philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Les Antilles....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
stip
******
avatar


MessageSujet: Les Antilles....   Mer 11 Fév - 19:38

Nicole peux-tu nous en parler!!!!

Tout ce dont je suis sur c'est qu'entre chômage massif et prix alimentaires exhorbitants déjà il y a 10 ans, les choses ont dû empirer No .....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Mer 11 Fév - 20:33

Stip pour ce qui est de l'actualité, je mets un lien qui vous conduit sur le journal local que l'on trouve à la Martinique et à la Guadeloupe.

http://www.martinique.franceantilles.fr/

Je sais par ma maman, que l'essence n'est plus distribué, sauf au véhicule d'urgence, les écoles, les mairies, enfin toute l'administration est en arret. Tu sais les Martiniquais se sont des français, donc on dirait aussi toujours prêts à faire la grêve.

Sinon tu veux que je parle un peu de mon ïle, ou bien c'était juste le côté actualité?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Mer 11 Fév - 20:45

Pour ce qui est du chômage, il y en a aussi beaucoup, comme ici. Ce que les Martiniquais ne veulent pas réaliser, c'est que même si les prix sont plus cher qu'en Métropole, ce qui est normal car à part les produits locaux, il faut tout importer, c'est que dans l'île, il n'y a pas d'hiver, donc moins de vêtement à acheter, dans la nature on trouve pas mal de produit qui sont consommables etc. Enfin tout ça pour te dire que la vie là-bas est plus simple qu'ici. Moi toute mon enfance et jusqu'a mon départ je n'ai jamais mis un pull, un bonnet, un blouson. Donc c'est vrai le coût de la vie à beaucoup augmenté, mais cela reste quand même plus facile de vivre là-bas. Nous quand on va à la Martinique on mange beaucoup local, c'est à dire poisson, fruits divers, légumes, rhum !!!! Pas cher du tout, ils ont beaucoup d'usine de laitages sur place. C'est sûr que si là-bas on veut manger un camembert ou des fraises, oui c'est hors de prix car tout vient par avion. Je peux te dire qu'en 19 ans, (mon départ) en y allant tous les deux ans, les usines locales ont beaucoup augmentés, donc les produits locaux plus nombreux et donc moins cher que les produits qui viennent de la métropole

En tout cas cette grève n’arrange pas mes frères du tout.

Si tu veux plus d'informations dis-le moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Mer 11 Fév - 21:33

Oui! ça m'interresse, tant il est vrai que les médias n'apportent qu'un éclairage partiel des réalités. Entre ceux qui ne veulent fâcher personne et ceux qui, quoiqu'il arrive, apporteront de l'eau à un moulin politique, il est difficile de leur faire confiance.
J'ai des témoignages très divers, quelques informations que je vais approfondir.
Moi je n'ai fait qu'y passer quelques jours dans un contexte particulier mais j'avais été atterrée par le prix de la nourriture. Alors je me dis que si ça a augmenté autant que chez nous depuis le passage à l'euro, forcément ça doit coincer....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Jeu 12 Fév - 6:57

Stip si tu vas sur le site que je t'ai donné, il y a un reportage sur les békés, interressant. Je ne sais pas si tu le sais, mais moi je suis béké.

C'est vrai que les prix des produits qui ne sont pas locaux sont plus chers qu'en Métropole, je t'ai expliqué que c'est que tous ces produits arrivent par avion. Donc cela dure depuis des années. C'est vrai que comme le prix des produits ont augmenté ici, forcément ils augment aussi là-bas. Mais ce n'est pas une nouveauté, cela a toujours été. Je ne dis pas que la grêve n'a pas raison car c'est vrai que tout a augmenté, mais il faut savoir que forcément cela sera toujours plus cher à la Martinique qu'ici, ce n'est pas une nouveauté comme veut le faire croire certains, la crise existe comme ici et comme partout. Et comme partout il y a toujours des gens qui ne sont jamais contents et qui demandent toujours plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Jeu 12 Fév - 7:01

Je voulais te dire que ce n'est que mon point de vue, tu sais je n'aime pas la politique, je ne m'y intéresse pas, ce que je te dis, c'est mon avis personnel en tant que Martiniquaise et Békée, puisque j'ai vécu là-bas 21 ans. Et que des grèves il y en a toujours eu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Jeu 12 Fév - 9:10

D'ailleurs je n'ai évoqué les Antilles parce que j'avais compris que tu y avais vécu.

D'une façon générale, je préfère éviter les discussions d'actualité brûlante.
Il faut toujours un peu de recul pour étayer une opinion acceptable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Jeu 12 Fév - 10:09

je ne sais pas si tu as l'adresse de mon blog, mais dessus tu peux voir de superbes photos que j'ai prise il y a deux ans, et je peux si tu veux aussi parler un peu de l'île elle même, sa beauté, son histoire etc.. Tu sais quand tu habites dans une îles, en faite tu la connais moins bien que ceux qui viennent en vacances, et qui vont dans les coins de l'île.

http://philosophie-poeme.kazeo.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Jeu 12 Fév - 20:26

Voilà un petit résumé sur la Martinque.

HISTOIRE DE LA MARTINIQUE


En l'an 180 l'île de la Martinique est peuplée par des Indiens : les Saladoïdes pour être plus précis. Ils seront suivis des Arawaks, d'autres indiens en 300. Ces derniers sont anéantis par les Caraïbes en 800 après JC.
Le 15 juin 1502, jour de la Saint-Martin, Christophe Colomb débarque en Martinique au cours de son quatrième voyage vers "les Indes". Il la surnomme Madinina : "l'île aux fleurs".
L'île restera encore longtemps sous le contrôle des indigènes et c'est en 1626, à la suite de la création par Richelieu de la Compagnie des Iles d'Amérique, que Liénard de L'Olive puis Belain d'Esnambuc établissent le premier contact français avec "la perle des Antilles". La conquête de ces nouveaux territoires entraînera l'extermination progressive des indigènes Caraïbes.
Du Parquet, qui gouverne le territoire au nom de la "Compagnie", achète l'île de La Martinique pour son propre compte en 1650.
En 1674, sous Louis XIV, la Martinique est rattachée à la couronne de France. A partir de cette époque la traite des noirs d'Afrique commence à s'organiser et à se développer.
En 1685, le "code noir" de Colbert met en application ce qui, selon lui, devrait être les "bonnes règles et usage de l'esclavage"...
Reprise par les Anglais en 1759, l'île est rendue aux Français en 1763, à la suite d'un échange avec les terres du Canada, ratifié par le traité de Paris. Alors qu'en France la révolution gronde, en Martinique s'opposent les clans royalistes et républicains.
En 1791, le comte de Béhague parvient à reconquérir l'île et à hisser le drapeau à fleur de lis sur le seul territoire royaliste de la toute nouvelle République de France. Ces événements ont pour effet d’attiser les rivalités entre les békés blancs et les mulâtres alliés aux noirs affranchis, qui réclament une égalité de droits avec les blancs.
En 1793, la Convention proclame l'abolition de l'esclavage et Béhague prend la fuite à l'arrivée du gouverneur Rochambeau. Cette abolition ne sera pourtant jamais appliquée puisque les royalistes s'allient aux Anglais qui reprennent à nouveau possession de la Martinique jusqu'en 1802. Le territoire passera de main en main plusieurs fois avant d'être rendu définitivement à la France en 1815 par le traité de Vienne.
L'esclavage ne sera définitivement aboli que le 4 mars 1848. Pourtant en 1848 et 1859 on fit encore acheminer plus de 10 000 Africains prétendument "volontaires" à l'immigration.
Le 8 mai 1902 le Mont Pelée (au nord-ouest de l'île) se met en éruption et provoque la mort de 28 000 personnes, Saint -Pierre est détruit et Fort de France devient la nouvelle capitale. En 1946, la France met fin au statut colonial des Antilles et la Martinique devient département français avant de devenir une région à part entière en 1983.


Avec une superficie de 1100 km², mesurant 70 km de long et environ 30 km de large, la Martinique est le plus petit des départements d'outre-mer.

La Martinique, comme la Guadeloupe, est située au cœur de l'arc des Petites Antilles dans la mer des Caraïbes, à égale distance des côtes du Venezuela et de l’île d’Haïti

La ville de Fort-de-France est la capitale administrative, mais elle représente également le centre économique de ce département français d’outre-mer.

Le mot béké désigne en Martinique un antillais descendant des premiers colons .De nombreuses explications fantaisistes ont été données, mais il semble que le mot soit d'origine igbo où il désigne un Blanc ou un Européen. La tradition locale le fait quant à elle remonter à la question « eh bé qué ? » (« eh bien quoi ? ») qui témoignerait d'une expression récurrente des premiers colons. Une autre origine serait "blanc des quais" car les colons contrôlaient souvent les marchandises sur les quais du port.








Je suis née à Fort de France et je passais toute mes vacances au Diamant dans le sud de l'ÎLe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Ven 13 Fév - 0:10

Merci pour ces beaux récits Nicole. Comme tu le dis les Martiniquais ne connaissent pas leur chance.

Mais chez eux, comme chez nous, le "progrès", la société de consommation (!) ont donné des envies des besoins que les anciens n'imaginaient pas. On veut tout, tout de suite.

Moi non plus je n'aime pas la politique ou des faits qui divisent les individus.

Il faut aller de l'avant, penser à l'avenir dans le bon sens du terme. Le passé ne doit pas être oublié mais il faut qu'il entre dans l'HISTOIRE et ne pas en faire un argument de combat à tout bout de champ.

La France, l'Europe le monde entier, ont connu des invasions, des guerres, des souffrances, des peuples ont été asservis partout, par des vainqueurs ou par ses propres frères. Il y a toujours eu des dictateurs, aussi bien en Chine qu'ailleurs.

L'esclavage se pratiquait depuis la nuit des temps en Afrique ou dans d'autres pays.

La femme arrive à peine à être considérée et même dans les pays dits modernes, il y a encore du travail à faire. Et il y a toujours des esclaves. Les prostituées slaves, des domestiques dans des Ambassades (!), les ateliers clandestins, en font partie, pour ne citer que ces cas.

Alors oui, l'Histoire avec un grand H doit nous montrer l'évolution, et tout faire pour l'avenir, traquer les voyous, les profiteurs de tous bords mais aller de l'avant, le présent c'est déjà du passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anémone
******
avatar


MessageSujet: Pour Nicole   Ven 13 Fév - 8:04

« Les pays que j’habite s’étoilent en archipels. Ils racontent les temps de leurs éclatements. Quand nous rencontrons un morceau impénétrable de temps, une roche incassable, ce qu’aussi nous appelons un bi, nous voici devant ce bi de temps, nous n’en sommes pas désenvironnés, nous faisons le tour de cette obscurité, nous piétons dans la moindre ravine ou le plus petit cap, jusqu’à entrer dans la chose. L’éclat des temps tout comme les éclats du temps n’égarent pas, dans nos pays »
Edouard GLISSANT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Dim 15 Fév - 20:21

J'ai eu des nouvelles de la Martinique par mon frère, hé bien ce n'est pas super Crying or Very sad L'île est complètement paralysé, il n'y a plus d'essence et quand il en distribue un peu les filles d'attentes durent des heures. Les épiceries sont prises d'assaut, les super marchés sont fermés. Mes frères et belle sœurs sont au chômage technique, et complet pour un des mes frères, ma maman est toute seule. Je suis Evil or Very Mad Surtout qu'on me dise pas qu'ils ont raison des faire la grève, ils sont en train de couler l'île pour quelque chose qu'ils n'auront pas. Pour ceux qui ont lu mon petit résumé sur la Martinique, une partie des patrons se sont des békés, pas tous, mais une partie, ils reçoivent des menaces de mort car ils ne veulent pas augmenter les salaires, mais ils ne peuvent pas, sinon ils ferment. Tout cela pour vous faire partager mon angoisse et vous dire de m'excuser si je ne suis pas trop présente sur le forum, l'envie m'en manque un peu.

Ca va s'arranger, un mauvais moment à passé. En tout cas vous connaissez tous mon avis. JE HAIE LES GREVES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Dim 15 Fév - 23:38

Ma chère Nicole,

Je suis de tout coeur avec toi. De si jolies îles faites pour le rêve et la détente...

J'ai entendu que les agences de voyages les avaient rayées de leurs programmes, car ils ne pouvaient rien assurer à leurs clients !

Le tourisme est une manne,surtout quand il n'y a presque rien d'autre à offrir. La gentillesse légendaire (!) est perdue pour longtemps, car tout le monde en pâtira, ce qui ne fera qu'aggraver les problèmes.

J'ose espérer que ta famille pourra se sortir de cette épreuve sans trop de dégâts. Mais je sais qu"une blessure profonde aura bien du mal à cicatriser. Transmets à ta maman, déjà bien fatiguée, toute mon affection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlestone
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Lun 16 Fév - 5:58

renal a écrit:
J'ai eu des nouvelles de la Martinique par mon frère, hé bien ce n'est pas super Crying or Very sad L'île est complètement paralysé(...)
Ca va s'arranger, un mauvais moment à passé. En tout cas vous connaissez tous mon avis. JE HAIE LES GREVES
Les îles de mes rêves !
Qui sauvera ces îles...
C'est le temps!
C'est parce que seul le temps est capable de comprendre combien
l'Amour de son pays est important dans la Vie.
Je t'aime mon île....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Lun 16 Fév - 9:05

Merci de votre soutien, j'avais oublié de vous dire que ce n'est qu'une poignée d'individus qui paralyse l'île, les autres Martiniquais ne sont pas contents car ils savent qu'ils perdent beaucoup.

Une chose positive que les touristes ont et qui n'est pas en grève c'est le soleil, la mer chaude et le beau temps !!!!!! faut bien positivé, et puis je pense que cette crise va faire prendre conscience à beaucoup, que vouloir toujours plus n'est pas forcément une bonne chose, pour la suite.

Le moral est bon car, une chsose est sûr c'est que ma famille va bien pour le moment, alors c'est le plus important !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Lun 16 Fév - 9:29

renal a écrit:
j'avais oublié de vous dire que ce n'est qu'une poignée d'individus qui paralyse l'île, les autres Martiniquais ne sont pas contents car ils savent qu'ils perdent beaucoup.
A la base, ce n'est toujours qu'une poignée d'individus qui démarre et qui fait croire à d'autres qu'il est possible de décrocher la lune. Non, ce n'est pas en période de crise qu'on peut obtenir de nouveaux avantages.

renal a écrit:
Une chose positive que les touristes ont et qui n'est pas en grève c'est le soleil, la mer chaude et le beau temps !!!!!!
Oui, les touristes reviendront, mais il faut d'abord que le calme revienne et que les entreprises puissent travailler sereinement et dans la sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlestone
******
avatar


MessageSujet: Les Dom Tom: les laissés pour compte   Jeu 19 Fév - 19:24

En Guadeloupe, la lutte contre la vie chère fait rage. Pourquoi le pouvoir central laisse les choses pourrir ? J'ai écouté hier a la Télévision un syndicaliste des Antilles dire que c'est la faute des blancs les béké ( cela m'a rappelé Notre Rénal !), colonisateurs Blancs et les pinzutti, continentaux et étrangers. Les béké et les pinzutti (jamais entendu parlé) sont tous deux accusés de privatiser l’accès aux plages, d’occuper les postes à responsabilité, et plus généralement d’exploiter les travailleurs autochtones. Et c'est même eux qui refusent l'augmentation des salaires....
Le chiffre du chômage dans les Dom laisse sans voix. La Guyane compte plus de 20% de chômeurs. En Martinique, ce taux est de 21,2%, en Guadeloupe il atteint 22,7%. Pour les jeunes, c'est pire encore! Près de 40% de chômeurs chez les moins de 30 ans en Guadeloupe, les chiffres étant à peu près identiques pour la Guyane et la Martinique. Alors un peu de respect pour des gens qui se sentent souvent les laissés pour compte des politiques économiques françaises. Surtout que la crise financière mondiale les touche plus que les Européens.
Qu'en pensez-vous les ami(e)s ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Jeu 19 Fév - 19:51

Charlestone a écrit:
En Guadeloupe, la lutte contre la vie chère fait rage. Pourquoi le pouvoir central laisse les choses pourrir ? J'ai écouté hier a la Télévision un syndicaliste des Antilles dire que c'est la faute des blancs les béké ( cela m'a rappelé Notre Rénal !), colonisateurs Blancs et les pinzutti, continentaux et étrangers. Les béké et les pinzutti (jamais entendu parlé) sont tous deux accusés de privatiser l’accès aux plages, d’occuper les postes à responsabilité, et plus généralement d’exploiter les travailleurs autochtones. Et c'est même eux qui refusent l'augmentation des salaires....Qui dit vrai?

J'ai entendu Le secrétaire d'état Y. Jegot ce matin, il déplorait les prix abusifs pratiqués par certains faute de concurrence ainsi que le manque de transparence.
Je crois Charly, que la situation là-bas est extrêmement complexe, il y a des abus de la part de certaines entreprises et employeurs qui sont responsables de l'exaspération, à l'autre extrême il y a des discours très inquiètants. Entre les deux, des gens qui ne veulent pas voir les Antilles se "macoutiser" et qui doivent trouver des solutions en mettant chacun face à ses responsabilités pour faire rapidement évoluer les choses vers la transparence et plus d'équitabilité, avec la hausse des prix et la crise, c'est devenu indispensable, de toute évidence.
Mais gardons nous de hurler avec les loups ou de désigner une classe à la vindicte populaire comme j'ai pu le sentir à travers certains médias.( tiens! en voilà certains dont on évoque très peu la responsabilité Rolling Eyes quand on sait que leur intérêt est d'avoir des choses à raconter sans se casser le tronc, sinon il faut du talent et c'est plus dur...) Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlestone
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Jeu 19 Fév - 20:22

stip a écrit:
Je crois Charly, que la situation là-bas est extrêmement complexe, il y a des abus de la part de certaines entreprises et employeurs qui sont responsables de l'exaspération, à l'autre extrême il y a des discours très inquiètants.
C'est c'est parce que c'est un problème complexe pour nous que j'ai mis ce sujet sur le forum et chercher a comprendre le mécanisme de vie des gens de la bas et leur relation économique et culturelle avec la métropole !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Jeu 19 Fév - 20:45

Charlestone a écrit:
stip a écrit:
Je crois Charly, que la situation là-bas est extrêmement complexe, il y a des abus de la part de certaines entreprises et employeurs qui sont responsables de l'exaspération, à l'autre extrême il y a des discours très inquiètants.
C'est c'est parce que c'est un problème complexe pour nous que j'ai mis ce sujet sur le forum et chercher a comprendre le mécanisme de vie des gens de la bas et leur relation économique et culturelle avec la métropole !

Une amie parisienne d'origine algérienne qui a fait sa vie en amérique du sud (mariée avec un péruvien)a dû y vivre quelques temps,il y a une dizaine d'année. Elle a complètement été déroutée par les fractures de cette société. Elle qui pensait trouver un multiethnisme à la brésilienne n'a trouvé que des classes ethniques bien marquées et n'a pu fréquenter et sympathiser qu'avec des métros. Voilà! Il y a un très joli film à voir "rue case-nègre" qui parle du sort réservé à ceux qui avaient le mauvais goût de naître métis, au début du 20e siècle.
C'est resté une mosaïque avec peu de permabilité entre les morceaux, et chaque morceaux (il y a fort à parié ) te donnera un son de cloche différent.
Bon! Qu'est-ce qu'on décide ce soir pour les antilles françaises, une révolution cubaine? castro n'aurait pas un autre frère? Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Jeu 19 Fév - 21:30

Charly, la situation à la Martinique n'est pas tout à fait la même qu'a la Guadeloupe, beaucoup moins grave. Je ne connais rien de la Guadeloupe. En ce qui concerne la Martinique j'ai vu le reportage ce soir sur TF1 et comment les noirs parlaient des Béké. La seule chose que je peux dire et cela sera finis pour moi, c'est que comme tous le monde on met tout le monde dans le même sac, il y a une minorité de béké qui font comme ils ont dit, mais une minorité. Ma famille fait partie des grandes familles béké de la Martinique, mais n'a jamais exploité les noirs. Mes parents m'ont toujours appris le respect des autres quelque soit la couleur de la peau. La femme noire qui s'est occupée de moi depuis ma naissance jusqu’a mon mariage était une deuxième maman pour moi. Elle est morte il y a quelques mois et j’en ais beaucoup souffert. Quand ce soir une minorité, je dis bien, de Martiniquais dénigre les békés que veux tu que je dise, là encore c'est cette minorité que l'on montre à la télé.

J'arrête ici le débat en ce qui me concerne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Jeu 19 Fév - 21:31

Tu vois Charly, il y a des sujets brûlants, douloureux, complexes, l'actualité récente dans ton pays ou dans celui de Marie Jo en connaissent tout autant. Nous n'aimons pas avoir à en traiter à l'emporte pièce et méritent d'autres traitements que de vagues avis étayés sur de connaîssances partielles ou partiales par avance.

Et je suivrai Renal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marc
*****
avatar


MessageSujet: Qui sont les Békés ?   Ven 20 Fév - 7:13

Ceux qu’on appelle les Békés sont des Créoles blancs, descendants d'esclavagistes qui avaient colonisé la Martinique au XVIIe siècle. Ce mot Béké provenant de «Blancs du quai» parce qu’ils s’y trouvaient autrefois en train de vérifier leurs marchandises, la tradition locale le fait quant à elle remonter à la question « eh bé qué ? » « eh bien quoi ? ». (source Wikipédia). Ils sont aux environs de 1% de la population et détiennent près de 50% des terres agricoles, des supermarchés et dominent à 90% l’agro-alimentaire.

Autant il est vrai, que certains Békés sont sans doute respectueux des noirs, peuvent vivre sans abus colonialiste, d’autres par contre ont des propos parfaitement répugnants.
Je cite Mr Alain Huygues-Despointes, un entrepreneur béké fortuné, qui explique devant les caméras : «vouloir préserver sa race». «Quand je vois des familles métissées avec des Blancs et des Noirs, les enfants naissent de couleurs différentes, il n'y a pas d'harmonie».
Ceci n’est pas acceptable et ne fait d’ailleurs pas l’unanimité au sein de ces familles Békés.

Dans son ouvrage "Les puissances d’argent en Martinique", Guy CABORT-MASSON analyse cette ex-croissance du capitalisme français en Martinique : "En effet, la caste békée est du style mafia, secrète, renfermée avec une forte coloration raciste, anti tout ce qui n’est pas blanc".
Une sociologue canadienne blanche, Edith KOVATS-BEAUDOUX, avait réalisé en 1969 sur les békés, sous le titre : "Une minorité dominante : les blancs créoles de la Martinique" (Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Paris). Un voyage saisissant d’actualité dans la mentalité de ce groupe social.

Les véritables responsables sont peut-être bien nos politiques, tous bords confondus, qui ont laissé faire dans l’abus, copinage et intérêts politico-financiers.

Une meilleure répartition des richesses s’impose donc aujourd’hui et que ce mauvais esprit colonialiste soit enfin éradiqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anémone
******
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Ven 20 Fév - 7:27

marc a écrit:
Ceux qu’on appelle les Békés sont des Créoles blancs, descendants d'esclavagistes qui avaient colonisé la Martinique au XVIIe siècle. Ils sont aux environs de 1% de la population et détiennent près de 50% des terres agricoles, des supermarchés et dominent à 90% l’agro-alimentaire.


Je cite Mr Alain Huygues-Despointes, un entrepreneur béké fortuné, qui explique devant les caméras : «vouloir préserver sa race». «Quand je vois des familles métissées avec des Blancs et des Noirs, les enfants naissent de couleurs différentes, il n'y a pas d'harmonie».
Ceci n’est pas acceptable et ne fait d’ailleurs pas l’unanimité au sein de ces familles Békés.
Dans son ouvrage "Les puissances d’argent en Martinique", Guy CABORT-MASSON analyse cette ex-croissance du capitalisme français en Martinique : "En effet, la caste békée est du style mafia, secrète, renfermée avec une forte coloration raciste, anti tout ce qui n’est pas blanc".
Les véritables responsables sont peut-être bien nos politiques, tous bords confondus, qui ont laissé faire dans l’abus, copinage et intérêts politico-financiers.
Une meilleure répartition des richesses s’impose donc aujourd’hui et que ce mauvais esprit colonialiste soit enfin éradiqué.
Si je comprends bien, les ancètres des Békés étaient donc des esclaves, qui n'ont jamais demandé à être implantés en Martinique, on les a obligés et contraints à y vivre, et l'esclavage terminé, ils ont acquis terres et autres et ont fondé des famille qui, je pense ont le droit de se considérer comme Martiniquais.
Quand à ce Mr Cabort-Masson....il me fait penser avec horreur, à un certain moustachu selectionneur de race...
De toute façon que ce soit à n'importe quel niveau, il y aura tj des abus, le fric menant le monde. Ces iles souffrent et leur principale économie étant le tourisme, il faudra du temps pour remettre l'ordre et le retour des vacanciers. sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marc
*****
avatar


MessageSujet: Re: Les Antilles....   Ven 20 Fév - 7:53

Anémone lis ce texte et tu comprendras mieux Very Happy

ORIGINE DES BEKES : QUAND ALAIN HUYGHES-DESPOINTES REECRIT L’HISTOIRE…
jeudi 12 février 2009 par Jean-Laurent Alcide

Au cours du reportage consacré aux Békés martiniquais par la chaîne française CANAL +, on a pu entendre, entre autres insanités, de la bouche de M. Alain Huyghes-Despointes, la phrase suivante :

« En 1635, des nobles français colonisent l’île de la Martinique… »

Il y aurait de quoi rire, si cela ne révélait pas l’incroyable inculture, mêlée de duplicité, des « derniers maîtres de la Martinique ». En effet, il est bon de rappeler la composition des premiers colons :

. 60% de paysans venus du fin fond des provinces du Nord-Ouest de la France (Vendée, Normandie, Poitou, Bretagne etc.) qui étaient employés comme « engagés » ou « 36 mois » par quelques grands planteurs et qui travaillaient sur les « habitations » aux côtés des esclaves noirs. S’ils parvenaient à survivre au bout de leur période d’engagement, ils se voyaient octroyer un bout de terrain pour devenir propriétaires à leur tour. En 1635, au 17è siècle donc, l’école gratuite, laïque et obligatoire n’existait pas encore (ce sera le cas 2 siècles plus tard), donc la quasi-totalité de ces paysans est analphabète et parle les dialectes d’oïl (normand, poitevin, vendéen etc…).

. 30% de repris de justice, de malandrins, de hors-la-loi, bref de gens qui n’ont rien à perdre et qui sont prêts à tenter l’aventure vers l’Amérique afin de se refaire une nouvelle vie. Beaucoup d’entre ces gens de sac et de corde étaient d’ailleurs expulsés vers les colonies afin de purger le Royaume de France de ses impuretés.

. 10% de cadets de famille, c’est-à-dire de fils de nobles qui, dans le droit d’Ancien régime, ne pouvait bénéficier d’aucune part de l’héritage de leur père (cet héritage revenant tout entier à l’aîné) et qui n’ayant aucune perspective en France, tentaient eux aussi de se construire une vie meilleure par-delà l’Atlantique.

Autrement dit, contrairement à ce qu’affirme Alain Huyghes-Despointes, seule une infime minorité des Békés est d’origine noble. Tous les historiens sont d’accord là-dessus. Il suffit de lire le monumental travail de Petit-Jean-Roget (Béké lui-même), « La société d’Habitation à la Martinique—1635-1665 » ou encore Sydney Daney, Gabriel Debien ou Paul Butel pour se rendre compte que l’origine noble de nos actuels Békés relève de la pure fable. Et il ne faut pas se laisser tromper par la particule que beaucoup d’entre eux arborent : au 17è siècle, un Jean Martin, originaire du village appelé « La Garrigue », par exemple, se faisait appeler « Jean Martin de La Garrigue ». C’était courant, banal même, Et surtout ça n’indiquait aucune origine noble !

S’agissant des femmes békées, les choses sont encore moins reluisantes. A l’époque, les voyages vers l’Amérique sont longs (1 mois et demi), difficiles (cyclones) et surtout dangereux (pirates). De plus, ce continent inconnu a une mauvaise image : en Europe, elle est vue comme une terre sauvage, étrange, où vivent des « hommes à deux têtes » (sic) et qui n’a qu’un seul intérêt, celui de posséder de l’or. Le colon européen va donc aux Amériques pour essayer de s’enrichir au plus vite afin de retourner vivre en nabab dans le seul lieu où, selon lui, s’épanouit la Civilisation avec un grand « C », à savoir l’Europe. Le colon n’était pas venu fonder une nouvelle civilisation en Amérique ni planter la canne à sucre, le coton ou le café. Cela s’est fait par hasard. Jusqu’au 19è siècle, cette obsession du retour en Europe perdurera chez les Békés, soit plus de 2 siècles après leur installation aux îles ! Il n’y a qu’à lire pour s’en convaincre les « Mémoires d’un colon à la Martinique » du Béké Pierres Dessales, propriétaire de l’habitation Nouvelle Cité, à Sainte-Marie. Il passera sa vie à essayer de gagner suffisamment pour se réinstaller en France, chose qu’il fera pour sa famille, lui demeurant seul sur son habitation des années durant ! Et se lamentant sans arrêt de devoir vivre dans ce « maudit pays » !!!

Donc, au 17è siècle, début de la colonisation, très peu de femmes blanches émigraient vers ces « isles » mal connues et réputées dangereuses qu’étaient les Antilles. A tel point que les premiers colons sont obligés d’avoir recours aux Caraïbesses (femmes caraïbes) et quand ce peuple sera exterminé, aux femmes noires. Beaucoup de colons assiégeaient littéralement le cardinal Richelieu, premier ministre de l’époque, de lettres suppliantes : « Envoyez-nous des femmes ! ». Il y allait, en effet, de la perduration des établissements français aux Antilles, médiocrement rentables à cause du manque d’or. Alors Richelieu ordonna à sa maréchaussée de razzier des péripatéticiennes sur les quais de Nantes, de La Rochelle et de Bordeaux afin de les envoyer de force aux Antilles. Et quand leur nombre n’était pas suffisant, cette maréchaussée kidnappait des jeunes filles de quatorze-quinze ans (des enfants abandonnés donc) pour les expédier aux colons. S’il y eut donc 10% de nobles parmi les hommes colons, il y en eut…0% s’agissant des femmes colons. Aucune femme d’un certain rang - et surtout pas noble - n’aurait pris le risque, en ce 17è siècle, de partir à l’inconnu, à bord de bateaux peu fiables et dont les équipages étaient composés de rustres et de ruffians. Ce n’est que lorsque le miracle de la canne à sucre se produira, vers 1660-70, enrichissant brutalement les colons (qui deviennent dès lors « Békés ») ainsi que les grands ports de la métropole française, que le « Code Noir » interdira les unions - et même les relations sexuelles - entre Blancs et Noirs. Avant 1685, beaucoup de Blancs concubinaient avec des négresses et même se mariaient parfois (on a retrouvé des actes de mariage de ce type dans des archives paroissiales).

Monsieur Alain Hughes-Despointes réécrit donc l’histoire, comme le font d’ailleurs, nombre de Békés, afin de tenter d’effacer ces origines peu reluisantes.

C’est à la fois ridicule et pathétique. Ridicule parce qu’il n’y a aucune honte, quand on est Antillais, à avoir des origines peu reluisantes. C’est le cas de toutes les populations qui sont venues s’installer dans les îles ou qui y ont été emmenées de force. De même que 90% des Békés descendent de serfs et de putes, la grande majorité des esclaves noirs n’étaient pas des fils de rois, ni les Indiens (dits « Coulis ») des fils de Maharadjah, ni les Chinois fils d’empereurs, ni les Syriens fils de cheicks. Personne n’émigre de gaieté de cœur ! Surtout à l’époque où les voyages étaient très longs et où on ne disposait d’aucun moyen (téléphone, télévision, Internat etc…) de garder le contact avec sa terre natale. Partir était le plus souvent un voyage sans retour.

Les Noirs antillais descendent pour beaucoup de gens qui étaient déjà esclaves ou prisonniers de guerre en Afrique. On connaît le rôle sinistre d’intermédiaire joué dans la Traite par maints roitelets de la côte occidentale de l’Afrique. Il y a pu avoir, ici et là, un roi ou deux-trois nobles vaincus qui ont dû faire partie des « bois d’ébène », mais ce n’était pas très fréquent. Quand aux Indiens, ils descendent pour la plupart des « Intouchables », ces hors-castes qui, jusqu’à aujourd’hui, sont considérés comme la lie de la société indienne. Pourquoi un fils de Maharadjah abandonnerait-il ses épouses, ses serviteurs et son palais pour s’en aller couper la canne à sucre aux Antilles ? Pareil pour les Chinois. Il n’y eut guère qu’un seul Mandarin parmi ceux qui sont arrivés à la Martinique ! Et c’est parce qu’il avait été embauché comme interprète. Tous les autres étaient déjà des « Coolees » à Canton ou à Shanghai, c’est-à-dire des gens taillables et corvéables à merci. Quand aux Syro-libanais, ils ont fui leur pays à cause des guerres claniques qui s’y déroulaient, de la misère et de la colonisation franco-britannique.

Aucun Antillais (blanc, noir, indien, chinois ou syro-libanais) ne saurait donc se targuer d’une quelconque noblesse. Nous sommes tous les fils et filles de repris de justice, de bannis, de réprouvés, d’esclaves ou de fugitifs. Et quand aux métis (mulâtres, chaben etc…), ils sont le fruit de l’union de ces mêmes réprouvés, esclaves et fugitifs et donc sont des bâtards à la puissance 2.

Assumons notre bâtardise commune, messieurs les Békés, et tentons de rebâtir ensemble une société débarrassée de l’exploitation de l’homme par l’homme et du préjugé racial !

http://www.montraykreyol.org/spip.php?article2045
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Antilles....   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Antilles....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» GREVE AUX ANTILLES
» s'installer dans les îles (Antilles notamment)
» Royaume-UniEtats Associés des Petites Antilles Anglaises
» noel aux antilles
» Royaume-Uni : Etats associés des Petites Antilles Anglaises

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Actualité & Politique-
Sauter vers: