philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 La précarité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nelly
******
avatar


MessageSujet: La précarité   Lun 9 Nov - 17:37

La phénomène ne cesse de s'amplifier. De plus en plus de femmes, à la tête de familles monoparentales, vivent dans des conditions précaires.

La hausse de la pauvreté pénalise un public féminin, les moins de 20 ans... et les plus de 50 ans.

La tendance est lente mais régulière : en 2008, les femmes constituaient 54,4 % des adultes en situation de pauvreté. Elles sont confrontées à des situations sociales plus précaires que les hommes. 7,6 % d'entre elles occupent un travail à temps partiel, contre 2,5 % des hommes. Cen temps partiel est souvent subi et engendre une insuffisance de ressources.

Le nombre de familles monoparentales - largement conduites par les femmes - est proche de 30 %, soit une proportion 3,4 fois plus élevée qu'au sein de la population française. Or, les enfants pèsent fortement sur l'activité professionnelle des femmes. Ainsi, 14,6 % des femmes sont inactives parce que "au foyer" (cette raison ne touche que 1,5 % des hommes.

(Source : Les Echos)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: La précarité   Lun 9 Nov - 17:40

Nous avons débattu sur un autre topic à propos de la parité hommes/femmes. Voici une autre illustration des difficultés rencontrées.

Les enfants ont deux parents, non ? Pourquoi les femmes en pâtissent-elles davantage ?
Comment peut-on envisager l'avenir dans de telles conditons ?
Sacrifions-nous les enfants ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: La précarité   Mar 10 Nov - 1:27

Nelly a écrit:
Nous avons débattu sur un autre topic à propos de la parité hommes/femmes. Voici une autre illustration des difficultés rencontrées.

Les enfants ont deux parents, non ? Pourquoi les femmes en pâtissent-elles davantage ?
Comment peut-on envisager l'avenir dans de telles conditons ?
Sacrifions-nous les enfants ?

--- Parce que, depuis la nuit des temps, il a été décidé que la femme mettant les enfants au monde elle devait assurer "l'élevage". Le mari apportait de quoi les faire vivre.

J'allais dire "décidé par l'homme", mais chez les animaux c'est pareil. C'est la femelle qui assume. C'est dans les gènes ?

Aujourd'hui, les femmes travaillant souvent à l'extérieur, il devient plus normal que les deux parents se partagent l'éducation des enfants. De ce côté là, je trouve que les jeunes hommes sont beaucoup plus ouverts.

Avant la 2ème guerre mondiale, il était rare de voir un père aller chercher les enfants à l'école ou pousser un landau ! Ranger la table ou passer l'aspirateur était impensable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: La précarité   Mar 10 Nov - 9:42

Brumes a écrit:
Nelly a écrit:
Les enfants ont deux parents, non ? Pourquoi les femmes en pâtissent-elles davantage ?
Comment peut-on envisager l'avenir dans de telles conditons ?
Sacrifions-nous les enfants ?
-- Parce que, depuis la nuit des temps, il a été décidé que la femme mettant les enfants au monde elle devait assurer "l'élevage". Le mari apportait de quoi les faire vivre.
Mais justement, on ne parlait pas de parité, à ce moment-là. Les chiffres que j'ai donnés sont actuels ! Il n'est plus "décidé" que c'est à la femme d'assurer la subsistance des enfants : il semble simplement que la femme se sente plus responsable par rapport à eux. Nuance !

Brumes a écrit:
J'allais dire "décidé par l'homme", mais chez les animaux c'est pareil. C'est la femelle qui assume. C'est dans les gènes ?
Il s'agit de l'éducation reçue, de notre culture. De tout temps, tout a toujours été fait à l'envers. On s'aperçoit aujourd'hui que ce sont les femmes et les enfants qui trinquent en raison de la liberté des femmes. Les femmes ont le droit à la liberté. Faut-il pour autant les laisser se dépatouiller n'importe comment ? Sont-elles toujours conscience de la charge qu'il leur faut assumer en quittant leur conjoint ?

Brumes a écrit:
Aujourd'hui, les femmes travaillant souvent à l'extérieur, il devient plus normal que les deux parents se partagent l'éducation des enfants. De ce côté là, je trouve que les jeunes hommes sont beaucoup plus ouverts.
Oui, c'est exact, mais je répète que les chiffres sont parlants : la précarité des femmes fait du mal à la société parce que les enfants souffrent.

Brumes a écrit:
Avant la 2ème guerre mondiale, il était rare de voir un père aller chercher les enfants à l'école ou pousser un landau ! Ranger la table ou passer l'aspirateur était impensable.
L'évolution est certes en route, mais elle met du temps à s'adapter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: La précarité   Mar 10 Nov - 9:47

Nelly a écrit:
La hausse de la pauvreté pénalise un public féminin, les moins de 20 ans... et les plus de 50 ans.
En lisant cette phrase, une autre interrogation me vient à l'esprit : pourquoi la pauvreté touche-t-elle à ce point les moins de 20 ans ? Certes, ils n'ont guère de revenus, mais que font les parents ? Les jeunes quittent-ils le domicile parental tellement tôt ? Le font-ils volontairement et sans espoir de retour ou les parents les jettent-ils ? Je trouve ça très complexe. Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: La précarité   Mar 10 Nov - 10:11

en se posant la question?
les jeunes qui sont laissés pour compte,sont souvent des jeunes de famille "unie"..c'est a dire :père et mère
du genre:tu nous prend pour un hôtel?
ta mère n'est pas ta servante(mais la mienne)
tes copains(pines) dehors!
gagne ton propre fric, alors tu pourras discuter
etc...........

tandis que celles qui ont eu le courage de quitter leurs conjoints, pour qui la vie est plus difficile,mais dont le calme familial est revenu,celle-là ,garde le plus souvent les enfants le plus longtemps!
certains même dans ce cas,sont fiers de pouvoir aider leur mères en faisant des petits boulots.

J'ai connu une femme qui assumait son rôle de mère,père,copine,banquier etc........
ses enfants étaient fiers d'elle ,pourtant ils se plaignaient,d'être laisser souvent trop seuls.
hé oui,on ne peut être a la fois au four et au moulin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: La précarité   Mar 10 Nov - 10:41

Marie-jo 17 a écrit:
en se posant la question?
les jeunes qui sont laissés pour compte,sont souvent des jeunes de famille "unie"..c'est a dire :père et mère
du genre:tu nous prend pour un hôtel?
ta mère n'est pas ta servante(mais la mienne)
tes copains(pines) dehors!
gagne ton propre fric, alors tu pourras discuter
Je ne crois pas que ce soit ceux qui ont père et mère qui se font traiter ainsi, surtout à moins de 20 ans ! Que les parents veuillent les mettre dehors quand ils s'aperçoivent qu'ils ont élevé des fainéants, ça se conçoit. Mais à cet âge-là !?! Shocked

Marie-jo 17 a écrit:
tandis que celle qui ont eu le courage de quitter leur conjoint, pour qui la vie est plus difficile,mais dont le calme familial est revenu,celle-là ,garde le plus souvent les enfants le plus longtemps!
certains même dans ce cas,sont fiers de pouvoir aider leur mères en faisant des petits boulots.
Je trouve que les petits boulots devraient se faire dès que possible, même pendant les études. Il est toujours extrêmement instructif de savoir à quel point il est difficile de gagner l'argent que se dépense tellement facilement !

Marie-jo 17 a écrit:
J'ai connu une femme qui assumait son rôle de mère,père,copine,banquier etc........
ses enfants étaient fiers d'elle ,pourtant ils se plaignaient,d'être laisser souvent trop seuls.
hé oui,on ne peut être a la fois au four et au moulin
Les jeunes comprennent quand on le leur explique et, même s'ils se plaignaient, ils étaits fiers d'elle et c'est le plus important : l'exemple est ce qu'il y a de meilleur pour les enfants ! De plus, ce n'est pas une situation traumatisante pour eux, je ne crois pas, du moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: La précarité   Mar 10 Nov - 11:16

Nelly a écrit:
Je ne crois pas que ce soit ceux qui ont père et mère qui se font traiter ainsi, surtout à moins de 20 ans ! Que les parents veuillent les mettre dehors quand ils s'aperçoivent qu'ils ont élevé des fainéants, ça se conçoit. Mais à cet âge-là !?! Shocked.
tu sais Nelly, nous en avons recueilli de bien plus jeunes, 14 /15 ans dont les parents ne voulaient plus s'en charger,et ce n'était pas des plus difficile,simplement des gosses qui ne trouvaient pas leur place ai sein d'une famille de buveurs, sans respect,sans moyens car fainéants (les parents)
et d'autre qui de par la vie de battons de chaises de leur parents se retrouve souvent trop seul et en ceinte!,alors plutôt que d'assumer on les fiche dehors!
il faut avoir que quand on a soi-même une vie sans structures,il sera de même pour les gosses, et s'ils trouve le bonheur et la compréhention ailleurs,ils reisquent de se retrouver dans une situation telle!

Marie-jo 17 a écrit:
tandis que celle qui ont eu le courage de quitter leur conjoint, pour qui la vie est plus difficile,mais dont le calme familial est revenu,celle-là ,garde le plus souvent les enfants le plus longtemps!
certains même dans ce cas,sont fiers de pouvoir aider leur mères en faisant des petits boulots.
Nelly a écrit:
Je trouve que les petits boulots devraient se faire dès que possible, même pendant les études. Il est toujours extrêmement instructif de savoir à quel point il est difficile de gagner l'argent que se dépense tellement facilement !

Marie-jo 17 a écrit:
J'ai connu une femme qui assumait son rôle de mère,père,copine,banquier etc........
ses enfants étaient fiers d'elle ,pourtant ils se plaignaient,d'être laisser souvent trop seuls.
hé oui,on ne peut être a la fois au four et au moulin
Nelly a écrit:
Les jeunes comprennent quand on le leur explique et, même s'ils se plaignaient, ils étaits fiers d'elle et c'est le plus important : l'exemple est ce qu'il y a de meilleur pour les enfants ! De plus, ce n'est pas une situation traumatisante pour eux, je ne crois pas, du moins.
pourtant encore maintenant, étant parent eux aussi, et connaissant les difficultés de la vie, elles lui en font toujours le reproche???
elle travaillait parfois jusqu'a des petite heures mais ne pouvais gagner assez avec les 8h par jours,alors ,ils avaient tout de même déja 10 et 15 ans, et devaient pouvoir comprendre!
mais non , elle a toujours tort,elle aurait mieux fait d'être plus souvent près d'elles,et de les laisser crevés de faim,avec un minimum de vètements et aucune possibilité de plaisir partagé avec leur copines,car tout cela coûte!!!!!!
alors ,comment faire pour contenter tout le monde????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: La précarité   Mar 10 Nov - 15:01

Marie-jo 17 a écrit:
Nelly a écrit:
Je ne crois pas que ce soit ceux qui ont père et mère qui se font traiter ainsi, surtout à moins de 20 ans ! Que les parents veuillent les mettre dehors quand ils s'aperçoivent qu'ils ont élevé des fainéants, ça se conçoit. Mais à cet âge-là !?! Shocked.
tu sais Nelly, nous en avons recueilli de bien plus jeunes, 14 /15 ans dont les parents ne voulaient plus s'en charger,et ce n'était pas des plus difficile,simplement des gosses qui ne trouvaient pas leur place ai sein d'une famille de buveurs, sans respect,sans moyens car fainéants (les parents) et d'autre qui de par la vie de battons de chaises de leur parents se retrouve souvent trop seul et en ceinte!,alors plutôt que d'assumer on les fiche dehors!
il faut avoir que quand on a soi-même une vie sans structures,il sera de même pour les gosses, et s'ils trouve le bonheur et la compréhention ailleurs,ils reisquent de se retrouver dans une situation telle!
Je ne dis pas que ça n'existe pas mais dans l'étude dont je parlais, il y avait une "majorité de...". Il y a beaucoup de cas de familles qui ne réussissent pas à assumer et laissent leurs jeunes se débrouiller, ceux-là mêmes, sans doute, qui vont se plaindre d'une remontrance du professeur, tant qu'ils sont scolarisés ! Je crois également que l'apprentissage que nous donnons à nos enfants passe par la facilité, souvent. Ils estiment n'avoir que des droits et les obligations ne leur sont pas connues. Ils font ensuite des bêtises et certains parents abdiquent en les laissant tomber, histoire d'avoir la paix chez eux. D'autres encore veulent s'émanciper et partent en s'imaginant réussir. Ils ont ensuite des problèmes, souvent de mauvaises fréquentations et n'osent plus rentrer chez eux. Parfois, les parents ne sont même pas au courant de ce qui leur arrive.

Marie-jo 17 a écrit:
Nelly a écrit:
Marie-jo 17 a écrit:
J'ai connu une femme qui assumait son rôle de mère,père,copine,banquier etc........
ses enfants étaient fiers d'elle ,pourtant ils se plaignaient,d'être laisser souvent trop seuls.
hé oui,on ne peut être a la fois au four et au moulin
Les jeunes comprennent quand on le leur explique et, même s'ils se plaignaient, ils étaits fiers d'elle et c'est le plus important : l'exemple est ce qu'il y a de meilleur pour les enfants ! De plus, ce n'est pas une situation traumatisante pour eux, je ne crois pas, du moins.
pourtant encore maintenant, étant parent eux aussi, et connaissant les difficultés de la vie, elles lui en font toujours le reproche???
elle travaillait parfois jusqu'a des petite heures mais ne pouvais gagner assez avec les 8h par jours,alors ,ils avaient tout de même déja 10 et 15 ans, et devaient pouvoir comprendre!
mais non , elle a toujours tort,elle aurait mieux fait d'être plus souvent près d'elles,et de les laisser crevés de faim,avec un minimum de vètements et aucune possibilité de plaisir partagé avec leur copines,car tout cela coûte!!!!!!
alors ,comment faire pour contenter tout le monde????
Je suis d'avis que, dans n'importe quelle circontance (ou presque), le dialogue est roi. Cette maman, avec tout ce qu'elle avait à assumer, n'a peut-être pas su expliquer ses problèmes, voulant les porter toute seule. Peut-être ses enfants auraient-ils su l'aider si elle les y avait obligés. Difficile à dire. Aujourd'hui encore, il semble qu'il n'y ait pas de discussion possible entre eux. Ce n'est pas simple et nul n'est parfait sur tous les points.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La précarité   

Revenir en haut Aller en bas
 
La précarité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La précarité
» Les "vieux"
» beurre de karité brut
» Correcteur : métier précaire et sans avenir ?
» Bipolarite et vieillissement prématuré?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Actualité & Politique-
Sauter vers: