philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Coupables d'avoir trop aimé ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Coupables d'avoir trop aimé ?   Ven 26 Fév - 15:02

On croit rêver : deux enfants, placés en famille d'accueil depuis 5 ans, lui ont été retirés parce qu'ils les ont trop aimés. Une famille d'accueil ne doit pas trop s'attacher aux enfants qui lui sont confiés...

Le petit garçon, d'un peu plus d'un an, se comportait comme un chien, quand il est arrivé dans cette famille. Il ne savait pas marcher autrement qu'à quatre pattes et allait se nourrir à la gamelle du chien ! affraid

Que fallait-il faire ? Ne pas s'en occuper plus que ça et laisser aller les choses ou donner de l'affection, de l'amour à ces enfants qui en ont tellement manqué ?

Aujourd'hui, le père biologique est en taule et la mère, qui ne s'en est pas inquiétée jusqu'ici, compte en redemander la garde.

Dans quel monde vivons-nous ? Que deviennent les petits, là-dedans ? L'avocat de la mère clame haut et fort qu'on ne demande pas l'avis à des enfants de cet âge ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: Coupables d'avoir trop aimé ?   Ven 26 Fév - 20:28

bien triste tous cela?
Bien souvent, les lois sont faites pour ne pas être appliquées!
Les parents biologiques qui n'ont pas su assumer les tâche parentale, ne devraient-ils pas faire l'objet de sérieux contrôle avant de parler de leur redonner leur enfants!
Hélas, dans beaucoup de cas, ces mômes sont plus heureux en famille d'acceuil.
Et si comme il est dit ,qu'on ne peu s'attacher, alors pourquoi se fatiguer à élever un enfant ,si on ne peu l'aimer????
nous ne sommes pas des robots, et le manque d'amour et un traumatisme pour ces petits.
La bêtise administrative se dépasse là! .....non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
****
avatar


MessageSujet: Re: Coupables d'avoir trop aimé ?   Ven 26 Fév - 21:15

C'est tout simplement dégueulasse. Et la justice est coupable. Et ne sera pas condamnée pour le mal qu'elle va faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Coupables d'avoir trop aimé ?   Sam 27 Fév - 9:00

Marie-jo 17 a écrit:
bien triste tous cela?
Bien souvent, les lois sont faites pour ne pas être appliquées!
La loi doit exister, mais l'appréciation de son application devrait dépendre de plusieurs personnes, dans un tel cas.

Marie-jo 17 a écrit:
Les parents biologiques qui n'ont pas su assumer les tâche parentale, ne devraient-ils pas faire l'objet de sérieux contrôle avant de parler de leur redonner leur enfants!
Hélas, dans beaucoup de cas, ces mômes sont plus heureux en famille d'acceuil.
Pour l'instant, la loi n'est pas encore passée et on ne connaît pas le résultat. Les enfants ont été placés en foyer. Je trouve que la famille biologique a réellement démérité dans ce cas précis et qu'il faudrait faire une enquête sérieuse avant de rendre les enfants à leur mère (puisque le père est en taule).

Marie-jo 17 a écrit:
Et si comme il est dit ,qu'on ne peu s'attacher, alors pourquoi se fatiguer à élever un enfant ,si on ne peu l'aimer????
Il faut savoir que la famille d'accueil n'est pas destinée à garder les enfants qu'on lui confie. Dès le départ, la famille sait que les enfants qui lui sont confiés ne sont pas les siens. Au moins un parent biologique est connu et garde un lien quelconque avec l'enfant (une carte postale ou un coup de fil par an suffit, comme contact). La famille touche une rémunération pour cette garde. Ca c'est clair. Certains parents se voient obligés de confier leur enfant provisoirement à la DDASS, souvent parce qu'ils n'ont pas les moyens, momentanément, de subvenir à ses besoins. Ce peut être un acte d'amour.
Par contre, dans ce cas précis, j'aimerais savoir quel lien l'un des deux parents a gardé avec ses enfants. De plus, vu l'état dans lequel étaient les enfants quand ils ont été retirés aux parents, on peut réellement se poser des questions sur l'amour qu'ils éprouvent envers eux. Est-ce cette subite médiatisation qui a fait sortir la mère de l'ombre ? C'est grave, s'il en est ainsi. Sad

Marie-jo 17 a écrit:
nous ne sommes pas des robots, et le manque d'amour et un traumatisme pour ces petits.
La bêtise administrative se dépasse là! .....non?
La famille d'accueil doit garder un peu de recul, se préserver, sachant que les enfants peuvent retourner dans leur famille biologique.
Ce qui m'interpelle, c'est l'attitude de l'administration par rapport au bien-être des enfants. Même si c'est atroce pour la famille d'accueil d'être séparée des enfants, ces derniers ne sont pas à même de comprendre. Tout s'est bien passé pendant cinq ans et, subitement, parce qu'ils vont bien, parce qu'ils sont aimés, parce qu'ils s'épanouissent, on les met en foyer ? affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Coupables d'avoir trop aimé ?   Sam 27 Fév - 9:09

Thierry a écrit:
C'est tout simplement dégueulasse. Et la justice est coupable. Et ne sera pas condamnée pour le mal qu'elle va faire.
Non, on ne peut pas dire, pour l'instant, que la justice soit coupable puisqu'elle n'est pas encore passée. Il s'agit des services sociaux qui ont décidé de retirer les enfants.

En ce qui concerne la législation, elle est très, trop rigide, à mon avis, à propos des enfants placés : nombre d'entre eux pourraient être adoptés si la loi ne prévoyait pas de privilégier absolument le lien du sang. Or, comme je le disais plus haut, si certaines mamans (généralement) se voient obligées de confier provisoirement leur enfant à l'administration, elles le font en sachant qu'elles vont le récupérer dès que leur situation sera stabilisée. Dans ce cas précis, ces mamans continuent à aller voir leur enfant au foyer et c'est relativement clair, pour l'enfant, même si ce n'est pas idéal. Par contre, se contenter du fait que les parents prennent des nouvelles une fois par an me paraît très léger. C'est retirer une chance d'adoption à un enfant. Beaucoup d'enfants passent d'une famille d'accueil à l'autre, sans réussir à se stabiliser, sans doute parce qu'un certain nombre de ces familles d'accueil font ce "travail" pour de l'argent. Or, comment un enfant peut-il s'épanouir sans amour ? Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-jo 17
******
avatar


MessageSujet: Re: Coupables d'avoir trop aimé ?   Sam 27 Fév - 12:57

mais ici ,on ne parle pas que des parents biologiques!
il est question de la bonté ,l'amour porté aux enfant placés dans cette famille.
Même si c'est un job rémunéré, il faut avoir
1) le courage de la faire
2) la place pour les loger
3)le coeur assez grd pour les accueillir.
même s'ils savent que ces enfants partiront un jour, il est tout a leur honneur de leur avoir donné un foyer aimant, pour se recomposer après le traumatisme vécu chez leurs parents!

On entend hélas ,bien d'autre son de cloche sur certain parents d'acceuil,qui eux ne le font que pour l'argent,et que les enfants y sont malheureux,mal soigné et sans nourriture valable la plupart du temps!
alors pour une fois qu'ils en ont trouvés des bons????
c'est pour les dégoûter à jamais de faire ce job!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rime
*****
avatar


MessageSujet: Re: Coupables d'avoir trop aimé ?   Dim 28 Fév - 7:05

Les familles d'adoption ne sont pas toutes à mettre dans le même panier car elles n'ont pas toutes, à l'origine, la même démarche.L'une le fera dans un but totalement humanitaire, en n'ayant comme désir essentiel que de venir en aide à l'enfant,sans se poser de question autre. Souvent, l'affectif,et c'est normal, prend le pas sur la raison.Mais ces enfants,quelque soit le lien tissé chaque jour, sont reprenables,en transit.Les familles nourricières le savent, les enfants le savent , les autorités le savent et l'un des parents biologique le sait.
Cependant quelque soit la situation une chose m'horrifie.Quid de l'enfant ? sur quelle étagère et dans quelle armoire va t'on le poser ?
Qui va l'aimer +, qui va l'aimer moins ?
Imaginez un instant....je sais que j'ai une vraie maman, là bas, qui attend d'avoir un travail, un logement ou un homme qui ne la bat pas.Je sais.Et je l'aime.Et chaque jour,quand je me réveille, j'ai ma "deuxième "maman.Celle qui veille sur moi, qui me nourrit, me soigne.Et je l'aime.Et un jour...un jour,la vie fera un choix pour moi sans me demander à moi de quel côté mon coeur bat....
Est ce un mieux? un moindre mal ?
Je ne parlerais pas des Thénardier,des coeurs secs que seul l'argent peut irriguer les sourires....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: Coupables d'avoir trop aimé ?   Dim 28 Fév - 9:45

Beaucoup hélas le font pour l'argent. Un métier comme un autre.

Difficile aussi de prendre position. Si la famille d'accueil s'implique dans le bien être de l'enfant il va forcément l'aimer, la séparation sera difficile et la comparaison parfois dramatique.

Pour quelle raison il y a eu séparation ? Il faut un motif grave. Au-delà de la maltraitance qu'est-ce qui peut motiver cet acte très mal vécu par l'enfant.

Le manque d'argent ? Un enfant n'est pas un jouet que l'on prend et laisse à loisir.

Je verrais davantage un parrainage. Le ou les parents seraient en contact, les uns et les autres s'arrangeant pour qu'aucun lien ne soit rompu. Les parrains pourraient apporter l'aide matérielle et l'affection, au même titre qu'un parent.

Il y a suffisamment de contraceptifs maintenant pour éviter d'avoir une progéniture quand on ne peut s'en occuper. Sinon il faut assumer et laisser le soin à d'autres de l'élever et de l'aimer. Je n'en suis pas pour les demi-mesures. Les remords tardifs n'ont pas leur place.

Je crois que l'enfant est mieux écouté aujourd'hui... Ce sera toujours douloureux.

N'empêche, l'inconscience, l'insouciance, des parents "biologiques" ne mérite pas compassion dans ce genre de cas. Ils ont marqué leur enfant au fer rouge pour toute la vie... Pour quelques minutes de plaisir égoïste, c'est faire payer cher à celui qui n'y est pour rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Coupables d'avoir trop aimé ?   Dim 28 Fév - 17:21

Rime a écrit:
Les familles d'adoption ne sont pas toutes à mettre dans le même panier car elles n'ont pas toutes, à l'origine, la même démarche.L'une le fera dans un but totalement humanitaire, en n'ayant comme désir essentiel que de venir en aide à l'enfant,sans se poser de question autre. Souvent, l'affectif,et c'est normal, prend le pas sur la raison.Mais ces enfants,quelque soit le lien tissé chaque jour, sont reprenables,en transit.Les familles nourricières le savent, les enfants le savent , les autorités le savent et l'un des parents biologique le sait.
C 'est loin d'être facile pour une famille d'accueil aimante, mais elle prend ce risque. Personnellement, je n'aurais pas pu faire ce métier, sachant que je m'attacherais trop à ces enfants. Il faut donc garder en tête que l'enfant est confié provisoirement. Je pense qu'il est possible d'aimer un enfant, de s'en occuper, tout en gardant en mémoire que ce n'est pas le sien, qu'il risque de repartir. Combien de grand-mères élèvent leurs petits-enfants tout en les rendant aux parents pendant les week-end. Les enfants savent faire la part des choses et toute la famille réussit à conserver son équilibre.

Rime a écrit:
Cependant quelque soit la situation une chose m'horrifie.Quid de l'enfant ? sur quelle étagère et dans quelle armoire va t'on le poser ?
Qui va l'aimer +, qui va l'aimer moins ?
Dans tous les cas, le bien-être de l'enfant est prioritaire. Après, il est difficile de trouver le bon équilibre destiné à déterminer les critères pour être objectif. Les enfants recherchent l'amour filial. Même s'ils sont bien dans leur famille d'accueil, s'ils sont en contact, même occasionnellement avec leur mère biologique, ils y tiennent et ne comprennent pas s'il y a rejet (ce qui n'est pas forcément le cas).

Rime a écrit:
Imaginez un instant....je sais que j'ai une vraie maman, là bas, qui attend d'avoir un travail, un logement ou un homme qui ne la bat pas.Je sais.Et je l'aime.Et chaque jour,quand je me réveille, j'ai ma "deuxième "maman.Celle qui veille sur moi, qui me nourrit, me soigne.Et je l'aime.Et un jour...un jour,la vie fera un choix pour moi sans me demander à moi de quel côté mon coeur bat....
Est ce un mieux? un moindre mal ?
Les enfants comprennent beaucoup de choses, même s'ils ne les acceptent pas facilement : celui qui sait qu'une famille l'attend la rencontre, fut-ce peu souvent et la famille d'accueil est consciente que la famille biologique fera valoir ses droits, un jour ou l'autre. Je trouve presque que c'est le côté le plus facile à gérer, pour l'enfant.

Ensuite, tout dépend, à la fois des enfants et de la famille d'accueil. Certains enfants ont un passé tellement lourd, quand ils arrivent dans une famille d'accueil, qu'ils sont déjà en conflit avec la société, aigris. Ils ne s'intègrent pas à leur nouveau foyer parce qu'ils ne le veulent pas. Certaines familles ne font pas non plus l'effort d'apprivoiser l'enfant, du moins pas celles qui travaillent uniquement pour l'argent. Je crois que c'est Hervé Villard qui dit avoir été malheureux en famille d'accueil et être passé de l'une à l'autre... Dur, dur ! Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Coupables d'avoir trop aimé ?   Dim 28 Fév - 17:42

Brumes a écrit:
Beaucoup hélas le font pour l'argent. Un métier comme un autre.
Pourquoi pas ? Les nounous le font également moyennant rémunération. Il faut simplement aimer les enfants et le leur faire comprendre.

Brumes a écrit:
Difficile aussi de prendre position. Si la famille d'accueil s'implique dans le bien être de l'enfant il va forcément l'aimer, la séparation sera difficile et la comparaison parfois dramatique.
A mon avis, sauf exception, tant qu'un contact avec la famille biologique reste constant, la famille d'accueil doit pouvoir gérer. La difficulté se présente quand les enfants sont réellement abandonnés et quand on s'aperçoit qu'ils ne sont pas aimés par leur famille. Dans le cas que j'ai cité en exemple, le petit garçon semblait avoir été livré à lui-même, élevé comme les chiens de la maison, mangeant dans leur gamelle. Il a fallu faire "revivre" ces enfants, leur apprendre l'amour qu'il n'ont jamais connu, ce qui demande un investissement conséquent. De plus, les deux parents étaient totalement absents pendant 5 ans ! La famille d'accueil a pu s'imaginer que les parents abandonneraient totalement ces petits.

Brumes a écrit:
Pour quelle raison il y a eu séparation ? Il faut un motif grave. Au-delà de la maltraitance qu'est-ce qui peut motiver cet acte très mal vécu par l'enfant.

Le manque d'argent ? Un enfant n'est pas un jouet que l'on prend et laisse à loisir.
Si, le manque d'argent peut être un sérieux handicap. Certains pères ne prennent pas leur responsabilité, le moment venu et élever seule un enfant n'est pas évident du tout. Il faut réussir à payer le loyer, la nourriture, les charges et... la nounou. Comment fait-on quand on n'a jamais su s'organiser ? Et les toutes jeunes mamans qui ont quitté leur propre famille il y a belle lurette ? Sans compter le chômage qui survient subitement, réduisant nettement les moyens, les fins de droits...

Brumes a écrit:
Je verrais davantage un parrainage. Le ou les parents seraient en contact, les uns et les autres s'arrangeant pour qu'aucun lien ne soit rompu. Les parrains pourraient apporter l'aide matérielle et l'affection, au même titre qu'un parent.
Pour moi, il faudrait être plus sévère à propos du lien entre le parent biologique et l'enfant abandonné. Les critères devraient être plus sévères pour que l'enfant ait un avenir plus clair. Comment une "maman" peut elle être autorisée à réclamer le retour de ses enfants si elle n'est pas restée régulièrement en contact avec eux ? Une carte postale par an serait un lien ? Evil or Very Mad

Brumes a écrit:
Il y a suffisamment de contraceptifs maintenant pour éviter d'avoir une progéniture quand on ne peut s'en occuper. Sinon il faut assumer et laisser le soin à d'autres de l'élever et de l'aimer. Je n'en suis pas pour les demi-mesures. Les remords tardifs n'ont pas leur place.
D'après un reportage télévisé, il paraît que nos jeunes seraient très mal informés sur la contraception. La plupart des filles ignorent qu'elles peuvent tomber enceintes dès le premier rapport ! Shocked Et quand elles s'en aperçoivent, il est déjà trop tard pour l'avortement !

Brumes a écrit:
Je crois que l'enfant est mieux écouté aujourd'hui... Ce sera toujours douloureux.
Tout dépend de l'âge. Dans l'exemple de base, le plus petit a 6 ou 7 ans, à présent. Quel crédit vont-ils lui accorder ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Coupables d'avoir trop aimé ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coupables d'avoir trop aimé ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coupables d'avoir trop aimé ?
» qui as peur de ne plus savoir manger ou maigrir
» LA FAIM.
» La sentation de faim vous rassure t-elle ?
» Je ne suis pas bien :(

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Actualité & Politique-
Sauter vers: