philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Lieux et monuments

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Mer 29 Juil - 8:11

La Machinerie des Champs Neufs - 44320 Fossay



La Machinerie, mise en service en 1892, a servi au XXe siècle à la navigation sur le canal de la petite et moyenne batellerie. Après de longs travaux de rénovation, conçus à l'identique, la Machinerie a désormais pour principale activité l'écoulement des eaux de pluie via le canal. Ce faisant, les visites s'articulent autour de la projection d'un documentaire, 'Les Eaux sans fin', de l'exploration guidée et commentée de la machinerie, et de la chaufferie. Enfin, une exposition donne rendez-vous à tous les amateurs d'art. Les artistes s'inscrivent dans la lignée thématique du site en illustrant des productions en rapport avec l'eau. De fait, en 2009 et à l'occasion de la biennale de l'Estuaire, la Machinerie a accueilli l'artiste Eric Watt - vidéaste et plasticien - et son oeuvre 'Le Voyage liquide'. L'installation vidéo, en mêlant le mythe biblique à la Loire, a illustré de manière contemplative le fleuve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Jeu 30 Juil - 8:54

Musée Condé - Château de Chantilly



Le château de Chantilly se dresse au coeur d'un vaste domaine de 7.800 hectares de terres situé au coeur d'une des plus grandes forêts des environs de Paris. De 1386 à 1897, le domaine de Chantilly est passé par héritage à différentes branches d'une même famille, sans jamais être vendu : les Orgemont (XIVe-XVe), les Montmorency (XVe-XVIIe), l'une des plus puissantes familles du royaume, qui a beaucoup contribué à son développement, notamment au temps du Connétable Anne (1493-1567) qui fit construire le Petit château par Jean Bullant, puis les Bourbon-Condé (XVIIe-XVIIIe siècles), cousins des rois de France, dont le plus célèbre, le Grand Condé, fit dessiner le parc par André Le Nôtre, enfin Henri d'Orléans, duc d'Aumale (1822-1897), fils du roi Louis-Philippe. De la forteresse médiévale, il ne reste aujourd'hui que la base des sept tours, baignant dans les douves. Sous le Grand Condé, le château fut un lieu de fêtes et un cercle littéraire où voisinèrent La Fontaine, La Bruyère, ou Bossuet. Au XVIIIe, le prince de Bourbon-Condé décore les appartements du château en faisant appel aux peintres Oudry, Huet ou Nattier. Son fils fit aménager le jardin anglo-chinois, si cher à l'époque et fit construire le Hameau, groupe de maisons rustiques qui inspira celui de la reine Marie-Antoinette au Trianon. Il émigre à la Révolution, les collections de Chantilly sont saisies, les bâtiments rasés, le parc ravagé. En 1815, les Condé reviennent et restaurent le domaine. De 1876 à 1882, le duc d'Aumale fait reconstruire le château, sur les plans de l'architecte Honoré Daumet. C'est pour cela que le château actuel présente une juxtaposition de tous les styles et de toutes les époques. Le décor XIXe étonnant, la salle à manger, l'escalier, ou encore certains salons expriment toute l'hétérogénéité et l'exubérance de cette période. Grand collectionneur, le duc d'Aumale constitua un formidable musée : école française, peinture italienne et de l'école du Nord font du musée Condé le plus riche de France après Le Louvre. La bibliothèque contient plus de 10.000 volumes du Moyen Age au XIXe dont le célèbre manuscrit des 'Très Riches Heures du duc de Berry'. Le domaine fut légué à l'Institut de France avec l'obligation de l'ouvrir au public et de tout conserver en l'état. Un très beau témoignage d'une ancienne famille régnante à son pays.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Jeu 30 Juil - 17:42

Nelly a écrit:

Au fond, Cathédrale St-Pierre et St-Paul à Ostende - A l'avant, bâteau-musée.




Ouf ! J'ai réussi à mettre une de mes photos en passant par la galerie du forum. Du coup, j'ai évité les réprimandes de qui vous savez sur la taille de la cathédrale de sa ville !

Rose, n'oublie pas de commenter le musée qui se trouve à l'avant.

L'Amandine ou l'histoire de la pêche dans les mers islandaises


Oostende

... Après 4 jours de navigation, du port d'Ostende vers les mers d'Islande, le capitaine de l'Amandine et ses hommes ramassaient dans leurs filets jusqu'à 10 tonnes de poissons par jour pendant 3 semaines. Le poisson était vidé sur place et placé dans des cales de la glace pour qu'il reste frais. Les conditions étaient parfois très dures et le repos bien mérité après 18 heures de travail acharné

La grande histoire de la pêche ostendaise dans les mers d'Islande s'est achevée début 1995. Ce jour-là, l'Amandine rentre au port d'Ostende pour la dernière fois.

Deux ans de travaux dans les anciens chantiers navals, ont rendu à l'Amandine toute la gloire de son passé. Aujourd'hui, le bateau se trouve quai des Pêcheurs et est devenue un musée interactif où vous découvrirez la vie d'un chalutier


ma fille Nathalie ;est conservatrice de ce musée,il est fixé dans une carcasse de verre, on peut voir l'intérieur du bateau, et en dessous de lui,est tout un musée,avec des accessoires et des photos des pécheurs d'Islande,ainsi que des mannequins qui représentent différentes scènes de l'époque ,en tenue de marin!


Dernière édition par Marie-jo 17 le Ven 31 Juil - 9:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Ven 31 Juil - 9:07

Les 120 ans de la Tour Eiffel



Passage obligatoire des touristes en visite à Paris, la tour Eiffel fête ses 120 ans. Symbole de la capitale française, elle trône à l'extrémité du Champ de Mars, les pieds dans l'eau. Le vent, la pluie et les guerres n'ont pas vaincu cette géante de fer. La tête dans les nuages, la vieille fille flirte avec l'Olympe.

Déesse filandreuse et incongrue, la tour Eiffel provoque admiration, adoration, vénération. Chaque jour, des milliers de cars déversent devant ses quatre piliers, tels des offrandes, des curieux du monde entier, presque en transe à l'idée de poser le regard sur cette étrange construction centenaire. Sept millions de visiteurs sont prêts à gravir chaque année les 1.665 marches pour atteindre les trois étages de la Tour. Et depuis son ouverture au public en 1889, 236.445.812 personnes lui ont déjà rendu visite.
Du monde entier, les touristes saluent ''l'absurde prodige''. A ses pieds, statuettes, foulards, porte-clefs ou stylos sont autant d'effigies vendues à la sauvette, vulgaires souvenirs ou gris-gris porte-bonheur. Comme le bon vin, la création de Monsieur Eiffel se bonifie en vieillissant. Elle séduit davantage aujourd'hui qu'il y a cent ans. Son culte est mondial. Avec ses 324 mètres de haut (avec son antenne), son apparente immortalité, la muse des artistes et stars de cinéma s'est rendue incontournable. L'inepte idolâtrie de la tour Eiffel serait-elle justifiée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Ven 31 Juil - 9:37

la voilà illuminée
elle brille de mille feux comme un beau diamant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Ven 31 Juil - 15:58

British Museum - Londres



Les origines du British Museum reposent dans les collections de sir Hans Sloane (1660-1753), éminent médecin et naturaliste. Le 15 janvier 1759, le British Museum ouvrait pour la première fois ses portes au public. A l'exception des deux guerres mondiales, durant lesquelles une partie de la collection a été évacuée, le musée n'a jamais fermé depuis, élargissant progressivement ses horaires de visite, pour passer de quelque 5.000 visiteurs par an à plus de 5 millions aujourd' hui. Depuis le début, le British Museum a été une institution bien particulière. Régies par une commission d'administrateurs responsable devant le Parlement, ses collections appartenaient à la Nation et l'entrée était gratuite et ouverte à tous. Le musée était destiné à toutes les personnes intéressées par les arts ou désirant étudier et, tout au long de son histoire, il est resté très lié à l'érudition et à l'éducation. Le musée a tout d'abord été installé dans un hôtel particulier du XVIIe siècle, qui a cependant vite été débordé par l'évolution rapide des collections. Le bâtiment néoclassique actuel, conçu par sir Robert Smirke, a vu le jour en 1823. Le XIXe siècle a vu s'étendre la popularité du musée, avec notamment une forte affluence les jours fériés, pour un public de tous âges et de toutes catégories sociales. Dans les années 1880, les collections d'histoire naturelle ont été déplacées dans un nouveau bâtiment, dans le quartier de South Kensington, qui deviendrait par la suite le musée d'Histoire naturelle (Natural History Museum). Les King Edward VII's Galleries, ouvertes officiellement en 1914, la Duveen Gallery (1939 et 1962) et la nouvelle aile (1978) ont permis l'agrandissement des zones publiques, des bureaux, des zones d'expositions et du volume de stockage de la bibliothèque. Toutefois, cela n'a pas permis de résoudre le problème de manque d'espace du musée, et le transfert des collections a été maintes fois proposé. En 1973, les services de la bibliothèque ont été adjoints à une nouvelle organisation, la British Library, et ont quitté Bloomsbury pour un nouveau bâtiment, à Saint-Pancras, en 1998. La Queen Elizabeth II Great Court, inaugurée en décembre 2000, a été créée, en partie, sur l'espace libéré par la bibliothèque. En son centre se trouve aujourd'hui la Reading Room restaurée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Dim 2 Aoû - 8:53

Notre-Dame d'Etretat - Etratat (Normandie)



Alliant style roman et gothique, l'église d'Etretat - au nord du Havre et sur le littoral de la Manche -, est construite au Moyen Age (XIIe siècle). C'est sous l'égide des abbés de Fécamp - ancien port morutier - qu'elle peut voir le jour. Dévoilant des facettes typiquement romanes, à l'instar de son portail (toutefois restauré au XVe siècle), l'édifice présente une légèreté de construction, mise en valeur par l'élancement du choeur et de la tour Lanterne - caractéristiques de l'architecture gothique - et un habillage simple. L'église possède en outre un orgue datant du XIXe siècle, qui contribue largement à son rayonnement puisqu'il est signé Cavaillé-Coll, facteur d'orgue de renom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Mer 23 Sep - 14:27

C'est surtout pour toi Nelly, puisque tu viens de Nice...

LA CATHÉDRALE ORTHODOXE RUSSE St NICOLAS A NICE


C'est une petite merveille Le plus bel édifice orthodoxe hors de Russie.

L'impératrice Alexandra Féodorovna veuve de l'empereur Nicolas 1er fit des séjours prolongés à Nice espérant que la douceur du climat rétablirait sa santé très fragile.

Accompagnée des membres de sa famille, d'une suite nombreuse, beaucoup de familles russes suivirent et prirent l'habitude d'y passer l'hiver.

Nice était alors italienne et la rade de Villefranche devint une base navale militaire russe à la suite d'une convention passée avec le roi de Sardaigne Victor-Emmanuel II.

En 1857 il fut décidé, sous l'égide de l'impératrice, de construire une église orthodoxe dans la rue de Longchamp. Inauguration en 1859.

Devenue française Nice a triplé sa population et l'église devint trop petite.

En 1896 l'impératrice Marie Féodorovna veuve de l'empereur Alexandre III était venue passer l'hiver sur la Côte d'Azur au Cap d'Ail. Sa sœur la princesse de Galle séjournait au Mont Boron avec sa belle-mère la reine Victoria.

L'impératrice décide de faire construire une autre église. 30 ans plus tôt elle avait eu la douleur de perdre son fiancé le gd duc héritier Nicolas, il mourut dans les bras de son père l'empereur Alexandre II accouru de St Petersbourg. La charmante fiancée était la princesse Dagmar du Danemark.

L'église se trouve Bd du Tzarévitch (non loin du Bd V.Hugo). La 1ère pierre fut posée le 12 avril 1903 date anniversaire de la mort du prince héritier.

Ne manquez pas de visiter si vous allez à Nice. C'est une page pleine d'Histoire avec un grand H.

Comptons sur nos spécialistes pour trouver des photos ! sinon je scannerai les miennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Mer 23 Sep - 14:34

cathédrale saint Nicolas a Nice pour Brumes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Mer 23 Sep - 14:47

Petite anecdote :

Une icône très ancienne figurant StNicolas le Thaumaturge, appartenait au prince héritier Nicolas fils aîné de l'empereur Alexandre II et quand il mourut à Nice en avril 1856 elle se retrouva au chevet de sa couche funèbre.
Plus tard, sa mère l'impératrice Marie la confia à l'église russe de la rue de Longchamp où avaient été célébrées les obsèques.

Lorsqu' une chapelle fut élevée à l'endroit même où le jeune homme avait rendu l'âme l'icône fut fixée au-dessus de la porte.

Un jour on s'aperçut, que sous l'influence du soleil elle s'altérait. Avec le temps l'image prit un ton noirâtre, on ne distinguait plus rien ! Elle fut rangée dans un coin à l'abri de tout et de tous.

20 ans passèrent et voilà qu'en mai 1945 on remarque que par endroits apparaissaient des taches claires, colorées. Le processus se poursuivit jusqu'au jour où on put distinguer à nouveau les traits et les couleurs que l'on voit aujourd'hui. !

Des experts déclarèrent qu'il était impossible de trouver à cette rénovation une explication scientifique et qu'il était certain qu'elles n'étaient pas dues à l'intervention de la main de l'homme.

Il a été impossible de trouver une explication (ces commentaires datent de l985...)

L'icône est l'objet de vénération.

- La consécration eut lieu en 1912. La gde duchesse Anastasia fille du gd-duc Michel était présente. Des chœurs célèbres vinrent de Moscou. (En 1917 c'était la révolution...)

Exemple unique hors de Russie, elle porte le titre de Cathédrale.

(source : Emmanuel Fricero, brochures vendues dans la cathédrale même)

MERCI POUR LA PHOTO MA ROSE BISOUS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Mer 23 Sep - 16:01

voici quelques monuments Russe assez étranges

unif polytechnique (minsk)
ministères des routes (Tbilissi)
palais du mariage(tbilissi)
hôtel Druzhba(yalta)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Lun 28 Sep - 8:31

Djémila - Algérie



Situé sur les hautes plaines de Sétif à 900m d'altitude, entre l'Atlas littoral et l'Aures, Djémila est l'ancien grenier de blé des Romains, et a longtemps été une oliveraie. Fondée en 96 sur un sol accidenté sous le nom de Cuicul, Djémila abrite 10.000 habitants. Sous les Antonins, elle se dote d'un forum, de temples, d'une curie, d'un marché et d'un théâtre. Sous Caracalla - les Sévères -, la commune s'agrandit et s'embellit encore. De nouveaux quartiers sont construits au sud du forum, embrassant une vaste place. Enclines à un mode de vie agréable et confortable, ses rues voient se développer de riches et luxueuses demeures. Sous l'Antiquité tardive, Djémila prospère en tant que ville dynamique, en implantant un quartier chrétien avec un baptistère et une basilique civile. Les villas des notables ne cessent de s'agrandir et de s'anoblir. Les maisons d'Europe et Castorius, par exemple, dont les décors de mosaïques sont encore visibles aujourd' hui, témoignent de cette richesse. Les Vandales occupent Djémila en 431 pour persécuter les catholiques, mais finissent par quitter le territoire après un accord avec Genséric (roi des Vandales), en 442. Reprise par les Byzantins, la ville retrouve peu à peu sagesse et stabilité, avant de tomber définitivement dans l'oubli à la fin du VIe siècle. Elle a donc pu préserver ses édifices et offre aujourd'hui un paysage archéologique remarquable, qui lui permet d'être classée au patrimoine mondial de l'humanité en 1981.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Lun 28 Sep - 8:47

Merci pour cette description Nelly. Voilà qui va intéresser Wic, même s'il connaît.

Les Romains ont laissé des traces et les vestiges sont toujours d'une grande beauté.
L'Europe, le pourtour méditerranéen, ont conservé cette présence.

study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: travaux pratiques   Mer 30 Sep - 15:37



Plage à Jersey.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Mer 30 Sep - 15:46




Le restaurant attenant à la Mosquée de Paris vous transportera comme un rien de l'autre côté de la Méditerranée, terrasse au calme pour peu qu'il fasse beau dans ce quartier que j'aime, juste à côté du Jardin des Plantes....un délice!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Mer 30 Sep - 16:02

Le Prieuré de Serrabonne.
Petit bijou de l'art roman qui me touche sur une terre sauvage qui m'est chère.


Extérieur


Intérieur



Bon!ça y est je crois que je saurais grâce à Marie Jo (et, par extension à Renal qui a quelques encablures d'avance en la matière Top ! ) importer les photos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Lun 5 Oct - 16:34

petit coin tranquille: le facteur sonnera trois fois affraid Sedona:
The red rock county
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Jeu 12 Nov - 16:24

Bruxelles

A une heure et demie à peine de Paris, Bruxelles est la plus proche des capitales européennes. Un atout parmi d'autres pour la capitale belge, qui dévoile sans fard ses multiples trésors... Laissez-vous séduire, Bruxelles vous entraîne dans une valse à cinq temps.

Si les incontournables tels le Manneken-Pis ne sont plus à présenter, des errances gustatives, musicales ou art nouveau se révèlent tout aussi intrigantes. Une cité morcelée en divers quartiers disparates ayant vu passer les plus grands. De terre wallonne ou flamande, qu'importe, les talents sont là : Pierre Alechinsky, Etienne Robert, Jacques Brel... Marchons donc sur leurs pas pour parcourir quelques endroits historiques de Bruxelles.

Ses façades art nouveau


Histoire architecturale et culturelle oblige, la flânerie au coeur de Bruxelles n'est pleinement féconde que si l'on se livre à une recherche divertissante et à une observation minutieuse des vestiges style Art nouveau. Alliance de vitraux, mosaïques et ferronnerie au goût d'improbable, les façades empreintes du mouvement artistique fin XIXe miraculeusement intactes, choyées, admirées et protégées du fait de leur considération historique, trônent au milieu de pavillons au design plus ordinaire, trouvant leur épicentre au numéro 25 de la rue Américaine abritant le musée Horta. Demeure de son architecte, Victor Horta, chef de file de l'art nouveau belge, la bâtisse dotée de deux immeubles mitoyens, l'un atelier de travail l'autre cocon privé, disposant d'une verrière étourdissante, se situe à quelques pas d'un espace photographique du même courant à capturer et immortaliser également sur pellicule. La luminosité, mot d'ordre de ce mouvement, est portée aux nues, laissant toutes armes au soleil au travers de ses jeux naturels de rayons et de perspectives, de ses modelages lumineux assujettis aux aléas de son inclinaison et de son intensité. Cette balade artistique se voudra certes pragmatique, mais également emplie d'éblouissement artistique.

Sa mixité


Peu étendue, Bruxelles n'en possède pas moins des quartiers très différents les uns des autres, chacun doté d'une personnalité propre. Certains, comme Dansaert ou Saint-Géry, bénéficient de la politique de réhabilitation mise en place par la ville. Investi par les créateurs de mode et autres stylistes, Dansaert est devenu un lieu branché, tandis que Saint-Géry, place historique de Bruxelles, retrouve une seconde jeunesse.
Une volonté d'ouverture dont les fresques du parcours BD sont le symbole. Disséminées çà et là sur les murs de la ville, elles amènent le visiteur à s'écarter des sentiers battus au profit d'une réelle authenticité. Ainsi, Obélix et Astérix , Ric Hochet ou encore Quick et Flupke ne s'offrent aux regards qu'à l'issue d'une déambulation sympathique dans des rues parfois excentrées.

La Belgique, difficile de l'oublier, est un royaume partagé entre deux cultures, deux langues. En tant que capitale, Bruxelles, officiellement bilingue, est évidemment le symbole de cette double influence. Chaque panneau, chaque brochure, chaque magasin a son affichage en français et en néerlandais ; un effet visuel assez déroutant pour le visiteur ! Les deux communautés se mêlent à Bruxelles, pour le meilleur : peintres flamands, dessinateurs wallons, chacune nourrit la culture belge. Pourtant, au-delà de cette volonté flagrante de partage, de ces efforts pour servir au mieux ses habitants, Bruxelles assiste impuissante à la crise politique qui secoue la Belgique depuis plusieurs semaines. La capitale cristallise les tensions et les passions ; à l'image du pays, francophones et néerlandophones s'interrogent régulièrement sur leur avenir commun, sans pour autant envisager réellement une séparation.
Et tandis que Bruxelles peine à affirmer son identité sur le plan national, son rôle de symbole européen complique encore un peu sa restructuration.

Son parfum européen

La ville étant le berceau de l'européanéité, la majorité des décisions européennes naissent, croissent, se valident, ou se réfutent au sein de son Parlement européen. La légère surprise réside dans les efforts accomplis pour s'ouvrir aux nations membres et les accueillir. De l'anecdote de l'habit porté par le Manneken-Pis lors des séjours de représentants européens - son exceptionnelle garde-robe est cajolée à l'Hôtel de ville et visitée - aux drapeaux exposés tels des trophées, les couleurs européennes sont élevées haut dans tous les recoins du centre-ville, laissant parfois lieu à des mélanges pluriels et multicolores, quelque peu déroutants car disparates à l'extrême. En périphérie, le parc mini-Europe, aux abords du touristique Atomium, se pose également en émissaire, nous faisant vagabonder en quelques pas de Finlande au Portugal, par des références visuelles et auditives : l'éruption du Vésuve, la tour Eiffel, les cloches de Big Ben... Tout cela reconstitué à l'échelle 1/25e.

Poussé par ce même élan européen, le projet Europalia, lancé par la ville à l'occasion du cinquantenaire du traité de Rome, découle de la même envie d'interpénétration artistique et culturelle. Ainsi, la cité européenne s'offre pour laisser libre cours, sur une vingtaine de ses places, aux imaginations, aux talents et aux créations d'artistes venus des vingt-sept pays européens. Et si les choix artistiques extranationaux peuvent parfois abasourdir, ils n'en demeurent pas moins fortement symboliques.
Néanmoins, l'ouverture des frontières belges ne se résume pas à l'apparence et aux stratagèmes mis sur pied pour se proclamer ville européenne : le melting pot populaire se double d'une disponibilité aux autres qu'il est légitime de souligner, et qui constitue l'une des plus grandes richesses de cette population. Au touriste de ne pas s'inquiéter lorsqu'il pense avoir décelé une erreur sur son plan, un Bruxellois sera toujours présent pour l'aiguiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Jeu 12 Nov - 16:52

ça, tout le monde connait
mais ceci:
le jardin botanique crée en 1797
le pavillon chinois ,près du domaine de Laeken,résidence royale
la porte de HAl
le jardin des comtes d'Egmont et de Hornes
le palais royal
la cathédrale St Michel et Gudule
le parc du cinquantenaire
le parlement Européen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Lun 30 Nov - 8:50

Musée Van Gogh à Amsterdam

Plus de 120 lettres originales écrites ou reçues par l'artiste entre 1872 et 1890, année de sa mort, sont exposées en regard aux oeuvres auxquelles elles font allusion. Une occasion exceptionnelle - ces lettres, d'une grande vulnérabilité sont rarement montrées - de découvrir un nouvel aspect de l'oeuvre du peintre qui s'avère aussi être un homme de lettres d'une grande sensibilité. A travers ces missives adressées en particulier à son frère et confident Théo Van Gogh et à ses amis Emile Bernard et Paul Gauguin, l'artiste dévoile sa conception de l'art, sa vision du rôle de l'artiste, mais aussi d'un point de vue plus personnel ses rêves, ses déceptions, ses passions, ses amitiés, ses disputes, sa bataille contre la maladie, son désir de créer. Cette exposition est le résultat de dix années de recherches au cours desquelles les spécialistes du musée Van Gogh, de l'Institut Huygens et de l'Académie royale néerlandaise des sciences se sont intéressés à ces lettres et ont permis de faire une nouvelle lumière sur la personnalité de ce peintre majeur du XXe siècle.

“Il y a tant de gens qui s’imaginent que les paroles ne sont rien. Au contraire, c’est aussi intéressant et aussi difficile de bien dire une chose que de peindre une chose.” La correspondance de Van Gogh, avec ses 819 lettres, montre à quel point l’artiste se délectait à enrichir par la plume l’univers qu’il dépeignait de son pinceau débridé, épais, acéré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Mar 1 Déc - 7:33

Dommage que la "descendance" ait détruit la correspondance du compte de Fersen et de Marie-Antoinette.

On suppose un grand amour entre les deux. Ils ont malheureusement payé très cher, puisque l'une a été décapitée et l'autre massacré...

C'était un peu de douceur dans cette période sanglante. I love you affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Mar 1 Déc - 13:49




Abou Simbel ' temple en Nubie


Turquie(Istambul)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Ven 25 Déc - 20:42

Marché de Noël de Strasbourg


Depuis 1570, le plus célèbre des marchés de Noël de l'Hexagone s'est installé à Strasbourg. Christkindlmärik en alsacien, c'est de la magie pour les petits comme pour les grands. Les visiteurs affluent quand la ville revêt ses habits de fête. Les yeux émerveillés face au sapin venu des Vosges qui trône du haut de ses trente mètres sur la place Kléber. Dans les rues, les guirlandes de lumières filent partout : des toitures aux balcons des maisons à colombages, décorées elles aussi de branches de sapin et de boules. Ces dernières années, le marché s'est répandu dans tout le centre-ville pour atteindre 260 chalets.
Chaque fin novembre, des enfilades de petites maisons de bois se dressent sur les quatre principales places de la ville. Elles renferment des trésors qui ravissent les yeux et dégagent des brassées de vin chaud et de cannelle qui parfument la ville entière. Un bredle à la main et un bonnet sur la tête, on découvre une multitude d'idées cadeaux, pour la plupart artisanaux. Avec 500 animations et la présence des associations de la ville, Strasbourg a le sens du partage. Chaque année, environ 2 millions de personnes s'y bousculent mais plus encore depuis l'arrivée du TGV-Est qui a dopé le nombre de visiteurs. A Strasbourg la scintillante, la magie de Noël prend tout son sens.

Ce marché semble faire des émules, puisqu'il paraît que, même à Paris, ils commencent à fleurir... Pour l'instant, ceux-ci seraient tout petits, mais on y vend du vin chaud, du pain d'épice et quelques bricoles... Ces odeurs donnent une ambiance particulière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Lun 18 Jan - 9:57

Lars von Trier, vous connaissez. Mais Trier tout court ? Pas sûr. Il faut dire que la ville qui donna son nom au réalisateur danois - Trèves pour les Français, Trier pour les intimes -, ne fait que peu parler d'elle. Pourtant, celle qui s'enorgueillit d'être la toute première ville d'Allemagne n'a rien à envier aux plus grandes. A deux pas du Luxembourg, en plein coeur de l'Europe, Trèves est à la fois calme et dynamique, laborieuse et festive, pittoresque mais ancrée dans le présent.

A moins de cinq heures de Paris, à quelques dizaines de kilomètres de la frontière, Trèves n'est déjà plus la France, et pourtant on s'y sent comme chez soi. Ce qui ne veut pas dire que le lieu ne réserve aucune surprise. Bien au contraire, cette cousine germaine de nos villes lorraines, non contente de bénéficier d'un cadre naturel enchanteur, recèle un patrimoine historique et culturel insoupçonné. Petite ville de Rhénanie-Palatinat aux consonances pas franchement germaniques, destination idéale pour un week-end touristique, Trèves ne mérite pas seulement le détour : elle mérite le voyage.

Paysages et panoramas : la vallée de la Moselle



Lovée dans un méandre de la Moselle, à quelque encablure de la frontière luxembourgeoise, Trèves dessine un îlot urbain dans la verte vallée mosellane. L'arrivée sur la ville depuis la route de Luxembourg est saisissante : aussi loin que porte le regard, ce sont les monts et les collines du Hunsrück, coteaux viticoles et forêts centenaires, et en contrebas, Trèves, tranquille, dans son écrin de verdure. Plusieurs chemins de randonnée partent du centre-ville et mènent sur les hauteurs, via nombre points de vue et autres belvédères (Mariensaüle, Petrisberg-Aussicht pour ne nommer qu'eux). Depuis les routes de crête qui longent la vallée, la vue est imprenable sur les vignobles mosellans parsemés de manoirs médiévaux et de demeures pittoresques. Et pour ceux qui désirent profiter du grand air et des paysages forestiers sans s'aventurer trop loin, les nombreux parcs et espaces protégés qui bordent Trèves offrent des havres de paix et de repos admirablement conçus, loin des rumeurs de la ville. Dès le retour des beaux jours, il fait bon paresser le long des rives de la Moselle, promenades ombragées aménagées au fil de l'eau. L'Allemagne, fidèle à sa réputation, excelle dans tout ce qui touche à la mise en valeur et à la préservation de l'environnement. Ici, monde urbain et milieu naturel cohabitent avec harmonie, le premier s'adaptant au second, toujours.

Un lieu chargé d'histoire



Il faut remonter à l'an 17 av. J.-C. pour assister aux premiers temps de la plus vieille ville d'Allemagne. A cette époque, l'Empereur Auguste décide d'étendre le territoire romain en Germanie et fonde sur la rive droite de la Moselle la cité romaine d'Augusta Treverorum, en plein territoire trévire. Dès le IIe siècle, celle que l'on surnomme déjà "la deuxième Rome" devient un important carrefour routier et fluvial. Des vestiges exceptionnels témoignent aujourd'hui de cette époque ancestrale : le pont romain (Römerbrücke), les thermes impériaux (Kaiserthermen), l'amphithéâtre, la "Basilika" (aula romaine) et la Porta Nigra, ancienne porte de Trèves, aujourd'hui emblème de la ville. Véritable petite Rome, Trèves est le lieu d'un impressionnant télescopage des époques. La cathédrale rassemble à elle seule plus de seize siècles d'histoire, depuis les fondations du IVe siècle jusqu'aux réaménagements contemporains. Ville-palimpseste, ville de mémoire, Trèves garde aussi les marques d'un passé médiéval vivace. Sous l'impulsion des Princes Electeurs, la ville connaît pendant plusieurs siècles un développement économique et commercial sans précédent, dont témoignent la place du marché et les quartiers typiques du Krahnenviertel et de la Judengasse. De l'époque romaine aux guerres franco-prussiennes, nul besoin de livre d'histoire pour remonter le temps : il suffit d'ouvrir l'oeil. Flâner dans les rues de Trèves, c'est plonger dans l'archéologie d'une région à la richesse culturelle insoupçonnée.

Trèves, ville d'art et de culture

Du musée municipal Simeonstift au musée régional Rhénan, en passant par le musée Episcopal et Diocésain et le musée du Jouet, Trèves propose de nombreuses perspectives culturelles pour tous les âges et tous les goûts. Témoignages archéologiques, documents médiévaux, découvertes en tous genres sont offerts aux yeux curieux pour quelques euros. Passage obligé pour tout amateur de philosophie, la maison natale de Karl Marx, lieu d'une exposition permanente, propose d'en apprendre davantage sur l'homme autant que sur son poids dans l'histoire. De musées en galeries d'art, un rapide tour d'horizon aura achevé de nous convaincre : Trèves est une ville vivante, dynamique, résolument orientée vers les arts et la culture. Les manifestations y sont nombreuses, variées, notamment pendant les mois d'été. En juin-juillet, le Festival de théâtre antique prend les vestiges romains de la ville comme décor à ses représentations théâtrales. Tandis qu'au mois d'août, la manifestation culturelle et sportive "Du pain et des jeux" ("Brot und Spiele") présente, dans un joyeux mixte de compétition bon enfant et de spectacle, l'art du combat romain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anémone
******
avatar


MessageSujet: Re: Lieux et monuments   Dim 14 Fév - 14:56

Une journée dans les Deux Sèvres, découverte du chateau de Bressuire




Le site fut habité sans discontinuité depuis l'époque celtique. La première mention du château date de 1029. L'actuel château a vraisemblablement été fondé à la charnière des Xe et XIe siècles par la famille de Beaumont, et il a appartenu à la famille des Beaumont-Bressuire du xie siècle jusqu'au début du xvie siècle.
Il joua un rôle militaire de premier ordre dans les luttes que se livrèrent en Poitou rois de France et d'Angleterre durant trois siècles. Il n'y a jamais eu de siège au château de Bressuire. Duguesclin y a tout de même délogé les anglais.
Le château a été acquis par la commune en 1975 et classé pour ce qui est du château du sol de l'emprise et des fossés par arrêté du 30 avril 1996.


Architecture

D'architecture militaire médiévale, il occupe une surface considérable sur l'extrémité arrondie d'un plateau. Les vestiges actuellement visibles datent essentiellement de la fin du xiie siècle et du début du xiiie siècle
Dans la première moitié du xviiie siècle , suite à de violents orages et un mauvais entretien, il a été dépecé et un nouveau logis a été élevé vers 1880, en retrait par rapport à l'ancien.
La forteresse comportait trois enceintes, mais la plus extérieure a disparu. Une chapelle se dressait dans l'enceinte. A ce jour, seules les fondations de la crypte existeraient, à 2 mètres de profondeur. Aucune recherche archéologique n'est à ce jour envisagée.
Il reste de cette forteresse les ruines des enceintes, une partie du donjon, un aperçu des chemins de ronde. La rénovation, bien que nécessaire pour un tel édifice, se fait actuellement petit à petit sur une tour Nord de l'enceinte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lieux et monuments   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lieux et monuments
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» quel est le lieux qui vous parais le plus mystérieux ?
» Les centres d'intérêt des ovnis: des lieux privilégiés
» D'étranges monuments
» Fin des cours (état des lieux)
» Maroc: Loi Interdisant le tabac dans les lieux public

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Littérature & Culture-
Sauter vers: