philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Faut-il interdire la burqa ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Faut-il interdire la burqa ?   Jeu 2 Juil - 15:16

La question est d'actualité : certains planchent sur ce problème. Une Commission y travaille. Nous sommes une République laïque qui tolère beaucoup de choses.

Etes-vous d'accord avec le fait qu'il faille intervenir ?
Pensez-vous qu'il est préférable de laisser chacun faire ce qu'il veut ?
Les femmes portant la burqa le font-elles toutes librement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Jeu 2 Juil - 15:47

j'ai suivi le débat sur France 2 l'autre soir!

une chose est certaine, la Burqa n'est pas imposée par l'Islam?

c'est une interprétation personnelle de la religion, qui est ou bien imposée par la famille(extrémiste) ou par le mari! ou la femme elle même en fait le choix!

personnellement, ça me dérange, non par le fait que c'est un signe extérieur" religieux", mais simplement ,je ne peux voir le visage de cette femme voilée?
Dans une société , la moindre politesse , est de regarder son interlocuteur en face, et que celui-ci puisse a son tour voir l'expression de votre visage lors d'échanges oraux !
maintenant, je ne sais pas en France,mais chez nous,il est interdit de porter un masque ou tout autre objet voilant son visage, sauf pendant les trois jours précédant le carême.
que ces femmes la porte (volontairement) chez elle ,en famille, je respect leurs traditions, mais en ville ,parmi nous, ...NON!
je le ressent comme un manque de confiance , un refut de participer a la vie sociale(alors que beaucoup, vivent ici , et souvent avec une aide de l'état)

Maintenant, je tolère sans le moindre problème le foulard, qui lui est un signe de leur religion! ......les Catholique portent bien leur croix!
ce choix là, doit être selon moi , bien respecté!
même dans les endroits comme les administrations et bâtiments officiels.
Car l'employeur qui engage une Musulmane, doit savoir que ceci fait partie de sa tradition.
il ne doit pas après coup, lui interdire de le porté, dans ce cas ci, il doit être conséquent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Ven 3 Juil - 7:37

Marie-jo 17 a écrit:
j'ai suivi le débat sur France 2 l'autre soir!

une chose est certaine, la Burqa n'est pas imposée par l'Islam?
J'ai également suivi une partie de ce débat. Tu as pu constater que l'une des plus réticentes au port de la burqa était la ministre, Fadela Amara, musulmane d'origine. Non, le port du voile, quel qu'il soit, n'est pas imposé par la religion, même si quelques fanatiques le font croire.

Marie-jo 17 a écrit:
c'est une interprétation personnelle de la religion, qui est ou bien imposée par la famille(extrémiste) ou par le mari! ou la femme elle même en fait le choix!
Oui, la religion a bon dos et la famille comprend ce qu'on lui enseigne et je reste persuadée que beaucoup de jeunes femmes ne sont pas libres de faire ce qu'elles souhaitent. Pour la plupart d'entre elles, il s'agit d'une prison...

Marie-jo 17 a écrit:
personnellement, ça me dérange, non par le fait que c'est un signe extérieur" religieux", mais simplement ,je ne peux voir le visage de cette femme voilée?
Dans une société , la moindre politesse , est de regarder son interlocuteur en face, et que celui-ci puisse a son tour voir l'expression de votre visage lors d'échanges oraux !
Effectivement, comment s'adresser à quelqu'un dont on ne voit pas les yeux, l'expression du visage ? Comment savoir qui est derrière ce linge noir que Mme Badinter qualifiait de fantôme ?

Marie-jo 17 a écrit:
maintenant, je ne sais pas en France,mais chez nous,il est interdit de porter un masque ou tout autre objet voilant son visage, sauf pendant les trois jours précédant le carême.
Pour le moment, ça ne semble pas interdit, bien que certaines régions prévoient d'interdire le port de la cagoule lors des manifestations...

Marie-jo 17 a écrit:
que ces femmes la porte (volontairement) chez elle ,en famille, je respect leurs traditions, mais en ville ,parmi nous, ...NON!
je le ressent comme un manque de confiance , un refut de participer a la vie sociale(alors que beaucoup, vivent ici , et souvent avec une aide de l'état)
Eh oui, pour être accepté dans un pays, il est indispensable de s'adapter au système en vigueur et ne pas déranger l'ordre public.

Marie-jo 17 a écrit:
Maintenant, je tolère sans le moindre problème le foulard, qui lui est un signe de leur religion! ......les Catholique portent bien leur croix!
ce choix là, doit être selon moi , bien respecté!
Le foulard n'est pas imposé non plus par la religion mais il est beaucoup plus ostentatoire que la petite croix que peuvent porter certains catholiques. Pour que tout le monde se trouve bien, quelque part, il faut s'adapter à ceux qui demeurent dans le pays. Dans l'absolu, le foulard ne me dérange pas vraiment, mais la quantité de foulards qui donne l'impression de se retrouver dans un autre monde.

Marie-jo 17 a écrit:
même dans les endroits comme les administrations et bâtiments officiels.
Car l'employeur qui engage une Musulmane, doit savoir que ceci fait partie de sa tradition.
il ne doit pas après coup, lui interdire de le porté, dans ce cas ci, il doit être conséquent.
Il faut quand même se souvenir d'une chose : l'employeur n'a pas le droit de faire de la discrimination raciale. Il est donc obligé d'embaucher quelqu'un pour sa qualification, sans compter le fait que certaines se font embaucher sans voile et le portent ensuite...
N'oublions pas que les entreprises doivent faire le nécessaire pour satisfaire leur clientèle et, si un signe religieux aussi visible la choque, celle-ci ira voir ailleurs. Pas facile !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Ven 3 Juil - 7:44

Nelly a écrit:
Les femmes portant la burqa le font-elles toutes librement ?
J'aimerais revenir à cet aspect qui me paraît important.
Dans le débat sur France 2 qu'a vu Rose également, ils ont interviewé une jeune femme de 19 ans portant la burqa. Elle affirmait l'avoir portée avant de connaître son époux et qu'il s'agissait de son choix.

Ma réflexion est la suivante : à 19 ans, on se cherche. Sans doute cette jeune femme a-t-elle réellement fait ce choix mais n'a-t-elle pas subi une forme de "lavage de cerveau" dans le même style que le font les sectes ? Elle se trouve bien ainsi aujourd'hui, cachée et refermée sur elle-même. Qu'en sera-t-il demain ?

Combien de femmes ont réellement le choix ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Ven 3 Juil - 7:49

Voici un extrait du "Parisien" sur le sujet :

Sur la question du port du voile, la France qui l’interdit dans les écoles et les administrations possède la législation la plus répressive d’Europe. Sur la burqa, en revanche, plusieurs pays d’Europe ont été plus loin que nous.

Aux Pays-Bas, une loi au printemps 2007 a interdit le port du voile intégral dans les écoles et les transports publics.

En Suède et en Italie, la burqa est interdite dans les lieux publics, en théorie.

Plusieurs communes de Belgique, Anvers par exemple l’ont bannie.

Au Luxembourg, voilà ce que disent les règlements de police : « Hors le temps de carnaval, il est interdit à toute personne de paraître masquée dans les rues… » Cela vaut donc pour le niqab ou la burqa !

En Grande-Bretagne, de nombreuses écoles ont choisi d’interdire le voile intégral à leurs élèves, comme ils en ont le droit depuis mars 2007. Dans les autres lieux publics, la burqa est autorisée. Mais il est prohibé de se rendre à un entretien d’embauche ou à un examen vêtu de cette manière. Contrairement à la France, c’est moins l’atteinte à la laïcité qui est avancée que des raisons de sécurité. Deux semaines après les attentats de Londres en 2005, un terroriste avait tenté de fuir caché sous une burqa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Ven 3 Juil - 7:59

Je pense à ce dessin humoristique à propos de l'alerte à la grippe A et les mesures préventives dans les lieux publics, où on voit 2 burqas avec le masque sanitaire sur le nez qui disent: "il ne manquait plus que ça!" Rolling Eyes scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Mar 2 Mar - 9:51

Je viens de recevoir une copie de ce texte par mail. je vous le livre tel quel. Je le coupe en plusieurs messages pour qu'il ne soit pas trop fastidieux à lire, vu sa longueur :

Très beau texte de Djemila Benhabib (auteur de "Ma vie à contre - Coran"), lu au Sénat français Lundi 30 novembre 2009

MISSION PARLEMENTAIRE SUR LE VOILE INTEGRAL


Mesdames les sénatrices, Mesdames les présidentes, Mesdames et messieurs les dignitaires,

Chers amis,

Merci mille fois de ce grand honneur que vous me faites, aujourd'hui, de me consacrer parmi les Femmes debout et.de permettre à ma voix, celle d'une femme de culture musulmane, féministe et laïque de résonner dans cette prestigieuse institution de la République. Merci à vous, mes amies de Femmes solidaires et de la Ligue du droit international des femmes pour votre travail acharné .permanent et indispensable que ce soit dans les quartiers, auprès des femmes victimes de violences et discriminations, des sans papiers, ou encore au sein des politiques et des instances onusiennes. C'est dire que c'est ici, localement que prend racine le travail pour les droits des femmes pour se répercuter à l'échelle internationale. C'est dire aussi que la Marche des femmes pour la liberté et l'égalité est une et indivisible. Lorsqu'une femme souffre dans un quelconque endroit de la planète, c'est notre affaire à toutes et à tous. Merci de nous faire sentir de mille façons que nous sommes les maillons d'une même chaîne.

Voilà encore quelques années, je n'aurais jamais imaginé que ma vie de femme, que ma vie de militante serait si intimement liée au féminisme et à la laïcité.
Je vous surprendrai peut-être en vous avouant que je ne suis pas devenue féministe en tournant les pages du « Deuxième Sexe », ni en me plongeant dans ce magnifique roman d'Aragon « Les Cloches de Bâle », où il était question entre autres de Clara Zetkin et de Rosa Luxembourg, deux figures de proue du féminisme et de la .paix dans le monde.
Je ne suis pas devenue laïque en m'abreuvant de Spinoza, de Ibn Al-Arabi, de Descartes, de Ibn Khaldoun, ou de Voltaire, mon maître. Absolument pas.

J'aurais pu tourner mon regard ailleurs pour me perdre dans cette enfance si heureuse que j'ai eue dans une famille généreuse, cultivée, ouverte sur le monde et sur les autres, profondément engagée pour la démocratie et la justice sociale. J'aurais pu m'égarer dans la beauté de cette ville qu'est Oran où il faisait si bon vivre au bord de la mer. Cette ville qui a propulsé la carrière littéraire d'Albert Camus, avec son célèbre roman « La peste », jusqu'au Nobel de littérature. J'aurais pu ne rien voir, ne rien entendre des brimades, du mépris, des humiliations et des violences qu'on déversait sur les femmes. J'ai choisi de voir et d'écouter d'abord avec mes yeux et mes oreilles d'enfant. Plus tard, j'ai .choisi de dire les aspirations de toutes ces femmes qui ont marqué ma vie pour que plus jamais, plus aucune femme dans le monde, n'ait honte d'être femme.

Pour vous dire vrai, à l'enfance et surtout à l'adolescence, je n'ai jamais rêvé de mariage, de prince charmant, de robe longue, de grande maison, d'enfants et de famille. Les quelques mariages auxquels j'avais assisté, en Algérie, me faisaient sentir que la femme était un objet bien plus qu'un sujet. Inutile de vous préciser que ma perspective était ultra minoritaire, car les femmes sont formatées à devenir des épouses puis des mères dès l'enfance. Je devais avoir, quoi, cinq, six, peut-être sept ans tout au plus, lorsqu'on me somma de rejoindre ma grand-mère dans la cuisine, car ma place naturelle était à mi-distance entre les fourneaux et la buanderie, de façon à pouvoir faire éclater mes talents de cuisinière et de ménagère le moment venu.

A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Mar 2 Mar - 9:53

Suite :

En 1984, l'Algérie adopte un code de la famille inspiré de la charia islamique. J'ai 12 ans à cette époque. Brièvement, ce code exige de l'épouse d'obéir à son mari et à ses beaux-parents, permet la répudiation, la polygamie, destitue la femme de son autorité parentale, permet à l'époux de corriger sa femme et en matière d'héritage comme de témoignage, l'inégalité est érigée en système puisque la voix de deux femmes équivaut à celle d'un homme tout comme les parts d'héritage.

Question : L'Algérie est-elle devenue musulmane en 1984 ?
.Réponse : Je vous la donnerai pendant le débat tout à l'heure si vous le souhaitez.

.Pour ce qui est de la laïcité, j'ai compris sa nécessité lorsque, au tout début des années 1990, le Front islamique du salut (FIS) a mis à genoux mon pays l'Algérie par le feu et par le sang en assassinant des milliers d'Algériens. Aujourd'hui, on est forcé de constater que les choses n'ont pas tellement changé.

Trop de femmes dans le monde se font encore humilier, battre, violenter, répudier, assassiner, brûler, fouetter et lapider. Au nom de quoi ? De la religion, de l'islam en l'occurrence et de son instrumentalisation. Pour refuser un mariage arrangé, le port du voile islamique ou encore pour avoir demandé le divorce, porté un pantalon, conduit une voiture et même avoir franchi le seuil de la porte sans la permission du mâle, des femmes, tant de femmes subissent la barbarie dans leur .chair. Je pense en particulier à nos sœurs iraniennes qui ont défilé dans les rues de Téhéran pour faire trembler l'un des pires dictateurs au monde : Ahmadinejad. Je pense à *Neda*, cette jeune Iranienne assassinée à l'âge de 26 ans. Nous avons tous vu cette image de Neda gisant sur le sol, le sang dégoulinant de sa bouche. Je pense à *Nojoud Ali*, cette petite Yéménite de 10 ans, qui a été mariée de force à un homme qui a trois fois son âge, qui s'est battue pour obtenir le droit de divorcer .et qui l'a obtenu. Je pense à*Loubna Al-Hussein* qui a fait trembler le gouvernement de Khartoum l'été dernier à cause de sa tenue vestimentaire.

La pire condition féminine dans le globe, c'est celle que vivent les femmes dans les pays musulmans. C'est un fait et nous devons le reconnaître. C'est cela notre .première solidarité à l'égard de toutes celles qui défient les pires régimes tyranniques au monde. Qui oserait dire le contraire ? Qui oserait prétendre l'inverse ? Les islamistes et leurs complices ? .Certainement, mais pas seulement.

* Il y a aussi ce courant de pensée relativiste qui prétend qu'au nom des cultures et des traditions nous devons accepter la régression, qui confine l'autre dans un statut de victime perpétuelle et nous culpabilise .pour nos choix de société en nous traitant de racistes .et d'islamophobes lorsque nous défendons l'égalité des .sexes et la laïcité.
C'est cette même gauche qui ouvre .les bras à Tarik Ramadan pour se pavaner de ville en ville, de plateau de TV en plateau de TV et cracher sur.les valeurs de la République.*
Sachez qu'il n'y a rien dans ma culture qui me prédestine à être éclipsée sous un linceul, emblème ostentatoire de différence. Rien qui me prédétermine à accepter le triomphe de l'idiot, du sot et du lâche, surtout si on érige le médiocre en juge. Rien qui prépare mon sexe à être charcuté sans que ma chair en suffoque. Rien qui me prédestine à apprivoiser le fouet ou l'aiguillon. Rien qui me voue à répudier la beauté et le plaisir. Rien qui me prédispose à recevoir la froideur de la lame rouillée sur ma gorge. Et si c'était le cas, je renierais sans remords ni regret le ventre de ma mère, la caresse de mon père et le soleil qui m'a vu grandir.

L'islamisme politique n'est pas l'expression d'une spécificité culturelle, comme on prétend ça et là. C'est une affaire politique, une menace collective qui s'attaque au fondement même de la démocratie en faisant la promotion d'une idéologie violente, sexiste, misogyne, raciste et homophobe.

A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Mar 2 Mar - 9:55

Suite :

Nous avons vu de quelle façon les mouvements islamistes, avec la complicité, la lâcheté et le soutien de certains courants de gauche cautionnent la régression profonde qui s'est installée au cœur même de nos villes. Au Canada, nous avons tout de même failli avoir les tribunaux islamiques. En Grande-Bretagne c'est déjà la .norme dans plusieurs communautés. D'un bout à l'autre de .la planète, le port du voile islamique se répand et se banalise, il devient même une alternative acceptable aux yeux de certains car c'est tout de même mieux que la burqa !
Que dire de la démission des démocraties occidentales .sur des enjeux primordiaux à la base du vivre - ensemble et de la citoyenneté tels que la défense de l'école publique, des services publics et de la neutralité de l'État ?
Que dire des reculs en matière d'accessibilité à l'avortement ici même en France ?

Tout ça pour dire qu'il est toujours possible de faire avancer les sociétés grâce à notre courage, notre détermination et à notre audace. Je ne vous dis pas que ce sont là des choix faciles. Loin de là. Les chemins de la liberté sont toujours des chemins escarpés. Ce sont les seuls chemins de l'émancipation humaine, je n'en connais pas d'autres.

Cette merveilleuse page d'histoire, de NOTRE histoire, nous enseigne que subir n'est pas se soumettre. Car par-delà les injustices et les humiliations, il y a aussi les résistances. Résister, c'est se donner le droit de choisir sa destinée. C'est cela pour moi le féminisme. Une destinée non pas individuelle, mais collective pour la dignité de TOUTES les femmes. C'est ainsi que j'ai donné un sens à ma vie en liant mon destin de femme à tous ceux qui rêvent d'égalité et de laïcité comme fondement même de la démocratie. L'histoire regorge d'exemples de religions qui débordent de la sphère privée pour envahir la sphère publique et devenir la loi. Dans ce contexte, les femmes sont les premières perdantes. Pas seulement.

La vie, dans ses multiples dimensions, devient soudainement sclérosée lorsque la loi de Dieu se mêle à la loi des hommes pour organiser les moindres faits et gestes de tous. Il n'y a plus de place pour les avancées scientifiques, la littérature, le théâtre, la musique, la danse, la peinture, le cinéma, bref la vie tout simplement. Seuls la régression et les interdits se multiplient. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai une aversion profonde à l'égard des intégrismes quels qu'ils soient, car je suis une amoureuse de la vie.
Rappelez-vous une chose : lorsque la religion régit la vie de la cité, nous ne sommes plus dans l'espace du possible, nous ne sommes plus dans le référentiel des doutes, nous ne sommes plus dans le repère de la Raison et de la rationalité si chères aux Lumières. Séparer l'espace public de l'espace privé en réaffirmant la neutralité de l'État me semble indispensable, car seule la laïcité permet de se doter d'un espace commun, appelons-le un référentiel citoyen, loin de toutes croyances et de toutes les incroyances, pour prendre en main la destinée de la cité. Avant de conclure, permettez-moi de partager avec vous une lettre destinée .à l'un de vos élus.

J'ai longuement hésité avant de vous écrire. Peut-être, par peur d'être perçue comme celle venue d'ailleurs qui fait indélicatement irruption dans les « affaires françaises ». Au diable les convenances, je n'ai jamais été douée pour la bienséance surtout lorsqu'elle est au service des plus forts, des plus puissants et des plus arrogants. Puis, s'il avait fallu que je vive en fonction du regard des autres, je n'aurais rien fait de ma vie ou si peu. Lorsqu'il s'agit des droits des femmes, nulle convenance ne doit primer sur l'essentiel. .L'essentiel étant : la liberté, l'égalité et l'émancipation des femmes. J'entends encore des copines françaises me dire avec insistance : parle-lui, dis-lui, écris-lui. Étrangement, leurs propos me rappellent le titre de ce magnifique film d'Almodovar « Parle avec elle » où dès les premiers instants, le rideau se lève furtivement, pendant quelques secondes, sur un spectacle de danse, mettant en scène le corps d'une femme, celui de Pina Bausch. Elle qui exprimait si bien dans ses chorégraphies crûment la violence exercée à l'encontre des femmes.

A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Mar 2 Mar - 9:58

Suite :

Monsieur Gérin, c'est à vous que je m'adresse, je voudrais vous parler, vous dire la peur que j'ai connue le 25 mars 1994 alors que j'habitais à Oran, en Algérie .et que le Groupe islamique armé (GIA) avait ordonné aux femmes de mon pays le port du voile islamique. Ce jour-là, j'ai marché la tête nue ainsi que des millions d'autres Algériennes. Nous avons défié la mort. Nous avons joué à cache-cache avec les sanguinaires du GIA et le souvenir de Katia Bengana, une jeune lycéenne âgée de 17 ans assassinée le 28 février 1994 à la sortie de son lycée planait sur nos têtes nues.

Il y a des événements fondateurs dans une vie et qui donnent une direction particulière au destin de tout un chacun. Celui-là, en est un pour moi. Depuis ce jour-là, j'ai une aversion profonde pour tout ce qui est hidjab, voile, burqa, .niqab, tchador, jilbab, khimar et compagnie. Or, aujourd'hui vous êtes à la tête d'une commission parlementaire chargée de se pencher sur le port du voile intégral en France.
En mars dernier, je publiais au Québec, un livre intitulé « Ma vie à contre - Coran : une femme témoigne sur les islamistes »
Dès les premières phrases, je donnais le ton de ce qu'est devenue ma vie en termes d'engagements politiques en écrivant ceci : « J'ai vécu les prémisses d'une dictature islamiste. C'était au début des années 1990. Je n'avais pas encore 18 ans. J'étais coupable d'être femme, féministe et laïque. » Je dois vous avouer que je ne suis pas féministe et laïque par vocation, je le suis par nécessité, par la force des choses, par ces souffrances qui imprègnent mon corps car je ne peux me résoudre à voir l'islamisme politique gagner du terrain ici même et partout dans le monde. Je suis devenue féministe et laïque à force de voir autour de moi des femmes souffrir en silence derrière des portes closes pour cacher leur sexe et leur douleur, pour étouffer leurs désirs et taire leurs rêves.

Il fut un temps où on s'interrogeait en France sur le port du voile islamique à l'école. Aujourd'hui, il est question de voile intégral. Au lieu d'élargir la portée de la loi de 2004 aux établissements universitaires, nous débattons sur la possibilité de laisser déambuler dans nos rues des cercueils. Est-ce normal ? Demain, peut-être c'est la polygamie qui sera à l'ordre du jour. Ne riez pas. Cela s'est produit au Canada et il a fallu que les cours (de justice) s'en mêlent. Car après tout .la culture à bon dos lorsqu'il s'agit d'opprimer les .femmes. Ironie du sort, j'ai constaté dans plusieurs .quartiers que les jupes se rallongent et disparaissent peu à peu. La palette des couleurs se réduit. Il est devenu banal de camoufler son corps derrière un voile et porter une jupe, un acte de résistance.
C'est tout de même une banlieue française qui est le théâtre du film « La Journée de la jupe. » Alors que dans les rues de Téhéran et de Khartoum, les femmes se découvrent de plus en plus, au péril de leur vie, dans les territoires perdus de la République française, le voile est devenu la norme. Que se passe-t-il ? La France est-elle devenue malade ?

.Le voile islamique est souvent présenté comme faisant partie de « l'identité collective musulmane ». Or, il n'en est rien. Il est l'emblème de l'intégrisme musulman partout dans le monde. S'il a une connotation particulière, elle est plutôt politique surtout avec l'avènement de la révolution islamique en Iran en 1979. Que l'on ne s'y trompe pas, le voile islamique cache la peur des femmes, de leur corps, de leur liberté et de leur sexualité.
Pire encore, la perversion est poussée à son paroxysme en voilant des enfants de moins de cinq ans. Il y a quelques temps, j'essayais de me rappeler à quel moment précisément, en Algérie, j'ai vu apparaître ce voile dans les salles de classe. Pendant mon enfance et jusqu'à mon entrée au lycée, c'est-à-dire en 1987, le port du voile islamique était marginal autour de moi. À l'école primaire, personne ne portait le hidjab, ni parmi les enseignants, ni surtout parmi les élèves.

Voilà 12 ans que j'habite au Québec dont la devise inscrite sur les plaques d'immatriculation des voitures est « Je me souviens ».

A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Mar 2 Mar - 10:01

Suite et fin :

A propos de mémoire, de quoi la France devrait-elle se souvenir ? Qu’elle est porteuse des Lumières. Que des millions de femmes se nourrissent des écrits de Simone de Beauvoir dont le nom est indissociable de celui de Djamila Boupacha. C'est peu dire. Il ne fait aucun doute pour moi que la France est un grand pays et ceci vous confère des responsabilités et des devoirs envers nous tous, les petits. C'est d'ailleurs pour cela qu'aujourd'hui, tous les regards sont tournés vers votre commission et que nous attendons de vous que vous fassiez preuve de courage et de responsabilité en interdisant le port de la burqa.

Pour notre part au Québec, on se souvient qu'en 1961, pour la première fois dans l'histoire, une femme, une avocate de surcroît, est élue à l'Assemblée législative lors d'une élection partielle. Son nom est Claire Kirkland et elle deviendra ministre. En invoquant un vieux règlement parlementaire qui exigeait des femmes le port du chapeau pour se présenter à l'Assemblée législative, on la force à se couvrir la tête pendant les sessions. Elle refuse. C'est le scandale. Un journal titre : « Une femme nu-tête à l'Assemblée législative ! »
Elle résiste et obtient gain de cause.

Il faut comprendre par là que nos droits sont des acquis fragiles, à défendre avec acharnement et qu'ils sont le résultat de luttes collectives pour lesquelles se sont engagés des millions de femmes et d'hommes épris de liberté et de justice. J'ose espérer, monsieur Gérin, que la commission que vous présidez tiendra compte de tous ces sacrifices et de toutes ces aspirations citoyennes à travers le monde et les siècles.

A vous chers amis, s'il y a une chose, une seule, que je souhaiterais que vous reteniez de ces quelques mots, c'est la suivante. Entre une certaine gauche démissionnaire, le racisme de l'extrême droite et le laisser-faire et la complicité des gouvernements nous avons la possibilité de changer les choses, plus encore, nous avons la responsabilité historique de faire avancer les droits des femmes. Nous sommes, en quelque sorte, responsables de notre avenir et de celui de nos enfants. Car il prendra la direction que nous lui donnerons. Nous, les citoyens. Nous, les peuples du monde. Par nos gestes, par nos actions et par notre mobilisation. Toutes les énergies citoyennes sont nécessaires d'un pays à l'autre au-delà des frontières. L'avenir nous appartient. La femme est l'avenir de l'homme disait Aragon. S'agissant d'homme, je veux en saluer un présent aujourd'hui, c'est mon père à qui je dois tout.

Et je finirai par une citation de Simone de Beauvoir : « On a le droit de crier mais il faut que ce cri soit écouté, il faut que cela tienne debout, il faut que cela résonne chez les autres. »
J'ose espérer que mon cri aura un écho parmi vous.

*Djemila Benhabib*


Lettre lue au Palais du Luxembourg, le vendredi 13 .novembre 2009, lors de la journée "Femmes debout", organisée par Femmes Solidaires et la Ligue du Droit International des Femmes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Mar 2 Mar - 10:06

Par Bruno Roger-Petit le 21/06/2009
La burqa vous dis-je! Oui la burqa est LE débat de la semaine! La burqa qui nous menace, nous cerne, nous envahit, la bura ne doit pas passer!

En dépit de tout ce qu'on peut lire, entendre ou voir, ici et là, la burqa n'est pas passée, ne passe pas, ne passera jamais. Répétons le encore une fois puisqu'il le faut: si des femmes, en conscience et librement ont envie d'aliéner leur liberté, c'est leur droit, quand bien même cela peu apparaître aussi incompréhensible que regrettable pour les vrais Héritiers des Lumières que nous sommes censés être. Et si certaines d'entre elles y étaient contraintes physiquement, moralement, ou les deux, notamment par leur mari ou conjoint, ce qui serait alors insupportable, cela relèverait du droit pénal et non de la sphère de la liberté religieuse. Cette position constituerait, sans doute, la solution de raison qui éviterait la stigmatisation d'une communauté dans son ensemble, communauté qui se retrouve déjà trop souvent "pointée du doigt", comme on le dit dans certains journaux, victime de ces généralisations hâtives dictées par de vieux réflexes judéo-chrétiens hérités des Croisades et toujours vivaces.

Cela étant, la liberté est un virus dont on ne se débarrasse pas comme ça. Voyez ce qui se passe en Iran aujourd'hui. Dès que vous inoculez un peu de liberté dans un corps social, il en veut toujours plus.

Alors, disons le tout net: le meilleur moyen de bouter la burqa hors de France c'est de montrer par l'exemple l'incroyable liberté que peut offrir un corps féminin affranchi de toutes contrainte morale, religieuse, sociale et vestimentaire. Bienheureuse France qui dispose pour se faire d'un patrimoine culturel riche et divers! Bienheureux pays qui a eu la chance de voir s'épanouir, dans les 70', les icones féminines les plus emblématiques de la liberté de la femme enfin conquise!

En vérité je vous le dit, le meilleur rempart contre la burqa, est constitué par le couple Brigitte Bardot et Jane Birkin. Et je le prouve! Démonstration immédiate avec l'extrait d'un film injustement oublié, film signé Roger Vadim, "Don Juan 73", film où Don Juan est une... femme... Très libérée... A preuve donc, cet extrait, où Bardot provoque un échange intéressant avec la compagne (Birkin) de son amant du moment pour inviter ce dernier à réfléchir à sa condition d'homme (Robert Hossein, moins classe que dans les "Angéliques")...

Vous avez apprécié le "salope" laché à plusieurs reprises par le personnage d'Hossein. Loin d'être une injure, ce mot devient, dans le contexte du film, le compliment suprême qu'un type comme lui puisse adresser à la femme jouée par Bardot car ce mot est le reflet de son impuissance (en l'espèce pas de petit "plan shortbus" sous la contrainte). Confrontée à la femme totalement libérée, l'incarnation du mâle dominant ayant traversé les siècles n'a plus d'autre recours que la violence et l'injure, ce qui le rabaisse irrémédiablement et souligne son incontestable défaite. La femme est libre!

J'entends déjà, comme d'hab', le choeur de mes neuneus favoris s'exclamer: "Comment osez vous traiter avec autant de légereté un si grave sujet! Comment osez vous ramener une question essentielle à un tel étiage?" A quoi, comme d'hab', je répondrai: "C'est vous qui êtes dans l'erreur mes bons amis! La liberté est légèreté, et vos sermons pseudo-laïcards de judéo-chretiens pas encore "décontractés du gland", promoteurs d'une laïcité de tabous, d'une laïcité lue à l'envers et pronant la "liberté" à grands coups d'interdits brandis au nom de la "république", toutes ces démonstrations feront toujours moins pour le renoncement à la burqa que la manifestation éclatante, tonitruante, excitante du plaisir d'être une femme libérée".

Donc, je persiste et je signe: N'ayons pas peur! Osons! Le meilleur rempart contre la burqa, ça n'est pas l'interdit, c'est le couple Bardot-Birkin! C'est la liberté, et mieux encore, la liberté toute nue!

PS; en prime, et parce qu'il n'y a pas de mal à se faire du bien les deux versions de "Je t'aime moi non plus" chantées par Bardot et Birkin...
http://www.youtube.com/watch?v=5lthXGnLQoA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Mar 2 Mar - 15:51

Excellent plaidoyer de Djemilah !

Je n'arriverai jamais à comprendre comment des individus approuvent des pratiques comme le port de la burqa, simplement par le fait qu'ils sont "contre" politiquement de ceux qui doivent en débattre Ou ceux qui poussent la liberté d'expression à l'extrême. Ne voient-ils pas ce qui se profile à l'horizon ?

Les intégristes ne se gênent pas pour dire "que le monde entier doit être musulman", mais VU par eux ce qui n'a rien à voir avec la religion elle-même.

Il ne devrait même pas y avoir de discussion. La laïcité permet à tous de vivre ensemble, quelles que soient les origines politiques, religieuses, sexistes. Les 2 premières font partie des convictions personnelles. Dès qu'elles s'affichent -c'est uniquement par provocation- elles doivent être interdites, poliment mais fermement. Ce sont des dérives à mettre avec les sectes.

Il faut donc être unis, hommes et femmes, pour rejeter ce qui peut troubler l'ordre public et qui peut avoir des conséquences dramatiques dans l'avenir. Le voile à l'école a été un test (provocation encore par des gamines qui aiment la provoc' et se laissent embobiner par des adultes, qui eux, savent ce qu'ils font). On avance un pion puis un autre, à l'abri derrière des adolescents.

(Me rappelle ces hordes de gamins qui envahissent parfois les rues volent les passants et se dispersent dans toutes les directions. Ce sont des enfants, qui ne parlent pas français (!) c'est la consigne, et contre lesquels on ne peut rien faire s'ils sont appréhendés. Les adultes attendent tranquillement les bénéfices, quitte à battre ceux qui ne "ramènent" pas suffisamment).

On a déjà abandonné des banlieues, sous des prétextes fallacieux et aujourd'hui, même les policiers évitent d'y entrer.

La burqa n'est qu'une avancée. C'est un déni de la femme et l'ouverture à des pratiques qui n'ont pas de places dans un avenir que nous voulons le plus libre possible.

Il y a un vrai danger.
affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dombom
*****
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Mar 2 Mar - 17:04

Moi qui suis plutôt anarchiste et qui trouve que nous croulons déjà sous des lois qui s'accumulent sans cesse, je ne suis pas trop pour une "interdiction".
Après tout, consciemment ou non, nous nous soumettons tous plus ou moins aux diktats :
- de la mode qui s'impose en limitant nos choix à ce que les magasins proposent (essayez donc d'acheter des chaussures à bout rond quand la mode est aux bouts pointus !)
- d'un mari (qui n'aime que le cuir ou qui n'aime pas le noir par exemple)
- des copains qui se moquent dès qu'on est "différent" etc.
Et que l'on arbore une burqa, une crête de punk ou une mini-jupe ras le bonbon, est-ce vraiment un choix "libre" et lequel est le plus choquant ?

En revanche, ce qui me gêne dans la burqa -et là je rejoins Marie-Jo- c'est que la personne se cache derrière cet accoutrement et que cela fausse la relation.
Dans le dialogue, tout a son importance, du regard à la gestuelle en passant par la mimique. Et l'échange est faussé s'il n'y a pas de réciprocité.
Alors, que chacun s'habille comme il l'entend, mais qu'il l'assume et ne se plaigne pas ensuite d'être ostracisé ou montré du doigt.
Et un employeur devrait pouvoir refuser une candidate voilée sans que celle-ci crie aussitôt à la discrimination puisqu'elle a elle-même choisi de se différencier.
Liberté pour les uns de se fagoter à leur guise, liberté pour les autres de ne pas leur faire confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Mar 2 Mar - 17:29

dombom a écrit:
Alors, que chacun s'habille comme il l'entend, mais qu'il l'assume et ne se plaigne pas ensuite d'être ostracisé ou montré du doigt.
Et combien de femmes seront forcées à s'accoutrer ainsi ? Elles peuvent clamer tant qu'elles veulent qu'elles le font librement, je n'en crois pas un mot pour 90 % des cas. Où est la liberté, dans ce cas ?

dombom a écrit:
Et un employeur devrait pouvoir refuser une candidate voilée sans que celle-ci crie aussitôt à la discrimination puisqu'elle a elle-même choisi de se différencier.
Liberté pour les uns de se fagoter à leur guise, liberté pour les autres de ne pas leur faire confiance.
Effectivement, mais quand tu te retrouves devant les Prud'hommes, tous les droits des employeurs sont oubliés, souvent quels qu'ils soient !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Landés
****
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Mar 2 Mar - 21:30

Personellement je vote pour trois points essentiels:
- Primo: la liberté individuelle étant a mes yeux sacrées, ces femmes sont libres de se balader comme elles l'entendent, mais en retour, je veux le même droit, c'est a dire me balader en string ou pire dans les mêmes lieux.
- deuxio: personne ne vous oblige a les fréquenter, alors mettez les en quarantaine.....
- tertio: la véritable cible, ignorée d'aprés moi sont les attardés mentaux qui les obligent a se vétir ainsi. Eux par contre, pour atteinte à la liberté individuelle, je suis partisan d'une loi autorisant à leur arracher une partie de leur anatomie ! Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Mar 2 Mar - 22:48

Lou Landés a écrit:
Personellement je vote pour trois points essentiels:
- Primo: la liberté individuelle étant a mes yeux sacrées, ces femmes sont libres de se balader comme elles l'entendent, mais en retour, je veux le même droit, c'est a dire me balader en string ou pire dans les mêmes lieux.
- deuxio: personne ne vous oblige a les fréquenter, alors mettez les en quarantaine.....
- tertio: la véritable cible, ignorée d'aprés moi sont les attardés mentaux qui les obligent a se vétir ainsi. Eux par contre, pour atteinte à la liberté individuelle, je suis partisan d'une loi autorisant à leur arracher une partie de leur anatomie ! Twisted Evil

-- La burqa dépasse le cadre de la liberté individuelle. L'individu qui se cache derrière ce déguisement ne peut être que suspect. Homme, femme, nul ne le sait. Personnage "sincère" (?) ou porteur de bombe, nul ne le sait.

Dit maintes fois : qui va récupérer un enfant à l'école ? Qui se présente dans un magasin ?Un emploi, etc. etc.

Les prêtres catholiques ne portent plus de vêtements particuliers dans la rue. Les boudhistes se promènent parfois avec leurs robes oranges et leurs clochettes, mais le visage est découvert et il s'agit d'un genre de prêtres et non de particuliers. Très peu nombreux. Ils ne sont pas ces fantômes en noir dignes des braqueurs et terroristes cagoulés.

Je suis d'accord avec toi Lou pour le string, j'ai même proposé le nu intégral. Mais là, je vous parie, que dans moins d'une minute vous êtes emmené manu militari en prison. Même si vous dites "Adam et Eve étaient ainsi", c'est ma religion, ça ne marchera pas.

Pauvres maires de villes côtières qui doivent promulguer l'interdiction de se balader en maillot en dehors des plages. (Se trouver à la caisse d'un magasin derrière un gars en slip de bain, est quelque chose de très déplaisant, pour la burqa il faut ajouter très inquiétant . Il faut accepter aussi les cagoules dans la rue et les mêmes endroits ?

Quant aux "attardés mentaux", ceux qui préconisent cet accoutrement -soi disant dans les textes sacrés, ce qui est faux-, sont très dangereux. Ce sont les musulmans, croyants mais sincères, qui eux-mêmes le disent

Comme le dit Dom, je ne suis pas non plus pour faire des lois supplémentaires. Celles qui existent sont suffisantes. Les sectes d'une part et le visage découvert pour savoir à qui on a affaire.

Céder sur ce genre de pratiques, sous prétexte de "liberté individuelle" c'est ouvrir la porte à des dérives qui ne pourront se terminer que dans le sang. J'exagère ? Oh que non ! J'ai parlé des banlieues ingérables, il y a des quartiers où il vaut mieux ne pas aller.
Dépasse le cas de la France.

La tolérance a ses limites. J'aime la liberté par dessus tout, mais "la mienne s'arrête où celle de mon voisin commence". C'est la moindre des corrections.

Les guerres, les génocides, les guerres civiles... débutent pour moins que ça !

(Me fait penser à Belphégor, le feuilleton qui a fait très peur !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Attente   Lun 11 Juin - 7:57

la semaine passée, un incident a fait que nous sommes menacés d'attaques terroristes?

Une personne se promenant dans la rue , entièrement voilée, a été interpelé par deux agents, lui demandant de dévoilé son visage.
A savoir ,que le voile intégral est défendu dans notre pays.
A plusieurs reprises cette personne refuse d'obtempérer, et les agents sont obligés de l'emmener au poste de police, car celle-ci avec ses cris et ses gestes ,menacait la tranquilité public.

Après avoir essayé par tous les moyens de discussions de persuader cette personne que l'on ne voulait que vérifier si elle était bien une femme innocente ,sans aucune mauvaises intentions, et n'obtenant pas de résultat , après en avoir réferer aux autorités ;les agents feminines ,ont eut l'autorisation de la dévoiler de force.

Ce qui ,je ne doit pas vous faire de dessin, n'a pas été sans grande scènes irréelles.

Depuis ,pendant deux jours des manifestations ,avec des actes de violences et de vandalisme ,ont fait ,que plusieurs agents ont été blessés, dont deux grièvement.
L'une des deux ,était une jeune auxiliaire feminine qui a dût être opéré pendant plus de quatre h?
Ironie du sort, cette dernière est elle même de religion Islamique.

DEs menaces de mort et d'attaque terroriste viennent de tous les côtés d'Europe par des militants islamique.

Un méssage a été intercepté où l'on peut lire

Nous briserons les reins de ses Belges.

Pourtant, quand nous allons en vacances dans des pays Musulman, nous respectons leurs lois et traditions, nous ne rentrons pas dans une mosquée sans foulard et avec nos chaussures.
Est-il donc si difficile de s'adapter aux lois du pays qui vous a acceuillis et qui vous fait vivre?

Ils profitent de tous les avantages sociaux, qu'ils n'ont pas dans leur pays, ce serait la moindre des choses qu'ils fassent un effort ,affin qu'on puissent vivre en bonne entente.

Je sais, que la plus grande partie des Musulmans dans notre pays , sont des braves gens, qui ne ferraient de mal a personne.
Mais des illuminés ,des extémistes, font que la paix est impossible.


comment voulez vous après cela ,que des partis comme celui de Mme LEPEN ne progresse pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Lun 11 Juin - 8:47

marie-josé a écrit:
Depuis ,pendant deux jours des manifestations ,avec des actes de violences et de vandalisme ,ont fait ,que plusieurs agents ont été blessés, dont deux grièvement.
L'une des deux ,était une jeune auxiliaire feminine qui a dût être opéré pendant plus de quatre h?
Ironie du sort, cette dernière est elle même de religion Islamique.
J'imagine que cette jeune femme musulmane doit être la première à dénoncer ce genre de pratique. Elle vit sans doute sa religion sans fanatisme et ne peut que désapprouver de tels agissements.

marie-josé a écrit:
DEs menaces de mort et d'attaque terroriste viennent de tous les côtés d'Europe par des militants islamique.

Un méssage a été intercepté où l'on peut lire

Nous briserons les reins de ses Belges.
Vois-tu, nous en avons déjà parlé par le passé, notamment quand il a été question d'interdire le port de la burqa en France et, qu'à la limite, l'un ou l'autre d'entre nous trouvaient même normal que le simple voile puisse ne pas être toléré dans l'administration, voire dans le privé. Or, plus nous autorisons certaines pratiques, plus ces fanatiques en demandent et provoquent.

Comme tu le dis par ailleurs, nous nous adaptons aux moeurs en vigueur dans les pays musulmans si nous nous y rendons, alors nous demandons la réciproque.

La France (et la Belgique, d'ailleurs) est un pays laïc avec une culture chrétienne. Avant de venir chez nous, il faut qu'ils en prennent acte et acceptent de se plier à nos règles.

marie-josé a écrit:
Pourtant, quand nous allons en vacances dans des pays Musulman, nous respectons leurs lois et traditions, nous ne rentrons pas dans une mosquée sans foulard et avec nos chaussures.
Est-il donc si difficile de s'adapter aux lois du pays qui vous a acceuillis et qui vous fait vivre?

Ils profitent de tous les avantages sociaux, qu'ils n'ont pas dans leur pays, ce serait la moindre des choses qu'ils fassent un effort ,affin qu'on puissent vivre en bonne entente.
Et pourtant, notre nouveau gouvernement veut régulariser des clandestins, ce qui laissera de la place aux nouveaux alors que le précédent voulait être plus rigoureux dans les conditions d'accueil.

Et quand tu soulignes "est-il donc si difficile de s'adapter aux lois du pays qui vous a accueillis et qui vous fait vivre", j'avoue que j'ai souvent la même réflexion désabusée. Quand des étrangers viennent dans nos pays démocratiques et avec énormément d'avantages sociaux, on ne leur signifie pas suffisamment leurs obligations !

marie-josé a écrit:
Je sais, que la plus grande partie des Musulmans dans notre pays , sont des braves gens, qui ne ferraient de mal a personne.
Mais des illuminés ,des extémistes, font que la paix est impossible.

comment voulez vous après cela ,que des partis comme celui de Mme LEPEN ne progresse pas?
Il faudrait quand même que chaque citoyen se pose la question de savoir pour qui et quoi il vote !

Aux législatives d'hier, dans notre circonscription, le député en place UMP a été lessivé. Sont en ballottage, le maire socialiste et un parachuté du FN. Je n'en croyais pas mes yeux en voyant ce nom que personne d'entre nous ne connaissait, il y a peu de temps !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Lun 11 Juin - 9:05

Deux fois que je veux poster..... Deux fois que ça plante! Suspect

Hier, entendu sur France inter, un reportage sur la condition des femmes.
Au MALI, de nouvelles forces en présences importées, tentent de leur imposer la charia.
Dans un village, manifestant contre ces fascistes "verts" et pour leur liberté, elles ont réussi à les chasser après que ceux-ci, tentant de les mâter à coups de bâton aient blessé griēvement une des leurs, une dame agée.
Dans leur colère et, elles se sont mises à hurler et les ont caillassé.
Au bénéfice du nombre sans doute..... Pour combien de temps?

Toute société civile doit mettre des limites fermes aux dérives totalitaires.


Dernière édition par stip le Lun 11 Juin - 9:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Article édifiant    Lun 11 Juin - 9:07

(Bamako, Mali) Depuis que le Mali est divisé en deux, les habitants du Nord doivent subir le joug des islamistes. La communauté internationale y voit le sanctuaire d'Al-Qaïda. Ceux qui restent vivent sous la charia, la faim au ventre.

Dans un hôpital de Gao, ville du nord du pays, le Dr Abdou Aziz Yacouba multiplie les chirurgies dans une salle d'opération sans climatisation, sans aspirateur, sans oxygène. Des pillards ont tout pris lors des combats. Depuis que le groupe islamiste Ansar Dine contrôle la ville, l'hôpital a pu difficilement reprendre ses activités, ravitaillé par des convois humanitaires en provenance du Sud.

Entre les murs de l'hôpital, toute arme est interdite. Les islamistes voulaient séparer les hommes des femmes, ce qui est impossible par manque de personnel. «Les rebelles sont devenus un peu invisibles avec le temps», dit-il, entrevu à Bamako où il était venu se reposer.

(suite)


Dernière édition par stip le Lun 11 Juin - 9:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Article suite   Lun 11 Juin - 9:09

(suite)
Dans un hôpital de Gao, ville du nord du pays, le Dr Abdou Aziz Yacouba multiplie les chirurgies dans une salle d'opération sans climatisation, sans aspirateur, sans oxygène. Des pillards ont tout pris lors des combats. Depuis que le groupe islamiste Ansar Dine contrôle la ville, l'hôpital a pu difficilement reprendre ses activités, ravitaillé par des convois humanitaires en provenance du Sud.

Entre les murs de l'hôpital, toute arme est interdite. Les islamistes voulaient séparer les hommes des femmes, ce qui est impossible par manque de personnel. «Les rebelles sont devenus un peu invisibles avec le temps», dit-il, entrevu à Bamako où il était venu se reposer.

La charia

Le nord du Mali est coupé du monde depuis mars dernier. Ansar Dine et le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) se partagent le territoire. Le 26 mai dernier, les deux groupes ont annoncé leur union, une alliance qui n'a pas tenu 24 heures. Le MNLA a dénoncé par communiqué «l'intransigeance d'Ansar Dine à appliquer la charia» et soutient que des pourparlers sont engagés sans qu'il y ait accord.

Ansar Dine impose déjà la charia dans les zones qu'elle contrôle. L'alcool, le tabac, le rasage, le soccer, la télévision y sont maintenant interdits sous peine de flagellation. Les femmes n'ont plus le droit de quitter la maison, même pour aller au marché.

Niamoye Alidji a fui Tombouctou il y a trois semaines avec sa famille. Sur son téléphone, elle montre une photo de sa fille de 10 ans forcée de porter le niqab. «Elle tremblait de peur. Son niqab n'arrêtait pas de tomber.»

Les histoires fusent sur le harcèlement quotidien d'Ansar Dine. «Ils viennent vous dire comment vous comporter. C'est humiliant», explique son beau-frère, Alpha.

Des rebelles s'en sont pris à l'imam de Tombouctou pour diffuser l'appel à la prière au microphone. L'imam a demandé aux islamistes de lui montrer le verset du Coran qui l'interdit. Ils sont repartis.

L'Afghanistan africain

La communauté internationale s'inquiète de la présence d'Al-Qaïda. Le président de l'Union africaine, Thomas Boni Yayi, craint un «Afghanistan africain» et demande l'aide de l'ONU. La Communauté des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) souhaite l'envoi d'une mission militaire.

En attendant, le Nord subit de graves pénuries d'aliments, de carburant et de médicaments. Près de 160 000 Maliens ont fui la région selon l'ONU.

Les citoyens ne restent pas muets. Plusieurs manifestations ont été tenues. Mardi dernier, 300 femmes ont marché à Kidal. Réprimées par les rebelles, elles ont répondu en lançant des pierres. Les islamistes ont été obligés de se replier et de laisser les femmes circuler sans voile.

L'armée malienne s'est effondrée devant les rebelles au début de l'année. Des mutins, exigeant plus de moyens pour combattre, ont fomenté un coup d'État le 21 mars. Profitant de la confusion, les rebelles ont pris le contrôle du Nord en 48 heures.

QUI CONTRÔLE LE NORD ?

Le 6 avril, le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), un mouvement laïque et touareg, a déclaré l'indépendance de près des deux tiers du territoire malien. Elle mettait fin à quatre mois de rébellion menée par d'anciens combattants revenus de Libye bien armés et entraînés.

Depuis, une faction islamiste a pris le contrôle des villes les plus importantes: Ansar Dine (défenseur de l'islam, en arabe). Il est dirigé par un combattant touareg légendaire, Iyad Ag Ghali, qui a servi d'intermédiaire avec AQMI pour la libération d'otages, dont celle des Canadiens Robert Fowler et Louis Guay. Ansar Dine n'a jamais confirmé ou infirmé ses liens avec AQMI.

Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) a profité du conflit pour élargir sa base au Mali. Avant 2007, il était constitué de combattants salafistes algériens. Il a depuis adopté la cause djihadiste d'Oussama ben Laden. AQMI finance ses activités par l'enlèvement d'étrangers et le trafic de carburant, drogue, cigarettes, humains.

Plusieurs groupuscules ont aussi fait surface, notamment le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (MUJAO) qui a revendiqué l'enlèvement de sept diplomates algériens au Mali. La secte nigériane Boko Haram et d'autres groupes étrangers ont aussi été signalés.


Dernière édition par stip le Lun 11 Juin - 9:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Lun 11 Juin - 9:25

Voir mon post précédant cet article pour en comprendre le choix.
A laisser s'épanouir une forme de totalitarisme et d'oppression, on en nourrira d'autres..... C'est clair! Mad

Lien promis:


. http://www.franceinter.fr/emission-les-femmes-toute-une-histoire-la-resistante-et-feministe-tereska-torres-les-femmes-et-le-sp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Lun 11 Juin - 10:17

le problème, est que maintenant ,dans tout Bruxelles ,Anvers etc ....des troupes armées se promènent dans la rue?????
pour la sécurité?
comment expliquer a nos enfants dans ce cas, que nous ne sommes pourtant pas en état de guerre,mais des soldats ,mitraillettes aux poing patrouillent de long en large.
Cela fait froid dans le dos.



quand est-ce qu'au nom des religions on cessera de prendre le peuple pour otage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   Mar 12 Juin - 16:29

marie-josé a écrit:
le problème, est que maintenant ,dans tout Bruxelles ,Anvers etc ....des troupes armées se promènent dans la rue?????
pour la sécurité?
Tu sais, quand le plan vigipirate est activé, il en est de même à Paris. C'est en ville qu'on le remarque le plus.

marie-josé a écrit:
comment expliquer a nos enfants dans ce cas, que nous ne sommes pourtant pas en état de guerre,mais des soldats ,mitraillettes aux poing patrouillent de long en large.
Cela fait froid dans le dos.
La première fois que j'ai vu les militaires en arrivant dans la gare de l'est, j'ai été suprise et impressionnée. Par la suite, ça m'a passé. On s'habitue car c'est pour la bonne cause. Si personne ne faisait rien, ce serait pire. Dans quelque temps, tout se normalisera à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faut-il interdire la burqa ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Faut-il interdire la burqa ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faut-il interdire de fumer dans le lieux publics
» Aide ECJS : Les scandales politiques affaiblissent-ils la démocratie ?
» Faut-il interdire le nucléaire ?
» fitna film contre l'islam
» La peine de mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Actualité & Politique-
Sauter vers: