philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 origine des mots

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 15  Suivant
AuteurMessage
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Mer 17 Fév - 14:58

Velours (XIIe siècle)

Le velours est un tissu très doux au toucher, couvert sur une face de poils serrés. Ce mot vient du latin villosus, "velu". Apparu en français au XIIème siècle, il a donné plusieurs expressions imagées.
Des yeux de velours, c'est "un regard très doux".
A pas de velours signifie "sans bruit".
Si un chat fait patte de velours, il présente sa patte en rentrant ses griffes. Si c'est une personne, attention : elle cache de mauvaises intentions malgré sa douceur.
Gare aussi à celui qui a une main de fer dans un gant de velours : il est très autoritaire, sous ses airs doux. Dans ce cas, il faut savoir jouer sur du velours, c'est-à-dire agir prudemment pour être sûr de gagner !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Mer 24 Fév - 10:25

Puzzle (1910)

Ce mot vient de l'anglais qui signifie "énigme, perplexité", car son inventeur est britannique. En 1760, John Spilsbury, cartographe et graveur de Londres, a eu l'idée de découper des cartes représentant différents pays du monde et de les vendre comme jeu pour apprendre la géographie.
En français, où le mot est apparu vers 1910, il se prononce "peuzl'" ou "peuzeul". Au Québec, on doit dire "casse-tête".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Mer 3 Mar - 17:42

Admirer (1360)

Le verbe admirer vient du latin admirari. Dans un premier temps, on l'écrit et on le prononce amirer. Le d n'apparaîtra qu'au XVIIe siècle.
A l'origine, admirer, c'est considérer quelque chose ou quelqu'un avec stupeur. Puis un autre sens, celui que nous connaissons aujourd'hui apparaît : contempler avec émerveillement.
Mais l'admiration ne doit pas être aveugle. On peut s'inspirer de ce qu'on admire en restant soi-même. Le grand écrivain Victor Hugo l'a très bien écrit : "Admirons les grands maîtres, ne les imitons pas."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Mer 10 Mar - 9:08

Pion (XVe siècle)

Ce mot vient du latin pedos, pedonis, "fantassin, soldat qui combat à pied". Ce sens a disparu aujourd'hui.
Un pion, c'est d'abord le nom donné aux pièces de différents jeux. Dans le sens imagé, un pion est une personne qu'on peut faire agir à sa guise. "N'être qu'un pion sur l'échiquier", c'est être manipulé. "Damer le pion à quelqu'un", c'est l'emporter sur lui. Enfin, dans un sens familier que tout le monde connaît, le pion, c'est le surveillant d'une école. Avec lui, on a plutôt intérêt à respecter les règles du jeu !

Citation :
"Damer le pion à quelqu'un"
C'est ce que Marie-jo fait très fréquemment avec nous (moi), ce qui fait que je ne suis plus qu'un "pion sur l'échiquier" ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Mer 10 Mar - 10:35

Nelly a écrit:
Pion (XVe siècle)

Ce mot vient du latin pedos, pedonis, "fantassin, soldat qui combat à pied". Ce sens a disparu aujourd'hui.
Un pion, c'est d'abord le nom donné aux pièces de différents jeux. Dans le sens imagé, un pion est une personne qu'on peut faire agir à sa guise. "N'être qu'un pion sur l'échiquier", c'est être manipulé. "Damer le pion à quelqu'un", c'est l'emporter sur lui. Enfin, dans un sens familier que tout le monde connaît, le pion, c'est le surveillant d'une école. Avec lui, on a plutôt intérêt à respecter les règles du jeu !

Citation :
"Damer le pion à quelqu'un"
C'est ce que Marie-jo fait très fréquemment avec nous (moi), ce qui fait que je ne suis plus qu'un "pion sur l'échiquier" ! Wink
oh! ma pôvre......si j'avais le temps, je te plaindrais Twisted Evil Rolling Eyes siffleur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Mer 10 Mar - 10:46

Marie-jo 17 a écrit:
Nelly a écrit:
Citation :
"Damer le pion à quelqu'un"
C'est ce que Marie-jo fait très fréquemment avec nous (moi), ce qui fait que je ne suis plus qu'un "pion sur l'échiquier" ! Wink
oh! ma pôvre......si j'avais le temps, je te plaindrais Twisted Evil Rolling Eyes siffleur
Mais tu peux, je suis vraiment à plaindre certains jours... Aidez-moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Jeu 18 Mar - 9:15

Echo (XIIIe siècle)

Ce mot vient du grec êkhô, "bruit". Dans la mythologie grecque, la nymphe Echo adorait Narcisse, jeune homme d'une beauté éclatante. Mais il l'a rejetée et elle mourut de chagrin.

Echo est devenu un nom masculin français. C'est la répétition d'un son répercuté par un obstacle.
Au sens imagé, c'est une nouvelle que l'on a parce qu'elle a été répétée. "Les Echos d'un journal", par exemple, c'est une rubrique consacrée aux petites nouvelles mondaines ou locales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Sam 27 Mar - 13:35

Ambulance (16e siècle)

Ce mot vient du latin ambulare, "marcher, se promener". Autrefois, en temps de guerre, un hôpital mobile suivait l'armée en marche : c'était "l'ambulance". Il avançait au plus près du front pour accueillir des soldats blessés.

Aujourd'hui, ce n'est heureusement plus l'hôpital entier qui doit se déplacer ! Les ambulances sont des voitures équipées pour ramener les personnes blessées ou malades. En politique, en dit parfois : "On ne tire pas sur une ambulance". Cette expression vient de la journaliste Françoise Giroud, en 1974. Cela veut dire qu'on ne doit pas s'acharner sur quelqu'un qui est déjà dans une situation désespérée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Lun 12 Avr - 14:08

Avril (1080)

Le nom du quatrième mois de l'année vient du latin aprilis. Plusieurs théories sur l'origine du mot s'affrontent. Pour l'une, aprilis vient du grec Aphro, abréviation d'Aphrodite. Aphrodite était la déesse de la beauté et de l'amour. Le mois aurait donc été appelé ainsi en son honneur.

Une autre théorie fonde son origine dans le mot latin aperire qui signifie "ouvrir" parce qu'en avril, les fleurs commencent à s'ouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Jeu 15 Avr - 15:59

Bijou (15e siècle)

Ce mot vient du breton bizou, "anneau". Il est dérivé de biz, "doigt".
Aujourd'hui, le bijou n'est plus seulement un anneau ou une bague, mais c'est n'importe quel petit objet précieux par la matière ou par le travail, qui sert à la parure.
Au sens imagé, un bijou désigne ce qui est joli, très bien fait, très bien arrangé. "Un bijou d'architecture", c'est un bâtiment exceptionnel, par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: QU'EST CE QUE LA CULTURE?   Sam 1 Mai - 17:19

« culture » vient du latin « colere » qui veut dire « mettre en valeur ». On peut mettre en valeur un jardin mais aussi l’esprit. Depuis Platon et le mythe de Prométhée, on admet que l’homme est un être de culture. Prométhée, constatant que l’homme était moins bien pourvu que les autres animaux, a dérobé aux Dieux le feu et l’art politique, symboles de la culture.Ce forfait va permettre aux hommes de survivre malgré leur faiblesse constitutionnelle.


Nature et culture


Une très longue tradition philosophique oppose la nature et la culture, d’abord dans l’ensemble de l’univers, puis en l’homme. Le ciel étoilé, la terre, les règnes minéraux et végétaux, appartiennent à la nature. Tout ce qui est produit par l’homme depuis la roue jusqu’à la centrale nucléaire et aux toiles de Picasso, appartiennent à la culture ; les institutions et les lois relèvent aussi de la culture, au sens de « civilisation », c’est-à-dire de l’ensemble des coutumes, savoir-faire, traditions et croyances que les générations successives se transmettent. En l’homme, la « nature » désigne ce qui est donné à la naissance, tandis que la « culture » désigne ce qu’il acquiert tout au long de son éducation. Rousseau nomme « perfectibilité » la capacité de l’homme, non pas (seulement) de progresser, mais d’évoluer sans cesse, en bien comme en mal.



La culture et les cultures
Employé au singulier, le mot « culture » est synonyme de civilisation. Or cette idée de civilisation suggère un mouvement continu de l’humanité vers plus de connaissance et de lumières. On serait donc ainsi plus ou moins civilisé selon les continents et les époques. Les sociétés dites « primitives » seraient moins civilisées, donc moins cultivées, que la société industrielle la plus performante. Or cette idée est largement remise en cause aujourd’hui. Le mouvement de l’humanité n’est pas un progrès uniforme et continu. Aucune société n’est en avance ni en retard. Lévi-Strauss et la plupart des philosophes et ethnologues préfèrent désormais parler de « cultures » au pluriel. « Culture » désigne alors l’ensemble cohérent des constructions imaginaires, structures mentales et modes de productions propres à chaque communauté.


Culture générale, culture universelle

Le mot « culture » désigne aussi le produit de l’éducation morale et intellectuelle de chaque individu. Tout être humain reçoit une telle « culture » par définition. Mais, en ce sens, la culture comporte également des degrés ; toutefois, l’approfondissement de la culture dite « générale » n’est pas d’ordre quantitatif : « Mieux vaut une tête bien faite qu’une tête bien pleine » (Rabelais). Un homme « cultivé » (une tête bien faite !) est capable de juger par lui-même, par exemple de ce qui est beau. Cela signifie que grâce à son éducation il est en mesure de dépasser les préjugés de sa « culture », c’est-à-dire d’une vision du monde close, autrement dit inaccessible à un étranger. Plus un homme est vraiment cultivé, plus il est tolérant, c’est-à-dire ouvert à toute autre culture : « Rien de ce qui est humain ne m’est étranger » (Térence)


source
le web pédagogique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Dim 2 Mai - 9:50

CHAQUE ENFANT DANS LE MONDE à DROIT à LA CULTURE!



Enfance Ecole Engagement
Le 17 octobre est " la Journée mondiale du refus de la misère ". Née de l’initiative de Joseph Wresinski et de celle de plusieurs milliers de personnes de tous milieux qui se sont rassemblées sur le Parvis des Droits de l’Homme à Paris en 1987, cette journée est officiellement reconnue par les Nations Unies depuis 1992.

Ce jour-là, des personnes de tous milieux se rassemblent aux côtés des plus exclus pour rendre hommage à leur courage et reconnaître l’égale dignité de tous. C’est l’occasion pour tous ceux qui combattent au quotidien les injustices et qui s’engagent contre l’exclusion de se mobiliser à travers un vaste courant international. Depuis 1987, les enseignants, les responsables d’associations sont invités à collaborer à la journée mondiale du refus de la misère.

Les initiatives varient avec l’âge des enfants, le contexte local, celui de l’établissement. Elles sont réalisées dans le cadre de disciplines diverses (français, histoire, géographie, arts plastiques…) par une ou plusieurs classes, par un établissement scolaire, un CDI, un groupe d’enfants… Elles sont très ponctuelles ou s’intègrent dans un projet plus large. Elles sont isolées ou largement soutenues par les municipalités, régions ou académies.

Le message proclamé tous les 17 octobre est le suivant :“ Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré” (Joseph Wresinski).

Le dossier bientôt téléchargeable ici vous invitera, à partir d’une histoire, à réfléchir avec les enfants, au sens de cette journée et plus généralement à la problématique de la grande pauvreté et de l’exclusion.


Nous avons la chance d'être nés du bon côté de la planète!
Mais tous les enfants du monde,ont le droit de s'élever culturellement,pour ce faire,en plus de leur procurer le moyen de se nourrir,il faut aussi les éduquer,car là sera la vrai délivrance et le seul moyen pour subvenir a leurs propres besoin.
Il ne suffit pas d'envoyer une fois par an nos dons ,juste pour soulager notre conscience,il faut mettre sur pied des système qui permettent l'éducation partout où ce sera nécessaire.
déjà,plusieurs associations l'on compris et travail en ce sens, soutenons uniquement celles qui sont actives sur le terrain, et non celles qui se contente de faire de l'aumône
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Mer 26 Mai - 9:28

Pyjama (1837)

Le mot pyjama vient de l'hindi pâê-jama. Jama signifie vêtement, et pâê signifie jambes. Il désignait à l'origine un pantalon ample et flottant porté par les femmes dans certaines régions d'Inde. Rapporté en Europe au début du 18e siècle, il désigne à la cour du roi, un vêtement de nuit ou d'intérieur, ample et léger, fait d'un pantalon et d'une veste.
Dans un premier temps, le pyjama peut se porter de jour. Ce n'est qu'à la fin du 19e siècle qu'il devient un vêtement de nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Mer 26 Mai - 12:48

Nelly a écrit:
Pyjama (1837)

Le mot pyjama vient de l'hindi pâê-jama. Jama signifie vêtement, et pâê signifie jambes. Il désignait à l'origine un pantalon ample et flottant porté par les femmes dans certaines régions d'Inde. Rapporté en Europe au début du 18e siècle, il désigne à la cour du roi, un vêtement de nuit ou d'intérieur, ample et léger, fait d'un pantalon et d'une veste.
Dans un premier temps, le pyjama peut se porter de jour. Ce n'est qu'à la fin du 19e siècle qu'il devient un vêtement de nuit.
wouawwwwww...pige moi ça! Laughing
le miens ,c'est un peu de parfum Embarassed siffleur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Mer 26 Mai - 15:28

marie-josé a écrit:
Nelly a écrit:
Dans un premier temps, le pyjama peut se porter de jour. Ce n'est qu'à la fin du 19e siècle qu'il devient un vêtement de nuit.
wouawwwwww...pige moi ça! Laughing
le miens ,c'est un peu de parfum Embarassed siffleur
Tu ne pourras donc pas participer à la pyjama-partie que nous organiserons lors de notre prochaine rencontre... Wink Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Mer 26 Mai - 16:33

Nelly a écrit:
marie-josé a écrit:
Nelly a écrit:
Dans un premier temps, le pyjama peut se porter de jour. Ce n'est qu'à la fin du 19e siècle qu'il devient un vêtement de nuit.
wouawwwwww...pige moi ça! Laughing
le miens ,c'est un peu de parfum Embarassed siffleur
Tu ne pourras donc pas participer à la pyjama-partie que nous organiserons lors de notre prochaine rencontre... Wink Laughing
c'est de la ségrégation ça madame!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Mer 16 Juin - 8:45

Boycott (1880)

Boycott est un mot anglais qui est passé dans le langage courant français. Un boycott, c'est l'action de rompre des relations avec un individu, un Etat, une entreprise. C'est une décision prise à plusieurs. Boycotter, c'est aussi refuser de participer à un événement, les élections, par exemple.

L'origine du mot vient du nom d'un propriétaire terrien irlandais, Charles Cunningham Boycott, qui a vécu au 19e siècle. Cet homme traitait très mal les fermiers qui travaillaient pour lui. Ceux-ci décidèrent de se regrouper et d'arrêter de travailler. Un événement qui entraîna la ruine de Charles Cunningham Boycott.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Jeu 8 Juil - 9:13

Vélo (1889)

Vélo, c'est l'abréviation de vélocipède. Ce mot vient du latin velox (rapide) et pes, pedis (pied). C'est l'Allemand Carl Drais qui a donné en 1818 ce nom français à sa draisienne, engin à deux roues que l'on faisait avancer en poussant sur le sol avec les pieds. Après une courte période de succès, le vélocipède a été remplacé par des modèles à pédales comme la michaudine, inventée par Ernest et Pierre Michaux en 18761. L'engin a été rebaptisé "bicyclette" (1880) et, plus couramment vélo (1889). Il a beaucoup évolué depuis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Ven 16 Juil - 14:51

Cravate (1651)

Les cavaliers du régiment du roi Louis XIV, le Royal-Croate, portaient une mince écharpe. Ils ont lancé une mode que les hommes ont voulu suivre. Tous voulaient porter un croate, mot qui s'est francisé pour devenir cravate.

Cette mince bande d'étoffe que l'on porte autour du cou ou autour du col d'une chemise est gnéralement de sortie dans les grandes occasions.

Le mot cravate a pris d'autres sens au cours du temps. C'est notamment devenu une prise de lutte, quand un lutteur attrape son adversaire par le cou.

Dans un style plus familier, "cravater quelqu'un", c'est l'attraper, comme la police attrape le voleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Jeu 22 Juil - 9:12

Farniente (1676)

Pendant les vacances, place aux loisirs et au farniente ! Le mot, apparu en 1676 en français, vient de l'italien fare, qui signifier "faire", et niente, "rien". En français, formé sur le même principe, on a le mot fainéant, personne qui ne veut rien faire (de "faire" et de "néant").
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Mer 28 Juil - 8:28

Gadoue (16e siècle)

Autrefois, la gadoue désignait des immondices (déchets, crottes d'animaux) qui servaient d'engrais. Aujourd'hui, c'est surtout de la terre mouillée, boueuse, qui n'est pas forcément mêlée à des immondices.

Le mot "gadoue", apparu en français au 16ème siècle, a une origine incertaine. Certains le rattachent au latin cadere, "tomber", comme déchet. D'autres le rapprochent du germanique. La wallon a par exemple godau, "jus de fumier".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Ven 30 Juil - 12:37

QUEL EST L'ORIGINE DU LANGUAGE HUMAIN?


Nous ne nous étonnons plus d'entendre les différentes langues parlées dans le monde.
mais quel en sont les origines et depuis quand emploient-on le langage pour communiquer?


Comment est-il apparu ?
Pendant longtemps, une thèse a prévalu dans les sciences humaines (anthropologie, linguistique) : le langage était une " invention" humaine, au même titre que la technique, l'art ou plus tard l'écriture. L'être humain est considéré comme un être culturel" par nature". N'ayant que peu de conduites instinctives, ce sont l'invention et la transmission culturelle qui dirigent ses conduites.

L'aptitude la plus fondamentale de son cerveau serait de découvrir et d'apprendre. Dès lors, cette aptitude créatrice lui a permis un jour d'inventer le langage. Globalement, l'origine du langage est identifiée à celle de l'origine de la culture [2]. C'est un produit social et collectif dont l'origine doit être cherchée clans la société et non dans le cerveau individuel (où on ne peut trouver au mieux que des conditions biologiques et psychologiques d'existence et non une cause première).

Le langage serait le vecteur de la pensée symbolique. Car utiliser le langage, c'est donner forme à des concepts, des idées et les communiquer à autrui. Telle est la thèse avancée notamment par William Noble et Iain Davidson [3], pour lesquels le " big-bang culturel du paléolithique supérieur (invention de l'art, des sépultures, de nouvelles techniques) est la conséquence de l'invention du langage ".

Récemment, certains auteurs, dont Steven Pinker, ont soutenu une thèse contre-intuitive : le langage exprimerait un " instinct humain, biologiquement programmé, au même titre que la marche sur deux jambes " [4].

Les arguments avancés sont les suivants.

- Les capacités d'apprentissage ne sont pas propres à l'homme. Beaucoup d'animaux disposent de capacités d'apprentissage très élaborées. Pourtant, seul l'homme parvient à maîtriser le langage évolué, et notamment les règles de grammaire.
Toutes les expériences d'apprentissage de langue des signes à des chimpanzés montrent qu'ils ne parviennent péniblement qu'à atteindre le niveau linguistique d'un enfant de 2 ou 3 ans. Or, c'est justement à cet âge que les petits humains connaissent une véritable "explosion linguistique", apprenant à maîtriser les règles de grammaire et acquérant plusieurs mots nouveaux par jour.

- Chez les enfants, l'acquisition du langage n'est pas le fruit d'un long et laborieux enseignement (comme on apprend le calcul mental ou le piano) : ils apprennent spontanément à parler en écoutant leur semblable. De plus, tous réussissent dans cette tâche avec une grande aisance. Or, si les enfants n'étaient pas "programmés" pour cette acquisition, il y aurait une proportion non négligeable d'échecs (comme on en trouve dans l'apprentissage de la lecture).

- Les rares cas d'enfants élevés dans un isolement linguistique, comme les jeunes sourds-muets au Nicaragua réunis tardivement dans des centres spécialisés, ont montré une aptitude extraordinaire à recréer entre eux un langage évolué.

Récemment, un chercheur américain, Terrence Deacon, a proposé un modèle intermédiaire entre la thèse culturaliste et innéiste du langage. Selon lui, au cours de l'hominisation, certains Homo erectus ont commencé à développer des capacités symboliques du langage humain (capacité à forger des représentations mentales) utilisées pour la communication. Cette innovation a procuré un avantage adaptatif. Dès lors, ces premières formes de langage sont devenues des prolongements indispensables à leur existence (comme la construction d'un barrage par le castor). Ce milieu symbolique est devenu un nouveau "milieu culturel" qui s'est superposé au milieu naturel. Cet environnement symbolique a exercé une pression sélective pour le développement du cortex et des aires cérébrales dévolues aux capacités langagières. Il y aurait donc eu, selon T. Deacon, une " coévolution" du langage et du cerveau[5]



-----------------------------------------------------------------------


Je me souviens d'avoir un jour ,lu une histoire racontée par hérodote.

Psammétique 1er,roi d'égypte au VII siècle avant J.C,décida de se livrer a une expérience.
Il choisi deux nouveaux nés et les confia a un berger en lui ordonnant de les élever dans l'isolement le plus complet?
On ne devait pas parler en leur présence!
Deux ans plus tard,le berger entendit les enfants prononcer le mot "becos"
ce mot signifiait"PAIN" en phrygien!
et de là, Psammetique conclut que c'était la plus ancienne langue?

De nos jours, on refute cette conclusion
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Mer 18 Aoû - 12:14

Trampoline (1961)

Ce mot est apparu tard en français, en 1961.

Il vient de l'italien trampolo, "échasse". Ce sont deux trapézistes italiens, les "Due Trampoline", qui ont donné leur nom de scène à cet appareil qui sert à rebondir. Ils étaient connus pour faire des acrobaties en rebondissant sur un filet de protection à la fin de leur exhibition.

Le trampoline est un jeu de plein air amusant. Mais cet été, la Commission de la sécurité des consommateurs (CSC) a pointé du doigt ses dangers. En effet, certains trampolines peuvent provoquer des chutes et des mauvaises réceptions. Il faut choisir des modèles avec un filet de sécurité et des ressorts recouverts d'une housse de protection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Mer 6 Oct - 9:39

Mandarine (18e siècle)

Fruits du mandarinier, arbre originaire d'Extrême-Orient, la mandarine s'est d'abord appelée orange mandarine. Ce mot vient du latin mandarina "orange des mandarins", car la couleur du fruit rappelle celle de la tunique des mandarins qui étaient les hauts dignitaires chinois.

La clémentine est une variété de mandarine sans pépins, obtenue en 1902 par un moine près d'Oran, en Algérie : il s'appelait le père Clément et lui a donné son nom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: origine des mots   Mer 6 Oct - 10:18

Nelly a écrit:
Mandarine (18e siècle)

Fruits du mandarinier, arbre originaire d'Extrême-Orient, la mandarine s'est d'abord appelée orange mandarine. Ce mot vient du latin mandarina "orange des mandarins", car la couleur du fruit rappelle celle de la tunique des mandarins qui étaient les hauts dignitaires chinois.

La clémentine est une variété de mandarine sans pépins, obtenue en 1902 par un moine près d'Oran, en Algérie : il s'appelait le père Clément et lui a donné son nom.
et la femme du MANDARIN ?....... LA MANDARINE Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: origine des mots   

Revenir en haut Aller en bas
 
origine des mots
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 15Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jeux / exercices ludiques sur l'origine et la construction des mots
» 1 mot d'origine espoagnole et 1 mot d'origine arabe
» saumon, mot gaulois? plouay: zãmbõn
» Vocabulaire 6e pour lire et pour écrire
» Mots français d'origine arabe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Littérature & Culture-
Sauter vers: