat noir"   Ven 31 Oct - 15:31

Marie-jo 17 a écrit:
suite une autre fois! si vous le désirez
a vous de dire!
Alors, la suite de l'histoire de France par Madame la Belge ! Wink Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rime
*****
avatar


MessageSujet: Re: "le chat noir"   Ven 31 Oct - 16:06

Nelly a écrit:
Marie-jo 17 a écrit:
suite une autre fois! si vous le désirez
a vous de dire!
Alors, la suite de l'histoire de France par Madame la Belge ! Wink Laughing
hé ! celà ne porte pas malheur les chats noirs ? qu'elle vienne pas nous attirer plus de soucis que l'on en a ! sinon , on déclare la guerre à la Belgique ! Camembert contre Babeluttes ! allez, je retourne finir mes hots dogs Crying or Very sad ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: "le chat noir"   Ven 31 Oct - 16:24

Rime a écrit:
Nelly a écrit:
Marie-jo 17 a écrit:
suite une autre fois! si vous le désirez
a vous de dire!
Alors, la suite de l'histoire de France par Madame la Belge ! Wink Laughing
hé ! celà ne porte pas malheur les chats noirs ?
Ne dis pas du mal des chats, tu va t'attirer ses foudres, pauvre de toi ! D'ailleurs, les chats noirs ne portent malheur qu'à ceux qui y croient ! Wink

Rime a écrit:
qu'elle vienne pas nous attirer plus de soucis que l'on en a ! sinon , on déclare la guerre à la Belgique ! Camembert contre Babeluttes !
Ca être du joli : gras contre sucré ! affraid

Rime a écrit:
allez, je retourne finir mes hots dogs Crying or Very sad ....
Ta chère moitié n'a même plus besoin de cuisiner pour toi puisque tu es pourvu pour toute une année ! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: "le chat noir"   Ven 31 Oct - 17:19

chat noir suite!

toute vulgarité était absente du chat noir! le ton de la maison était fort méprisant et dominateur.Les peintres, écrivains artistes de tous genres,sans le sou ou riche se cotoyaient avec beaucoup de classe!
Dorgeles,Picasso étaient Montmartrois,Bruant avec son grd cache nez rouge et sa cape noire,son chapeaux de meneur de boeufs avait l'allure hautaine que lui a donné le portrait de Lautrec.

Le chat noir prenait de l'autorité,et les premiers critiques de Paris,comme jules Lemaître, en rendaient compte dans les plus grds journaux.
Il y venait également rodenbach, l'auteur tendre et mélancolique de BRUGES LA MORTE, Paul bourget, Haraucourt, brillant poète, henri Robert grd avocat,Verlaine,Moréas,MacNab
chacun y récitait ou du François coppée comme "Grève des forgerons" ou du Victor Hugo
WATERLOO,WATERLOO,morne plaine.......Etc-Le chat noir apportait quelque chose de neuf, il montrait au tout Paris des gens qui étaient à la fois de grds chanteurs et de grands auteurs de grds poètes !
Rollinat,poètes un peu fou avait le front haut des hommes de génie, les cheveux rabattus en arrière,et lui aussi portait une cape noir.
Il récitait continuellement des poèmes d'une voix sombre

Le grd meneur de loups sifflait dans la nuit verte
ou:

Le mort s'en va dans le brouillard
avec sa limousine en planches.
pour chevaux noirs,deux vaches blanches
Un chariot pour corbillard......
Maurice Rollinat était souvent moqué par ses confrères
on disait de lui:
-les poètes trouvent qu'il est bon musicien,quand aux musiciens, ils adorent ses vers!
ça c'était le ton du "chat noir"
comment ne pas imaginer que ce cabaret était de séjour agréable?
on y entrait par une cour minuscule et l'on grimpait un escalier difficile, mais qu'importe!...c'est ce qui s'y disait qui comptait
exemple, Charles GRos savant de Génie et poète a ses heures écrit ce petit poème pour le pauvre Paul Verlaine

Et l'on gagne très peu d'argent,
L'acheteur en ce temps changeant
N'étant pas très intelligent.

Qu'importe....on vit de la rosée
en te surprenant irisée,
Belle nature bien posée!...


Jules Jouy qui est mort fou! a laissé des oeuvres au ton dur et brutale il décrit la guillotine après une exécution.

LA VEUVE SE LAVE A GRDE EAU,SE DEVÊT ET SE DEMAQUILLE.....

et ces vers qui devaient donnés le frisson aux gens riches de l'époque!
Vous regretterez le temps des cerises,
quand, peuple sans pain, aux riches gavés,
nous serons aux prises
des drapeaux de mars flotteront aux brises
les drapeaux vermeils sur qui vous bavez
Voue regretterez le beau temps des cerises,
quand viendra le peuple au haut des pavés!

Tous et toutes écrivaient au "chat noir", des oeuvres passagères,d'autres que l'on retiendrait.
On s'étonne de voir combien les Français qui venaient de traverser une guerre et s'apprêtaient a connaître une autre étaient gais?
pourtant , en 1905 la France entière était en grève
Le journal du "chat noir" , donnait déjà dans une sorte de surréalisme hilare.
Narcisse Lebeau y écrivait
-je suis allé a Londres quand j'étais grd
mais maintenant je vais chez le pharmacien me faire arracher le cheveux
voilà du pur surréalisme de la première époque, bien avant Breton!
et celle-ci
Proclamons les principes de l'art
Attention...que personne ne bouge!
La terre glaise, c'est comme le homard,
quand c'est cuit c'est rouge....

Villiers de l'Isle-Adam répondait

que dans ces bois où vola Puck
on entende le volapuck
moins on parlera français
plus on aura du succès!
(ce qui d'ailleurs est devenu vrai avec l'anglicisme)

suite a demain!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: "le chat noir"   Lun 3 Nov - 13:38

Maurice Donnay, qui était rentré au "chat noir" par hasard, avait travaillé dans une usine de construction métallique,comme Tristan Bernard l'a fait dans une usine à Creil, banlieues noires et malfaisante pour ces âmes lumineuses....un jour, Rodolphe Salis, patron du chat noir!
lui cria
-mais qu'est-ce que tu fous là?
monte sur la scène et lis des vers!
et des vers, il en savait par coeur!
et ce furent les débuts littéraires de Maurice Donnay!
Son Quatorze Juillet, apportait une note nouvelle a la poésie montmartroise.....il naissait tout simplement de ce que Maurice avait emmené une petite modiste dans les bois,aux environs de Paris!
voici le texte de son"Quatorze Juillet"

Vois-tu la longue ribambelle
des gens bras dessus bras dessous?
certes la fête sera belle...
tout les faubourgs sont déjà saouls.

Vois-tu ce Monsieur qui frétille,
là haut? c'est le bon Gogibus...
ne pouvant prendre la bastille,
il en prend du moins l'omnibus.

Pour t'envoler en quelques lieux
n'entre-t-il pas dans ton concept
de prendre de vers les Banlieues
un train de neuf heures dix-sept?

Vers les grds parcs peuplés de marbres,
dressant leur blanche nudité
et vers les forêts où les arbres
ne sont pas de la LIBERTE.

et un autre

Les oiseaux dans leurs chants de fête,
n'exigeaient pas qu'un sang impur
abreuvât leurs sillons;ta tête adorable
reposait sur mon bras, et les senteurs berceuses
venaient confusément à nous
des Bêtes, fines connaisseuses,
grimpaient plus haut que tes genoux
etc.................

l'humour noir était aussi de mise au "chat noir"!
par exemple
Sacha Guitry dit:
-il est bon de lire entre les lignes, cela fatigue moins les yeux!
ou donnay disait:
-en général, ce sont les maigres qui sont plus violemment aimées que les rondes, elles sont aimées jusqu'au crime,car la passion s'accroche aux angles.
Les rondes on les pelote,les maigres on les tue!
ce qui ne l'empêcha pas de modifier la phrase de Dumas fils
"ELLE M'A RESISTE,JE L'AI ASSASSINE"
lui préférait écrire
"ELLE ME RESISTAIT,JE N'AI PAS INSISTE"
et encore ces quelques VERITES qu'il faisait partager avec ses confrères!
-pour s'habiller dans les grdes maisons, il faut se déshabiller ailleurs.

ou:
-le soir de leur mariage,combien de femmes sont déjà veuves du mari qu'elles ont imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: "le chat noir"   Lun 3 Nov - 14:03

et puis, il y eut Feydeau Georges!
il descendait d'un ministre des finances,ce qui n'a rien de déhonorant
il était le fils de Ernest Feydeau,qui avait publié "l'HISTOIRE DES USAGES FUNEBRES ET DES SEPULTURES CHEZ LES ANCIENS"
ce qui n'était pas a mon sens UNE RIGOLADE!
sa mère était très belle,et plusieurs hommes l'avaient honorée dont:Napoléon III et le duc de Morny.
La très ravissante mère De Georges fit de lui ce que les fils de jolies femmes sont: un fort joli garçon!
Joli, insolent et un peu hautain!
un jour au régiment,il avait été morigéné par son capitaine ,il s'excusa auprès de lui en ces termes
-Mon Capitaine,il fait m'excuser si j'ai dormi tard, mais j'ai diner hier soir chez le Colonel!
la Victoire de Feydeau au théatre ne fut pas immédiate
et commença par deux comédies qui n'int pas laissées de traces!
mais très vite il commencait a se former a la thecnique du vaudeville
tous les soir, de six a huit , il tenait ses assises au café NAPOLITAINoù il écoutait les gens.
c'était Odette DArthys,qui devait reprendre le rôle de la "môme crevette" ou le bon Curnonsky accompagné souvent de Claudine,ou Marcel Simon.
Il écoutait les gens sans vraiment les voir!
un jour un jeune se précipita a ses genoux et dit
-ah!maître, le temps me manque pour faire votre éloge!
-eh bien dit Feydeau, revenez demain,nous parlerons de moi toute la soirée,ça vous fera plaisir!.
il avait un humour acide,
quand on disait d'un Banquier
-il est très riche
Feydeau répondait
-je me contenterais de ce qu'il a volé!

ou quand il parlait de son vielle oncle
-je vais essayer de le taper pour lui apprendre a vivre....Encore!
en parlant de la fille d'une femme de ménage qui était une gourandine
-la mère fait des ménages, la fille les défait!
c'est avec Lucien Guitry qu'un jour dans la rue Feydeau s'arrêta pour donner de l'argent a un pauvre!
-quoi, dit Guitry, vous donnez de l'argent aux gens dans la rue?
-oui dit fFeydeau , surtout aux sourds et muets, j'ai peur qu'ils m'engueulent!
d'une petite femme "-elle respire la vertu, mais elle est vite essoufflée!
ou d'un mari trompé
- il n'est bon qu'a être cocu, et encore faut-il que sa femme l'aide!
on ne va pas dire que c'était de la méchanceté, mais il avait l'humour dure
car un jour qu'un petit acteur tout a fait inconnu lui dit
-a maître, j'ai joué vos pièces un peu partout!
il répondit
-bah! je ne vous en veux pas!

Jusqu'au bout, Feydeau resta beau garçon,il continuait a sortir tous les soirs ou plutôt rentrer tous les matins!
ce beau gaillard faisait encore illusion, tout a fait a la fin de sa vie, il laissa pousser sa barbe,ce qui le fit ressembler à ceux que l'on lui prêtait comme ancêtres; Napoléon II ou le duc de Mornay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: "le chat noir"   Lun 10 Nov - 15:43

et puis, il y a eut Jules Renard!
Le meilleur portrait de jules Renard,ce fut Sacha Guitry qui le fit.
"on y voit une courbe qui finit en un grd rond,et au milieu du crâne,un petit oeil,un tout petit oeil d'éléphant qui vous observe d'un air ironique et féroce."
Il était certainement "poil de carotte" la pièce, c'est lui.
Mr Lepic?..c'était sûrement son père.
et Mme Lepic sa mère qu'il haïssait!...la plupart des grd hommes ont beaucoup aimés leur mère.
Ici une haine d'enfant a tout au moins apporté un chef-d'oeuvre.
Il est né a Châlons dans la Mayenne,mais a passé son enfance à chitry,le village dont il parle dans "Ragotte",nos frères farouches
celui qui l'a le mieux connu, le mieux jugé est incontestablement Sacha Guitry
qui disait de lui:
"je veux croire que les personnes qui m'écoutent commence à se faire une opinion sur les écrivains qu'on désigne sous le nom d'humoristes,et qui sont toujours les plus originaux,les plus remarquables,les plus profonds de leur époque"
Jules était grd , avait le poil roux,car il était resté "poil de carotte"
il rentra aux chemins de fer de l'est, il se mit a écrire, alla montrer ses manuscrits au président de la "société des gens de lettres, qui lui conseilla "de les flanquer a l'eau?"
De toute façon, a son arrivée a Paris la littérature l'attirait moins,
-j'ai réfléchi,disait-il,qu'elle ne peut nourrir qu'un moineau...
il s'était approché timidement de la capitale,et imitant ce pauvre Gaspard de verlaine,il aurait pu dire
je suis allé,calme orphelin,
riche de mes seuls yeux tranquilles,
vers les hommes des grds villes,
Ils ne m'ont pas trouvé malin!

sa première belle rencontre , ce fut avec Alphonse Daudet,qui s'appelait lui même "l'homme a la cervelle d'or" parce que il l'usait chaque jours affin de nourrir sa famille.
Il prit Jules Renard sous sa protection, les portes des journaux,des revues,s'ouvrirent peu à peu devant Jules Renard
entre autres, celles du "mercure de france"
Renard, prenait l'habitude d'émettre des jugements littéraires violents:par ex: "George Sand, c'est la vache bretonne de la littérature"
Un jour qu'il montait un escalier avec Lucien Guitry, une dame âgée lui demanda de l'aider, arrivé en haut il dit
-je regarde si j'ai encore ma montre!"ce genre de réflexions amère enchantait Renard
il disait aussi
-Paris n'est pas gai"
il fut reçu par Gustave Guiches, qui avait beaucoup de succès a l'époque,il alla voir Sarah Bernardt, étant assit a côté d'elle et lui parlant, il se rendit compte qu'elle ne l'écoutait pas
-ma voix s'est perdue dans les poils de son chien! disait-il!
il était très attentif a tous ce qui se passait autour de lui , Sacha disait
-il se bouche les oreilles,pour que de se qu'il entend, rien ne sorte
Il décrivait ce qu'il avait vu , intéresser avec des mots poétiques du genre
-Des bateaux s'en vont, d'autres rentrent et se déshabillent de leurs voiles... ou encore:
-la mer est moutonneuse, c'est comme si un infatigable menuisier lui rabote le dos et fait des copeaux!
-le bout de la branche accompagne un peu l'oiseau qui s'envole.
-j'ai bâti de si beaux châteaux que les ruines m'en suffisent.
-il n'y a pas de Paradis, mais il faut tâcher d'en mériter un!
-soyez modeste, c'est le genre d'orgueil qui déplaît moins!
il avait parfois aussi des pensées moins belles,
-une belle action d'un autre,et notre vie nous paraît sans saveur!
-le succès des autres mes gêne, mais moins que s'il était mérité
et encore une horrible
-la joie,peut-être, d'un grd homme qui devine que ses enfants ne seront rien!
son succès tarda, il ne devait rentrer à l'"académie Goncourt que beaucoup plus tard
et lors d'un interview, il dit
-j'écris d'après nature, et même j'essuie mes plumes sur un caniche vivant!
Renard commençait a prendre ses repas chez le père Guitry,ces réunions étonnantes qui rassemblent des hommes d'esprit de cette époque.
c'est là que naquit certainement une phrase du "vigneron dans la vigne"
-je sais que c'est prétentieux, ce que je vais vous dire
-mais vous le direz quand même!
là plus que jamais il prit l'habitude de faire des mots ,pour notre plaisir!
-j'ai mon nom sur tous les murs, mais personne ne me connaît
-l'académie Goucourt est une maison de retraite de vieux amis.
-le divorce serait inutile,si le jour du mariage , au lieu de mettre l'anneau au doigt vous vous le mettiez au nez!

-L'hiver vient,le rosier sauvage mourra le dernier parce qu'il a un nom rébarbatif et du poil plein le coeur.
-je ne comprend rien à la vie;mais il est possible que Dieu y comprenne quelque chose.

et celle -ci que je trouve incroyable!
-trois ou quatre maisons, juste ce qu'il faut de terre et d'eau, des arbres,de pâles souvenirs d'enfance dociles à notre appel,comme c'est quelque chose de simple , LA PATRIE!

Sacha dit aussi
- chez Renard , comment voulez vous trouvez un défaut de la cuirasse? c'est un homme tout nu....

un soir au" chat Noir"avec Tristan Bernard et Toulouse Lautrec un inconnu l'aborda
- Ah Monsieur , comme je vous admire....Renard malgré ses faux airs modestes se rengorgea un bref instant .....car il entendit
- hé oui, comme vous j'ai arrêter de fumer , mais je n'y arrive pas!
là il se dégonfla d'un seul coup!
a la gloire n'est pas pour les vivant!
l'auteur de "l'écornifleur, avait des souvenirs assez pauvres il disait:
-je ne sais si mes confrères ont pu être plus heureux que moi,mais ma part a été insuffisante...quand j'avais bu deux bocks et mangé une choucroute, je me disait
"quelle noce!"

affreux aveu,qu'a confirmé Remy de Gourmont
-on le croyait bien portant, il était malade
-on le croyait riche , il était pauvre
-on le croyait heureux,il était prêt a se suicider...
-on le croyait philosophe, il ne supportait pas la critique!
comme beaucoup d'humoristes, c'était un homme très sensible qui la cacha sous une dent dure!
il est mort a 46 ans sans avoir vraiment profité de son art.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: "le chat noir"   Lun 10 Nov - 17:15

Marie-jo 17 a écrit:
affreux aveu,qu'a confirmé Remy de Gourmont
-on le croyait bien portant, il était malade
-on le croyait riche , il était pauvre
-on le croyait heureux,il était prêt a se suicider...
-on le croyait philosophe, il ne supportait pas la critique!
comme beaucoup d'humoristes, c'était un homme très sensible qui la cacha sous une dent dure!
Bon nombre d'humoristes ont cette sensibilité derrière leur carapace, mais ça ne les empêche pas de s'attaquer à d'autres, faibles, sensibles... Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: "le chat noir"   Lun 10 Nov - 17:28

c'est bien vrai Nelly,...mais il faut dire a leurs décharge,qu'il y a un public friand de cet humour! Rolling Eyes Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "le chat noir"   

Revenir en haut Aller en bas
 
"le chat noir"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chat noir
» Le chat noir
» Ne laissez pas s'échapper le chat noir
» Chat d'argent (ou tout simplement chat noir)
» LE CHAT NOIR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Littérature & Culture-
Sauter vers: