philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 CONTES DIVERS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Jeu 21 Oct - 11:43

Le nez du chameau !

Une nuit froide, alors qu'un arabe était assis dans sa tente, un chameau introduisit gentillement son nez sous le battant et regarda en disant: "Maitre, laissez-moi seulement mettre mon nez dans la tente. Il fait froid et tempête dehors."

"Certainement et bienvenue" dit le maitre en se retournant et s'endormant de nouveau,

Un peu plus tard, l'arabe se réveilla pour constater que le chameau avait non seulement mis son nez dans la tente mais aussi sa tête et son cou. Le chameau, retournant sa tête, dit : Je vais prendre juste un peu plus d'espace si je place mes pattes de devant dans la tente. C'est difficile de rester dehors."

"Oui, tu peux entrer tes pattes de devant," dit le maitre, se déplaçant un peu pour laisser de la place, car la tente était petite.

Finallement, le chameau dit, "Puis-je entrer complètement à l'intérieur ? Je garde la tente ouverte en me tenant comme je le fais."

Oui, oui, dit l'arabe. Entre complètement à l'intérieur. Ce sera peut-être mieux pour nous deux."

Alors le chameau s'entassa à l'intérieur. L'arabe réussit difficilement à se rendormir dans ce cantonnement encombré. Lorsqu'il se réveilla de nouveau, il était dehors au froid et le chameau avait la tente pour lui tout seul.

Auteur inconnu
Note : Pensez-y deux fois avant de laisser quelqu'un mettre son nez dans vos affaires !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Mar 1 Jan - 18:51

Les obstacles sur notre route

Il y a très longtemps, un roi fit placer un gros rocher sur une route. Puis, il se cacha et attendit pour voir si quelqu'un enlèverait l'énorme rocher.

Quelque uns des marchants et courtisans les plus riches du royaume passèrent pas là et firent tout simplement le tour du rocher. Plusieurs d'entre eux en profitèrent pour accuser le roi de négliger les routes, mais aucun ne fit quoi que ce soit pour enlever le rocher du chemin.

Puis, un paysan passa par là avec une grosse caisse de légumes. En approchant du rocher, le paysan déposa son fardeau et essaya de pousser le rocher vers le fossé. Après beaucoup d'efforts, il finit par réussir.

Lorsqu'il se pencha pour reprendre sa caisse de légumes, il aperçut une bourse pas terre, à l'endroit même où était le rocher. La bourse contenait plusieurs pièces d'or et une note écrite par le roi, dans laquelle il disait que l'or appartenait à la personne qui avait enlevé le rocher.

Le paysan venait d'apprendre ce que beaucoup de gens ne comprennent jamais : chaque obstacle nous donne l'occasion d'améliorer notre sort.

Brian Cavanaugh

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Mer 2 Jan - 21:40


Les deux anges

Deux anges s'arrêtèrent pour passer la nuit
dans la maison d'une famille aisée.
La famille était méchante et refusa
que les anges demeurent dans
la chambre d'amis de la maison.

À la place, ils laissèrent les anges dormir
dans une petite pièce située dans le sous-sol froid.
Durant le temps qu'ils faisaient leur lit sur le sol dur,
le plus âgé des anges aperçut
un trou dans le mur et le répara.
Quand le plus jeune des anges demanda "pourquoi?"
Le plus âgé des anges répliqua :
"Les choses ne sont pas toujours ce qu'elles paraissent".

La nuit suivante,
les deux anges arrivèrent se reposer dans une maison
où les gens étaient vraiment pauvres,
mais où le fermier et sa femme
étaient très hospitaliers.

Après avoir partagé le peu de nourriture qu'ils avaient,
le couple laissa les anges dormir dans leur lit
pour qu'ils aient une bonne nuit de sommeil.

Lorsque le soleil se leva le lendemain matin,
les anges trouvèrent le fermier et sa femme en larmes.
Leur unique vache,
de laquelle le lait était une bénédiction,
gisait morte sur le sol.

Le plus jeune des anges était furieux
et demanda au plus âgé des anges
comment il avait pu laisser faire cela ?

"La première famille avait tout
et tu l'as aidée en réparant un trou
dans leur mur au sous-sol",
accusa l'ange.
La deuxième famille avait peu,
mais était disposée à tout partager,
et tu as laissé sa vache mourir.
"Les choses ne sont pas toujours comme elles paraissent",
répliqua le plus âgé des anges.

"Quand nous sommes restés dans le sous-sol
de la maison de la première famille,
je me suis aperçu qu'il y avait de l'or dans le trou du mur.
Le propriétaire était tellement rempli de haine
et il ne voulait pas partager sa fortune.
J'ai donc bouché le trou afin qu'il ne retrouve plus cet or.
Et la nuit dernière,
lorsque nous étions endormis
dans la chambre du fermier,
l'ange de la mort venait chercher
la femme du fermier.
J'ai négocié avec lui
et je lui ai donné l'unique vache du fermier à la place.
Les choses ne sont pas toujours ce qu'elles paraissent."

Quelques fois,
c'est exactement ce qui arrive
lorsque les choses ne tournent pas de la façon
dont on voudrait qu'elles tournent."

Si vous avez la foi,
vous n'avez qu'à croire que
chaque mauvaise tournure des choses
est à votre avantage.

Il se peut que vous ne vous en rendiez pas compte au début,
jusqu'au jour où vous vous apercevrez
qu'elles étaient effectivement à votre avantage
inconnu

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Sam 2 Mar - 8:00

Les insignes du pouvoir

Il était une fois, une citée de souris, protégée des maraudeurs par de hautes murailles percées de centaines de trous juste assez grands pour laisser passer une souris, et juste assez petits pour interdire l'accès à tout animal plus gros et plus dangereux, en particulier les BELETTES. Les souris et les belettes étaient en guerre depuis des temps immémoriaux - depuis si longtemps, en fait, que plus aucune d'elles n'en connaissait la cause. Tout ce qu'elles savaient, c'était qu'elles se haïssaient, et cela leur suffisait pour se livrer bataille sur bataille. Mais cette longue guerre avait coûté cher aux souris, car, face à leurs féroces ennemies, elles perdaient à chaque fois le combat et un grand nombre de soldats. Enfin, les souris résolurent de tenir une conférence. Elles conclurent que le problème était dû à un manque de discipline sur le champ de bataille. Les assauts se déroulaient sans la moindre coordination, quant aux retraites, c'était un sauve-qui-peut général. Ce qu'il leur fallait, décidèrent-elles, c'était de l'organisation, et des chefs pour les diriger. Elles choisirent donc des COMMANDANTS au sein de leurs rangs -des souris charismatiques qui leur promirent la victoire, et dont le premier geste en tant que généraux fut de réclamer des épées étincelantes et des casques magnifiques, à elles seules réservés et ornés de cornes imposantes. Puis après un excellent repas elles restèrent paresseusement assises à se curer les dents en buvant du porto. Le lendemain, l'armée des souris, pleine d'une ardeur et d'un espoir nouveaux, se rassembla sur le champ de bataille, attendant les belettes de pied ferme. Mais quand l'assaut eut lieu, les souris se révélèrent tout aussi désorganisées que par le passé. Comme d'habitude, elles détalèrent toutes vers leurs trous, à l'exception des nouveaux généraux, trop lents et trop lourds. Les cornes superbes de leur casque étincelant étaient trop larges pour leur permettre de passer par les étroites souricières, et ils furent tous capturés et mangés par l’ennemi.

(Moralité : A grand honneur, grand péril.)
(Extrait du livre de Helen Ward « La sagesse des bêtes

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Kane
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Sam 2 Mar - 14:21

LE COMBAT DES RATS ET DES BELETTES

La Fontaine !

La nation des belettes,
Non plus que celle des chats,
Ne veut aucun bien aux rats ;
Et sans les portes étrètes
De leurs habitations,
L'animal à longue échine
En ferait, je m'imagine,
De grandes destructions.
Or une certaine année
Qu'il en était à foison,
Leur roi, nommé Ratapon,
Mit en campagne une armée.
Les belettes, de leur part,
Déployèrent l'étendard.
Si l'on croit la renommée,
La victoire balança:
Plus d'un guéret (1) s'engraissa
Du sang de plus d'une bande.
Mais la perte la plus grande
Tomba presque en tous endroits
Sur le peuple souriquois.
Sa déroute fut entière,
Quoi que pût faire Artapax,
Psicarpax, Méridarpax,(2)
Qui, tout couverts de poussière,
Soutinrent assez longtemps
Les efforts des combattants.
Leur résistance fut vaine ;
Il fallut céder au sort :
Chacun s'enfuit au plus fort,
Tant soldat que capitaine.
Les princes périrent tous.
La racaille, dans des trous
Trouvant sa retraite prête,
Se sauva sans grand travail ;
Mais les seigneurs sur leur tête
Ayant chacun un plumail (3),
Des cornes ou des aigrettes,
Soit comme marques d'honneur,
Soit afin que les belettes
En conçussent plus de peur,
Cela causa leur malheur.
Trou, ni fente, ni crevasse
Ne fut large assez pour eux ;
Au lieu que la populace
Entrait dans les moindres creux.
La principale jonchée
Fut donc des principaux rats.
Une tête empanachée
N'est pas petit embarras.
Le trop superbe équipage
Peut souvent en un passage
Causer du retardement.
Les petits, en toute affaire,
Esquivent fort aisément:
Les grands ne le peuvent faire.


http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/combat.htm

_________________
Tout smouales étaient les borogoves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Sam 2 Mar - 17:48


Conte pour adultes





Il y a de cela très longtemps, un père punit sa fillette de 3 ans pour avoir inutilement utilisé un rouleau de papier doré.

L’argent se faisait rare et il ne put supporter que la fillette utilise ce papier pour décorer une boîte à cadeau et la mettre sous l’arbre de Noël.

Le lendemain matin, la petite enfant apporta le cadeau à son père en lui disant : " C’est pour toi Papa !". Embarrassé, le père regretta sa trop vive réaction. Toutefois, elle se raviva et ne fit qu’empirer quand il découvrit que la boîte était vide. Il cria alors à sa fille : " Ne sais-tu pas qu’en offrant un paquet- cadeau, il doit toujours y avoir quelque chose dans la boite ?". La fillette regarda son père, les yeux pleins de larmes et lui dit : " Mais papa, la boîte n’est pas vide, je l’ai remplie de baisers juste pour toi. Le père était chaviré. Il enlaça sa fille, la priant de lui pardonner sa réaction.

Peu de temps après, un accident vint faucher la fillette. Le père garda longtemps la boîte, tout près de son lit. A chaque fois que le découragement l’assaillait, il prenait la boîte, en tirait un baiser imaginaire et se rappelait l’amour que l’enfant y avait mis au fond.

Cette fable nous rappelle qu’il est donné à chacun de nous, comme humain, de disposer d’une telle boîte dorée, remplie d’amour inconditionnel, et de baisers de nos enfants, de nos ami(e)s, de notre famille.

Existe-t-il de plus beaux cadeaux ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Dim 3 Mar - 8:25

Très beau conte, que je connaissais !!! Il n'y a rien de plus beau, de plus fort que l'amour de ses enfants !! ou de ses parents.
Merci Marie-Jo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   Jeu 9 Jan - 9:02

FABLES D'ESOPE


Les voyageurs et l’ours

Deux amis faisaient route ensemble. Paraît un ours. L’un de nos deux compagnons n’a rien de plus pressé que de grimper sur un arbre et de s’y cacher. L’autre était perdu sans recours : il se jette à terre et fait le mort. L’ours approche le museau et flaire tout autour. L’homme retient son souffle : l’ours, dit-on, ne touche pas aux cadavres. Enfin la bête s’éloigne. Le premier descend de son arbre : « Que t’a dit l’ours à l’oreille ? demande-t-il au second. Il m’a dit de ne plus jamais prendre pour faire route avec eux, d’amis qui vous abandonnent dans le danger. »

Des amitiés sincères c’est le malheur qui est la pierre de touche.

Le pêcheur et le petit poisson

Un pêcheur jeta son filet dans la mer et en retira une mendole. Elle le supplia de la relâcher pour cette fois : « je suis si petite, disait-elle. Plus tard, quand je serai devenue grande, tu me rattraperas et tu tireras de moi plus de profit. Oui, dit le pêcheur ; mais je serais bien simple de lâcher le profit que je tiens pour courir après une espérance incertaine.

Le profit qu’on tient vaut mieux, fût-il petit, que celui qu’on espère, fût-il grand.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Kane
******
avatar


MessageSujet: INE !    Jeu 9 Jan - 18:41

Le petit Poisson et le Pêcheur

LA FONTAINE

Petit poisson deviendra grand,
Pourvu que Dieu lui prête vie.
Mais le lâcher en attendant,
Je tiens pour moi que c'est folie ;
Car de le rattraper il n'est pas trop certain.
Un Carpeau qui n'était encore que fretin
Fut pris par un Pêcheur au bord d'une rivière.
Tout fait nombre, dit l'homme en voyant son butin ;
Voilà commencement de chère et de festin :
Mettons-le en notre gibecière.
Le pauvre Carpillon lui dit en sa manière :
Que ferez-vous de moi ? je ne saurais fournir
Au plus qu'une demi-bouchée ;
Laissez-moi Carpe devenir :
Je serai par vous repêchée.
Quelque gros Partisan m'achètera bien cher,
Au lieu qu'il vous en faut chercher
Peut-être encor cent de ma taille
Pour faire un plat. Quel plat ? croyez-moi ; rien qui vaille.
- Rien qui vaille ? Eh bien soit, repartit le Pêcheur ;
Poisson, mon bel ami, qui faites le Prêcheur,
Vous irez dans la poêle ; et vous avez beau dire,
Dès ce soir on vous fera frire.

Un tien vaut, ce dit-on, mieux que deux tu l'auras :
L'un est sûr, l'autre ne l'est pas.

_________________
Tout smouales étaient les borogoves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CONTES DIVERS   

Revenir en haut Aller en bas
 
CONTES DIVERS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Contes Zen
» question sur la façon d'aborder les contes en 6 (stag)
» Quelques mises en scène de l'aria "Les oiseaux dans la charmille" (Offenbach, Les contes d'Hoffmann)
» Parodies de contes en 6ème
» Quizz divers en Histoire Géographie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Littérature & Culture-
Sauter vers: