philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 HISTOIRE PRESQUE VRAIE !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Sam 24 Jan - 19:12

Marie-jo 17 a écrit:
Brumes a écrit:


Je vous tiens au courant... si ça vaut vraiment la peine d'en parler...

Autant en emporte le vent. lol!

ah mais! elle a le vent en poupe notre Brumes!
voilà ce qui arrive a qui sème a tous vent?
si la neige chez elle ne tombe souvent,
que le bleu est constant au firmament,
rien n'est plus beau a voir,
que sa ville Rose sous le vent.

La poupe, la poupe... qu'entends-tu par là ?

Bon, ça y est, le vent a cessé. A la télé j'ai vu qu'il y avait des morts dans les Landes et que les aéroports ont été fermés, ainsi que les trains arrêtés.

Vous en savez autant que moi ! Je n'ai pas mis le nez dehors, j'ai laissé passer la tempête. La dernière date de 1999 paraît-il. Où étais- je ? Je ne m'en souviens pas, ni de la tempête, ni de mon lieu de séjour à l'époque.

Mes commentaires s'arrêtent ici. Pour la neige on se retrouve dans 20 ans, pour la tempête dans 10.

J'y pense, la poupe... n'est-ce pas la croupe ? Que vient-elle faire là dedans ?

lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Sam 24 Jan - 19:20

Brumes a écrit:


J'y pense, la poupe... n'est-ce pas la croupe ? Que vient-elle faire là dedans ?

lol!
ben! a toi de nous dire?
tu sais le vent il vient parfois d'endroits variés(NONNNNNN ! j'ai pas dit : avarié) ROOOHHHHH ROSE
oui oui Nelly! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Dim 25 Jan - 0:48

Plus personne à cette heure-ci,

A demain !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Mer 18 Mar - 16:56

LORDIN’S QUI ÊTES AUX CIEUX … Une histoire... presque vraie !

Ça y est, j’ai franchi le seuil, je n’ose pas me retourner, me voici sur un chemin plein de cailloux, difficile de marcher, je trébuche. Je dois faire attention ce n’est pas le moment de me casser une cheville.

Je regarde où je mets les pieds, je jette un petit coup d’œil devant moi et au loin j’aperçois une silhouette. Vite, mes yeux fixés sur le sol, pas de distractions, pourtant je constate un moment plus tard que le personnage a disparu, où est-il passé ? Avant de réaliser me voici devant une porte, toute blanche elle se confond avec l’environnement, elle est immense et pourtant je ne l’avais pas vue.

Pas de poignée mais dès que je m’approche elle s’ouvre, un instant d’hésitation et puis, comme poussée, je dois entrer, un nouveau chemin mais presque plus de cailloux, la marche est aisée, tout est d’un blanc laiteux, bizarre et tout à coup un immense bâtiment, planté là, sorti du néant !

Un portier me reçoit, il a un grand livre, me demande mon nom :
-- Vous êtes attendue, entrez.

Il me colle une étiquette près de l’épaule et un coup de tampon sur le dos de la main, « apprenez par cœur votre numéro il vous suivra partout, dans trois jours celui de la main aura disparu mais l’étiquette restera.
-- A présent suivez la bande jaune que vous voyez au sol elle va vous conduire à un guichet pour commencer les formalités.

Je suis la bande jaune et me retrouve devant un comptoir, la personne me tend un imprimé :
-- Vous allez inscrire vos noms, prénoms, date de naissance etc. sur le formulaire AAB. Je m’exécute, C’est bien, voici un ticket, continuez sur la bande jaune.
-- Bien, merci.

J’arrive à un autre comptoir :
-- Voici la fiche AAAB, vous inscrivez vos noms …
-- Je viens de le faire …
-- Ce n’est pas le même service, veuillez noter SVP.
Je remets le document, on me donne un ticket, le premier était bleu celui-ci est rose.
-- Reprenez la ligne jaune …
Ça va j’ai compris et je ne m’étonne pas quand on me remet la fiche AABB, nom, prénom … ce n’est pas le même service… ticket vert, mais en plus j’ai un petit étui pour mettre mes tickets colorés.

Dans un hall assez vaste j’ai rencontré un grand bonhomme à la longue barbe blanche, il porte une large ceinture et un énorme trousseau de clefs. Je pense : « on dirait Saint-Pierre ». Il me regarde avec un large sourire :
-- Je m’appelle Pierre, ici il n’y a pas de Saint, que veux-tu fillette ?

Il doit être myope. On bavarde un peu, mon accent légèrement méridional l’amuse.
-- Quand tu seras familiarisée avec les circuits je te conseille d’aller au Café Provençal, tu as dû connaître Raimu, Fernandel, ils se réunissent là-bas et quelques fois je vais faire un tour, je suis en joie pour un bon moment.
Depuis ce jour là, on bavarde souvent Pierre et moi.

A présent je dois changer de couleur et prendre la bande blanche pour arriver au logement ? Un guichet, formulaire ABA … si je ne connais pas mon nom !!! Et un autre beau ticket tout blanc celui-là. C’est à ce moment là que j’aperçois une grande salle pleine d’ordinateurs.

--Peut-on accéder aux appareils SVP ? J’aimerais envoyer des messages.
--Prenez la bande rayée vous arriverez au service adéquat.
--Qui voulez-vous contacter ?
-- Mon fils, ma nièce, un ami..
-- Stop, vous n’avez droit qu’à deux correspondants et il faut qu’ils soient de la famille.
-- Ah bon, alors mon fils et … mon petit neveu avec qui je correspondais beaucoup.

-- Voici deux formulaires, un pour votre fils le CAB, l’autre pour votre petit neveu le CAC. Vous mettez les noms et toutes les références qui vous sont demandées.
--Bien merci. Je tends mes formulaires "dûment remplis" contre une remise de tickets rayés.
-- Continuez la bande rayée, on vous donnera des dates de rendez-vous.

Que de temps perdu ! Pourtant je ne m’impatiente pas, s’il n’y avait pas ces trajets infinis sur les bandes de couleur, les journées seraient peut-être longues. Il doit y avoir au moins quinze jours que je suis ici et j’avais promis de donner de mes nouvelles le plus rapidement possible. On doit m’appeler dès que ce sera mon tour.

Je retrouve Pierre :
-- Pourquoi faut-il toujours attendre, ils doivent s’impatienter chez moi.

-- Crois-tu ? Il y a longtemps qu’ils pensent à autre chose. En bas ça fait un peu plus de deux ans alors qu’ici il y a tout juste huit jours.

J’étais abasourdie. Mon air ahuri l’amusa :
-- Allez fillette (çà, ça m’énervait) va envoyer tes messages, mais ne compte pas trop sur les réponses, tu sais ici tu es dans la section Europe et en particulier France et on applique les mêmes règles que là-bas. Je dois te dire que depuis l’histoire des 35 heures c’est la grande pagaïe, tout le personnel voudrait venir travailler ici… en plus avec les RTT ...-ne me demande pas ce que c’est, je n’en sais rien- quand tu auras mon âge, tu verras que tu n’as plus l’esprit assez vif pour tout comprendre.

-- Pierre, pourquoi tous ces formulaires presque identiques ? On en fait quoi après ?
-- Pareil, on copie sur vos Administrations, on fait des dossiers puis on classe ces dossiers et ensuite ils vont aux archives.
-- Et après ?
-- Tu poses beaucoup de questions, je n’en sais rien, qu’est-ce que ça peut faire, personne ne consulte.
Je reste dubitative.

J’arrive au guichet en suivant la bande rayée.
-- Pour votre fils, le circuit est en panne mais vous pouvez essayer avec votre petit-neveu.

Je m’empresse de m’installer je commence : Bonjour Laurent, Comme promis je donne de mes nouvelles. Je sais, j’ai tardé un peu mais ce n’est pas de ma faute, le côté administratif est pire que chez nous …

Enfin, mon premier mail. J’ai bien fait attention, je me suis appliquée, mon message est parti. J’attends la réponse avec impatience. Le surlendemain (mais lequel ?) sans retour, j’en envoie un second, un troisième, RIEN. Un peu déçue, même si pour lui je suis partie depuis plus de deux ans, il devrait être heureux d’avoir des nouvelles de sa "vieille amie" surtout venant d’aussi loin. Je ne connais pas la distance, mais elle doit être importante. Je m’entête, j’envoie messages sur messages, je commence à perdre espoir.

Mes messages sont bien marqués dans la rubrique « envoyé » mais je n’ai toujours rien dans celle « réception » Il faut que j’accepte, Pierre a raison, je suis oubliée. Une illusion qui disparaît, je suis un peu triste, je vais me retourner vers de nouveaux amis, et ici il y en a des tas. Pierre me laissera regarder les listes. C’est bon d’avoir un « copain » comme lui.

Un gardien m‘interpelle,
-- Vous n’entendez pas ? C’est votre numéro, dépêchez-vous, Pierre vous attend à l’entrée.
Je cours, j’arrive un peu essoufflée.

-- Ah te voilà jeune fille (!!) Il tend le bras vers la porte, il y a quelqu’un qui te demande et qui fait un tintouin du diable. Tu vas me calmer cet énergumène.
-- Mais qui est-ce ?
-- Je n’en sais rien… ah si, il prétend s’appeler Laurent !
-- Mon… petit neveu… ! Je ne l’attendais pas si tôt. Je dévale l’allée, heureuse de le rencontrer enfin. Discutant avec les gardiens c’est un homme furieux qui se retourne vers moi.

-- Ah, te voilà, tu n’as pas changée, tu ne sais toujours pas faire un copier /coller/couper, tu m’envoie des mails illisibles, comment veux-tu que je déchiffre un tel galimatias, pas d’adresse électronique. Tu as dû encore appuyer sur un mauvais bouton, et moi je dois deviner ? J’ai été obligé de t’apporter moi-même mon message, tu ne crois pas que je vais effectuer ce trajet souvent ! J’ai autre chose à faire.
Un gardien s’approche :
--Monsieur s’il vous plaît la navette va partir, vous ne devez pas la manquer.
-- J’y vais. Tiens voilà mon message, ou tu m’écris correctement ou tu arrêtes. Inutile de m’inonder de mails.

Il sort … Un peu interloquée je dis :
Au …
La porte claque
Revoir !

Et avec ça je n’ai même pas vu son visage. Ma vue ne s’est pas améliorée j’étais sans doute trop loin, c’était flou !

Et puis, je ne comprends pas ! Pourquoi était-il si furieux ? Un peu désarçonnée je regarde le papier qu’il m’a remis : Ch^9 &^^*§dk\\_+$w<< ** !!//+p@% § !*%+=ç »&…

Pierre est à l’entrée,

-- Alors heureuse des retrouvailles avec le petit neveu ? Il était vraiment impatient de te voir, quel sacré numéro, c’est beau la jeunesse, quelle fougue, il n’avait pas beaucoup de temps, son séjour ici n’est pas prévu encore. En tout cas rien dans la prochaine quarantaine d’années terriennes.

-- Il m’a apporté un courrier, mais je ne comprends rien.

Mon papier en main Pierre se gratte la barbe avec une clef, perplexe,

-- Je ne suis pas très à l’aise avec ces histoires d’ordinateurs, ah tiens voilà Gabriel, lui doit savoir. Gabriel, je te présente une jeunette (grrr) une histoire de messages, tu as une idée ?

Je regarde avec admiration ce grand bel homme, les cheveux clairs mi-longs, un sourire à damner un saint, un colosse, son regard me scrute, me transperce. Je lui plais ? Bon, mon séjour (!) sera peut-être plus agréable que prévu ? Ils n’arrêtent pas de m’appeler « fillette, jeune fille, jeunette » Je suis prête à faire la danse des sept voiles… ils sont tous « miro », j’ai donc toutes mes chances ici !

Revenons au courrier. Gabriel aussi est perplexe, il ne connaît pas cette langue, puis tout à coup son visage s’illumine :
-- Je crois que j’ai compris, les logiciels sont incompatibles, je vais voir ce que je peux faire, mais il te faudra de la patience, un an ou plus sans doute.
-- Un an terrestre ?
-- Ah non, un an d’ici.

Autant dire que je ne pourrai sans doute pas contacter -si tout va bien- mes correspondants avant qu’ils aient un âge avancé. A ce moment là ce sont eux qui confondront les boutons.


II


Une salle d’hôpital, les docteurs A et B se penchent vers leur patient qui commence tout juste à s’éveiller d’un coma léger.

Tout sourire :

Dr A : - alors Laurent, content d’être à nouveau parmi nous ?

Dr B : - nous nous faisions beaucoup de soucis car vous étiez particulièrement agité. En général nos blessés sont très calmes, mais vous, on aurait dit que vous vous entraîniez pour un match de boxe !

Laurent, l’air furieux : «Vous croyez que c’est normal d’être obligé de porter soi même son courrier alors que c’est si pratique par mails ? Tout ça parce que Madame ne sait pas se servir de son ordinateur ! Lordin par çi, Lordin par là, elle n’arrive pas à faire un copier/coller/couper vous vous rendez compte»

Dr A à Dr B : « Tu sais ce que c’est toi copier/coller ? »

Dr B à Dr A : « Non. Et Lordin tu connais ? »

L’infirmière : « Lordin ce doit être l’ordinateur et copier/coller/couper c’est quand on veut prendre une partie d’une phrase pour la mettre ailleurs, on met du noir, on appuie sur copie, puis on colle, puis on coupe et à ce moment là la phrase est tournée comme on veut. Il ne faut pas se tromper bien sûr, sinon c’est à l’envers. En gros c’est ça »

Drs A et B perplexes : « et c’est pas plus simple de refaire la phrase ? »

L’infirmière : « oui, mais ce n’est plus du copier/coller »

Drs A et B : « Hum ! Mais je ne vois pas pourquoi notre patient a été obligé de se déplacer pour porter son courrier !

S’adressant à lui, pourquoi n’avez-vous pas abandonné. Votre grand-tante -si nous avons compris votre degré de parenté- aurait fini par se lasser… »

Laurent toujours en colère : « D’abord ce n’est pas ma grand tante, je ne la connais même pas, je ne sais pourquoi elle a inventé cette histoire. Et puis, elle allait se faire du mauvais sang, il fallait bien que je la rassure, malgré ses coquilles et ses coquillettes (Dr A et Dr B ???) je l’aime bien, mais ça m’énerve de voir qu’elle ne m’écoute pas.
Il est vrai qu’elle a des années de retard. Elle en est encore à préférer les manuscrits du XIII ème siècle à la langue anglaise, langue de l’avenir…

Dr A à Dr B : «Tu vois, je t’avais bien dit, pour les études nous aurions dû aller à Londres plutôt qu’à Marseille, pour le "bisness" c’était mieux !

Dr B à Dr A : « Oui, mais d’un autre côté on s’est bien marrés. Tu te souviens de Magali pendant l’opération …On avait bien bu … »

Laurent : « Eh, je suis là moi, vous êtes à jeun ? »

L’infirmière à Laurent, pour faire dévier la conversation : « Mais pourquoi aviez-vous pris une moto ? »

Laurent : «Je n’avais pas conduit de moto depuis une vingtaine d’années c’était le seul moyen d’avoir un accident pour porter mon pli. C’est simple, non ? »

Les docteurs A, B, l’infirmière :

« Mais c’est une histoire de fous ???????, »


Ben oui !
Signé : Lordin - Pour me joindre :
lordinaabb@auxcieux.ci

-------------------------------------------

Allez Laurent : il faut se réveiller, il est temps de manger tes petits pains au chocolat. Une tomate tueuse, cachée dans un ’croque monsieur micro-ondes’, te regarde avec envie et concupiscence !

----------------------------------------------
NB :

Laurent -34 ans- (mon correcteur quand il a le temps) fait des repas entiers avec des maxi-pains au chocolat ou réchauffe un croque-monsieur au four micro-ondes, ce qui rend la chose informe, flasque … un vrai régal pour les oiseaux !
Jamais de légumes ni de fruits .Coca Cola à volonté. Ses menus sont une vraie catastrophe surtout pour le gourmet que je suis.
Il a aimé un film parodique mais complètement débile : « Les tomates tueuses » ce qui ne va pas du tout avec le fin lettré qu’il est. Je l’ai taquiné pour ça.
Il appelle mes fautes des coquilles et puis voyant que ces erreurs sont souvent dues à l’âge et que je suis très contrariée il minimise « ce sont de simples coquillettes ».
Je ne parle pas un mot d’anglais (d’où « bisness ») mais j’ai appris la paléographie pour lire les textes anciens…
En plaisantant un jour j’avais dit : « s’il y a des ordinateurs là-haut, tu es sûr que je t’enverrai des mails ! Tiens, ça ferait une petite nouvelle intéressante, version gaie bien entendu » Voilà qui est fait. (2007)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Mer 18 Mar - 20:57

C'est bizare !!! j'ai déjà lu cette histoire quelque part !! Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Jeu 19 Mar - 8:21

Eh oui Nicole, écrite en 2007 je l'ai envoyée à plusieurs d'entre vous.

Je me suis contentée de changer le prénom de mon correspondant pour mettre sur le forum.

Nous avons de véritables liens de petit-fils à grand-mère. Je fais partie de leur famille, tout en étant du virtuel ! Avec ma québecoise il fut mon premier lecteur et mon premier fan comme il dit. Je lui dois beaucoup, sans lui je ne serais pas allée aussi loin. study study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Jeu 19 Mar - 9:08

J'adoooorrre ton histoire. Bien que la connaissant, il me plaît toujours de la relire...

Espérons quand même qu'ils seront plus performants, chez l'ami Pierre, le jour où nous nous y retrouverons. Tu sais bien que les progrès informatiques sont fulgurants alors, on peut toujours espérer... Wink alien I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Jeu 19 Mar - 18:51

Vous inquiétez pas, je tiendrai ma promesse. Dès que je peux je vous contacte.

En vous attendant -ne vous pressez pas- je vais voir du côté de Gabriel... je me sens toute émoustillée en y pensant !!! ange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Jeu 19 Mar - 19:17

Et Madame Brumes je ne suis pas pressée que tu franchisse la porte. Alors pour les messages de Lordin on peut attendre !!!! flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Ven 27 Mar - 16:08

Brumes a écrit:
tant qu’à faire je remonte loin, très loin… presque à l’aube de ma maturité.
Hier, quoi... tu n'as toujours pas muri ! No alien

Brumes a écrit:
Je le regarde éblouie … Je sens que ça vient … un éclair m’aveugle, j’entends le coup de fusil, le coup de fouet… et le bruit du tonnerre qui me sort de ma rêverie !!!!!!!!!

Zut ! C’est ça le coup de foudre ? Bon, « y’a pas de quoi écrire à la famille » Je hausse les épaules : « il a même pas été fichu de viser juste » j’aurais au moins pu partir avec mes illusions.
Heureusement pour nous, nous n'en aurions jamais rien su, tu te rends compte ? Rolling Eyes
Il n'y a que toi pour conter une telle histoire à partir d'un "coup de foudre" ! Wink Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: CELLE CI N EST PAS VRAIE !   Mar 31 Mar - 5:46

-- DEPART ---

– Voilà, tes valises sont prêtes, tu n’as rien oublié ? Tu me promets de donner de tes nouvelles ? Te savoir seule, puisque tu me dis qu’il n’y a aucun autre homme dans ta vie, m’inquiète un peu. Si tu as un souci n’hésite pas à m’appeler. On ne s’aime plus mais on reste amis.

Tu ne vas pas partir maintenant, il neige. Attends un peu. Es-tu assez couverte ? Tu ne dois pas prendre froid, tu ne sais pas te soigner et si je ne suis pas à tes côtés tu vas te négliger.

Tu te souviens de notre rencontre ? Il neigeait, comme aujourd’hui. Deux ans déjà ! Nous nous sommes aimés comme des fous, On pourrait rougir de nos audaces mais elles étaient naturelles, on se désirait sans cesse. Oui, on peut dire que cet amour a été puissant. On ne s’aime plus. Comment est-ce arrivé ? Je ne sais pas, petit à petit ces désirs se sont atténués et nous vivons côte à côte aujourd’hui comme des étrangers.

Cesse d’aller vers la fenêtre, tu vois bien qu’il neige toujours autant. Il faut attendre, ce ne serait pas prudent de partir avec un temps pareil. Je ne vivrais pas de te savoir sur la route, un accident est vite arrivé, il doit y avoir du verglas.

On dirait que tu trembles. Tu as froid. Viens un peu dans mes bras, je vais te réchauffer. Mais non, je ne t’empêche pas de sortir, tu te rends compte que c’est impossible, on n'y voit pas à trois mètres. Tu trembles toujours, viens on va s’asseoir sur le divan. Je mets une couverture pour nous envelopper. Serre-toi bien fort contre moi, ça ira mieux. On ne s’aime plus mais on peut se rapprocher.

Non, ne repousse pas ma main qui est sous ton corsage. Elle aussi a froid, et ta chaleur communique avec la mienne. Tu es bien ? Le divan est confortable, il doit se souvenir de toutes nos folies, nous n’avions pas le temps d’arriver dans la chambre, on s’aimait là, assouvissant une passion qui nous transportait dans un autre monde. Ah, ces souvenirs … nous nous aimions tant, alors qu’aujourd’hui on ne s’aime plus.

Le jour baisse, attends demain pour partir. Tu n’es pas pressée. Pense à ces moments heureux, où rien ne comptait hormis nous deux. Mais non, je ne te retiens pas, tu es libre, mais avoue qu’il fait meilleur ici. De quoi as-tu peur ? On se connaît bien. Oui, justement ? Tu me crois capable d’avoir des arrières pensées ? Tu me fais de la peine. Je pense à toi, à ton confort, à ta santé, ce n’est pas parce qu’on ne s’aime plus que je dois te laisser faire n’importe quoi. C’est pour le moins un rhume qui t’attend, mais ce sera peut-être une grippe, une bronchite. Tu as besoin de ma présence. Arrête de dire que je veux t’empêcher de partir. Pourquoi le ferais-je ?

Tes valises sont prêtes. Demain la neige ne tombera plus, du moins je l’espère, tu pourras t’en aller. A condition bien sûr que les routes soient dégagées. Et puis, si c’est le cas, quelle importance ? Dans deux mois c’est le printemps, tu auras tout le temps d’envisager ce départ. On ne s’aime plus. On ne risque rien !

Je sens que tu trembles encore, allons dans notre lit, là, corps contre corps nous nous réchaufferons complètement. Tu trembles toujours… ce sont des frémissements ? Ma main ne fait pourtant qu’effleurer ta peau, c’est elle qui te donne ces frissons ?

Tu vois comme nous avons du mal à nous séparer ? Nous nous sommes tellement aimés. Mais je ne vais pas te dire que je t’aime, pas maintenant que tout est fini. Ce soir c’est différent, il fait si froid dehors, c’est juste pour se réchauffer.

Viens encore plus près, mes lèvres sont près des tiennes. Tu ne me repousses pas ? L’un contre l’autre c’est si bon !

Tu me quitteras demain… ou au printemps… je ne te retiendrai pas si tu veux partir. Tu le vois bien, tu es libre, c’est toi qui restes contre moi.

Cesse donc de parler, viens encore plus près !

-----------------------

(Un peu à la manière de Sacha Guitry. Je ne dormais pas ...)


Dernière édition par Brumes le Sam 4 Avr - 4:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Mar 31 Mar - 5:55

Tu es toujours aussi douée !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Mar 31 Mar - 15:52

wouawwwwwwwwwwma Brumes, que c'est beau!
c'est un beau roman, c'est une belle histoire c'est une romance d'aujourd'hui ! cheers BRAVO
et ENCORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Mar 31 Mar - 16:05

-- Merci. ça fait toujours plaisir si on peut distraire un moment.

Ecrite dans ma tête et ne pouvant dormir je me suis mise sur Lordin aussitôt. (Lordin, que tout le monde connaît à présent. J'aurais dû mettre la 1ère histoire sur lui, mais il fallait avant les cieux, à présent c'est trop tard).

Je vais faire de petites histoires, faciles à lire sur le forum.
Les autres sont trop longues.

Rime pourrait mettre son compte rendu de Quiou aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Mar 31 Mar - 16:05

Et zut, la porte était pourtant ouverte ! Tu ne pouvais pas continuer encore un peu ? Tu vois bien qu'ils sont encore amoureux, tous les deux !

Tu continues encore un peu ? J'aime bien quand tu suggères. Embarassed Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Mar 31 Mar - 16:10

Il faut bien savoir s'arrêter !

Et s'ils éteignent la lumière... ce sera toujours la même incertitude.

Alors à vous d'imager et d'imaginer la suite. lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Mer 1 Avr - 13:08

DEPART : j'ai rectifié 2 fautes. Mes xcuses.

" un rhume qui t'attend"

situation répétée. "Je sens que tu trembles encore"

la 2ème fois remplacer par " Tu trembles toujours"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Comme si vous y étiez !   Mar 7 Avr - 13:15

RENCONTRE

Gérald était arrivé à 20 h 35. Après la toilette il avait pris un dîner léger. La journée avait été difficile, il avait dû faire face à des obstacles qu’il affrontait pour la première fois de sa vie. Il devait admettre qu’il avait vécu des instants pénibles qu’il pourrait qualifier de douloureux.

Il lui avait fallu de longs moments pour retrouver son calme. Il avait senti dans sa gorge comme des cris qui venaient du fond de son être avant que la fatigue n’ait raison de sa souffrance.

Une espèce de torpeur l’envahissait et il se laissait enfin aller. A demi éveillé il eut un sursaut quand elle entra dans son lit. Il ignorait que Nadia viendrait le rejoindre ce soir, il était tard, la nuit était avancée et elle se montra particulièrement agitée. Vraiment, il aurait préféré qu’elle aille dans son lit. A cette heure-ci il avait envie de dormir mais pas de s’occuper de cette compagne qu’il aimerait à coup sûr, passionnément peut-être… mais plus tard.

A force de bouger, Nadia l’empêchait de sombrer dans ce néant qu’il souhaitait. Elle était là, à ses côtés, voulant sans doute qu’il s’occupe d’elle. Mais ce soir, Gérald aurait voulu être seul, se reposer pour affronter des lendemains qu’il devinait plein de tendresse et parfois de soucis.

Elle tenait à mettre sa main sur son corps, elle avait passé sa jambe sur la sienne empêchant presque Gérald de bouger. Elle avait réussi, le sommeil s’enfuyait. Il devait se rendre à l’évidence, tant qu’il n’aurait pas fait un geste vers Nadia, il ne pourrait pas dormir. Alors il employa toute la force qu’il sentait en lui, se dégagea de l’étreinte de sa compagne et à son tour l’immobilisa. Il était costaud, elle était plus frêle. Il n’eut aucun mal à se retourner et l’enserrer de ses bras. S’il ne montrait pas sa domination maintenant, il ne le pourrait jamais.

Ils sentaient leurs corps chauds, c’était un bien-être insoupçonné. Gérald avait envie d’approcher ses lèvres de cette peau si douce, là près du cou. Tout à coup il avait faim, il voudrait la manger !

Paralysée, Nadia cessa de s’agiter. Au fond c’est ce qu’elle cherchait, cette douce chaleur qui les réunissait, pour un peu elle tremblerait. Elle savourait ces instants. Elle aussi avait passé une mauvaise journée et ce souffle, tout contre elle, était sa récompense. Désormais elle rechercherait cette peau qui la faisait frissonner…

La fatigue aidant, ils finirent par sombrer dans un sommeil réparateur.

Il faisait jour quand ils furent réveillés en sursaut. Une infirmière entrait dans la chambre.

– Bon, il est temps de vous séparer tous les deux. Cette nuit nous manquions de place, mais aujourd’hui vous devez prendre d’autres habitudes.

Elle se pencha sur le berceau, prit Gérald dans ses bras.
– Viens, ta maman t’attend. Elle va faire ta connaissance car hier au soir à 20h35 il a fallu la soigner. Ta venue a été difficile, aujourd’hui elle va mieux. Quant à toi Nadia, je reviens dans cinq minutes. !


(Et si vous avez eu de mauvaises pensées… ça ne m'étonne pas. Tant pis pour vous !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Mar 7 Avr - 21:43

Tu es trop !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! géniale!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rime
*****
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Mer 8 Avr - 8:37

Brumes a écrit:
-- Merci. ça fait toujours plaisir si on peut distraire un moment.

Ecrite dans ma tête et ne pouvant dormir je me suis mise sur Lordin aussitôt. (Lordin, que tout le monde connaît à présent. J'aurais dû mettre la 1ère histoire sur lui, mais il fallait avant les cieux, à présent c'est trop tard).

Je vais faire de petites histoires, faciles à lire sur le forum.
Les autres sont trop longues.

Rime pourrait mettre son compte rendu de Quiou aussi...

Imaginez mes amis, repassez dans votre mémoire ces images que vous aviez cru fugitives...
D'abord, un ciel gris, si bas qu'il semble désirer manger la terre. Si gris que les corbeaux en sont noirs et lugubres. Si gris qu'il en pleure des nuées un crachin transperçant, lancinant . Si gris que les routes qui mènent en ce pays nouent des rubans d'argent autour des rares maisons aux toits d'ardoises luisantes.
Quelques flaques où pétille la pluie abreuvent l'herbe qui veut bien renaître aux bords des fossés. Les pissenlits héroïques étoilent d'or
quelques talus. Une pâquerette éperdue pleure son dernier soleil.
Pas âme qui vive. Route et village désert. Une affiche que le vent relit claque un dernier bravo d'une ancienne fête...
Voilà Le Quiou . L'église au clocher de laquelle les cieux semblent s'être piqués semble veiller sur cette petite assemblée de maisons qui là cerne. On ne s'arrête pas, à peine le pas s'est ralenti.
Le granit des maisons ajoute encore à la tristesse et à la mélancolie ambiante. Traversons donc , laissons y nos regards cueillir les souvenirs.
Soudain, aussi surprenant qu'un rayon de soleil dans un univers liquide, aussi étonnant qu'un éclair dans la grisaille ambiante, un geste, un mouvement, une preuve de vie...
Là, juste à la sortie, alors que nous pensions tous que ce village était désert de vie...Une vache ! en livrée noire et blanche, la lèvre baveuse et grise,une touffe d'herbe au coin du mufle....Mais si regardez ! juste à côté du panneau Le Quiou...Elle n'aura pour nous qu'un regard curieux,presque blasé....Elle s'approche. Je sais. Je devine.Je pressens ce quelle pense. " Tiens, des Parisiens en panne de GPS !"Elle a tort! il fonctionnait bien.... Et vous avez été satisfait de votre visite ? Meuhhhh bien sûr! Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Mer 8 Avr - 8:43

Rime a écrit:
Là, juste à la sortie, alors que nous pensions tous que ce village était désert de vie...Une vache ! en livrée noire et blanche, la lèvre baveuse et grise,une touffe d'herbe au coin du mufle....Mais si regardez ! juste à côté du panneau Le Quiou...Elle n'aura pour nous qu'un regard curieux,presque blasé....
Comment, blasé ? Elle ne doit pas en voir tous les jours, des Parisiens en quête d'endroit tout droit sorti d'un rêve... Wink

Rime a écrit:
Elle s'approche. Je sais. Je devine.Je pressens ce quelle pense. " Tiens, des Parisiens en panne de GPS !"Elle a tort! il fonctionnait bien.... Et vous avez été satisfait de votre visite ? Meuhhhh bien sûr! Surprised
Joli, merci Rime, on s'y croirait ! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Mer 8 Avr - 11:37

Bravo Rime !

Même si Quiou est lugubre et "ne vaut pas le détour", il est drôle dans sa présentation. Rien que pour ça le déplacement est réussi.

Les poèmes, où tu excelles, sont souvent mélancoliques mais tes récits sont savoureux et je suis persuadée qu'en les écrivant tu ris !
La prochaine fois raconte à la vache... et tu auras le slogan célèbre.
Elle aussi a le droit de rire !!!!!!!! Twisted Evil

Le coin des study study study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anémone
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Mer 8 Avr - 11:51

Brumes a écrit:
Bravo Rime !

Même si Quiou est lugubre et "ne vaut pas le détour", il est drôle dans sa présentation. Rien que pour ça le déplacement est réussi.

Les poèmes, où tu excelles, sont souvent mélancoliques mais tes récits sont savoureux et je suis persuadée qu'en les écrivant tu ri
Brumes, à mes yeux l'écriture revêt deux formes et révèle souvent une double personnalité. Depuis que je connais Rime, au départ justement par ses courriers, ses poèmes et la description de la nature, j'avais découvert un homme mélancolique, blessé mais enclin d'un grand humour, chose bizarre car ce sont des états d'âme contradictoires. Comme c'est un homme très discret sur sa vie, il se détaille en fait, à travers des mots. C'est une personne que je crois capable d'écrire un roman, bien qu'il s'en défende, quand à ses poèmes..il possède un don...mais là encore il refuse d'y croire...
Bon, je vais arrêter les compliments....vous allez croire que je l'aime encore après 19 ans de vie commune !! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Mer 8 Avr - 13:01

Anémone a écrit :

C'est une personne que je crois capable d'écrire un roman, bien qu'il s'en défende, quand à ses poèmes..il possède un don...mais là encore il refuse d'y croire...
Bon, je vais arrêter les compliments....vous allez croire que je l'aime encore après 19 ans de vie commune !! --

-- Bien sûr que tu l'aimes toujours. Deux pour le prix d'un c'est encore mieux ! Qui repousserait un tel homme ?

J'ai toujours aimé écrire, mais c'était quelques pages manuscrites, puis à la machine à écrire. Ratures... il faut avouer que ce n'était pas pratique. C'est l'ordinateur qui m'a fait faire un bon en avant. C'était il y a environ 5 ans. Là je me suis défoulée, écrivant pour moi et ainsi faisant travailler mes neurones.

Un jour par hasard, j'en parle à ma Québécoise, fille d'une amie de 40 ans. Elle aime mon historiette "Lordin et moi". Je connaissais mon jeune correspondant depuis quelque temps, il me dit "aimer mon style" et je lui envoie "Lordin". Il demande d'autres histoires et me dit "c'est publiable en l'état"! Je suis la 1ère surprise.

Faire éditer, c'est le parcours du combattant sans être épaulé et j'ai dépassé l'âge de courir après les éditeurs, ce n'est pas ça qui m'intéresse. Bien sûr ce n'est pas de la grande littérature, bien sûr j'ai des lacunes... mais je me suis bien amusée ! Ceux qui aiment tous (ou presque) les genres trouvent évidemment davantage d'histoires intéressantes. Imagination sans limites.(Lol).

Alors Rime, tu vois si toi aussi tu te mets à écrire tu peux faire autant et même plus puisque tu es beaucoup plus jeune.

Je t'assure qu'on passe des moments magnifiques et comme tu manies bien l'humour, tu t'amuseras en écrivant. Tu ne plairas pas à tout le monde, qu'importe. Les plus grands écrivains connaissent eux aussi les pour et les contre.

Commence par des petites choses ici, presque vraies ou totalement fausses, peu importe. J'ai 6 histoires en cours suivant l'inspiration du moment. Il faut chercher, souvent sur Internet, pour donner crédit à quelques passages, surveiller son orthographe (!) etc. C'est passionant, le mot n'est pas trop fort. C'est beaucoup de travail mais quel plaisir et quelle évasion !


Et là... tous les papillons noirs s'envolent ! Comment crois-tu que je garde mes 39 ans lol!

Tout le monde t'attends ici aussi (l'autre étant les poèmes)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rime
*****
avatar


MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   Jeu 9 Avr - 8:37

Brumes a écrit:
Anémone a écrit :

C'est une personne que je crois capable d'écrire un roman, bien qu'il s'en défende, quand à ses poèmes..il possède un don...mais là encore il refuse d'y croire...
Bon, je vais arrêter les compliments....vous allez croire que je l'aime encore après 19 ans de vie commune !! --

-- Bien sûr que tu l'aimes toujours. Deux pour le prix d'un c'est encore mieux ! Qui repousserait un tel homme ?

J'ai toujours aimé écrire, mais c'était quelques pages manuscrites, puis à la machine à écrire. Ratures... il faut avouer que ce n'était pas pratique. C'est l'ordinateur qui m'a fait faire un bon en avant. C'était il y a environ 5 ans. Là je me suis défoulée, écrivant pour moi et ainsi faisant travailler mes neurones.

Un jour par hasard, j'en parle à ma Québécoise, fille d'une amie de 40 ans. Elle aime mon historiette "Lordin et moi". Je connaissais mon jeune correspondant depuis quelque temps, il me dit "aimer mon style" et je lui envoie "Lordin". Il demande d'autres histoires et me dit "c'est publiable en l'état"! Je suis la 1ère surprise.

Faire éditer, c'est le parcours du combattant sans être épaulé et j'ai dépassé l'âge de courir après les éditeurs, ce n'est pas ça qui m'intéresse. Bien sûr ce n'est pas de la grande littérature, bien sûr j'ai des lacunes... mais je me suis bien amusée ! Ceux qui aiment tous (ou presque) les genres trouvent évidemment davantage d'histoires intéressantes. Imagination sans limites.(Lol).

Alors Rime, tu vois si toi aussi tu te mets à écrire tu peux faire autant et même plus puisque tu es beaucoup plus jeune.

Je t'assure qu'on passe des moments magnifiques et comme tu manies bien l'humour, tu t'amuseras en écrivant. Tu ne plairas pas à tout le monde, qu'importe. Les plus grands écrivains connaissent eux aussi les pour et les contre.

Commence par des petites choses ici, presque vraies ou totalement fausses, peu importe. J'ai 6 histoires en cours suivant l'inspiration du moment. Il faut chercher, souvent sur Internet, pour donner crédit à quelques passages, surveiller son orthographe (!) etc. C'est passionant, le mot n'est pas trop fort. C'est beaucoup de travail mais quel plaisir et quelle évasion !


Et là... tous les papillons noirs s'envolent ! Comment crois-tu que je garde mes 39 ans lol!

Tout le monde t'attends ici aussi (l'autre étant les poèmes)
J'avoue avoir été tenté parfois par le démon de l'écriture mais il faut que l'imagination soit également au rendez vous et que le talent soit présent. Et puis, je me sens aussi trop dépendant de mon moral afin de franchir le pas....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HISTOIRE PRESQUE VRAIE !   

Revenir en haut Aller en bas
 
HISTOIRE PRESQUE VRAIE !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» histoire triste !
» Question aux prof d'histoire : quelle était la taille de Louis XIV ?
» L'Exorcisme D'Émily Rose,une histoire vraie
» Histoire VRAIE d'un baiser
» Histoire vraie d'un faux ovni. Janvier 1997.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Littérature & Culture-
Sauter vers: