philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 CONTES DIVERS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
renal
******
avatar


MessageSujet: CONTES DIVERS   Ven 21 Mai - 13:15

Chiots à vendre !

Un gérant d'une boutique clouait une pancarte au-dessus de sa porte où l'on pouvait lire " Chiots à vendre ".
Bientôt un petit garçon fut attiré par l'annonce, et demanda " À quel prix vendez-vous ces chiots". Le propriétaire du magasin répondit, " Autour de $30-$50 ". Le petit garçon chercha dans sa poche et sortit de la monnaie... " J'ai $2.37, est-ce que je peux les regarde"?
Le propriétaire du magasin sourit, et siffla. Sa chienne, nommée Lady, courut hors du chenil, vers l'allée de son magasin, suivie par cinq petits chiots. Mais un des chiots restait loin derrière... Immédiatement, le petit garçon choisit le chiot boiteux resté en arrière. Il demanda " De quoi souffre ce petit chien" ? L'homme expliqua qu'à sa naissance, le vétérinaire lui avait annoncé que le chiot avait une malformation de la hanche qui le ferait boiter pour le restant de sa vie. Le petit garçon devint vraiment enthousiasmé et dit " C'est le chiot que je veux acheter "!
L'homme répondit " Non, tu ne peux pas acheter ce petit chien, si tu le veux vraiment, je te le donne ! " Le petit garçon devint bouleversé. Il regarda l'homme droit dans les yeux et dit " Je ne veux pas que vous me le donniez. Il vaut tout autant que les autres chiens, et je vous paierai le plein prix. En fait je vous donnerai $2.37 maintenant et 50 cents chaque mois jusqu'à ce que j'aie fini de le payer. "
L'homme contrecarra. " Tu ne peux pas acheter ce chiot, vraiment ! Il ne sera jamais capable de courir, de sauter et de jouer. Aime d'autres chiots. " Alors, le petit garçon se pencha vers le bas, puis il enroula la manche de son pantalon, et montra une jambe malade, tordue, estropiée, supportée par une grande tige de métal. Il regarda l'homme et dit, " Je ne cours pas très bien et le petit chiot aura besoin de quelqu'un qui le comprenne".
À ce moment, l'homme mordit sa lèvre inférieure. Des larmes lui piquaient les yeux... Il sourit et dit, " Mon garçon, j'espère et prie pour que chacun de ces chiots ait un propriétaire tel que toi
Auteur inconnu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Mar 25 Mai - 19:54

Le ciel et l'enfer

Un homme, son cheval et son chien se promenaient sur une route. Alors qu’ils passaient près d’un arbre gigantesque, un éclair les frappa, et ils moururent tous foudroyés.

Mais l’homme ne comprit pas qu’il avait quitté ce monde, et il continua à marcher avec ses deux bêtes ; les morts mettent parfois du temps à se rendre compte de leur nouvelle condition…

La route était très longue, la pente abrupte, le soleil était fort, ils transpiraient et avaient grand soif. Ils avaient désespérément besoin d’eau. Au détour du chemin, ils aperçurent une porte magnifique, tout en marbre, qui conduisait à une place pavée d’or, au centre de laquelle il y avait une fontaine d’où jaillissait une eau cristalline.

Le voyageur s’adressa à l’homme qui gardait l’entrée.
« Bonjour.
– Bonjour, répondit l’homme.
– Quel est cet endroit, si beau ?
– Ici c’est le Ciel.
– Heureusement que nous sommes arrivés au Ciel, nous avons terriblement soif.
– Vous pouvez entrer et boire l’eau à volonté. »
Et le garde indiqua la fontaine.
« Mon cheval et mon chien ont soif eux aussi.
– Je suis vraiment désolé, mais ici on ne laisse pas entrer les animaux. »

L’homme en fut désappointé parce que sa soif était grande, mais il ne boirait pas tout seul ; il remercia et reprit sa route. Après qu’ils eurent beaucoup marché, épuisés, ils atteignirent une place, dont l’entrée était marquée par une vieille porte, qui donnait sur un chemin de terre bordé d’arbres.

À l’ombre d’un arbre, un homme était couché, la tête couverte d’un chapeau, peut-être endormi.
« Bonjour », dit le voyageur.
L’homme fit signe de la tête.
« Nous sommes assoiffés, mon cheval, mon chien et moi.
– Il y a une source dans ces pierres, dit l’homme, indiquant l’endroit. Vous pouvez boire à volonté. »

L’homme, le cheval et le chien se rendirent à la source et apaisèrent leur soif. Ensuite il revint dire merci.
« Au fait, comment s’appelle cet endroit ?
– Ciel.
– Ciel ? Mais le gardien de la porte en marbre a dit que c’était là-bas le ciel.
– Ça ce n’est pas le ciel, c’est l’enfer. »

Le voyageur était perplexe.
« Vous devriez empêcher cela ! Cette information mensongère doit causer de grandes confusions ! »

L’homme sourit :
« Pas du tout. En réalité, ils nous font une grande faveur. Parce que là-bas restent tous ceux qui sont capables d’abandonner leurs meilleurs amis…


"Le ciel et l'enfer"
Paulo Coelho
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Sam 29 Mai - 19:29

La vie, La vie

Un jour, l'âne d'un fermier est tombé dans un puits.
L'animal gémissait pitoyablement pendant des heures,
et le fermier se demandait quoi faire.

Finalement, il a décidé que l'animal était vieux
et le puits devait disparaître de toute façon,
ce n'était pas rentable pour lui de récupérer l'âne.

Il a invité tous ses voisins à venir et à l'aider.
Ils ont tout saisi une pelle et ont commencé à
enterrer le puits.

Au début, l'âne a réalisé ce qui se
produisait et se mit à crier terriblement.
Puis, à la stupéfaction de chacun, il s'est tu.

Quelques pelletées plus tard,
le fermier a finalement regardé dans le fond
du puits et a été étonné de ce qu'il a vu.

Avec chaque pelleté de terre qui tombait sur lui,
l'âne faisait quelque chose de stupéfiant.
Il se secouait pour enlever la terre
de son dos et montait dessus.

Pendant que les voisins du fermier
continuaient à pelleter sur l'animal,
il se secouait et montait dessus.

Bientôt, chacun a été stupéfié que l'âne
soit hors du puits et se mette à trotter!

La vie va essayer de vous engloutir
de toutes sortes d'ordures.
Le truc pour se sortir du trou
est de se secouer pour avancer.

Chacun de nos ennuis
est une pierre qui nous permet de progresser.

Nous pouvons sortir des puits les plus profonds
en n'arrêtant jamais,
ne jamais abandonner!

Secouez-vous et foncez!
Rappelez-vous ces cinq règles simples!
Pour être heureux:

1. Libérez votre coeur de la haine.
2. Libérez votre esprit des inquiétudes.
3. Vivez simplement.
4. Donnez plus.
5. Attendez moins.

" A ne jamais oublier, surtout dans les moments les plus sombres. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Sam 29 Mai - 19:34

Trois Vieillards

Un jour, une femme sort de sa maison et voit trois vieillards avec de longues barbes blanches, assis devant chez elle. Elle ne les reconnaît pas. Elle leur dit "Je ne pense pas que je vous connaisse, mais vous devez avoir faim, s'il vous plaît entrez et je vous donnerai quelque chose à manger."

"Est-ce que les enfants de la maison sont là ?" ont-ils demandé. "Non, ils sont sortis." leur répondit-elle. "Alors nous ne pouvons pas entrer", ont-ils répondu.

En fin d'après-midi lorsque les enfants reviennent de l'école, la femme raconte son aventure avec les trois hommes aux gamins. "Va leur dire que nous sommes à la maison et invite-les à entrer !" dirent-ils à leur mère. La femme sort et invite les hommes à entrer dans la maison. "Nous n'entrons jamais ensemble dans une maison," ont-ils répondu. Un des vieillards explique : "Son nom est Richesse," dit-il en indiquant un de ses amis et, en indiquant l'autre,"Lui c'est Succès et moi je suis Amour." Il a alors ajouté, "Retourne à la maison et discute avec ta famille pour savoir lequel d'entre nous vous voulez dans votre maison."

La femme retourne à la maison et dit à son famille ce qui avait été dit. "Comme c'est étrange!!", s'exclament les enfants. "Puisque c'est le cas, nous allons inviter Richesse! La mère n'est pas d'accord. "Pourquoi n'inviterions-nous pas Succès? Votre père en aurait bien besoin dans ses affaires... La plus petite, qui suce encore son pouce, s'exprime à son tour: ''Veux mamours, veux mamours...'' Les parents fondent devant tant de câlinerie enfantine et la mère invite Amour à entrer...Amour se lève et commence à marcher vers la maison. Les deux autres se lèvent aussi et le suivent. Étonnée, la femme demande à Richesse et Succès : "J'ai seulement invité Amour. Pourquoi venez-vous aussi?" Les vieillards lui répondent ensemble : "Si vous aviez invité Richesse ou Succès les deux autres d'entre nous serions restés dehors, mais puisque vous avez invité "Amour", partout où il va, nous allons avec lui, puisque partout où il y a de l'Amour, il y a aussi de la Richesse et du "Succès" !!!!

MON DÉSIR POUR VOUS...
Où il y a de la douleur, je vous souhaite la paix et la pitié...
Où il y a le doute en vous, je vous souhaite une confiance renouvelée...
Où il y a la fatigue ou l'épuisement, je vous souhaite la compréhension, la patience et la force...
Où il y a la crainte, je vous souhaite l'amour et le courage.
DANSEZ ... comme si personne ne vous observait,
AIMEZ ... comme si vous n'aviez jamais été blessés auparavant,
CHANTEZ ... comme si personne ne pouvait vous entendre,
VIVEZ ... comme si le paradis était sur terre.

Source: Anonyme....www.lespasseurs.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Lun 31 Mai - 10:04

La plus belle image de la paix


"Il était une fois,
un roi qui avait offert un prix
à l'artiste qui ferait la peinture
de la plus belle image de la paix.
Plusieurs artistes ont essayé.
Le roi a regardé les images,
mais il n'en aimait seulement deux
et il avait à choisir entre ces deux peintures.

La première image était un lac calme.
Le lac était un miroir parfait
pour les montagnes majestueuses autour.
Au-dessus il y avait un ciel bleu
avec quelques noages blancs.
Tous ceux qui ont vu cette peinture
ont pensé que c'était l'image parfaite de la paix.

L'autre peinture avait des montagnes aussi.
Mais elles étaient abruptes, rocheuses
et le sommet sans arbre.
Au-dessus, il y avait un ciel orageux
avec de la pluie et des éclairs.

À côté de la montagne,
il y avait une grosse chute d'eau.
Cela ne ressemblait en rien à la paix.

Mais quand le roi a regardé,
il a vu derrière la chute,
un petit buisson qui avait poussé sur le rocher.
Dans le buisson, une maman oiseau
avait bâti son nid.
Là, au milieu de ce remous d'eau,
était assise la maman oiseau
sur son nid... en parfaite paix.

D'après vous, quelle image a remporté le prix?

Le roi a choisi la seconde.
"Parce que, expliqua le roi,
la paix ne veut pas dire d'être
à un endroit où il n'y a ni bruit,
ni trouble ou de gros travaux.
La paix veut dire d'être
au milieu de toutes ces choses
et d'être toujours calme dans votre coeur."

auteur inconnu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Lun 31 Mai - 10:20

merci Nicole, belle pensée phylosophique Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Mar 1 Juin - 10:34

Le petit garçon et les ballons

Un petit noir regarde un marchand de ballons dans la rue. Ses yeux brillent. Il y a des ballons de toutes les couleurs, rouges, bleus, blancs, noirs, jaunes...

Le vieux monsieur qui vend les ballons voit le garçon qui hésite, puis prend son courage à deux mains et s'approche de lui.

- "Dis Monsieur, est-ce que les ballons noirs volent aussi haut que les autres ?"

Le vieux Monsieur a presque la larme à l'oeil. Il prend le garçon dans les bras, l'installe sur un muret et lui dit : "Regarde"

Il lâche tous ses ballons qui s'envolent en grappe et montent, montent, montent dans le ciel jusqu'à disparaître tous tellement ils sont hauts.

- "Tu as vu ?"
- "Oui"

- "Est-ce que les ballons noirs sont montés aussi haut que les autres ?"

- "Oui Monsieur"

- "Tu vois, mon garçon, les ballons, c'est comme les hommes. L'important ce n'est pas leur couleur, ce n'est pas l'extérieur. Non, l'important, c'est ce qu'il y a en eux. C'est ce qu'il y a en toi qui fera toute la différence dans ta vie."

Auteur inconnu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Jeu 3 Juin - 19:38

La petite grenouille

Il était une fois une course de grenouilles.
L’objectif était d’arriver au haut d’une grande tour.
Beaucoup de gens se rassemblèrent
pour les voir et les encourager.
Et la course commença …
En fait les gens ne croyaient pas possible que
les grenouilles atteignent la cime.
Et toutes les phrases que l’on entendit furent :
« … Impossible !
Elles n’y arriveront jamais … ! »
Les grenouilles commencèrent peu à peu
à se décourager.
Toutes, sauf une qui continua à grimper … .
Et les gens continuèrent :
« Vraiment pas la peine !!!
Elles n’y arriveront jamais … !!! »
Et les grenouilles s’avouaient vaincues
sauf une qui continuait de grimper
envers et contre tout.
A la fin, toutes abandonnèrent, sauf cette grenouille qui,
seule et au prix d’un énorme effort, atteignit la cime … .
Les autres, stupéfaites, voulurent savoir
comment elle y était arrivée.
L’une d’entre elles s’approcha
pour lui demander comment elle avait réussi l’épreuve … .
Et elle découvrit …
… qu’elle était sourde !


N’écoutez donc pas les personnes qui ont
l’habitude d’être négatives.
Car elles volent les meilleurs espoirs de votre cœur.

Rappelez-vous du pouvoir qu’ont les mots que vous
entendez ou que vous lisez !

Soyez toujours POSITIF !

Soyez toujours sourd quand quelqu'un vous dit
que vous ne pouvez réaliser vos rêves !

Auteur inconnu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Jeu 3 Juin - 19:44

Deux amis dans le désert

C'est l'histoire de deux amis qui marchaient dans le désert.
A un moment, ils se disputèrent et l'un des deux donna une gifle à l'autre.
Ce dernier, endolori mais sans rien dire, écrivit dans le sable:
« Aujourd'hui mon meilleur ami m'a donné une gifle ».
Ils continuèrent à marcher puis trouvèrent un oasis, dans lequel ils décidèrent de se baigner.
Mais celui qui avait été giflé manqua de se noyer et son ami le sauva.
Quand il se fut repris, il écrivit sur une pierre :
« Aujourd'hui mon meilleur ami m'a sauvé la vie. »
Celui qui avait donné la gifle et avait sauvé son ami lui demanda :
_« Quand je t'ai blessé tu as écrit sur le sable, et maintenant tu as écrit sur la pierre. Pourquoi ? »

L'autre ami répondit :

_« Quand un ami nous blesse, nous devons l'écrire dans le sable, où les vents du pardon peuvent l'effacer.
Mais quand un ami fait quelque chose de bien pour nous, nous devons le graver dans la pierre, où aucun vent ne peut l'effacer ».


Apprends à écrire tes blessures dans le sable et à graver tes joies dans la pierre.

Auteur inconnu

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Ven 4 Juin - 6:46

A retenir et à méditer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Mar 8 Juin - 16:52

EUREKA !!!!!!!!!!!!

La danse des 7 voiles -- Langage du corps


Chaque voile correspond à un niveau de conscience.

Le premier voile a trait au sexe, le second au ventre et à la nourriture, le troisième, au cœur et à l’amour, le quatrième, à la gorge et à l’émotion, le cinquième à la parole le sixième à l’imagination et le dernier à l’extase.

La danse se pratique de façon langoureuse. Petit à petit on retire un voile après l’autre, pour finir nu. Cette danse est aussi bien pratiquée par les femmes que par les hommes.

Originaire des courtisans Molash, cette danse s’est surtout développée chez certains peuples des sables.

On a tout compris Je connaissais l'expression, mais je ne connaissais pas le détail !

Pas fous, les mâââles ... les femmes ont plus de grâce pour les quitter (les voiles)

Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Ven 11 Juin - 14:38

L'Arbre à soucis

Un jour, je retenus les services d'un menuisier pour m'aider à restaurer ma vieille grange. Après une dure journée au cours de laquelle une crevaison lui fit perdre une heure de travail, sa scie électrique rendit l'âme, et pour finir, au moment de rentrer chez lui, son vieux pick-up refusa de démarrer.

Je le reconduisis chez lui et il demeura froid et silencieux tout au long du trajet. Arrivé chez lui, il m'invita à rencontrer sa famille. Comme nous marchions le long de l'allée qui conduisait à la maison, il s'arrêta brièvement à un petit arbre, et en toucha le bout des branches.

Lorsqu'il ouvrit la porte pour entrer chez lui, une étonnante transformation se produisit. Son visage devint rayonnant,
il caressa ses deux enfants et embrassa sa femme.

Lorsqu'il me raccompagna à ma voiture, en passant près de l'arbre, la curiosité s'empara de moi et je lui demandai pourquoi il avait touché le bout des branches de cet arbre un peu plus tôt.

« C'est mon arbre à soucis, » me répondit-il.
« Je sais que je ne peux éviter les problèmes, les soucis et les embûches qui traversent mes journées, mais il y a une chose dont je suis certain, ceux-ci n'ont aucune place dans la maison avec ma femme et mes enfants. Alors, je les accroche à mon arbre à soucis tous les soirs lorsque je rentre à la maison. Et puis, je les reprends le matin ». « Ce qu'il y a de plus drôle », il sourit, « c'est que lorsque je sors de la maison le matin pour les reprendre, il y en a beaucoup moins que la veille lorsque je les avais accrochés.



Source: Anne/Smarties ;-))....www.lespasseurs.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Dim 13 Juin - 16:57

Il était une fois,

une île où tous les différents sentiments vivaient:
le Bonheur, la Tristesse, le Savoir, ainsi que tous les autres,
l'Amour y compris.
Un jour on annonça aux sentiments que l'île allait couler.
Ils préparèrent donc tous leurs bateaux et partirent.
Seul l'Amour resta.
L' Amour voulait rester jusqu'au dernier moment.
Quand l'île fut sur le point de sombrer,
l'Amour décida d'appeler à l'aide.

La Richesse passait à côté de l'Amour dans un luxueux bateau.
L' Amour lui dit, "Richesse, peux-tu m'emmener?"
"Non car il y a beaucoup d'argent et d'or sur mon bateau.
Je n'ai pas de place pour toi."

L' Amour décida alors de demander à l'Orgueil,
qui passait aussi dans un magnifique vaisseau,
"Orgueil, aide moi je t'en prie !"
"Je ne puis t'aider, Amour.
Tu es tout mouillé et tu pourrais endommager mon bateau."

La Tristesse étant à côté, l'Amour lui demanda,
"Tristesse, laisse moi venir avec toi.".
"Ooh... Amour, je suis tellement triste
que j'ai besoin d'être seule !"

Le Bonheur passa aussi à côté de l'Amour,
mais il était si heureux
qu'il n'entendit même pas l'Amour l'appeler !

Soudain, une voix dit,
"Viens Amour, je te prends avec moi."
C'était un aîné qui avait parlé.
L' Amour se sentit si reconnaissant et plein de joie
qu'il en oublia de lui demander son nom.
Lorsqu'ils arrivèrent sur la terre ferme, l'aîné s'en alla.

L' Amour réalisa combien il lui devait
et demanda au Savoir : "Qui m'a aidé?"
"C'était le Temps" répondit le Savoir.
"Le Temps?" s'interrogea l'Amour.
"Mais pourquoi le Temps m'a-t-il aidé?"
Le Savoir sourit plein de sagesse et répondit :
"C'est parce que seul le Temps
est capable de comprendre
combien l'Amour est important dans la Vie."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Dim 13 Juin - 17:26

La belle histoire du cheval de peluche

Un jour, le petit lapin demandait au cheval de peluche, qui tramait dans le coffre à jouets depuis bien longtemps : « Qu'est-ce qu'être vrai ? Et cela fait-il mal ? »
«• Quelquefois, répondit le cheval de peluche qui disait toujours la vérité, mais quand on est vrai, cela n'a pas d'importance d'avoir mal. »
«Est-ce que cela arrive tout d'un coup, comme lorsqu’'on remonte notre ressort, ou petit à petit», demanda le lapin.
«Cela n'arrive jamais tout d'un coup, dit le cheval de peluche, on le devient peu à peu. Cela prend beaucoup de temps. C'est pourquoi cela arrive rarement à ceux qui se cassent facilement, ou qu'on doit ranger soigneusement. En général, quand on est devenu vrai, on a perdu presque tous ses poils, on a les yeux qui pendent, on a des
faiblesses aux articulations et on est bien usé. Mais tout cela n'a aucune importance; parce qu'une fois qu'on est vrai, on ne peut plus être laid, sauf aux yeux de ceux qui ne comprennent pas encore. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Dim 20 Juin - 15:53

Un jour le courage, plus courageux que d'habitude décide de frapper à la porte de la peur.
"Qui est là ? demande la peur,"
"C'est le courage répond le courage"
"entrez dit la peur"
le courage ouvre la porte, derrière il n'y a personne......

(Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Jeu 24 Juin - 19:17

LAO TSEU voyageait un jour avec ses disciples. Ils rencontrèrent des bûcherons qui venaient d'abattre tous les arbres d'un bois, à l'exception d'un seul. L'arbre qui avait échappé au massacre était immense, si grand qu'une foule pouvait s'asseoir à son ombre. Lao Tseu envoya ses disciples s'enquérir de la raison du privilège accordé à cet arbre. Les bûcherons expliquèrent qu'il ne valait rien. Il était inutilisable en menuiserie, son tronc et ses branches étant trop noueux. Comme combustible il était également sans intérêt, en brûlant il dégageait une fumée qui irritait les yeux. Voilà pourquoi nul ne se donnait la peine de le couper.

Cela amusa beaucoup Lao Tseu.

- Soyez comme cet arbre, dit-il a ses disciples. Ne cherchez pas les performances exceptionnelles. Si vous êtes utiles, on vous abattra et vous servirez de mobilier dans la maison de quelqu'un d'autre. Si vous êtes beau, on vous achètera comme élément décoratif. Suivez l'exemple de cet arbre. N'ayez aucune utilité particulière. Vous grandirez en paix et un jour des milliers de personnes savoureront l'ombre que vous projetterez...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Jeu 24 Juin - 19:19

L'Épicerie du Ciel

Je marchais sur le chemin de la vie, quand j'ai vu une enseigne
" Épicerie du Ciel "
Étonné, je jette un coup d'œil à l'intérieur et vois toute une armée d'anges.
L'un d'eux m'a tendu un panier et m'a dit : " Bon magasinage, achetez avec soin".
Tout ce dont un chrétien a besoin était en vente.
J'ai tout d'abord acheté un peu de patience.
Puis l'amour était tout près sur l'étagère…un peu plus loin la compréhension.
Je me suis pris une boîte ou deux de sagesse, quelques sacs de foi.
Je n'ai pu manquer l'Esprit Saint, il était sur toutes les tablettes.
J'ai aussi pris un peu de force et de courage pour continuer ma course.
Puis, je me suis rappelé que j'avais besoin de grâce, et je n'ai pas oublié le salut.
Il était gratuit.
J'ai alors pensé que j'avais tout ce dont j'avais besoin.
Je me suis dirigé vers la caisse pour régler mes achats.
J'ai alors vu la prière et l'ai mise dans mon panier.
La paix et la joie étaient juste là devant moi.
J'ai demandé à l'ange combien je lui devais.
Avec un beau sourire il me dit :
" Ami, Jésus a déjà tout payé, il y a longtemps ! "

Auteur inconnu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Sam 26 Juin - 19:58

Le Tao des chevaux

Le prince de Tchao avait une passion immodérée pour la course de chars. Il avait pendant des années pris des leçons avec son cocher qui était un maître aurige réputé. Mais chaque fois que le prince courait contre celui-ci, il arrivait le dernier, même s'il avait pris pour son attelage les meilleurs coursiers de ses écuries. Un jour où il fut encore vaincu devant toute sa cour assemblée, le seigneur descendit furibond de son char et dit à son cocher :
— Je vous ai offert des robes de brocart, des pierres précieuses, des jades d'une valeur inestimable en échange de vos services. Mais vous, ingrat, vous ne m'avez pas encore appris tous vos secrets !
— Sire, tout ne s'achète pas. Je ne peux vous vendre le Tao des chevaux.
— Que voulez-vous dire ?
— Un bon cocher doit faire le vide dans son esprit pour s'unir au souffle de ses coursiers. Quand vous êtes en tête, vous avez peur que je vous devance. Quand vous êtes derrière moi, vous ne pensez qu'à me dépasser. Votre esprit est toujours concentré sur moi. Comment voulez-vous alors faire corps avec vos chevaux, être en harmonie avec leur Tao ?»

(Contes des sages taoïstes, Pascal Fauliot, Ed. du Seuil.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Lun 28 Juin - 7:25

Un homme du sud de l'Inde, âgé d'une soixantaine d'années, que j'ai rencontré il y a dix ans en France où il était venu négocier la vente d'huiles essentielles que sa société produisait. Cet homme avait connu la dramatique partition de l'Inde, à l'âge de sept ans.
Avec ses parents, il avait dû marcher des centaines de kilomètres, en emportant un minimum d'affaires, pour fuir cette région qui allait devenir le Pakistan, car lui et sa famille étaient hindous. Il commença à travailler à sept ans. À force de volonté et d'acharnement, il réussit à créer un jour sa propre entreprise et à la rendre prospère. Pourtant, il me confia qu'à sa mort toute sa fortune irait à des œuvres de charité et qu'il n'en léguerait rien à ses enfants. J'en fus surpris. « S'ils ont les mêmes compétences que moi, ils n'auront pas besoin de ma fortune », m'expliqua-t-il, « ils se créeront la leur par leurs propres moyens. Et s'ils n'ont pas les mêmes capacités que moi, alors ma fortune ne pourra que leur nuire, puisqu'ils n'auront pas les moyens d'en faire bon usage. » Dit d'une autre façon, il laissait à ses enfants le soin de se tailler des habits sur mesure plutôt que de leur léguer les siens, au risque qu'ils soient trop grands pour eux.
Il donne la priorité aux qualités intérieures - force, courage, intelligence, leadership, amour, débrouillardise, esprit d'entreprise et j'en passe - et voit dans les moyens et acquis matériels la concrétisation ou le reflet extérieur de ces qualités-là.
(Olivier Clerc)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Dim 5 Sep - 8:00


L'anneau


Un écolier vint trouver son professeur pour lui parler d'un problème : Je viens vous voir, car je n'ai pas la force d'affronter mon problème tout seul. Ils disent que je ne sers à rien, que je ne fais rien de bien, que je suis bête et idiot. Comment puis-je devenir meilleur ? Que puis-je faire pour qu'on m'apprécie ?

Le professeur, sans lui jeter un regard, lui dit : Je suis vraiment désolé mon garçon. Pour l'instant, je dois résoudre mon propre problème. Ensuite, peut-être...

Faisant une pause, il dit : Si tu m'aides à résoudre mon problème rapidement, je pourrai peut-être ensuite t'aider à résoudre le tien.


- Bien sûr, professeur, dit le garçon. Mais il se sentit aussitôt dévalorisé.

Le professeur ôta un anneau de son petit doigt et lui dit : Prends ton cheval et va sur le marché. Tu devras vendre cet anneau pour moi car je dois rembourser une dette. Evidemment, tu devras en obtenir le maximum, mais ne le vends surtout pas en dessous d'une pièce d'or. Va et reviens avec l'argent le plus rapidement possible.


Le garçon prit l'anneau et s'en alla. Quand il arriva sur le marché, il commença à le proposer aux marchands. Ils paraissaient très intéressés et attendaient de savoir combien le jeune garçon en demandait. Dès qu'il parlait de la pièce d'or, certains éclataient de rire, d'autres partaient sans même le regarder. Seul un vieillard fut assez aimable pour lui expliquer qu'une pièce d'or avait beaucoup trop de valeur pour acheter une bague.


Voulant aider le jeune garçon, on lui proposa une pièce de bronze, puis une pièce d'argent. Mais le garçon suivait les instructions de son professeur de ne rien accepter en dessous d'une pièce d'or, et déclina toutes les offres.


Après avoir proposé le bijou à tous les passants du marché, et abattu par son échec cuisant, il remonta sur son cheval et rentra. Le jeune garçon aurait voulu avoir une pièce d'or pour acheter lui-même cet anneau, libérant ainsi son professeur afin qu'il puisse ainsi lui venir en aide à son tour avec ses conseils.


Il arriva vers le professeur et lui dit : Professeur, je suis désolé, mais je n'ai pas réussi à obtenir ce que vous m'aviez demandé. J'aurais pu récupérer 2 ou 3 pièces d'argent, mais je crois que l'on ne peut pas tromper quelqu'un sur la valeur de cette bague.

- C'est très important ce que tu me dis, mon garçon, rétorqua le professeur en souriant. Tout d'abord, nous devons connaître la vraie valeur de cet anneau. Remonte à cheval et va chez le joaillier. Qui mieux que lui connaîtra sa vraie valeur ? Mais peu importe ce qu'il t'en offrira, ne le vends pas. Reviens ici avec mon anneau.


Le garçon alla trouver le joaillier et lui tendit l'anneau pour qu'il l'examine. Le joaillier le scruta à la loupe, le pesa et lui dit : Dis à ton professeur que, s'il veut le vendre aujourd'hui, je ne peux lui donner que 58 pièces d'or.

- 58 pièces d'or !! S'exclama le jeune garçon.

- Oui, répondit le joaillier, et je crois que dans quelque temps, je pourrai lui en offrir 70. Mais si la vente est urgente...

Le garçon courut tout excité chez le professeur pour lui raconter ce qui s'était passé. Le professeur le fit asseoir et, après avoir écouté l'enfant, il lui dit : Tu es comme cet anneau d'or, un joyau de grande valeur et unique. Seulement, sa valeur ne peut être reconnue que par un spécialiste. Tu pensais que n'importe qui pouvait découvrir sa vraie valeur ?

Tout en parlant, il remit son anneau à son doigt : Nous sommes tous comme ce bijou. D'une très grande valeur et uniques. Et nous allons sur tous les marchés de la vie en espérant que des personnes inexpérimentées reconnaissent notre valeur.

Auteur Inconnu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Dim 5 Sep - 16:51

bien joli conte Nicole
Merci Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brumes
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Lun 6 Sep - 12:43

Très joli conte Rénal !

Nous avons tous une valeur. Il ne faut pas la surestimer, mais il ne faut pas la sous estimer non plus !

(Pense à notre conversation )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Mer 8 Sep - 6:42

ERREUR SUR UNE SOUPE

Dans un self-service, une dame d'un certain âge a pris un bol de soupe. Au moment de s'installer à l'une des nombreuses tables, elle se rend compte qu'elle a oublié de prendre une cuillère. Déposant son plateau, elle va donc en chercher une. Une mauvaise surprise l'attend à son retour : installé devant sa soupe, un étranger est en train d'y goûter ! «Plutôt gonflé, cet étranger !» pense la dame. Elle s'assied, attire à elle le bol de soupe, et dit d'un ton à peine aimable : «Vous permettez ?»
Sur ce, elle plonge sa cuillère dans la soupe... Mais voilà que l'étranger décale le bol au milieu de la table, et y retrempe sa cuillère ! Muette devant tant d'audace, la dame n'ose pas faire un scandale, et partage la soupe. A la fin, l'étranger va chercher un grand plat de frites qu'il pose au milieu de la table. Il invite sa voisine à se servir : comme la soupe, les frites sont partagées. L'étranger quitte alors la table avec un grand merci.
La dame songe aussi à s'en aller. Elle cherche le sac à main qu'elle avait accroché à son dossier. Plus de sac ! La dame réprime un cri : «Cet étranger...!?» Elle balaie le restaurant du regard. C'est alors qu'elle découvre à deux pas, sur une chaise semblable à la sienne, son sac à main. Devant la chaise vide, un bol de soupe ne cesse de fumer, sur un plateau où manque une cuillère... Ce n'est pas l'étranger qui a mangé sa soupe : c'est elle qui, en se trompant de table, a mangé celle de l'étranger. Et en partant, il lui a dit merci.

Sous le ciel étoile, contes et paraboles, recueillis par Charles Delhez, Ed. Fidélité, p. 14-15.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Mer 8 Sep - 9:24

ERREUR SUR UNE SOUPE




morale de l'histoire:

essayez toujours de d'abord manger dans l'assiette de votre voisin,ensuite la votre vous paraîtra alors ,plus que suffisante Laughing non,

je rigole Nicole,

c'est une belle histoire de partage Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Mer 8 Sep - 9:28

marie-josé a écrit:
ERREUR SUR UNE SOUPE

morale de l'histoire :
(...)
c'est une belle histoire de partage Wink
Je pense surtout que ce monsieur a dû bien rigoler. Sans doute s'est-il rendu compte de la méprise de la dame et s'en est bien diverti.

Histoire sans paroles, en plus ! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   

Revenir en haut Aller en bas
 
CONTES DIVERS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Contes Zen
» question sur la façon d'aborder les contes en 6 (stag)
» Quelques mises en scène de l'aria "Les oiseaux dans la charmille" (Offenbach, Les contes d'Hoffmann)
» Parodies de contes en 6ème
» Quizz divers en Histoire Géographie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Littérature & Culture-
Sauter vers: