philo Z'amis


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Beaux textes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Sam 4 Mai - 9:05

La beauté rayonne de toute part

Les hommes de nos sociétés chantent depuis longtemps l'abondance du mois de mai :
« Charmant mois de mai, œuvre de la bonté divine, qui réjouit les hommes avec ses fleurs et sa verdure. »
De tous côtés jaillit la vie. Les fleurs s'épanouissent, la beauté et la joie de vivre rayonnent de toute part.
Je cède alors à l'invite de Paul Gerhardt:
« Sors, mon cœur, et cherche la joie. »
II me faut sortir de moi, laisser mes préoccupations et mes blessures. Il me faut partir en quête de la joie qui s'offre à moi dans la nature, dans ses fleurs et dans sa verdure.

(Extrait de « Un cœur en Paix » d’Anselm Grün)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Ven 23 Aoû - 16:59

Le décès de l'honorable Monsieur BON SENS

Monsieur BON SENS, au demeurant plutôt discret, était un vieil homme toujours simplement mis, dont la bienveillance n'avait d'égale que son infinie patience à sans cesse vouloir trouver du bien en toute occasion. Il positivait résolument en toute circonstance.

Avec le temps, cet ami connu durant nos années de jeunesse, puisque nos parents nous le présentèrent quand nous étions encore enfants, ne communiquait plus beaucoup ses impressions. A vrai dire, nul ne connaissait vraiment son âge réel, puisque, du fait de son ancienneté, son acte de naissance avait été perdu après Guerre au temps des Trente Glorieuses, quand naquit la société de consommation que les Allemands appellent encore "Wegwerfgesellschaft", la société du tout jetable. Quant à son acte de baptême, il aurait été égaré, semble-t-il, lors de la vente de l'ancien presbytère vide depuis des décennies et transformé en bureau pour une nouvelle et ixième structure intercommunale.

Pour tout dire, et sa modestie dût-elle en souffrir, c'était un type bien qui vivait selon des règles simples héritées de ses parents comme :

- Ne pas dépenser plus que ce que l'on a,
ou
- Toujours se satisfaire de son sort,
ou encore
- Ne fais pas aux autres ce que tu n'aimerais pas que l'on te fasse.

Je sais qu'il avait été très chagriné d'apprendre que des professeurs pouvaient être accusés par des parents pour une vétille et aller en prison pour cela. Des prisons où, lui avait-on dit, des voyous et des fainéants était à présent mieux traités que les honnêtes gens, ce qui le déprima beaucoup.

Il avait même dû s'aliter en lisant dans le journal "qu'une femme qui s'était brûlée avec du café chaud en le reversant, avait perçu une forte indemnisation du fabriquant de la cafetière électrique, obligé de licencier une partie de son personnel pour pouvoir payer cette amende colossale". Suite à cette pénible nouvelle, il avait été obligé de garder la chambre, car il ne voulait provoquer aucun indident ou accident au-dehors, disait-il, qui l'eut rendu responsable de quelque malheur.

Le plus triste dans toute cette affaire fut bien l'enterrement de notre ami par un jour de pluie ordinaire comme il en arrivait quasiment tous les jours lors du dernier printemps. Un jour gris comme un jour de rentrée et terne comme l'ennui qui nous colle si souvent aux basques quand nous tournons le bouton de la télé. Peu de monde se déplaça pour la cérémonie, mais cela se comprend puisque de moins en moins de personnes le connaissaient.

S'il fallait dépeindre le vide créé par son absence, on pourrait dire insignifiant. La raison en est toute simple : pratiquement personne ne s'était rendu compte de sa mort.

(Source : Bernard Robin - Ami hebdo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Dim 24 Nov - 13:12

« Accepter  l’autre en frère, ce n’est pas l’aborder avec du miel au bout des lèvres et en faisant des chichis et des tralalas pour faire mine d’être tout à coup copain-copain. Ce n’est pas lui dire « tu as raison » avant même qu’il ouvre la bouche, ça consiste à le respecter assez pour lui dire qu’il a tort si on pense qu’il fait fausse route. La fraternité, pour qu’elle mérite son nom, doit ouvrir comme un appétit la liberté d’une confrontation passionnée. Et ce n’est pas interdit de contredir l’autre. A condition que ce ne soit pas pour avoir le dernier mot, mais plutôt pour avoir le premier geste de réconciliation. L’esprit fraternel, c’est voir d’abord ce qui relie et rapproche, au lieu de s’acharner sur ce qui sépare et éloigne. C’est s’apercevoir que l’on est sous le même ciel, dans la même création, dans la même histoire contemporaine et que nous sommes reliés les uns aux autres sur terre autant que les étoiles dans le ciel le sont entre elles, la nuit. Tiens, peut être même que nous sommes les étoiles de la terre ! Raison de plus pour saupoudrer davantage de fraternité sous la Voie Lactée !
(Extrait du livre du François Garagnon, « La vie selon Joy »)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Mar 17 Déc - 10:34

Risquer

Rire, c'est risque de paraît idiot.
Pleurer, c'est risquer de paraître sentimental.
Aller vers quelqu'un, c'est risquer de s'engager.
Exposer ses sentiments, c'est risquer d'exposer son moi profond.
Aimer, c'est risquer de ne pas être aimé en retour.
Espérer, c'est risquer de désespérer.
Essayer, c'est risquer d'échouer.

Celui qui ne risque rien ne fait rien, n'est rien.
Il peut éviter la souffrance et la tristesse,
Mais il n'apprend rien,
ne ressent rien,
ne peut ni aimer ni vivre.
Enchaîné par sa certitude,
il devient esclave,
il abandonne sa liberté.

Seuls ceux qui risquent sont libres.

(Anonyme)

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Mar 17 Déc - 10:56

Peut-être vient-on sur terre parce qu'on en a accepté le risque ?  alien
Peut-être s'enquiquine-t-on à 100 sous de l'heure, là-haut dans les limbes, avant de naître ou de renaître?
Bon.... C'est un questionnement métaphysique qui vaut bien tous les autres.... Juste une possibilité en la matière, dès lors qu'on ouvre les vannes d'une possible survivance de l'âme à notre corps, puisqu'en majorité nous,humains, sommes éduqués avec cette idée séduisante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Mar 17 Déc - 16:59

stip a écrit:
Peut-être vient-on sur terre parce qu'on en a accepté le risque ?  alien  
Certains sont quand même plus favorisés que d'autres...  Shocked 

Quant à avoir accepté le risque... T'a-t-on demandé ton avis pour naître ?  siffleur 

stip a écrit:
Peut-être s'enquiquine-t-on à 100 sous de l'heure, là-haut dans les limbes, avant de naître ou de renaître?
Il est certain qu'on s'enquiquine beaucoup trop pour certaines choses. Il serait plus judicieux de se soucier des principales et je suis la première à être tombée dans le panneau. Mais pas moyen de se refaire... geek Que dit notre psy de service à propos des angoisses inutiles ?  Suspect 

stip a écrit:
Bon.... C'est un questionnement métaphysique qui vaut bien tous les autres.... Juste une possibilité en la matière, dès lors qu'on ouvre les vannes d'une possible survivance de l'âme à notre corps, puisqu'en majorité nous,humains, sommes éduqués avec cette idée séduisante.
A laquelle la plupart dit ne pas croire...  Wink

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Jeu 9 Jan - 10:16

LES DEUX JOIES

II y a la joie qui vient du dehors
et il y a celle qui vient du dedans.
Je voudrais que les deux soient tiennes
Qu'elles remplissent les heures de ton jour
Et les jours de ta vie ;
Car lorsque les deux se rencontrent
et s'unissent,
II y a un tel chant d'allégresse que ni le
chant de l'alouette
ni celui du rossignol
ne  peuvent s'y comparer.
Mais si une seule devait t'appartenir,
Si pour toi je devais choisir,
Je choisirais la joie qui vient du dedans.

Parce que la joie qui vient du dehors est
comme le soleil qui se lève le matin et qui, le soir, se couche.
Comme l'arc-en-ciel qui paraît et disparaît.
Comme la chaleur de l'été qui vient il se retire.
Comme le vent qui souffle et passe.
Comme le feu qui brûle puis s'éteint...
Trop éphémère, trop fugitive...
J'aime les joies du dehors.
Je n'en renie aucune.
Toutes, elles sont venues dans ma vie
quand il le fallait...
Mais j'ai besoin de quelque chose qui dure,
De quelque chose qui n'a pas de fin,
Qui ne peut pas finir.
Et la joie du dedans ne peut pas finir.
Elle est comme une rivière tranquille,
toujours la même,
toujours présente.
Elle est comme le rocher,
comme le ciel et la terre qui ne peuvent ni changer ni passer.
Je la trouve aux heures de silence,
aux heures d'abandon.
Son chant m'arrive au travers
de ma tristesse et de ma fatigue ;
Elle ne m'a jamais quitté.
C'est Dieu - c'est le chant de Dieu en moi,
cette force tranquille qui dirige les mondes
et qui conduit les hommes
Et qui n'a pas de fin, qui ne peut pas finir.
II y a la joie qui vient du dehors
et il y a celle qui vient du dedans.
Je voudrais que les deux soient tiennes
Qu'elles remplissent les heures de ton jour
Et les jours de ta vie ;
Mais si une seule devait t'appartenir,
Si pour toi je devais choisir,
Je choisirais la joie qui vient du dedans.

(inconnu)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Ven 17 Jan - 17:41

Quelle belle langue que la nôtre !

Loin des vieux livres de grammaire,
Écoutez comment un beau soir,
Ma mère m'enseigna les mystères
Du verbe être et du verbe avoir.
Parmi mes meilleurs auxiliaires,
Il est deux verbes originaux.
Avoir et Être étaient deux frères
Que j'ai connus dès le berceau.
Bien qu'opposés de caractère,
On pouvait les croire jumeaux,
Tant leur histoire est singulière.
Mais ces deux frères étaient rivaux.
 
Ce qu'Avoir aurait voulu être
Être voulait toujours l'avoir.
À ne vouloir ni dieu ni maître,
Le verbe Être s'est fait avoir.
 
Son frère Avoir était en banque
Et faisait un grand numéro,
Alors qu'Être, toujours en manque.
Souffrait beaucoup dans son ego.
Pendant qu'Être apprenait à lire
Et faisait ses humanités,
De son côté sans rien lui dire
Avoir apprenait à compter.
   
Et il amassait des fortunes
En avoirs, en liquidités,
Pendant qu'Être, un peu dans la lune
S'était laissé déposséder.
   
Avoir était ostentatoire
Lorsqu'il se montrait généreux,
être en revanche, et c'est notoire,
Est bien souvent présomptueux.

Avoir voyage en classe Affaires.
Il met tous ses titres à l'abri.
Alors qu'Être est plus débonnaire,
Il ne gardera rien pour lui.
   
Sa richesse est tout intérieure,
Ce sont les choses de l'esprit.
Le verbe Être est tout en pudeur,
Et sa noblesse est à ce prix.
Un jour à force de chimères
Pour parvenir à un accord,

Entre verbes ça peut se faire,
Ils conjuguèrent leurs efforts.
 
Et pour ne pas perdre la face
Au milieu des mots rassemblés,
Ils se sont répartis les tâches
Pour enfin se réconcilier.

Le verbe Avoir a besoin d'Être
Parce qu'être, c'est exister.
Le verbe Être a besoin d'avoirs
Pour enrichir ses bons côtés.
     
Et de palabres interminables
En arguties alambiquées,
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été.

Yves Duteil

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Lun 20 Jan - 19:11

Magnifique Nelly !!!! Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Jeu 23 Jan - 9:48

Pour ses 40ans, notre cadeau collectif avait été un stage sur le Belem.
Il aimait passionément la nature, les grands espaces vierges.
Il aimait lire aussi.
On disait de lui que c'était un taiseux, il détestait les mondanités
Mais était toujours présent pour aider les autres et transmettre
son amour de la terre. Il y aura beaucoup de jeunes cet après-midi,
Qui pleureront avec nous le départ de cet homme simple, authentique
Qui avait tant de choses à faire encore.
Ce texte, qui sera lu aujourd'hui, lui plaisait car, en plus,
Il avait la foi, une foi discrète et profonde.

.  Je suis debout au bord de la plage.
Un voilier passe dans la brise du matin et part vers l'océan.
Il est la beauté, il est la vie.
Je le regarde jusqu'à ce qu'il disparaisse à l'horizon.
Quelqu'un à mon coté dit : "Il est parti ! "
Parti ? Vers où ?
Parti de mon regard, c'est tout !
Son mât est toujours aussi haut,
sa coque a toujours la force de porter sa charge humaine.
Sa disparition totale de ma vue est en moi, pas en lui.
Et juste au moment où quelqu'un près de moi dit : "Il est parti ! "
Il y en d'autres qui, le voyant poindre à l'horizon et venir vers eux,
s'exclament avec joie : "Le voilà ! "
C'est ça la mort.

William Blake.                    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Jeu 23 Jan - 9:54

C'est très beau   Stip,je connaissais ce texte. Dis-moi, c'est le mari de ton amie qui est partit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Jeu 23 Jan - 10:03

Oui, nos premiers amis ici avec un autre jeune couple (à l'époque, il y a presque 30 ans).
Ils ont eu trois fils en même temps que nous, à peu près.
Saloperie de tabac.... 53 ans.
Je (avec notre autre amie ) vais m'attacher à accompagner mon amie,sa femme dans la suite, quand ses fils seront repartis au loin car elle n'a plus d'autre famille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Jeu 23 Jan - 10:06

Elle a la chance dans cette épreuve de t'avoir à ses côtés. Bon courage et gros bisous. Je penserai à vous cet après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Sam 12 Avr - 17:10

Ecouter, rencontre, vivre

"Ecouter est, peut-être, le plus beau caeau que nous puissions faire à quelqu'un. C'est lui dire : tu es important pour moi, tu es intéressant, je suis heureux que tu sois là, tu vas m'enrichir car tu es ce que je ne suis pas... Ecouter, c'est commencer par se taire... Avez-vous remarqué combien les "dialogues" sont remplis d'expressions de ce genre : "C'est comme moi quand...", ou bien "ça me rappelle ce qui m'est arrivé...". Bien souvent, ce que l'autre dit n'est qu'une occasion de parler de soi.

Ecouter, c'est commencer par arrêter son petit cinéma intérieur, son monologue portatif, pour se laisser habiter par l'autre. C'est accepter que l'autre entre en nous-même comme il entrerait dans notre maison et s'y installerait un instant, en prenant ses aises. Ecouter, c'est vraiment laisser tomber ce qui nous occupe pour donner tout son temps à l'autre.

Ecouter, c'est ne pas chercher à répondre à l'autre, sachant qu'il a en lui-même les réponses à ses propres questions. C'est refuser de penser à la place de l'autre, de lui donner des conseils. Ecouter, c'est accueillir l'autre avec reconnaissance tel qu'il se définit lui-même, sans se substituer à lui pour lui dire ce qu'il soit être. C'est être ouvert positivement à toutes les idées, à tous les sujets, à toutes les expériences, à toutes les solutions, sans interpréter, sans juger, laissant à l'autre le temps et l'espace de trouver la voie qui est la sienne.

Ecouter, ce n'est pas vouloir que quelqu'un soit comme ceci ou comme cela, c'est apprendre à découvrir ses qualités qui sont en lui spécifiques. Etre attentif à quelqu'un qui souffre, ce n'est pas donner une solution ou une explication à sa souffrace, c'est lui permettre de la dire et de trouver lui-même son propre chemin pour s'en libérer.

A suivre...

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Sam 12 Avr - 17:29

Je connais quelques unes de ces phrases Nelly !!!! c'est tellement important de savoir écouter !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Dim 13 Avr - 13:55

(Suite)

Apprendre à écouter quelqu'un, c'est l'exercice le plus utile que nous puissions faire pour nous libérer de nos propres détresses... Ecouter, c'est donner à l'autre ce que l'on ne nous a, peut-être, encore jamais donné : de l'attention, du temps, une présence affectueuse.

C'est en écoutant les autres que nous arrivons à nous écouter nous-mêmes, notre corps et toutes nos émotions, c'est le chemin pour apprendre à écouter la terre et la vie, c'est devenir poète, c 'est-à-dire sentir le coeur et voir l'âme des choses. A celui qui sait écouter, est donné de ne plus vivre à la surface : il communie à la vibration intérieure de tout vivant, il commence à découvrir l'infini qui vit à la fois la richesse et l'originalité de l'autre. C'est alors qu'il entrevoit combien la rencontre est source d'être et non pas d'avoir. "Tu ne vaux que ce que valent tes rencontres, le seule luxe est celui des relations humaines" (St-Exupéry). C'est le seul luxe gratuit car offert à la décision et à la liberté de chacun.

D'après un texte d'André Gromolard paru dans "La lettres des amis, bulletin des Quakers de France" en 1994.

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Dim 13 Avr - 18:20

Vraiment très beau Nelly !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Dim 13 Avr - 18:23

« La matière première la plus précieuse au monde, me semble être la communication relationnelle. Cette communication susceptible :
de nous relier (sans nous attacher),
de partager (sans être envahi), des rêves, des projets, des idées.
de témoigner (sans être possessif) de sentiments,
d’exprimer (sans vouloir les imposer) des croyances.

(Jacques Salomé)

« Notre capital relationnel est toujours exploitable à partir de quatre richesses :
Ressource de pouvoir entendre ;
Valeur de pouvoir se dire ;
Fortune de pouvoir écouter ;
Trésor d’avoir un « jardin secret », c'est-à-dire une intimité.
Dans chacun de ces domaines, nous sommes tous égaux, et dotés d’un capital équivalent et des mêmes richesses potentielles. »

(Jaques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Jeu 5 Juin - 8:40


Cette chose…..

« Parle-moi de cette chose qui rend l’instant pareil à l’éternité et qui, déjà, s’est enfui quand on veut la contempler…
- Ah ! De cette chose, il y a tant et tant à dire, et à contredire !
Cette chose éternellement fragile, infiniment sensible, qui fait tout à la fois notre crainte et notre bonheur.
Cette chose qui échappe à notre volonté et fuit lorsqu’on cherche à l’expliquer.
Cette chose qui nous attend là où on ne l’attend pas, qui nous lie et nous libère, qui donne du poids à notre existence tout en nous rendant pus aérien.
Cette chose qui nous dépasse et qui nous donne l’occasion de nous dépasser.
Cette chose extraordinairement douce et violente à la fois, qui a le pouvoir d’enfanter comme celui de détruire.
Cette chose qui est la clé de nos portes fermées, la fenêtre qui donne sur un coin d’éternité.
Cette chose sans laquelle la vie ne serait pas la vie.
Cette chose si imparfaite et si belle cependant.
Cette chose sur laquelle on se trompe tant et tant, en dramatisant certains instants, et en prenant avec légèreté d’autres, sensibles, graves ou suppliants.
Cette chose pure que la vie meurtrit par la simple usure du temps, par le simple passage des jours qui laissent des traces d’habitude et de solitude.
Cette chose si attachante pourtant, à laquelle quoi qu’il advienne il n’est pas possible de vivre sans continuer d’y croire encore et encore.
Cette chose parfaitement invisible et si magnifiquement présente.
Oui cette chose qui rime avec toujours et qu’on appelle l’amour

(Extrait du livre de François Garagnon, « Bel Amour et Sainte Espérance.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Dim 10 Aoû - 8:17

J'ai trouvé cet extrait très vrai. C'est sur la poésie.

« Dans un poème, si l’on demande pourquoi tel mot est à tel endroit, et s’il y a une réponse, ou bien le poème n’est pas de premier ordre, ou bien le lecteur n’a rien compris. Si on peut dire légitimement que le mot est là où il est pour exprimer telle idée, ou pour la liaison grammaticale, ou pour la rime, ou pour une allitération, ou pour remplir le vers, ou pour une certaine coloration, ou même pour plusieurs motifs de ce genre à la fois, il y a eu recherche de l’effet dans la composition du poème, il n’y a pas eu véritable inspiration. Pour un poème vraiment beau, la seule réponse, c’est que le mot est là parce qu’il convenait qu’il y fût. La preuve de cette convenance, c’est qu’il est là, et que le poème est beau. Le poème est beau, c'est-à-dire que le lecteur ne souhaite qu’il soit autre. » (Simone Weil)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Mar 2 Sep - 17:25

Seuls les + de 50 ans peuvent comprendre !   Vengeance des vieux !

A la caisse d'un supermarché, une vieille dame choisit un sac en plastique pour ranger ses achats.

La caissière lui reproche de ne pas se mettre à l'écologie et lui dit :

Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique. Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources !

La vieille femme s'excuse auprès de la caissière et explique :

- Je suis désolée, il n'y avait pas de mouvement  écologiste de mon temps."    

Alors qu'elle quitte la caisse, la mine déconfite, la caissière ajoute :

- Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à nos dépens.  C'est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l'environnement dans votre temps !

Alors, un peu énervée, la vieille dame fait observer qu'à l'époque on retournait les bouteilles de verre consignées au magasin. Le magasin les renvoyait à l'usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau :

Les bouteilles étaient recyclées,  mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.  

Elle ajoute :
De mon temps, on montait l'escalier à pied : on n'avait pas d'escaliers roulants et peu d'ascenseurs.

On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu'il fallait se déplacer de deux rues : On marchait jusqu'à l'épicerie du coin.

Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

On ne connaissait pas les couches jetables : On lavait les couches des bébés.
On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde.
On avait un réveil qu'on remontait le soir. Dans la cuisine, on s'activait pour préparer les repas ; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu'EDF en produit.

Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boîtes ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.
On n'avait pas de tondeuses à essence autopropulsées ou autoportées :
On utilisait l'huile de coude pour tondre le gazon.

On travaillait physiquement ; on n'avait pas besoin d'aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l'électricité.

Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

On buvait de l'eau à la fontaine quand on avait soif.
On n'utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter.
On remplissait les stylos dans une bouteille d'encre au lieu d'acheter un nouveau stylo.
On remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir entier après quelques utilisations.

Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

Les gens prenaient le bus, le métro, le train et les enfants se rendaient à l'école à vélo ou à pied au lieu d'utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi 24 H sur 24.

Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d'une année sur l'autre, les crayons de couleurs, gommes, taille-crayons et autres accessoires duraient tant qu'ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rue.

Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique !

-   On n'avait qu'une prise de courant par pièce, et pas de bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d'aujourd'hui.

ALORS VIENS PAS ME FAIRE CH... AVEC TON MOUVEMENT ECOLOGISTE !

Tout ce qu’'on regrette, c’'est de ne pas avoir eu assez tôt la pilule, pour éviter d’engendrer la génération des jeunes cons comme vous, qui s'imagine avoir tout inventé, à commencer par le travail, qui ne savent pas écrire 10 lignes sans faire 20 fautes d'’orthographe, qui n’ont jamais ouvert un bouquin autre que des bandes dessinées, qui ne savent pas qui a écrit le Boléro de Ravel… (pensent même que c’est un grand couturier), qui ne savent pas mieux où passe le Danube quand  on leur propose Vienne ou Athènes, etc. mais qui croient tout de même pouvoir donner des leçons aux autres, du haut de leur ignorance crasse !

_________________
Bienvenue à toi Invité et reviens nous voir souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
renal
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Mar 2 Sep - 20:23

Belle histoire !!! et tellement vrai !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-josé
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Mer 3 Sep - 11:25

renal a écrit:
Belle histoire !!! et tellement vrai !!!

ben mes enfants , j'aimerai bien la rencontrer cette mamie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Mer 3 Sep - 12:01

:--D:  du vrai... Du vrai et du faux ou disons plutôt de l'injuste sur fond de clivage.
En fait, A-t-on besoin de créer un clivage pour dénoncer ?
Donner corps à une défiance partisane donc promise à l'aveuglement, peu enclin à solutionner les problèmes pourtant sérieux de l'humanité ?
exacerber les toujours possibles frustrations des uns par rapport aux autres, créer des camps se toisant avec défiance, l'homme ne connaît que ça, il s'y complaît, ça le sort de son ennui à moindre effort, alors que tenter de comprendre et de faire progresser en paix et avec raison, est si difficile.

Ça me fait songer à la réflexion d'umberto Ecco dans son essai "construire l'ennemi " et j'aurais besoin de beaucoup plus de temps pour développer une réflexion qui, peut-être, n'intéresserait pas grand monde. Laughing
Ici, l'opposition jeune vieux pour dénoncer les dérives de la société de consommation dont tout le monde à bénéficié, mais toute notre réflexion est ainsi polluée par cette volonté de cliver plutôt que par celle de régler pour demain, ce qui ne va pas de façon juste, pragmatique, et unie donc efficace.

Bon... J'ai plus de 50, j'ai toujours connu les sacs plastiques jusqu'à il y a quelques années. Au début, j'oubliais tout le temps mes sacs, mais je trouve que cette coercition (européenne? Je crois )était tout à fait utile au final.
Bien entendu, il n'y a eu aucune répercussion au niveau des prix, ni même, je pense sur le revenu du personnel hélas je pense. Qui en a bénéfifcié ? Les chaînes de magasin ou l'état qui sait si bien augmenter les taxes, les deux sans doute ? Je ne sais.
A ce propos, au bénéfice d'une longue route vers Perpignan, mon second fils m'a parlé de cette étude américaine.. http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/03/18/selon-une-etude-la-nasa-prevoit-la-fin-de-la-civilisation/
Aller 15.... 30 ans?
Et pendant ce temps le journal fr2, titre "rentrée scolaire: la folie des marques! " misère! Quand on sait que c'est ce genre de désirs qui fait le plus "rêver" de par le monde! affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stip
******
avatar


MessageSujet: Re: Beaux textes   Mer 3 Sep - 12:43

.   Extraits de "construire l'ennemi" Umberto Ecco. 

.      Il semble qu'il soit impossible de se passer de l'ennemi. La figure de l'ennemi ne peut être abolie par les procès de civilisation. Le besoin est inné même chez l'homme doux et ami de la paix. Simplement, dans ces cas,on déplace l'image de l'ennemi, d'un objet humain à une force naturelle ou sociale qui, peu ou prou,nous menace et doit être combattue,que ce soit l'exploitation du capitalisme, la faim dans le monde ou la politique environnementale.
............
     Je dirai que l'instance éthique survient non quand on feint qu'il n'y ait pas d'ennemis, mais quand on essaie de le comprendre. .....
Essayer de comprendre l'autre,signifie détruire son propre cliché,sans nier ou effacer son altérité.
Mais soyons réaliste. Ces formes de compréhension sont le propre des poètes, des saints,ou des traîtres.
......il n'est pas nécessaire d'atteindre les délires de 1984 pour reconnaître en nous des êtres ayant besoin d'un ennemi.....
La vision la plus pessimiste à ce propos est celle de Sartre dans Huis clos. D'un côté,nous ne pouvons nous reconnaître nous-même qu'en présence d'un Autre et c'est sur cela que reposent les règles de la cohabitation et de la mansuétude. Mais plus volontiers,nous trouvons cet Autre insupportable parce qu'il n'est pas nous. En le réduisant à l'ennemi,nous nous construisons notre enfer sur terre.
..................
       

Rėflexion claire et certes étayée mais,
Voyez-vous les choses ainsi?  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Beaux textes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Beaux textes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les chemins spirituels petite anthologie des plus beaux textes tibétains - Matthieu Ricard
» Beaux textes
» LES PLUS BEAUX TEXTES POUR PRIER
» recherche beaux textes de dictée...
» Je cherche des textes sur les arbres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
philo Z'amis :: Forum des citoyens :: Littérature & Culture-
Sauter vers: